La base documentaire de l'IFIP

La base documentaire de l'IFIP : des centaines de documents à télécharger ou bien à commander.

Résultats 201 à 220 de 474 résultats
Rechercher une documentation
Publicationtrier par ordre croissant Année

La méthanisation en zone à forte pression environnementale

Consulter le resumé

Pascal Levasseur et al., Tech Porc (FRA), 2017, n° 35, mai-juin, p. 40-42

Dans les zones à forte pression environnementale, la méthanisation d’effluents agricoles en mélange avec des déchets de l’extérieur peut engendrer des excédents en éléments fertilisants. Des simulations montrent que le surcoût de production du kWh électrique lié au traitement du digestat peut atteindre 25 %.

PDF icon Pascal Levasseur et al., Tech Porc (FRA), 2017, n° 35, mai-juin, p. 40-42
2017

La méthanisation améliore le bilan environnemental des élevages

Consulter le resumé

Sandrine Espagnol, Réussir Porc/ Tech Porc (FRA), 2019, n° 273, novembre 2019, p. 36-37

Une étude de l’Ifip confirme le statut d’énergie renouvelable de la méthanisation, et sa synergie avec les élevages de porc. Mais elle rappelle que la production de biogaz ne résorbe pas l’azote.

PDF icon Sandrine Espagnol, Réussir Porc/ Tech Porc (FRA), 2019, n° 273, novembre 2019, p. 36-37
2019

La méthanisation agricole en zone à forte pression environnementale

Consulter le resumé

Pascal Levasseur, Bilan 2016, éditions IFIP, mai 2017, p. 98

Le Grand Ouest, en particulier la Bretagne, est déficitaire en énergie.

La méthanisation agricole dispose, dans ces régions, d’un fort potentiel de développement si l’on considère la biomasse disponible. Toutefois, ces zones d’élevage sont localement contraintes par la pression en éléments fertilisants, sources de pollution. Cet enjeu environnemental constitue un frein majeur au développement de la méthanisation, du fait de la difficulté à gérer les extrants ou des surcoûts permettant de les « exporter ». Dans le cadre de ce projet (Casdar), l’Ifip a déterminé l’impact de différents modes de gestion des digestats sur le coût de l’énergie produite (kWh électrique et biométhane).

PDF icon Pascal Levasseur, Bilan 2016, mai 2017, p. 98, fiche n° 59
2017

La méthanisation agricole en zone à forte pression environnementale

Consulter le resumé

Pascal Levasseur, bilan 2017, éditions IFIP, mai 2018, p. 97

Le Grand Ouest (et en particulier la Bretagne) est déficitaire en énergie. La méthanisation agricole dispose, dans ces régions, d’un fort potentiel de développement, compte tenu de la biomasse disponible. Toutefois, ces zones d’élevage sont localement contraintes par la pression en éléments fertilisants, sources de pollution. La co-digestion peut entraîner des difficultés à gérer les extrants ou des surcoûts permettant de les « exporter
».
Cette thématique a fait l’objet d’un projet Casdar 2014-2016 (METERRI). Il s’est achevé en 2017 par de nombreuses actions de communication.

PDF icon Pascal Levasseur, bilan 2017, éditions IFIP, mai 2018, p. 97, fiche n° 57
2018

La méthanisation agricole

Consulter le resumé

Poster.
PDF icon La méthanisation agricole
2012

La méthanisation

Consulter le resumé

L’IFIP - Institut du porc analyse les enjeux et conditions de rentabilité de la méthanisation agricole. Il s’agit de valoriser la biomasse par la production d’énergie thermique et électrique. Il est également attendu de cette technique, qu’elle aide à améliorer le bilan environnemental des élevages via une réduction des émissions de GES et qu’elle contribue au aitement des effluents dans les régions à forte densité animale.
2010

La Gestion Environnementale des Elevages Porcins proactive pour réduire ses impacts : GEEP

