La base documentaire de l'IFIP

La base documentaire de l'IFIP : des centaines de documents à télécharger ou bien à commander.

Résultats 161 à 180 de 583 résultats
Rechercher une documentation
Publication Annéetrier par ordre croissant

Profil nutritionnel Inraporc n° 42 : (LWxLD) x Duroc ADN Profil des mâles castrés

Consulter le resumé

FICHE N° 42

Fiches « Profils nutritionnels » selon la population génétique.
Le logiciel InraPorc estime les besoins nutritionnels des porcs à partir de la connaissance de leur évolution du poids en fonction de l’âge et de la consommation d’aliment.
Dans le contexte français de production porcine, il existe un grand nombre de croisements génétiques utilisés en élevage.
Cette multiplicité des types de croisement est associée à des profils de croissance et de consommation eux aussi très divers. L’IFIP a mis en place dans la station de Romillé, un programme de caractérisation des profils de porcs obtenus à partir de truies LWxLD et de différents types de verrats. Ce travail inclut l’analyse des données acquises dans les stations de testage du Rheu et Mauron à partir d’animaux de race pure.
Une fois ces profils caractérisés, le logiciel InraPorc est utilisé pour déterminer les besoins moyens de ces différentes populations. Les résultats moyens obtenus pour chaque population de porcs sont diffusés sous forme de fiches.

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2013

Profil nutritionnel Inraporc n° 33 : (LWxLD) x (LWxPP) profil des femelles

Consulter le resumé

FICHE N° 33

Fiches « Profils nutritionnels » selon la population génétique.
Le logiciel InraPorc estime les besoins nutritionnels des porcs à partir de la connaissance de leur évolution du poids en fonction de l’âge et de la consommation d’aliment.
Dans le contexte français de production porcine, il existe un grand nombre de croisements génétiques utilisés en élevage.
Cette multiplicité des types de croisement est associée à des profils de croissance et de consommation eux aussi très divers. L’IFIP a mis en place dans la station de Romillé, un programme de caractérisation des profils de porcs obtenus à partir de truies LWxLD et de différents types de verrats. Ce travail inclut l’analyse des données acquises dans les stations de testage du Rheu et Mauron à partir d’animaux de race pure.
Une fois ces profils caractérisés, le logiciel InraPorc est utilisé pour déterminer les besoins moyens de ces différentes populations. Les résultats moyens obtenus pour chaque population de porcs sont diffusés sous forme de fiches.

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2013

Profil nutritionnel Inraporc n° 45 : (LWxLD) x Kantor Profil des femelles

Consulter le resumé

FICHE N° 45

Fiches « Profils nutritionnels » selon la population génétique.
Le logiciel InraPorc estime les besoins nutritionnels des porcs à partir de la connaissance de leur évolution du poids en fonction de l’âge et de la consommation d’aliment.
Dans le contexte français de production porcine, il existe un grand nombre de croisements génétiques utilisés en élevage.
Cette multiplicité des types de croisement est associée à des profils de croissance et de consommation eux aussi très divers. L’IFIP a mis en place dans la station de Romillé, un programme de caractérisation des profils de porcs obtenus à partir de truies LWxLD et de différents types de verrats. Ce travail inclut l’analyse des données acquises dans les stations de testage du Rheu et Mauron à partir d’animaux de race pure.
Une fois ces profils caractérisés, le logiciel InraPorc est utilisé pour déterminer les besoins moyens de ces différentes populations. Les résultats moyens obtenus pour chaque population de porcs sont diffusés sous forme de fiches.

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2013

Profil nutritionnel Inraporc n° 43 : (LWxLD) x Duroc Nucléus Profil des femelles

Consulter le resumé

FICHE N° 43

Fiches « Profils nutritionnels » selon la population génétique.
Le logiciel InraPorc estime les besoins nutritionnels des porcs à partir de la connaissance de leur évolution du poids en fonction de l’âge et de la consommation d’aliment.
Dans le contexte français de production porcine, il existe un grand nombre de croisements génétiques utilisés en élevage.
Cette multiplicité des types de croisement est associée à des profils de croissance et de consommation eux aussi très divers. L’IFIP a mis en place dans la station de Romillé, un programme de caractérisation des profils de porcs obtenus à partir de truies LWxLD et de différents types de verrats. Ce travail inclut l’analyse des données acquises dans les stations de testage du Rheu et Mauron à partir d’animaux de race pure.
Une fois ces profils caractérisés, le logiciel InraPorc est utilisé pour déterminer les besoins moyens de ces différentes populations. Les résultats moyens obtenus pour chaque population de porcs sont diffusés sous forme de fiches.

