Méthodes d’évaluation du bien-être animal en élevage, pendant le transport et à l’abattoir

Les modalités de prise en compte du bien-être animal sont souvent liées à des évolutions réglementaires.

Des acteurs économiques peuvent également intervenir par le biais de cahiers des charges intégrant de façon plus ou moins importante des mesures liées au bien-être des animaux, ou via des chartes et des guides de bonnes pratiques.

Les derniers textes Européens et les discussions autour du plan d’action bien-être animal 2011-2015 mettent en avant la nécessité d’évoluer vers une plus grande prise en compte d’une obligation de résultats en lieu et place d’une obligation de moyens (normes). Par exemple, la directive sur le bien-être des poulets de chair conditionne les pratiques d’élevage à la réalisation d’objectifs comme des taux limités de mortalité ou de lésions observées à l’abattoir.

Le règlement abattoir instaure un suivi du bien-être animal lors des différentes phases entre l’arrivée des animaux et leur mise à mort par la mise en place de guides de bonnes pratiques et de procédures de contrôle.

Pour le transport, un consensus est apparu lors des Rencontres Animal et Société sur l’intérêt de disposer de critères permettant d’évaluer la qualité du transport.

Toutes ces questions et évolutions potentielles montrent l’importance, pour les professionnels des filières, de s’approprier ces nouveaux outils.

Un travail collectif a été initié dans le cadre du RMT « Bien-être et systèmes d’élevage » pour recenser les différentes démarches qui ont pu être mises en place dans différents pays, pour les principales espèces d’élevage.

L’objectif est de relayer cette information auprès des utilisateurs potentiels pour anticiper et accompagner les évolutions réglementaires et se positionner face aux démarches mises en place, en France et à l’international.