La base documentaire de l'IFIP

La base documentaire de l'IFIP : des centaines de documents à télécharger ou bien à commander.

Résultats 141 à 160 de 491 résultats
Rechercher une documentation
Publicationtrier par ordre décroissant Année

Elba, l’outil web de détermination de la biomasse agricole en France

Consulter le resumé

Sylvain Marsac et al., Journées Recherche et Innovation Biogaz Méthanisation, 2-4 octobre 2018, Rennes

 

 

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2018
Élevage porcin et bruit

Élevage porcin et bruit

Consulter le resumé

Évaluation de l’impact sonore des porcheries

Réglementation, sources sonores en élevage porcin, mesures des niveaux sonores engendrés par différentes sources, application à un cas de la méthodologie d’estimation du niveau sonore résultant, textes officiels.



Édition 1996 - Ifip, UGPVB - 36 pages 21 X 29.7

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
1996
Élevage porcin et respect de l’environnement

Élevage porcin et respect de l’environnement

Consulter le resumé

Préventions nécessaires à la maîtrise des risques de pollution de l’eau et de l’air et des nuisances olfactives, acoustiques et visuelles. Règles techniques applicables aux porcheries soumises à autorisation, prescriptions applicables aux élevages en bâtiment ou plein air. Constitution du dossier de création d’un élevage ou de demande d’autorisation. Textes réglementaires.



Édition 1997 - Ifip, ministère de l’Environnement - 110 pages 21 X 29.7

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
1997

Elevages porcins de demain : vision d'experts

Consulter le resumé

2011
Élever des porcs sur litière : comprendre les fonctionnements et améliorer les résultats

Élever des porcs sur litière : comprendre les fonctionnements et améliorer les résultats

Consulter le resumé

Cette brochure fait le point sur les connaissances techniques relatives à la mise en œuvre et à la gestion des systèmes d’élevage de porcs sur litière. Conception des bâtiments, fonctionnement et gestion des substrats, conduite des animaux, réglementation sont abordés sous forme de fiches pratiques et synthétiques qui permettent à l’éleveur et son technicien d’identifier les points importants et les références disponibles. Quels substrats pour quelles utilisations ? Quels leviers d’action pour maîtriser une litière de qualité ? Quelles économies réalisables ? Quels coûts à envisager ?...

PDF icon pdf de la brochure élever des porcs sur litière
2012

ELFE, une base de données pour caractériser les émissions gazeuses

Consulter le resumé

Nadine Guingand et al., 49es Journées de la Recherche Porcine, Paris, 31 janvier et 1er février 2017, p. 265-266, poster

En France, le secteur de l’élevage est responsable de 70% des émissions d’ammoniac et de 17,8% des émissions de Gaz à Effet de Serre (GES) (CITEPA, 2012). La caractérisation de ces émissions apparaît donc comme un enjeu incontournable du développement de ce secteur en France mais aussi en Europe. La diversité de l’élevage français résulte de différentes combinaisons d’espèces animales, de stades physiologiques, modes de logement, types d’effluents mais aussi de pratiques des éleveurs. Cette diversité conduit à des niveaux d’émissions gazeuses variables et dont les facteurs de variation sont souvent mal connus. La comparaison des facteurs d’émissions publiés dans la littérature est complexe du fait du manque d’informations sur leurs conditions d’acquisition. Ainsi, la mise en oeuvre d’une base de données regroupant uniquement les facteurs d’émissions publiés dans la littérature ou acquis au cours des projets menés par les différents acteurs du RMT Elevages et Environnement serait insuffisante pour répondre à cet enjeu. C’est pourquoi la base de données ELFE (Elevages et Facteurs d’Emission) a été créée pour élaborer des facteurs d’émissions sur la base de critères spécifiques liés aux objectifs finaux et aux métadonnées disponibles.

