La base documentaire de l'IFIP

La base documentaire de l'IFIP : des centaines de documents à télécharger ou bien à commander.

Résultats 101 à 120 de 4646 résultats
Rechercher une documentation
Publication Annéetrier par ordre décroissant

Paramètres génétiques de la composition chimique de deux dépôts adipeux (bardière et panne) et du muscle long dorsal chez le porc

Consulter le resumé

Les paramètres génétiques des caractères de composition chimique de la bardière (Ba), de la panne (Pa) et du muscle Long dorsal (LD) ont été estimés chez des porcs Large White et Landrace Français contrôlés en station publique, avec une alimentation à volonté (régimes à base de blé, orge et tourteau de soja) et un abattage à environ 100 kg de poids vif. Les échantillons de gras de bardière (à la fois couche interne et couche externe) et de muscle LD ont été prélevés au niveau des 13ème - 14ème côtes.
PDF icon Paramètres génétiques de la composition chimique de deux dépôts adipeux (bardière et panne) et du muscle long dorsal chez le porc
1998

Présentation du dispositif collectif français d'évaluation génétique porcin pour les caractères de production et de reproduction

Consulter le resumé

Un dispositif d’évaluation génétique fondé sur la méthodologie du BLUP-modèle animal a été mis en place en France pour estimer les valeurs génétiques pour les caractères de production et de reproduction des porcs contrôlés en ferme et dans les stations publiques de contrôle des performances. Ce dispositif comprend une évaluation hebdomadaire pour les caractères de production, et une évaluation mensuelle pour la reproduction, ces deux applications étant conduites indépendamment.
PDF icon Présentation du dispositif collectif français d'évaluation génétique porcin pour les caractères de production et de reproduction
1998

Intérêt d'une pesée au sevrage dans le contrôle de performances en ferme

Consulter le resumé

Les données de contrôle en ferme de porcs issus de 4 662 portées en Large White (LW) et 6 608 portées en Landrace Français (LF) ont permis de calculer les paramètres génétiques de la taille de portée, de l'épaisseur de lard à 100 kg (ELD100), de l'âge à 100 kg (A100) et de divers autres critères de croissance utilisant le poids au sevrage, dont l'âge à 100 kg corrigé pour le poids au sevrage (A100corr) et le GMQ de 8 à 100 kg (GMQ8-100).
1998

Analyse de la variabilité génétique des races porcines Large White, Landrace Français et Piétrain sur la base de l'information généalogique

Consulter le resumé

Les données généalogiques des races françaises Large White (LW), Landrace Français (LF) et Piétrain (PI), rassemblées entre 1962 et 1996, ont été utilisées pour étudier l'évolution récente de la variabilité génétique de ces trois populations.
PDF icon Analyse de la variabilité génétique des races porcines Large White, Landrace Français et Piétrain sur la base de l'information généalogique
1998

Trente ans d'évolution du secteur porcin en France : de l'autarcie à la compétitivité internationale

Consulter le resumé

Onésime Teffène et al., 30es Journées de la Recherche Porcine en France, 3, 4 et 5 février 1998, Paris, p. 133-152

