Observatoire des pH ultimes et du défaut «viande déstructurée» des jambons de porc abattus en France / Observatory on ultimate pH and the PSE-like ham defect in pigs slaughtered in France

Prix
35,00 €

Les Cahiers de l'IFIP, 7(1), 25-33 - La revue R&D de la filière porcine française

L’IFIP - Institut du porc a réalisé près de 25 000 mesures de pH et 10 000 notations du défaut déstructuré dans 5 entreprises du secteur abattage découpe au cours des saisons été et hiver de 2019. Ces cinq entreprises représentent environ 30% des porcs abattus en 2019 (zone Uniporc). Le niveau de pH moyen obtenu est de 5,69, avec un écart de type 0,16. La proportion de viandes normales (pH entre 5,6 et 6,0) est de 63 %, 32 % des viandes avaient des pH inférieurs à 5,6, et 5 % des pH supérieurs à 6,0. Nos données montrent une grande variabilité entre abattoirs ou entre jours de mesure pour un abattoir, ce qui suppose des marges de progression pour la filière. Nos résultats mettent en évidence une différence significative des résultats de pH entre les deux saisons étudiées et moyennés sur les 5 entreprises. Nous avons confirmé une meilleure qualité des viandes en saison hiver. La proportion moyenne dans l’étude de viandes touchées par le défaut déstructuré est de 19,3 %. Parmi les lots de jambons évalués, les lots triés pour une borne de tri de pH de 5,5 ou 5,6 présentaient des taux de viandes déstructurées de l’ordre de 15 à 17 %. Ce tri est donc peu efficace au regard des taux de viandes déstructurées de la population globale. En revanche, malgré le petit nombre de lots évalués, nous constatons qu’il y a un vrai apport de la sélection avec une borne de pH de 5,7 (7 à 9 % de viandes déstructurées), et que la sélection à une borne de pH de 5,8 n’apporte pas plus pour la sélection des jambons non déstructurés.

IFIP–Pig and Pork Science performed almost 25,000 pH measurements and collated almost 10,000 PSE-like scores at 5 pig slaughterhouses over the course of winter and summer 2019. These 5 slaughterhouses together represent around 30% of pigs slaughtered in France in 2019 (Uniporc coverage zone). Mean ham pH level was 5.69 with 0.16 standard deviation. The proportion of normal-pH meat (i.e. in the range pH 5.6–pH 6.0), was 63%, while 32% were pH < 5.6 and 5% were pH > 6.0. Our data shows huge variation between slaughterhouses and day-to-day variation in a given slaughterhouse, which points to significant scope for improvement across this commodity chain. Our results find a significant between-season difference in pH-measurement results averaged across the 5 slaughtering companies studied. This study confirms that winter-season meat is better quality. Mean proportion of the PSE-like destructured meat defect found in hams sampled for this study was 19.3%. Among the full sample of batches of ham assessed, batches sorted at a pH cut-off of pH 5.5 or 5.6 had a 15%–17% case-rate of PSE-like defect, which we find to be ineffective given the destructuration case-rate in the global population here. However, despite a relatively small number of batches assessed, we find that selective grading at a pH cut-off of pH 5.7 brings a real performance benefit (7%–9% PSE-like case-rate) that is not further improved by selective grading at a pH cut-off of 5.8.