ENG

ELFE, a database to determine gaseous emission

In France, 70% of ammonia and 18% of greenhouse gas (GHG) originate from the livestock sector. Thus, improving knowledge on the magnitude and origin of gaseous emissions is essential to reduce them, and then meet societal requirements and setup regulations at national and European levels. A consortium involving research (Inra, Irstea) and technical development (Ifip, Itavi, Idele, CRAB, Terres Innovia, Arvalis) was created to implement a robust database (ELFE) gathering (inter)national literature references on gaseous emissions of poultry, pork, herbivore productions and related indicators. With the help of the database ELFE, we aim to determine emission factors (EF) for NH3, GHG, particles and odors in various technical itineraries integrating the different steps of animal and manure management (i.e. building, manure storage and treatment, spreading and pasture). Building the structure of the database was the first step of this project financed by the French Agency of the Environment and the Control of Energy (ADEME). Further on, national and international literature data were integrated into the database. At the moment, around 1,000 publications are recorded, essentially focusing on NH3 and GHG emissions. The next steps concentrate on data analysis to determine average EF’s per itinerary and EF-variability due to metadata (i.e. animal type, climate, diet, duration, storage type...). Outcomes will be published in scientific journals but also made available for stakeholders as guidance documents (i.e. fact sheets, technical reports). The purpose of these documents is to advise agricultural consultants and authorities on ways of reducing emissions and improving air quality in livestock production systems.

PDF icon Nadine Guingand et al., 49es Journées de la Recherche Porcine, Paris, 31 janvier et 1er février 2017, p. 265-266, poster
2017

ELFE, une base de données pour caractériser les émissions gazeuses

Consulter le resumé

Nadine Guingand et al., 49es Journées de la Recherche Porcine, Paris, 31 janvier et 1er février 2017, poster

ELFE est une base de données issue d’un consortium entre différents acteurs de la recherche et du développement.

Elle a pour but de produire des facteurs d’émission d’ammoniac, Gaz à Effet de Serre, particules et odeurs par itinéraire technique pour les élevages d’herbivores, porcs et volailles, en intégrant les différentes étapes des conduites animales et de gestion des effluents (bâtiment, stockage, traitement, épandage et pâturage).

PDF icon Nadine Guingand et al., 49es Journées de la Recherche Porcine, Paris, 31 janvier et 1er février 2017, poster
2017

Emission d'ammoniac liée au stockage de lisier de porcs : résultats de laboratoire et de terrain

Consulter le resumé

La volatilisation de l’ammoniac du lisier pendant le stockage extérieur a fait l’objet de peu d’études. L’originalité de notre étude repose sur la comparaison de données obtenues en laboratoire avec des données mesurées sur une fosse de stockage en conditions réelles. La première partie en laboratoire, du fait des conditions d’études, nous a permis de mesurer des potentiels maximums de volatilisation d’ammoniac en fonction du type de lisier (lisiers de truies en maternité, de porcelets en post-sevrage et de porcs charcutiers).
PDF icon Emission d'ammoniac liée au stockage de lisier de porcs : résultats de laboratoire et de terrain
2002

Emissions comparées d’ammoniac et de gaz à effet de serre par des porcs charcutiers élevés au froid sur caillebotis partiel ou à la thermoneutralité sur caillebotis intégral

Consulter le resumé

L'émission d'ammoniac et de gaz à effet de serre (N2O, CH4 et CO2) est mesurée en continu dans deux salles d’engraissement qui diffèrent par le type de sol et la température ambiante. La salle CI24 est sur caillebotis intégral à une température ambiante de 24°C. La salle CP18 est sur caillebotis partiel à 18°C. Les porcs sont alimentés à volonté. La consommation d'aliment, la vitesse de croissance et l'épaisseur de lard dorsal de la carcasse sont significativement plus élevés dans la salle CP18 que dans la salle CI24, une tendance est observée dans ce sens pour l'indice de consommation.
PDF icon Emissions comparées d’ammoniac et de gaz à effet de serre par des porcs charcutiers élevés au froid sur caillebotis partiel ou à la thermoneutralité sur caillebotis intégral
2010

Emissions d'ammoniac et de protoxyde d'azote des porcs engraissés sur litière de paille

Consulter le resumé

L’engraissement de porcs sur litières de paille permet un abattement d’azote supérieur à l’engraissement sur caillebotis mais on connaît mal les quantités d’ammoniac et de protoxyde d’azote émises. De plus l’effet de la densité animale sur les pertes gazeuses a été peu étudié. L’objectif de ce travail est d’évaluer en élevage les émissions d’ammoniac et de protoxyde d’azote. Des mesures d’émissions d’ammoniac et de protoxyde d’azote ont été réalisées de 2001 à 2003 sur plus de six cents porcs, en Station Expérimentale et en élevage commercial, en hiver et en été.