Consulter le resumé

Sandrine Espagnol, Bilan 2018, éditions IFIP, avril 2019, p. 69

Geep (Gestion Environnementale des Elevages Porcins) est un outil Ifip accessible gratuitement sur le web (https://geep.ifip.asso.fr). Il est connecté à la base de données nationale de la Gestion Technico Economique (GTE) et est destiné à tout éleveur porcin souhaitant suivre, à côté de ses indicateurs technico-économiques,les indicateurs environnementaux de son élevage : consommations d’eau et d’énergie, émissions d’ammoniac et de gaz à effet de serre, rejets d’azote et de phosphore, production de déchets.
L’outil permet aux éleveurs se comparer entre eux et d’accéder à une liste de bonnes pratiques pour progresser.
PDF icon Sandrine Espagnol, Bilan 2018, édition IFIP, avril 2019, p. 69
2019

La gestion des lisiers de porcs

Consulter le resumé

1999

La directive 2010/75/UE relative aux émissions industrielles (IED) et les meilleures techniques disponibles pour les porcs et les volailles : Etat d’avancement des travaux de la CE et avancées techniques

Consulter le resumé

La directive relative aux émissions industrielles (directive IED 2010/75/UE) définit au niveau européen une approche intégrée de la prévention et de la réduction des pollutions émises par les installations industrielles et agricoles entrant dans son champ d’application. Parmi ces installations, les élevages de porcs de plus de 2 000 porcs de plus de 30 kg ou 750 emplacements de truies ainsi que les élevages de volailles de plus de 40 000 emplacements sont directement concernés.

PDF icon guingand2014-jeppa.pdf
2014

La certification environnementale ISO 14001 appliquée aux élevages porcins français

Consulter le resumé

Dans une étude financée par l’Agence de l’Eau Seine Normandie, l’IFIP a accompagné deux élevages porcins dans leur démarche vers la certification ISO 14001, jusqu’à son obtention. Une méthode a été éprouvée et des références, sur l’investissement requis et les retombées de la démarche, ont été obtenus, dans l’objectif d’appréhender l’accessibilité de la méthode à différents types d’élevages. Le temps nécessaire à la mise en place de la certification est évalué à une centaine de jours répartis sur deux ans. Le coût total varie, selon le type d’élevage, de 0,007 à 0,034 €/kg de carcasse.
PDF icon La certification environnementale ISO 14001 appliquée aux élevages porcins français
2008

La biomasse agricole cartographiée par les instituts techniques

Consulter le resumé

Pascal Levasseur, Réussir Porc - Tech Porc (FRA), 2018, n° 262, octobre, p. 42-43

Un outil de représentation géographique des déjections animales et de la biomasse végétale est en accès libre sur internet. Connaître leur répartition territoriale permet de mieux les gérer.

PDF icon Pascal Levasseur, Réussir Porc - Tech Porc (FRA), 2018, n° 262, octobre, p. 42-43
2018

La base de données Elfe : vers une meilleure connaissance des émissions gazeuses liées à l’élevage

