La base documentaire de l'IFIP

La base documentaire de l'IFIP : des centaines de documents à télécharger ou bien à commander.

Résultats 401 à 420 de 675 résultats
Rechercher une documentation
Publicationtrier par ordre croissant Année

Incorporation de 10 % de tourteau de colza dans l'aliment de gestation et impact sur les performances de mise-bas

Consulter le resumé

Deux aliments de gestation sont formulés pour être iso-énergétiques sur la base de l’énergie nette (9.01 MJ/kg) et présentent

des teneurs en acides aminés digestibles identiques (5,0 g de lysine). L’aliment

COLZA contient 10 % de tourteau de colza, 11 % de pois et 19 % de pulpe de betterave alors que l’aliment TEMOIN ne contient ni tourteau de colza, ni pois et seulement 7 %

de pulpe. Les autres matières premières utilisées, à des taux différents selon l’aliment, sont le blé, l’orge, le tourteau de soja et le tourteau de tournesol.
PDF icon Incorporation de 10 % de tourteau de colza dans l'aliment de gestation et impact sur les performances de mise-bas
2006

Incidences environnementales de stratégies d’alimentation innovantes en élevages porcins

Consulter le resumé

50es Journées de la Recherche Porcine, 6 et 7 février 2018, Paris, p. 31-36, par Sandrine Espagnol et al.

Les stratégies d’alimentation permettent de réduire les impacts environnementaux des élevages porcins : (1) en utilisant une formulation multiobjectif (MO) pour produire des aliments en prenant en compte les prix des matières premières et leurs impacts environnementaux, (2) en adaptant les aliments aux besoins des animaux pendant leur croissance. Cette étude analyse la combinaison de ces deux stratégies et les incidences environnementales associées en utilisant une approche de modélisation. Différentes stratégies de conduite alimentaire sont spécifiées pour la période d’engraissement : biphase (BP), biphase avec une réduction de la teneur en énergie (BPeg) ou en acides aminés (BPaa) des aliments ; multiphase pour des animaux en groupes (MPg) ou en individuel (MPi). Pour chaque stratégie, les aliments sont formulés à moindre coût (MinPrix) vs en mode MO. Les impacts environnementaux du kilogramme de porc en sortie d’élevage sont évalués par analyse de cycle de vie et comparés à un scénario de référence, BP-MinPrix. Avec le mode MO, presque toutes les stratégies (à l’exception de BPeg, pour les impacts acidification et changement climatique) conduisent à une réduction d’impacts : jusqu’à 10% dans le contexte actuel de disponibilité en matières premières. Trois facteurs expliquent les résultats contrastés entre stratégies et impacts : (1) la contribution relative des aliments aux différents impacts du porc (de 34% à 98%), (2) l’indice de consommation qui reflète l’efficacité globale du système et influence le niveau d’excrétion et les émissions gazeuses associées, (3) la teneur en protéines du régime qui explique le niveau d’excrétion azotée. Cette étude souligne la nécessité d’optimiser globalement les stratégies d’alimentation des animaux d’élevage, en prenant en compte les impacts des aliments, les performances des animaux et la gestion des effluents. 

Environmental impacts of different innovative feeding strategies on pig farms

Feeding strategies can be used to reduce environmental impacts of pig production by (1) using a multiobjective function (MO) to formulate feeds based on the price and environmental impacts of feedstuffs and/or (2) adapting the feed to changes in animal requirements during the fattening phase. This study analyses combination of the two options and their environmental consequences. Five feeding strategies were specified for the fattening period: two-phase feeding (BP); two-phase feeding with a reduction in dietary energy content (BPeg) or amino acid content (BPaa); and a multiphase feeding strategy managed either at the pen level (MPg) or by individual feeding (MPi). For each strategy, feeds were formulated with both a least cost formulation (LC) and with a MO formulation. Environmental impacts per kg of pig live weight at the farm gate were assessed with Life Cycle Analysis and compared to those of a baseline scenario (BP-LC). With MO, all strategies reduced environmental impacts per kg of pig up to 10%, except the BPeg strategy for acidification and climate change impacts. Three main factors explained the results among impacts and strategies: (1) relative contribution of feed to LCA impacts of pigs (34-98%); (2) feed conversion ratio, which indicates the overall efficiency of the system and drives nitrogen excretion and gas emissions; and (3) the nutritional composition of feed (protein content), which explains nitrogen excretion. This study highlights the need to optimize the feeding strategy globally by considering feed impacts, animal performance and manure management.