PDF icon Emissions d'ammoniac et de protoxyde d'azote des porcs engraissés sur litière de paille
2004

Emissions de gaz à effet de serre et bilan économique de la petite méthanisation à la ferme et du raclage des déjections en élevage porcin

Consulter le resumé

Poster. Avec l’épuisement prévisible des gisements de déchets ayant les meilleurs potentiels méthanogènes, la petite méthanisation agricole, autonome en intrants, pourrait être envisagée. Conjointement, l’évacuation du lisier frais semble se développer dans la filière porcine, notamment pour des raisons de gestion des déjections. Des synergies pourraient exister avec la méthanisation compte tenu d’une production de méthane plus élevée de ces effluents.

PDF icon Poster JRP de Pascal Levasseur
2013

Emissions de gaz à effet de serre et bilan économique de la petite méthanisation à la ferme et du raclage des déjections en élevage porcin

Consulter le resumé

Poster. Avec l’épuisement prévisible des gisements de déchets ayant les meilleurs potentiels méthanogènes, la petite méthanisation agricole, autonome en intrants, pourrait être envisagée. Conjointement, l’évacuation du lisier frais semble se développer dans la filière porcine, notamment pour des raisons de gestion des déjections. Des synergies pourraient exister avec la méthanisation compte tenu d’une production de méthane plus élevée de ces effluents.
PDF icon Emissions de gaz à effet de serre et bilan économique de la petite méthanisation à la ferme et du raclage des déjections en élevage porcin
2013

Emissions de particules en élevages de porcs et itinéraires techniques : méthodologie et facteurs d’émission

Consulter le resumé

Nadine Guingand, bilan 2017, éditions IFIP, mai 2018, p. 42

En France, l’agriculture représente 53% des émissions nationales de particules contre 29% pour l’industrie, 11% pour le résidentiel tertiaire et 5% pour le transport routier (Citepa, 2014). Avec la mise en place du plan « particules », la France prévoit de répondre en partie à l’objectif de l’Europe qui est de réduire de 20% les émissions de particules d’ici 2020. Selon le Citepa, le poste « cultures » serait responsable de près de 80% des émissions de particules d’origine agricole, le restant étant liée à l’élevage. La contribution de l’élevage aux particules fines (de taille inférieure à 10μm – PM10) serait inférieure à 10% du niveau d’émission national. 

A l’inverse, le guide EMEP de l’Agence Européenne de l’Environnement considère que les bâtiments d’élevage représenteraient 80% des PM10. Plusieurs éléments méthodologiques peuvent expliquer ces oppositions de données.

La caractérisation des émissions de particules en situation d’élevages a, au final, fait l’objet de peu d’études, employant chacune des métrologies de mesures et des méthodes de calculs assez différentes. Ce constat a renforcé l’idée de la nécessité d’acquérir une méthodologie spécifique à l’élevage et intégrant les caractéristiques techniques des itinéraires appliqués. De plus, connaître les facteurs d’émissions de particules des élevages en fonction de leurs choix techniques est une étape essentielle dans la prise de décision et l’appui technique aux éleveurs qui pourraient, à court et moyen terme, être obligés de réduire les émissions de particules de leurs ateliers. L’objet du projet est donc d’établir une méthodologie dédiée aux élevages de porcs et de volailles et de l’appliquer en conditions réelles en vue d’obtenir des facteurs d’émissions de particules représentatifs de nos conditions nationales de production. Le projet est organisé en deux actions principales. Une première action visant à mettre au point une méthodologie spécifique de mesures des particules en conditions d’élevage. Dans la deuxième action, la méthodologie identifiée dans l’action 1 sera appliquée en conditions d’élevage pour acquérir des facteurs d’émissions par itinéraire technique.