Consulter le resumé

Aurore Vigan (Inra) et al., Journées 3R, 5 et 6 décembre 2018, Paris, 5 pages

Le secteur de l’élevage est aujourd’hui confronté à une demande croissante de produits animaux à laquelle il doit répondre en limitant au maximum ses impacts environnementaux et en assurant sa durabilité. Parmi ces impacts, la pollution de l’air est une préoccupation majeure. Pour faire face au changement climatique et contribuer à l’amélioration de la qualité de l’air, les émissions de polluants atmosphériques et de gaz à effet de serre doivent être mieux caractérisées et maîtrisées afin de les prendre en compte dans l’évolution des pratiques d’élevage (alimentation, gestion des effluents, etc.). Des acteurs de la recherche et du développement se sont donc associés afin de développer une base de données appelée ELFE (ELevages et Facteurs d’Emission), compilant les valeurs publiées dans la littérature internationale des émissions d’ammoniac, de gaz à effet de serre, de particules et d’odeurs, sur toute la chaîne de gestion des effluents des élevages bovins, porcins et avicoles ainsi que leurs métadonnées associées. Parmi les 1 000 références bibliographiques collectées, environ 350 ont été intégrées à ce jour à la base de données, fournissant ainsi, un peu plus de 5 200 valeurs d’émission. La base de données ELFE permet de déterminer des moyennes d’émission associées à leurs écarts-types prenant en compte la diversité des systèmes d’élevage. Ces données pourront ainsi alimenter les inventaires nationaux d’émissions en proposant des facteurs d’émissions ajustés à des systèmes d’élevage définis et également, permettre d’évaluer la mise en place de pratiques de réduction des émissions. Cette base de données représente aussi une source d’information pour la réalisation d’évaluations multicritères permettant notamment, de préciser l’influence des métadonnées sur les niveaux d’émissions (climat, type de bâtiment, etc.). De plus, cette base propose une classification de chaque valeur d’émission en fonction du nombre de métadonnées renseignées dans les références bibliographiques (>50 % ; 30-50 % ; <30 % des métadonnées renseignées) afin d’évaluer son niveau de description.

The ELFE database: improving the knowledge on gas emissions from livestock systems

The increasing demand for animal products is a major challenge for the livestock sector that must reduce its environmental impacts and ensure its sustainability. This sector has been identified as an important contributor to polluting gas emissions. Improving the knowledge on the origin and the magnitude of air pollutants and greenhouse gases emissions from livestock sector is essential to address climate change and to contribute to improve air quality with the evolution of breeding practices (feeding strategy, manure management, etc.). A consortium involving research and extension services partners was created to build a database called ELFE (ELevages et Facteurs d’Emission) with international data from literature references focusing on emissions of ammonia, greenhouse gases, particles and odors on the different steps of manure management of cattle, pig and poultry productions systems and their associated key variables. Around 350 publications (among 1 000 publications collected) are integrated into the database and provide more than 5 200 emission values. The ELFE database allows calculating average of emission and their standard deviation taking into account the diversity of livestock systems. These data can be used to provide emission factor for national inventories for specific livestock systems and also, to evaluate practices on gas emissions mitigation. This database can also be used to analyze the influence of key variables on the emission factor variability using multicriteria assessment (climate, building type, etc.). Moreover, this database propose a classification of emission factor into three classes according to the degree on which information about their most influential key variables was complete (>50 % ; 30-50 % ; <30 % of indicated key variables) to evaluate its description.

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2018

L'utilisation d'additifs du lisier de porc - Pas de petite claque franche aux mauvaises odeurs

Consulter le resumé

Les résultats d’une enquête auprès de 180 éleveurs font apparaître un niveau de satisfaction mitigé vis-à-vis de la réduction des odeurs. Moins de 50 % des utilisateurs jugent les produits efficaces, que ce soit dans le bâtiment, à l’extérieur ou au moment de l’épandage. Les éleveurs sont plus affirmatifs en matière de liquéfaction des lisiers puisque 82 % considèrent le produit efficace.
PDF icon L'utilisation d'additifs du lisier de porc - Pas de petite claque franche aux mauvaises odeurs
1998

L'incidence de l'incorporation d'acide benzoïque dans l'alimentation des porcs charcutiers sur les performances zootechniques et l'émission d'ammoniac

Consulter le resumé

Une bande de 120 porcs charcutiers répartie en trois salles de 40 porcs chacune a été mise en expérimentation au sein de la station ITP de Villefranche de Rouergue. Deux niveaux d’apport d’acide benzoïque, 0,5 % et 1 %, ont été comparés à un témoin pour leur incidence sur les performances zootechniques et l’émission d’ammoniac. A l’entrée en engraissement, les porcs ont été mis en lots par poids et par sexe et pesés individuellement, ainsi que toutes les 6 semaines jusqu’au départ pour l’abattoir.