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2013

Profil nutritionnel Inraporc n° 41 : (LWxLD) x Duroc ADN Profil des femelles

Consulter le resumé

FICHE N° 41

Fiches « Profils nutritionnels » selon la population génétique.
Le logiciel InraPorc estime les besoins nutritionnels des porcs à partir de la connaissance de leur évolution du poids en fonction de l’âge et de la consommation d’aliment.
Dans le contexte français de production porcine, il existe un grand nombre de croisements génétiques utilisés en élevage.
Cette multiplicité des types de croisement est associée à des profils de croissance et de consommation eux aussi très divers. L’IFIP a mis en place dans la station de Romillé, un programme de caractérisation des profils de porcs obtenus à partir de truies LWxLD et de différents types de verrats. Ce travail inclut l’analyse des données acquises dans les stations de testage du Rheu et Mauron à partir d’animaux de race pure.
Une fois ces profils caractérisés, le logiciel InraPorc est utilisé pour déterminer les besoins moyens de ces différentes populations. Les résultats moyens obtenus pour chaque population de porcs sont diffusés sous forme de fiches.

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2013

Profil nutritionnel Inraporc n° 46 : (LWxLD) x Kantor Profil des mâles castrés

Consulter le resumé

FICHE N° 46

Fiches « Profils nutritionnels » selon la population génétique.

Le logiciel InraPorc estime les besoins nutritionnels des porcs à partir de la connaissance de leur évolution du poids en fonction de l’âge et de la consommation d’aliment.

Dans le contexte français de production porcine, il existe un grand nombre de croisements génétiques utilisés en élevage.

Cette multiplicité des types de croisement est associée à des profils de croissance et de consommation eux aussi très divers.L’IFIP a mis en place dans la station de Romillé, un programme de caractérisation des profils de porcs obtenus à partir de truies LWxLD et de différents types de verrats. Ce travail inclut l’analyse des données acquises dans les stations de testage du Rheu et Mauron à partir d’animaux de race pure.

Une fois ces profils caractérisés, le logiciel InraPorc est utilisé pour déterminer les besoins moyens de ces différentes populations. Les résultats moyens obtenus pour chaque population de porcs sont diffusés sous forme de fiches.

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2013

Organisation des filières porcines européennes : Différents modèles

Consulter le resumé

Les principaux pays producteurs de porcs en Union européenne ont organisé différemment leurs filières, selon leur culture et leur histoire. La coopérative, l'intégration et l'organisation libérale sont les principaux modèles qui coexistent en Europe. Ces modèles déterminent la répartition des pouvoirs entre les acteurs et impactent les stratégies de développement et les voies d''adaptation aux changements de marché ou de contexte réglementaire.

PDF icon 2013bpn434.pdf
2013

Predictive microbiology combined with metagenomic analysis targeted on the 16S ribosomal DNA: A new approach for food quality

Consulter le resumé

The food spoilage process is mainly caused by alteration micro-organisms and classical culture-based methods have therefore been used to assess the microbiological quality of food. These techniques are simple to implement but may not be relevant to understand the modifications of the microbial ecology which occur in the food product in response to different changes in the environmental conditions. Metagenomic analysis targeted on 16S ribosomal DNA can bring about a solution to this new need and elucidate microbial community structures, including the identification and quantification of culturable and non-culturable organisms, at a much higher resolution than was previously possible with culture-based methods to provide a picture of the microbial community. Combined with predictive microbiological models, a new approach was investigated to take into account the dynamics of the evolutions of the microbial community in food products. This work describes the application of a metagenomic analysis and predictive microbiology in order to study bacterial populations dynamics in perishable foods under different environmental conditions.