PDF icon Nadine Guingand, bilan 2017, éditions IFIP, mai 2018, p. 42, fiche n° 14
2018

Emissions gazeuses au stockage et à l’épandage du lisier collecté par raclage en V

Consulter le resumé

Fiche n° 045 : maîtrise des impacts environnementaux des élevages

En France, le secteur agricole est responsable de 97% des émissions d’ammoniac, dont 73% pour l’élevage (CITEPA). Ces émissions doivent être
maîtrisées et réduites. Pour y parvenir, des techniques de réduction se développent en élevage, dont certaines sont reconnues comme Meilleures Techniques Disponibles (MTD) par la directive européenne IED (émissions industrielles). Ces techniques concernent un poste spécifique de l’élevage (bâtiment, stockage, épandage) avec une efficacité généralement évaluée à cette échelle.
Or, la mise en place d’une pratique en élevage peut aussi avoir des incidences sur les pertes gazeuses des postes situés plus en aval. Pour appréhender les émissions cumulées d’ammoniac à l’échelle d’itinéraires plus intégrés (incluant les postes bâtiment, stockage et épandage) mettant en oeuvre des bonnes pratiques environnementales (BPE), et pour faire suite aux résultats du projet EMITEC (IFIP aux JRP 2015), l’IFIP a abordé le suivi des émissions gazeuses des étapes stockage et épandage du raclage en V à travers deux projets, l’un porté par la Chambre d’agriculture de Bretagne (Efac) et l’autre porté par Arvalis (Evapro).

PDF icon fiche_bilan2015_045.pdf
2016

Emissions gazeuses de NH3, N2O et CH4 lors du stockage de fumier de porc provenant d'une litière accumulée : effets du retournement

Consulter le resumé

Le fumier issu de l’engraissement sur litière paillée accumulée de 72 porcs a été réparti en deux andains identiques stockés à l’extérieur sur une aire bétonnée pour une durée de trois mois durant l’automne 2004. Un andain a été retourné à J0, J11 et J27. Les émissions gazeuses (NH3, N2O, CH4, CO2) des deux fumiers, recouverts pour l’occasion de serres ventilées, ont été mesurées en continu sur quatre périodes (57 jours au total). La méthode dite par traçage, utilisant le SF6, a été employée pour mesurer les débits.
PDF icon Emissions gazeuses de NH3, N2O et CH4 lors du stockage de fumier de porc provenant d'une litière accumulée : effets du retournement
2006

Emissions gazeuses lors du stockage et de l’épandage des issues de raclage en V

Consulter le resumé

Sandrine Espagnol, bilan 2017, éditions IFIP, mai 2018, p. 94

En France, le secteur agricole est responsable de 97% des émissions d’ammoniac, dont 73% incombent à l’élevage (CITEPA). Ces émissions doivent être maîtrisées et réduites. Pour y parvenir, des techniques de réduction se développent en élevage, dont certaines sont reconnues comme Meilleures Techniques Disponibles (MTD) au niveau européen (cf directive IED). Ces MTD concernent le plus souvent un poste spécifique de l’élevage (bâtiment, stockage ou épandage), avec une efficacité généralement évaluée à cette échelle. Or, ces émissions relatives successives sont corrélées entre elles.
C’est pourquoi, pour évaluer les émissions résultant de la mise en oeuvre de la technique du raclage en V (en développement actuellement), l’ifip a fait le choix d’une évaluation intégrée, incluant les postes bâtiment, stockage et épandage. Pour faire suite aux résultats d’un précédent projet, EMITEC (Espagnol et al., JRP 2015), deux projets ont été conduits, l’un (EFAC) porté par la Chambre d’agriculture de Bretagne et l’autre (EVAPRO) porté par Arvalis.

PDF icon Sandrine Espagnol, bilan 2017, éditions IFIP, mai 2018, p. 94, fiche n° 54
2018

Emissions gazeuses lors du stockage et de l’épandage des issues du raclage en V

Consulter le resumé

Sandrine Espagnol, Bilan 2016, éditions IFIP, mai 2017, p. 96

En France, le secteur agricole est responsable de 97 % des émissions d’ammoniac dont 73 % incombent à l’élevage (CITEPA).

