Prototype de bâtiment à énergie positive BEBC+ pour l'élevage de porcs (vidéo 3D augmentée)

Quelles solutions techniques choisir ? 

Cette vidéo 3D de 9 minutes décrit un prototype de bâtiment à énergie positive BEBC+ pour l'élevage de porcs ; l'IFIP vous propose une version augmentée qui intègre un raclage en V et la couverture des fosses.

Pourquoi intégrer un raclage en V ?
Un système installé en fond de fosse permet la séparation de l'urine et des féces à l'aide d'une gouttière qui collecte les urines et d'un racleur qui évacue les féces. Un convoyeur de type tapis roulant collecte la fraction solide qui sera évacuée vers l'extérieur.
- Coût du raclage en V : + 150 €/place
- Amélioration environnementale : Réduction de 54% des émissions de NH3 et de 49% pour celle de N2O
- Amélioration technique : Réduction de l'Indice de Consommation d'aliment d'environ 0.1 point.

Pourquoi couvrir la fosse ?
Exemple : 1 200 m3 par le procédé Nénuphar afin de chauffer les salles de post-sevrage par aérotherme et les maternités par dalles.
La simulation conclut à 87% de couverture des besoins si on laisse la fosse de 1 200 m3 se remplir avec le lisier d'engraissement (2 500 m3) et en ne vidant complètement la fosse qu'au printemps et en fonctionnant par trop plein à partir du mois d'octobre.
Même résultat si on remplit uniquement avec le lisier d'engraissement ou qu'on mélange tous les lisiers (+ de volume mais lisier - méthanogène et - temps de séjour).
- Couverture des besoins par couverture de fosse : 87% x (67 kWh/place Post-Sevrage x 1 440 places) + (729 kWh/place maternité x 80 places) = 134 676 kWh
- Production d'énergie thermique : 135 000 kWh
- Couverture des besoins en chauffage de l'élevage : 87%
- Temps de retour sur investissement (40% de subvention) : 7 ans
- Emission de gaz à effet de serre évitée : 9.84 tonnes équivalent CO2

Vidéo augmentée dans le cadre du RMT  Bâtiments d'élevage de demain, en partenariat avec la Chambre d'agriculture de Bretagne.

Contact : michel.marcon@ifip.asso.fr, directeur R&D, IT et numérique à l'IFIP