La politique de développement de la production porcine française a trouvé ses fondements au cours des années 60, en même temps que se mettait en place le marché commun agricole. Confronté à la montée en puissance de la concurrence européenne, ce secteur d'activité a vite montré ses faiblesses. Le déficit commercial a commencé à s'établir avec, en particulier, une crise grave en 1969. Le Plan de rationalisation de la production porcine a été mis en oeuvre à partir de 1970. Avec des aides à la construction et à la rénovation de porcheries, il devait accompagner une profonde mutation structurelle. La production était réalisée jusqu'alors en majeure partie par de très petits élevages, fonctionnant pratiquement en autarcie. Il fallait constituer une population nouvelle selon le modèle d'un éleveur de porc, agriculteur responsable, techniquement compétent et maître de ses choix. Encourageant aussi la construction d'un système rationnel de sélection porcine et la formation des éleveurs et des techniciens, le Plan avait choisi un maître d'oeuvre, le groupement de producteurs. Ces orientations ont contribué à façonner le visage actuel du secteur. La région de Bretagne a saisi toutes les opportunités pour moderniser et développer sa production plus vite que les autres régions françaises. Dans les années suivantes, des organismes professionnels ainsi que des industries performantes, à l'amont comme à l'aval, se sont construits autour de la production, en Bretagne principalement aussi. Il a cependant fallu attendre le milieu des années 80 pour que tous ces efforts se concrétisent par une diminution du déficit français en viande de porc. En 1994, est apparu un léger excédent qui s'accroît depuis. Les principales entreprises françaises d'abattage, découpe et transformation de porc exportent vers l'Union européenne, mais aussi vers les marchés tiers, après avoir modernisé et développé ces fonctions ainsi que leurs capacités commerciales. Au cours des dix dernières années, la croissance de la Bretagne s'est étendue aux régions voisines, Pays-de-la-Loire et Basse-Normandie, mais est restée faible dans les autres régions. La concentration géographique s'est accompagnée de la croissance des élevages, de plus en plus spécialisés, et des autres entreprises de la filière, donnant aux zones de fortes densités de réels avantages économiques. Mais ce mode de développement se heurte à des difficultés, environnementales surtout, qui obligent à rechercher des solutions originales.

The French pig sector thirty years after. From autarky to international competitiveness

France has chosen his way to develop pig production during the years 60, at the early stage of the European Common Market. Due to the lack of efficiency against other European countries, France became quickly a net importer for pig meat. After a crisis particularly heavy in 1969, the French government gave subsidies, in order to rationalise this sector. The French pig farms were very small. So, the plan was to sustain the construction of a modern industry with independent farmers, technically efficient, more specialised in pig production. The goal of the plan was also to develop a new system of genetics and to give farmers and technical advisors a good training. The plan has given this project a leader, the producers community. These choices do still have a large influence on the present situation of the sector. The region Bretagne has taken these opportunities to develop and to modernise his production faster than each other French region. During the following years specialised organisations and efficient industries such as animal feed facilities and packing plants were built in Bretagne as well. Nevertheless the French deficit for pig meat became larger until 1985. Afterwards it began to diminish and France became a net exporter in 1994. The largest packing and meat processing plants export to European Union and third countries, thanks to their efficient facilities and trade teams as well. During the ten last years, the pig production went up in regions near the Bretagne, Pays-de-la-Loire and BasseNormandie, but not in other French regions. The geographical concentration with larger farms and other industries gives strong economical advantages to the high density regions. But this development faces now limits, particularly environmental, which requires original solutions.

PDF icon Onésime Teffène et al., 30es JRP, 3, 4 et 5 février 1998, p. 133-152
1998

Approche typologique du fonctionnement, de l'organisation et des orientations des groupements de producteurs de porcs dans l'ouest de la France

Consulter le resumé

Les groupements de producteurs de porcs, créés sur l'initiative des Pouvoirs Publics dans les années 60 en France, ont pris une grande importance, surtout dans l'ouest du pays. En Bretagne, la part de la production des adhérents des groupements dépasse 95 % du total. Elle équivaut à la moyenne nationale, soit 90 %, en Pays-de-la-Loire.
PDF icon Approche typologique du fonctionnement, de l'organisation et des orientations des groupements de producteurs de porcs dans l'ouest de la France
1998

Typologie d'exploitations céréalières avec porcs dans trois régions françaises

Consulter le resumé

Bien que considérée comme élevage "hors sol", la production porcine demeure généralement insérée au sein d'exploitations agricoles. Les autres productions, végétales en particulier, et la surface disponible jouent un rôle important et croissant sur le fonctionnement et les potentialités des ateliers porcins.

Une méthode de typologie à dire d’experts a été utilisée pour identifier et caractériser les systèmes de production céréales-oléoprotéagineux/porcs (COP) dans trois régions : la Haute-Normandie/Picardie, le Centre (Charente et Indre) et le bassin de l’Adour.
PDF icon Typologie d'exploitations céréalières avec porcs dans trois régions françaises
1998

Les facteurs structurels dans le coût de production du porc charcutier : comparaison Danemark, France, Pays-Bas

Consulter le resumé

Cette étude, faisant suite à une comparaison des coûts de production effectuée en 1995, permet de mieux cerner la nature (technique, financière, réglementaire,...) des différences observées dans les principales charges de structure en France, aux Pays-Bas et au Danemark.