Ces émissions doivent être maîtrisées et réduites. Pour y parvenir, des techniques de réduction se développent en élevage, dont certaines sont reconnues comme Meilleures Techniques Disponibles (MTD) au niveau européen (cf

directive IED). Ces MTD concernent le plus souvent un poste spécifique de l’élevage (bâtiment, stockage, épandage), avec une efficacité généralement évaluée à cette échelle. Or, la mise en place d’une pratique en élevage peut aussi

avoir des incidences sur les pertes gazeuses des postes situés plus en aval.

L’Ifip s’est intéressé à l’évaluation intégrée (incluant les postes bâtiment, stockage et épandage) des émissions par la technique du raclage en V, en développement actuellement. Pour faire suite aux résultats du projet EMITEC (Espagnol et al., JRP 2015), 2 projets ont été conduits, l’un (EFAC) porté par la Chambre d’agriculture de Bretagne et l’autre (EVAPRO) porté par Arvalis.

PDF icon Sandrine Espagnol, Bilan 2016, mai 2017, p. 96, fiche n° 57
2017

Empreinte carbone du porc : l'Ifip anticipe l'étiquetage en 2011

Consulter le resumé

L'Ifip est le tout premier Institut à sortir une évaluation chiffrée du bilan carbone de sa filière, base d'un étiquetage environnemental obligatoire à partir du 1er janvier 2011.
2010

Energie, alimentation, méthanisation... L'aide à la décision via le portail Internet de l'Ifip

Consulter le resumé

L'Ifip met à la disposition des éleveurs et des techniciens des outils d'aide à la décision directement utilisables sur le portail internet de l'Ifip. (www.ifip.asso.fr).
2010

Enquête sur 31 laveurs d'air de porcherie en Bretagne, clés d'amélioration de l'efficacité sur l’abattement de l'ammoniac

Consulter le resumé

L’étude s’est déroulée en trois phases : (1) état des lieux des équipements, (2) quantification des facteurs influençant l’efficacité du lavage d’air sur l’abattement de l’ammoniac et (3) proposition de modes d’utilisation du lavage d’air permettant d’obtenir des résultats optimum sur l’abattement d’ammoniac. L’état des lieux, réalisé sur 31 laveurs d’air mis en route entre 2003 et 2010, a permis de disposer d’un descriptif exhaustif et précis du type de matériel existant et de leur gestion. L’analyse en régression multiple a fait ressortir quatre principaux facteurs agissant sur l’efficacité de l’abattement de l’ammoniac : (1) la température de l’air extrait, (2) la concentration en ammoniac de l’air en amont du laveur, (3) la vitesse de l’air qui traverse le maillage et (4) les caractéristiques de l’eau de lavage (concentration en azote, température et pH). Pour quantifier ces facteurs, des mesures approfondies ont été réalisées dans 3 laveurs d’air se différenciant par le type de matériel mis en place (buses et blocs de maillage). Les résultats de cette étude ont permis d’identifier des paramètres de gestion du lavage d’air pour les élevages équipés, mais également de proposer des évolutions de conception des laveurs d’air en vue d’optimiser leurs efficacités sur l'abattement de l’ammoniac et ainsi contribuer à réduire l’impact des porcheries sur l’environnement.

Survey on 31 piggery bioscrubbers in Brittany – keys to improving the efficiency in reducing ammonia

The study was divided into three tasks: (1) inventory of available equipment, (2) quantification of factors influencing the efficiency of the bioscrubber and (3) proposal of management of the bioscrubber to obtain optimal results on reduction of ammonia emission. The first task was conducted on 31 bioscrubbers in operation between 2003 and 2010 and produced an exhaustive and precise description of the type of material and their management. The multiple regression analysis highlighted four main factors affecting the efficiency of bioscrubbers on ammonia: (1) the temperature of extracted air, (2) the concentration of ammonia in the air before bioscrubbing, (3) the air speed inside the bioscrubber and (4) the characteristics of the wash water (concentration in nitrogen, temperature and pH). To quantify these factors, thorough measures were carried out in 3 bioscrubbers differing by the type of material set up (sprinklers and blocks of bedding). The results of this study made it possible to identify parameters of management of the bioscrubber, to propose evolutions in the design of the bioscrubbers to optimize their efficiency on ammonia, and finally to contribute to reducing the environmental impact of piggeries.

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2015

Pages