Identification porcine : vers une simplification des procédures

Fiche n° 018 : contribution aux politiques publiques

A la demande de la DGAL, l’IFIP conduit des travaux concernant la faisabilité de la dématérialisation des documents d’accompagnement
des mouvements des porcins.
Au-delà de cette dématérialisation, c’est plus généralement la simplification des procédures d’identification des porcins qui a fait l’objet des discussions avec les professionnels, et le sujet prioritaire identifié en 2014 a concerné le transfert de porcelets entre sites liés.
Jusqu’à présent, tous les porcins quittant un site d’élevage pour être engraissés dans un autre site devaient être identifiés avant leur départ, par boucle ou tatouage à l’oreille.
Pour les éleveurs qui transfèrent toujours leurs porcelets vers le ou les mêmes sites d’engraissement (élevages en multi-sites, maternités collectives, contrats de long terme entre naisseur et engraisseur), cette pratique était jugée fastidieuse, en termes de temps de travail et de manipulation des animaux notamment.
L’objectif était donc de définir un dispositif permettant à ces éleveurs de ne pas identifier physiquement leurs porcelets, tout en apportant des garanties de traçabilité à l’Administration, condition nécessaire pour faire évoluer la règlementation.