PDF icon delhalle2013.pdf
2013

RN gene polymorphism effects in a family-based scheme in French purebred pig populations

Consulter le resumé

The study was based on performance recording (with 23 meat quality traits) in progeny testing station of half-sib families composed of 50 offspring (castrates and females) from purbred sires. The aim of this scheme was to estimate, in French purebred pig populations, the effect  of polymorphisms. Data will be presented for 1,740 genotyped anmals belonging to 4 groups of breeds : LW (3 Large-White type populations), LF (French Landrace), D (3 Duroc populations) and CH (4 Chinese-European lines). Eight polymorphisms in RN (PRKG3) gene were analyzed : R200Q, V1991, G52S, K131R, P134L, T30N, V41I, L53P. No polymorphism was found for R200Q and L53P. Six haplotypes were defined with the remaining mutations. Effect of haplotypes was estimated with MIXED procedure (SAS software) with sex and slaughter date as fixed effects, mother and father as random effects and carcass weight as covariate. Most significant results were observed for pHSM (semi-membraneous pH 24 h post mortem) and MQI (Meat Quality Index combining pHSM, Minolta L* and water holding capacity both on gluteus superficialis) in LW, LF, and D, for drip loss in LW and LF and for color traits (Minolta L*, a*, b*) in LW, LF and CH. Results will be illustrated focusing on 2 meat quality traits (MQI, and drip loss) and 2 haplotypes. Haplotypic frequencies estimated on parents are 26% and 10% in LW, 64% and 20% in LF, 40% and 47% in D and 12% and 21% in CH for haplotype 1 and 2 respectively. haplotype 1 is favorable for the 2 considered traits. Regarding combinations of haplotypes, 11 is significantly better than 16 in LW, LF and D and even more than 66 in D. Estimated effects between 11 and 16 are between 0.2 and 0.8 phenotpic standard deviation; the highest being observed in LW. In D, differences between 11 and 66 animals are estimated to be 0.9 phenotypic standard deviation for MQI.

PDF icon eaap_mercat.pdf
2013

RN gene polymorphism effects in a family-based scheme in French purebred pig populations

Consulter le resumé

The study was based on performance recording (with 23 meat quality traits) in progeny testing station of half-sib families composed of 50 offspring (castrates and females) from purbred sires. The aim of this scheme was to estimate, in French purebred pig populations, the effect  of polymorphisms. Data will be presented for 1,740 genotyped anmals belonging to 4 groups of breeds : LW (3 Large-White type populations), LF (French Landrace), D (3 Duroc populations) and CH (4 Chinese-European lines). Eight polymorphisms in RN (PRKG3) gene were analyzed : R200Q, V1991, G52S, K131R, P134L, T30N, V41I, L53P. No polymorphism was found for R200Q and L53P. Six haplotypes were defined with the remaining mutations. Effect of haplotypes was estimated with MIXED procedure (SAS software) with sex and slaughter date as fixed effects, mother and father as random effects and carcass weight as covariate. Most significant results were observed for pHSM (semi-membraneous pH 24 h post mortem) and MQI (Meat Quality Index combining pHSM, Minolta L* and water holding capacity both on gluteus superficialis) in LW, LF, and D, for drip loss in LW and LF and for color traits (Minolta L*, a*, b*) in LW, LF and CH. Results will be illustrated focusing on 2 meat quality traits (MQI, and drip loss) and 2 haplotypes. Haplotypic frequencies estimated on parents are 26% and 10% in LW, 64% and 20% in LF, 40% and 47% in D and 12% and 21% in CH for haplotype 1 and 2 respectively. haplotype 1 is favorable for the 2 considered traits. Regarding combinations of haplotypes, 11 is significantly better than 16 in LW, LF and D and even more than 66 in D. Estimated effects between 11 and 16 are between 0.2 and 0.8 phenotpic standard deviation; the highest being observed in LW. In D, differences between 11 and 66 animals are estimated to be 0.9 phenotypic standard deviation for MQI.

PDF icon eaap_mercat.pdf
2013

Les races locales de porcs en France

Consulter le resumé

Plaquette du Ligeral sur les 6 races locales : porc blanc de l'Ouest, porc de Bayeux, porc cul noir du Limousin, porc basque, porc gascon, porc nustrale.

