La base documentaire de l'IFIP

La base documentaire de l'IFIP : des centaines de documents à télécharger ou bien à commander.

Résultats 1 à 20 de 75 résultats
Rechercher une documentation
Publication Annéetrier par ordre croissant

Dynamique et compétitivité des bassins de production : une évolution cyclique ?

Consulter le resumé

Ces quinze dernières années, les principaux bassins de production en Europe ont connu des évolutions contrastées, marquées par une forte croissance en Espagne et en Allemagne, une stabilité puis une baisse en France, et un changement de modèle au Danemark et aux Pays-Bas. Le contexte politique et économique, les performances commerciales des filières et la modernisation des outils de production et d’abattage expliquent ces trajectoires différentes.

2016

Créer de la valeur par l’exportation de charcuterie

Consulter le resumé

Etat des lieux de Jan-Peter Van Ferneij, économiste à l’IFIP

PDF icon intervention journée IFIP d'échanges pour la filière porcine
2016

Charcuterie-salaison en Europe : principales caractéristiques de différents pays producteurs / Cured meat products in europe: Main characteristics of the different producer countries

Consulter le resumé

Les Cahiers de l'IFIP, 2(2), 1-16 - La revue R&D de la filière porcine française

Le maillon de la charcuterie-salaison contribue fortement à la compétitivité et au dynamisme de la filière porcine. L’organisation, les types d’entreprises et de produits sont très différents selon les pays, comme le montre cet article qui repose sur l’analyse de données statistiques et bibliographiques, complétée d’entretiens avec des professionnels et des experts du secteur. L’Espagne et l’Italie s’appuient sur l’image qualitative de leurs salaisons sèches pour dynamiser leurs exportations, y compris vers les pays tiers, alors que leur marché intérieur est freiné par la crise. En Espagne, la charcuterie-salaison est très intégrée à l’abattage-découpe tandis que les entreprises italiennes sont plus spécialisées (hors segment des jambons AOP) et s’appuient sur des importations de viande fraîche. L’Allemagne est le premier producteur et exportateur européen. Sa charcuterie-salaisonnerie reste très atomisée et peu intégrée à l’abattage-découpe. La place prépondérante des saucisses permet des substitutions entre pièces et facilite la valorisation de l’ensemble de la carcasse, comme en Pologne. Au Royaume-Uni et au Danemark, le secteur de la transformation est très concentré et organisé autour de deux types d’opérateurs : de grands groupes intégrés et des entreprises plus spécialisées. Le Danemark est tourné vers l’international et plus particulièrement vers le Royaume-Uni, en termes d’exportations comme d’investissements. Au Royaume-Uni, les politiques menées pour mieux valoriser l’utilisation de porcs britanniques apparaissent plus difficiles à concrétiser pour les produits transformés que pour le porc frais. En Pologne, le marché de la charcuterie évolue rapidement, sous l’impulsion de groupes étrangers qui s’y implantent.

PDF icon version_francaise_cahier_ifip_vol02_2015_lecuyer.pdf, PDF icon english_version_cahier_ifip_vol02_2015_lecuyer.pdf
2016

Développement des élevages espagnols : industrialisation et performance

Consulter le resumé

Les intégrateurs contribuent fortement à la croissance du cheptel et de la production espagnole.
Ils sont à l’origine de la construction d’élevages spécialisés et de grande taille.
Particulièrement renforcé depuis la crise de 2007, ce mouvement de modernisation et d’industrialisation des élevages se traduit par une progression des performances des élevages et de leur rentabilité.

2016

Espagne : l’export tire la croissance de la production

Consulter le resumé

Après une période de stabilisation, la filière porcine espagnole renoue avec la croissance depuis 2013. La consommation intérieure reste en retrait, mais les entreprises développent fortement les exportations, surtout vers l’Asie. La percée sur les marchés internationaux est basée sur une stratégie de conquête de marché avec des produits plutôt élaborés, à forte valeur ajoutée.

2016

Espagne : une filière porcine intégrée et organisée par des entreprises privées

Consulter le resumé

Près de 70 % de la production porcine espagnole sont contrôlés par des firmes intégratrices.
En amont comme en aval de la filière, différents modèles d’entreprises coexistent.
Les liens verticaux entre maillons de la filière sont relativement forts.

2016

Espagne : investissements et croissance des entreprises de l’aval

Consulter le resumé

Le secteur espagnol de l’abattage-découpe se restructure et se concentre rapidement. Les principales entreprises investissent et leur croissance est rapide. Elles adoptent des stratégies commerciales différentes, certaines se spécialisant particulièrement vers l’export.
Contrairement à ce qui se passe dans les autres Etats-Membres, le secteur de la charcuterie est plus concentré que celui de l’abattage-découpe.

2016

Espagne: des élevages de plus en plus grands et performants

Consulter le resumé

Visuels de Boris Duflot présentés au Space 2016, Matinales de l'IFIP 

PDF icon visuels Duflot IFIP
2016

Espagne: Une production tirée par l’export, des entreprises qui investissent

Consulter le resumé

Visuels présentés par Bérengère lécuyer au Space 2016 (Matinales de l'IFIP)

PDF icon Visuels B Lécuyer Space 2016
2016

Jambon de Teruel : qualité et plus-value dans un contexte très concurrentiel

Consulter le resumé

Au sud de l’Aragon l’AOP Teruel produit des jambons et épaules de qualité gustative reconnue.
L’organisation collective des acteurs et le strict respect du cahier des charges permettent d’assurer une qualité constante, et ainsi de générer une valeur ajoutée répartie entre les entreprises de la filière.