Ainsi l'analyse des sources micro-économiques disponibles, complétée par une expertise plus globale montre que :
PDF icon Les facteurs structurels dans le coût de production du porc charcutier : comparaison Danemark, France, Pays-Bas
1998

Systèmes d'approvisionnement en alimentation porcine aux Pays-Bas et au Danemark : conséquences de la réforme de la PAC

Consulter le resumé

La réforme de la PAC, à partir de 1993/94 a fortement accru l'utilisation des céréales en alimentation animale dans l'union européenne.
PDF icon Systèmes d'approvisionnement en alimentation porcine aux Pays-Bas et au Danemark : conséquences de la réforme de la PAC
1998

Influence de la source d'énergie et de la concentration énergétique de l'aliment sur le comportement alimentaire, les performances zootechniques et les qualités de carcasse du porc charcutier

Consulter le resumé

Le comportement alimentaire et les performances individuelles de 96 porcs LW x P, élevés en groupes hétérosexués, sont étudiés de 35 à 105 kg de PV, en fonction de quatre régimes alimentaires distribués à volonté: témoin à base de céréales et soja (9,9 MJ EN/ kg brut; R1), enrichi en matières grasses (10,7 MJ EN/ kg brut; R2), enrichi en fibres (9,0 MJ EN/ kg brut; R3), enrichi en fibres et matières grasses et isoénergétique à R1 (R4). Les résultats montrent que les mâles castrés ingèrent quotidiennement plus que les femelles (2557 vs.
PDF icon Influence de la source d'énergie et de la concentration énergétique de l'aliment sur le comportement alimentaire, les performances zootechniques et les qualités de carcasse du porc charcutier
1998

Utilisation des graines d'oléagineux en post-sevrage : colza, tournesol, soja extrudé

Consulter le resumé

Quatre aliments isoénergétiques et isoazotés, établis sur la base d'un même apport d'huile (3 %) sous différentes formes, ont été comparés sur des porcelets en post-sevrage, au cours de 3 essais successifs concernant chacun 360 porcelets :

3 % d'huile de colza

7 % de graines de tournesol

7 % de graines de colza

15 % de graines de soja extrudées.

Dans le 1er essai, seul le traitement "graines de colza" diffère significativement des trois autres au niveau des performances.
PDF icon Utilisation des graines d'oléagineux en post-sevrage : colza, tournesol, soja extrudé
1998

Influence des températures élevées sur les performances et le comportement alimentaire de la truie en lactation

Consulter le resumé

Les effets de la température ambiante (T) et de la teneur en protéines de l'aliment (CP) sont étudiés chez 24 truies multipares Large White. Les animaux sont répartis entre deux traitements thermiques et deux aliments suivant un dispositif factoriel 2x2. La température est maintenue constamment à 25°C ou varie au cours de la journée de ±4°C autour de 25°C. La teneur en protéines est de 14 ou 17%, les teneurs en acides aminés essentiels étant identiques dans les deux aliments. La photopériode est de 14 h de jour et 10 h d'obscurité. Le comportement alimentaire de 11 truies est mesuré.
PDF icon Influence des températures élevées sur les performances et le comportement alimentaire de la truie en lactation
1998

Comportement thermorégulateur du porcelet nouveau-né

Consulter le resumé

Nos observations ont été réalisées sur 5 portées durant les 24 premières heures de vie des porcelets. La case de mise-bas est conçue avec truie bloquée sur caillebotis fonte et caillebotis en matière plastique pour les porcelets. Une dalle chauffante est placée à l'avant. Lors de la mise-bas et dans les 7 heures qui suivent deux lampes à infra-rouge sont placées à l'arrière de la loge, puis une lampe est placée sur le côté.
PDF icon Comportement thermorégulateur du porcelet nouveau-né
1998