PDF icon plaquetteligeral.pdf
2013

Genetics of residual feed intake in growing pigs : Relationships with production traits, and nitrogen and phosphorus excretion traits

Consulter le resumé

Residual feed intake (RFI) is defined as the difference between the observed ADFI and the ADFI predicted from production and maintenance requirements. The objectives of this study were to evaluate RFI as a selection criterion to improve feed efficiency and its potential to reduce N and P excretion in 4 pig breeds. Data were collected between 2000 and 2009 in French central test stations for 2 dam breeds [French Landrace (LR) and Large White (LWD)], and 2 sire breeds [Large White (LWS) and Piétrain (PP)]. Numbers of recorded pigs were 6407, 10,694, 2342, and 2448 for the LR, LWD, LWS, and PP breeds, respectively. All PP animals were genotyped for the halothane mutation. This data set was used to calculate RFI equations for each of the 4 breeds, and to estimate genetic parameters for RFI together with growth, carcass, and meat quality traits, and N and P excretion during the test period (35 to 110 kg BW). The RFI explained 20.1% in PP, 26.5% in LWS, 27.6% in LWD, and 29.5% in LR of the phenotypic variability of ADFI. The PP breed differed from the others in this respect, probably due to a lower impact of the variation of body composition on ADFI. Heritability estimates of RFI ranged from 0.21 ± 0.03 (LWD) to 0.33 ± 0.06 (PP) depending on the breed. Heritabilities of N and P excretion traits ranged from 0.29 ± 0.06 to 0.40 ± 0.06. The RFI showed positive genetic correlations with feed conversion ratio (FCR) and excretion traits, these correlations being greater in the sire breeds (from 0.57 to 0.86) than in the dam breeds (from 0.38 to 0.53). Compared with FCR, RFI had weaker genetic correlations with carcass composition, growth rate, and excretion traits. Estimates of genetic correlations between FCR and excretion traits were very close to 1 for all breeds. Finally, excretion traits were, at the genetic level, correlated positively with ADFI, negatively with growth rate and carcass leanness, whereas the halothane n mutation in PP was shown to reduce N and P excretion levels. To conclude, new selection indexes including RFI can be envisaged to efficiently disentangle the responses to selection on growth rate and body composition from those on feed efficiency, with favorable impacts on N and P excretions, particularly in sire pig breeds. However, the switch from FCR to RFI in selection indexes should not resolve the genetic antagonism between feed efficiency and meat quality.

2013

Odeur de verrat : trois populations Piétrain utilisées en France à faible risque

Consulter le resumé

Des porcs mâles entiers de type Piétrain ou croisés Piétrain x Large White présentent un risque limité d’odeur sexuelle. C’est ce que révèle une vaste étude réalisée en station de contrôle. Les animaux de types croisés présentent toutefois des teneurs en androsténone et scatol supérieures aux animaux de race pure.

PDF icon techporc_mercat_n11_2013.pdf
2013

Systèmes d’identification et de traçabilité des porcs dans différents pays de l’UE

Consulter le resumé

Poster. L’identification et le suivi des mouvements des porcins au sein de l’Union Européenne sont soumis à la réglementation communautaire qui fixe les obligations de base communes à tous les états membres. Les spécificités des systèmes d’identification ont été analysées dans 4 pays. Cette étude met en évidence des tendances d’évolutions qui pourraient constituer un tournant pour l’ensemble des pays de l’UE dans les années à venir.
PDF icon Systèmes d’identification et de traçabilité des porcs dans différents pays de l’UE
2013

Au nord de l'Europe, la taille des élevages fait débat

Consulter le resumé

D'un côté, un cheptel porcin qui croît, se concentre dans des zones déjà denses en productinos et des élevages dont la taille s'envole. De l'autre, des habitants soucieux de leur cadre de vie et des citoyens sensibles aux conditions de vie des animaux. Qu'en est-il de la relation entre les citoyens et l'élevage aux Pays-Bas et en Allemagne ?