2016

Les débats de société sur l'élevage en Allemagne, au Danemark et aux Pays-Bas : analyse, confrontation avec le sud de l'Union européenne et enseignements

Consulter le resumé

Christine Roguet et al., Notes et études socio-économiques (NESE) (FRA), 2016, n° 40, mai, p. 65-91

Cet article présente un panorama des débats de société sur l’élevage dans quelques pays européens. Nous y confirmons l’existence d’un gradient de préoccupations sociétales sur l’élevage, du nord au sud de l’Europe. Les controverses sont très actives dans le nord de l’Europe, portées par de puissantes associations. Elles se traduisent par la mise en place de réglementations spécifiques et de nombreux labels, qui commencent à trouver leurs marchés. Elles le sont beaucoup moins dans les pays du sud, en particulier en Espagne. En Italie, la recherche d’une alimentation tracée et de qualité entre en synergie avec les aspirations sur la condition animale, et se traduit dans des mouvements comme Slow Food.

2016

L'Espagne creuse l'écart

Consulter le resumé

Rentabilité. La comparaison des prix de revient du porc des pays européens pointe les difficultés bassins mais aussi certaines réussites.

2016

Production porcine en 2014 : l'Espagne poursuit sa croissance

Consulter le resumé

Dossier spécial : l'UE doit-elle avoir peur de l'oncle Sam ?

Les quatre principaux pays producteurs de l’Union européenne (UE) cumulent 56 % des 255 millions de porcs produits. La hausse de la production et les exportations plus faibles ont augmenté les volumes disponibles à la consommation. La dépendance au marché russe s’est fait sentir en 2014 : les exportations de l’UE ont reculé, malgré des compensations réalisées en Asie. Les niveaux d’auto-approvisionnement très divers entre pays membres génèrent des échanges intra-UE très importants.

2016

Le jambon sec en Espagne et en Italie. À la conquête des marchés extérieurs

Consulter le resumé

L’Italie et l’Espagne ont en commun une très bonne image de leurs jambons secs. Alors que leur marché inté­rieur est freiné par la crise économique, les deux pays accentuent leurs exportations. La structure de la filière porcine y est en revanche très différente. L’intégration verticale est très développée en Espagne, alors qu’il y a peu de liens financiers entre maillons et un déficit en viande porcine en Italie.

PDF icon bpn-461-lecuyer.pdf
2016

Groupes et outils d’abattage dans l’UE : investissement, alliance et fusion

Consulter le resumé

 Les leaders nord-européens se sont dotés d’outils grands et performants au cours de la décennie précédente. Les années plus récentes ont été marquées par des rapprochements, fusions et rachats. A l’opposé, Vion continue son programme de restructuration. En Espagne, où l’abattage-découpe est moins concentré, les groupes leaders investissent pour moderniser et agrandir leurs outils.

PDF icon bpn2016-460-lecuyer.pdf
2016

Conjoncture et perspectives : état des lieux avec l'Ifip

Consulter le resumé

Au-delà du suivi en continu des marchés, l'Ifip réalise deux fois par an des prévisions de prix pour les trois trimestres à venir.

Les premières estimations pour la première moitié de 2016 sont sorties.

Etat des lieux et retour sur la méthode de suivi des prix en Europe.

2015

Crise porcine dans l’UE : impacts dans les principaux pays producteurs

Consulter le resumé

Depuis octobre 2014, la conjoncture difficile a mis en évidence la faible rentabilité structurelle de l’élevage de porc dans la plupart des pays européens. L’élevage espagnol poursuit un rythme de croissance élevé, grâce à une meilleure situation économique. Au nord de l’Europe, le potentiel de production semble se maintenir, au prix de restructurations et d’investissements.

PDF icon bpn2015-457-duflot.pdf
2015

Espagne porcine : cap à l’export : L’excédent s’accroît

Consulter le resumé

Ces dernières années, la production porcine espagnole a poursuivi son essor. La France reçoit près du quart des volumes exportés et le 2ème producteur de l’UE a pris pied sur les marchés asiatiques.
Le poids du bassin Catalogne-Aragon dans l’élevage et l’abattage s’est accru. La concentration des structures de production et de l’aval ont conforté la compétitivité de la filière.

PDF icon bpn2015-449-marouby.pdf
2015

Organisation des filières porcines dans l’Union européenne

Consulter le resumé

En concurrence sur le marché européen ou mondial, les filières porcines européennes présentent des modes d’organisation et de pilotage très variables, résultats de l’histoire, de leur culture… Ces différences expliquent une partie des écarts de compétitivité entre les bassins de production porcine.

PDF icon techporc_roussillon_n13.pdf
2013

Commerce français de porc 2012 : un bilan un peu meilleur

Consulter le resumé

Le commerce français de viande de porc est excédentaire en volume mais déficitaire en valeur. Le solde négatif est de 143 millions d’euros. Les pays tiers permettent de trouver une meilleure rémunération pour certains produits et de valoriser ceux qui n’ont pas de débouché au sein de l’Union européenne.

PDF icon techporc_van_ferneij_n13.pdf
2013

Pages