Influence de l'élévation de la température ambiante et du poids vif sur le comportement alimentaire des porcs en croissance élévés en groupe

Consulter le resumé

Le comportement alimentaire individuel de porcs en croissance issus d'un croisement Piétrain x Large White est étudié à partir de groupes de 3 ou 4 porcs à deux stades de croissance (S1 et S2) correspondant respectivement à des poids moyens de 49 et 75 kg. Pendant chaque stade, les porcs sont soumis à des températures variant par paliers de 19 à 29°C et de 29 à 19°C; la température est maintenue constante pendant 3 ou 4 jours consécutifs aux paliers suivants: 19, 22, 25, 27 ou 29°C.
PDF icon Influence de l'élévation de la température ambiante et du poids vif sur le comportement alimentaire des porcs en croissance élévés en groupe
1998

Incidence de la température ambiante et du niveau de rationnement sur les performances zootechniques du porc en croissance-finition

Consulter le resumé

Une expérimentation a porté sur 360 porcs à l’engrais afin de déterminer l’effet de la température ambiante (24 vs 17 °C) et du niveau alimentaire sur les performances du porc en croissance-finition. Les porcs étaient nourris, soit à volonté, soit rationnés à 90 ou 80 % de l’à volonté. Au total, 6 traitements ont été mis en place (2 températures x 3 niveaux alimentaires).
PDF icon Incidence de la température ambiante et du niveau de rationnement sur les performances zootechniques du porc en croissance-finition
1998

Incidence du taux d'humidité relatice de l'air ambiant sur les performances zootechniques du porc à l'engrais élevé à 28°C

Consulter le resumé

Une expérience portant sur 144 porcs charcutiers de type croisé a été effectuée afin de déterminer l’influence du niveau d’humidité relative de l’air sur les performances et l’état de santé des animaux. Trois niveaux ont été mis en place (45 %, 60 % et 75 %) et la température ambiante a été maintenue à 28°C. L’alimentation a été conduite à volonté et un seul aliment a été utilisé.
PDF icon Incidence du taux d'humidité relatice de l'air ambiant sur les performances zootechniques du porc à l'engrais élevé à 28°C
1998

Effet du refroidissement évaporatif par cooling et brumisation sur l'ambiance et les performances zootechniques en porcherie d'engraissement

Consulter le resumé

Le refroidissement évaporatif permet de réduire la température ambiante de 2,5°C en moyenne lorsque la température extérieure est supérieure à 25°C. Au maximum, l’écart entre la salle témoin et la salle rafraîchie est égal à 4,4°C.

En contrepartie, l’humidité ambiante augmente en moyenne de 10 points pour une réduction de la température de 1°C.

L’ambiance plus fraîche et plus moite, caractéristique du refroidissement évaporatif, ne s’est pas soldée dans notre essai par des différences de performances zootechniques.
PDF icon Effet du refroidissement évaporatif par cooling et brumisation sur l'ambiance et les performances zootechniques en porcherie d'engraissement
1998

Ventilation d'une porcherie d'engraissement par recyclage partiel de l'air ambiant

Consulter le resumé

Dans deux salles d'engraissement identiques sur caillebotis total, deux systèmes de ventilation ont été comparés. Les mesures portent sur les performances zootechniques et l'état sanitaire des animaux ainsi que sur la qualité de l'air ambiant.
PDF icon Ventilation d'une porcherie d'engraissement par recyclage partiel de l'air ambiant
1998

Apports de la logique floue pour la régulation d'ambiance en porcherie

Consulter le resumé

Actuellement, les régulateurs d'ambiance de bâtiments d'élevage fonctionnent tous selon le même principe. Le niveau de ventilation dépend essentiellement de la température de consigne et de la plage. Bien que la simplicité du principe de régulation apparaisse dans un premier temps comme un avantage, l’ambiance obtenue n’est pas satisfaisante sur le plan zootechnique dans bon nombre de situations climatiques.
PDF icon Apports de la logique floue pour la régulation d'ambiance en porcherie
1998

Les pertes en porcelets avant sevrage : la rançon d'une prolificité croissante

Consulter le resumé

1998

Pages