PDF icon techporc_roguet_n10_2013.pdf
2013

Odeurs de verrat : effets génétiques et non génétiques

Consulter le resumé

Les filières porcines européennes se sont engagées dans une démarche volontaire d'abandon de la castration chirurgicale des porcelets mâles à l’horizon 2018. L'une des conditions de cet abandon est de résoudre les différents problèmes liés à l'élevage de mâles entiers, et plus particulièrement ceux de qualité de viande. L'une des voies privilégiées est celle de la génétique, notamment la sélection génomique. Une population ressource a donc été mise en œuvre dans des populations françaises de type Piétrain, avec un contrôle des animaux en station de testage. Environ 1000 verrats de type Piétrain ou de type croisé Piétrain x Large White ont été élevés et abattus pour déterminer les caractères de production, de développement sexuel, de composition corporelle et surtout de défaut d'odeur de viande. La concentration en testostérone plasmatique diffère d’un type génétique à l'autre, mais les différences restent globalement faibles. Cette concentration n’est pas affectée par la bande d'élevage, par le poids des animaux ou par leur âge à la mesure. La teneur en androsténone de la bardière n’est pas affectée par l’effet de la bande d’élevage mais varie quasiment du simple au double en moyenne d’un type génétique à l’autre, les teneurs les plus élevées étant observées à la fois dans un des types Piétrain pur et dans un des types croisés. Cette teneur augmente avec le poids d’abattage et la concentration plasmatique en testostérone. L’effet de l’âge à l'abattage dépend du type génétique. La teneur en scatol de la bardière est peu affectée par la concentration en testostérone mais varie d’une bande à l'autre, d’un type génétique à l'autre et diminue avec l'âge à l'abattage.

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2013

Mise en évidence de régions QTL sélectionnées dans une lignée synthétique sino-européenne

Consulter le resumé

Afin d'améliorer les qualités maternelles des truies, des lignées composites sino-européennes ont été développées en France par différentes organisations de sélection porcine (OSP) afin de tirer parti des bonnes performances des truies Meishan (MS) pour les caractéristiques de reproduction (prolificité, aptitudes maternelles) (Bidanel et al., 1991).

Néanmoins, les faibles performances de production de la race MS nécessitent la mise en place de stratégies de sélection afin d'aboutir à une combinaison des avantages respectifs des différentes races utilisées.

Poster.

L'OSP ADN a ainsi développé à partir de 2001 une lignée composite 1/4 MS, la Duochan, obtenue par croisement de truies Large White (LW) et de verrats F1 (Landrace (LF) x MS) issus de 28 truies MS.

Si, dans un premier temps, la Duochan a été sélectionnée sur la base d’un indice sur performances, l'objectif d'ADN est à terme de pouvoir mettre en place une sélection assistée par marqueurs (SAM).

L'objectif de l'étude présentée ici est d'identifier les régions du génome influençant les caractères de production et de reproduction pris en compte dans l'indice de sélection afin de définir à terme un jeu de marqueurs moléculaires permettant la sélection de ces QTL.

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2013

Sélection de truies d'hyperqualités

Consulter le resumé

Initié en 1975, le programme "hyper" a permis de gains considérables de la prolificité des races Large White lignée femelle et Landrace français. La collecte des poids des porcelets à la naissance généralisée dans les élevages de sélection permet de progresser sur l'homogénéité des porcelets à la naissance et de sélectionner sru la production laitière des truies. L'ère des truies d'hyperqualités est née.

PDF icon techporc_do_delaunay_n9_2013.pdf
2013

Coût de revient 2011 : les producteurs européens face à de forts compétiteurs

Consulter le resumé

En 2011, les coûts de revient du porc sont relativement homogènes entre les principaux pays producteurs européens. La France se maintient parmi les leaders en Europe. Néanmoins, les pays d’Amérique du Nord et le Brésil tirent leur épingle du jeu grâce à de faibles prix des moyens de production.

PDF icon techporc_duflot_n9_2013.pdf
2013

Des systèmes d'élevage différents en Europe pour des marchés ciblés

Consulter le resumé

Une grande majorité des porcs produits en Europe sont issus de systèmes dits conventionnels.

Mais face à des demandes sociétales croissantes, des systèmes variés d’élevage de porcs se développent pour répondre à ces attentes.

PDF icon techporc_antoine_n9_2013.pdf
2013

Pages