PDF icon jrp2005env01guingand.pdf
2005

L'expérience allemande de la méthanisation à la ferme : transposition au contexte français

Consulter le resumé

L’augmentation, en 2006, du prix d’achat de l’électricité issue du biogaz devrait relancer l’intérêt de la méthanisation agricole en France. Dans ce contexte, une mission d’étude, illustrée par la visite de

5 installations, a permis de faire le point sur l’expérience allemande. Les tarifs d’achat de l’électricité y sont de 15 à 21 ct.€/kWh soit les plus élevés d’Europe. Les conditions d’exploitation sont directement liées aux incitations tarifaires : ainsi, l’utilisation de cultures
PDF icon L'expérience allemande de la méthanisation à la ferme : transposition au contexte français
2006

L'élevage de porcs face au défi de la double performance

Consulter le resumé

Ce document dessine, à travers un exemple-type qui mobilise différentes solutions techniques, les contours de l’élevage de porcs moderne, capable de conjuguer performances économique et environnementale.

Plaquette éditée par l'IFIP, France AgriMer, Inaporc, 8 pages.

PDF icon batiment-porc-environnement.pdf
2016

L'aliment représente 65 % des impacts environnementaux du porc

Consulter le resumé

Didier Gaudré, Tech Porc (FRA), 2016, n° 29, mai-juin, p. 6-8

Dans le bilan environnemental des élevages porcins, les impacts de la production d’aliment pour porcs sur le changement climatique, la consommation d’énergie, l’occupation de surfaces, l’eutrophisation et l’acidification représentent une part importante. La composition de l’aliment peut être modifiée afin de réduire certains impacts, mais il est difficile de les réduire tous simultanément.

PDF icon Didier Gaudré, Tech Porc (FRA), 2016, n° 29, mai-juin, p. 6-8
2016
couverture des 52e JRP

Journées de la Recherche Porcine 2020

Consulter le resumé

Le recueil des JRP permet la diffusion rapide des résultats de la recherche francophone sous forme d’articles de 6 pages ou 2 pages, comprenant tous un résumé en anglais.

Fichier en format PDF à télécharger.

107,00 €
2020

Intérêts des aliments à teneur élevée en énergie pour porc charcutier

Consulter le resumé

L’intérêt zootechnique et environnemental d’aliments à teneur élevée en énergie, est évalué sur 288 porcs charcutiers répartis en 3 bandes.
PDF icon Intérêts des aliments à teneur élevée en énergie pour porc charcutier
2004

Intérêts conjugués d’une évacuation rapide des déjections animales et de leur méthanisation

Consulter le resumé

Les déjections animales contribuent au réchauffement climatique par le méthane émis durant leur stockage. Leur évacuation rapide suivie d’une méthanisation permet de réduire ces émissions et de maximiser la production d’énergie sous forme de biogaz. En production porcine, l’évacuation rapide par un raclage sous caillebotis donne un potentiel de 10,7 Nm3 de méthane par porc à l’engrais. Par comparaison, les lisiers collectés dans des pré-fosses affichent une perte de potentiel variant de -25% à -68% selon l’intensité des fermentations dans les pré-fosses. Pour des vaches laitières, les lisiers de raclage ont un potentiel voisin de 57 Nm3 de méthane par vache et par mois. La baisse du potentiel au stockage est très rapide (-1% par jour) dans le cas des fumiers pailleux du fait de leur compostage spontané. En élevage de porc, le couplage d’une évacuation rapide et de la méthanisation réduit les émissions de GES de plus de 50%. Pour des élevages de taille moyenne, la mise en œuvre sous forme de petite méthanisation à la ferme n’est toutefois pas économiquement viable dans le contexte actuel, compte tenu du coût élevé des investissements. Concernant l’azote, les mesures réalisées montrent que la méthanisation accroît sensiblement les risques de volatilisation d’ammoniac, tant au stockage que lors de l’épandage, du fait du pH plus élevé des digestats.

2014

Pages