PDF icon Sandrine Espagnol et al., 50es JRP, 6 et 7 février 2018, Paris, p. 31-36
2018
Incidences des paramètres d’ambiance sur les performances zootechniques du porc charcutier

Incidences des paramètres d’ambiance sur les performances zootechniques du porc charcutier

Consulter le resumé

Effet sur les performances zootechniques du porc en engraissement, de paramètres d’ambiance essentiels : température ambiante (alimentation à volonté ou rationnée...), humidité relative, qualité de l’air (teneur en CO2, NH3, poussières et germes), vitesse d’air.


Édition 2001 - 16 pages 21 X 29.7

 

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2001

Incidences des conditions d’élevage et d’alimentation en post-sevrage sur les performances ultérieures

Consulter le resumé

Poster. Nous avons rassemblé dans ce compte-rendu les résultats de quatre bandes de porcs

à l’engrais, ayant fait l’objet d’essais en période de post-sevrage. Les essais retenus conduisent à un écart significatif du poids vif des porcs à l’entrée en engraissement.

Ils reçoivent alors des aliments identiques et sont élevés dans des conditions similaires. Leurs performances au cours de cette période sont comparées selon le traitement expérimental reçu en post-sevrage.
PDF icon Incidences des conditions d’élevage et d’alimentation en post-sevrage sur les performances ultérieures
2011

Incidences des conditions d'élevage et d'alimentation en post-sevrage sur les performances en engraissement

Consulter le resumé

Cette étude compare les performances zootechniques et les caractéristiques de carcasses de porcs soumis à différentes conduites en post-sevrage. Celles-ci sont à l’origine d’un écart de poids vif à l’entrée en engraissement. 4 bandes de porcs en engraissement sont utilisées. Les expérimentations en post-sevrage portent sur la conduite d’élevage ou la composition en acides aminés des aliments. Les performances en engraissement sont comparées selon le traitement en post-sevrage.
PDF icon tp1gaudre11.pdf
2011

Incidence zootechnique de la teneur en lysine digestible par unité d'énergie nette de l'aliment distribué entre 12 et 25 kg de poids vif

Consulter le resumé

Les effets de la modification du ratio lysine/énergie de l’aliment distribué entre 12 et 25 kg de poids vif sont évalués sur 360 porcelets. Quatre ratio exprimés sous la forme du rapport entre la teneur en lysine digestible (g) et la concentration en énergie nette (MJ) de l’aliment sont comparés : 1,0, 1,1, 1,2 et 1,3 g/MJ EN. La concentration énergétique des aliments expérimentaux est identique (9,7 MJ EN).
PDF icon Incidence zootechnique de la teneur en lysine digestible par unité d'énergie nette de l'aliment distribué entre 12 et 25 kg de poids vif
2007

Incidence zootechnique d'une augmentation modérée de la complémentation vitaminique de l'aliment distribué entre 12 et 30 kg de poids vif

Consulter le resumé

L’essai a consisté à comparer deux niveaux de complémentation vitaminique de l’aliment 2ème âge distribué entre 12 et 30 kg de poids vif. Le niveau témoin présente une composition vitaminique proche ou inférieure selon le cas aux recommandations de l’INRA proposées en 1984, alors que le niveau supplémenté couvre au minimum ces recommandations de référence, voire les dépasse pour un certain nombre de vitamines jugées d’un intérêt particulier (A, E, K, B1, B2, B5 et PP).
PDF icon Incidence zootechnique d'une augmentation modérée de la complémentation vitaminique de l'aliment distribué entre 12 et 30 kg de poids vif
2007

Incidence zootechnique d'un taux de complémentation vitaminique élevé en engraissement

Consulter le resumé

Cet essai compare l’effet sur les performances zootechniques, les caractéristiques de carcasse et les critères de qualité technologique des viandes,de 2 niveaux de complémentation vitaminique en engraissement, le niveau témoin est représentatif de la pratique, alors que le niveau testé est bien supérieur aux besoins estimés des porcs à ce stade. L’augmentation du taux d’incorporation de vitamines dans cet essai, ne conduit pas à une amélioration des performances moyennes des porcs en engraissement, ni de leur caractéristiques de carcasse ou de la qualité technologique de leurs viandes.
PDF icon Incidence zootechnique d'un taux de complémentation vitaminique élevé en engraissement
2006

Incidence du type de féverole et du taux d’incorporation sur les performances du porc en post-sevrage et engraissement

Consulter le resumé

Deux expérimentations étudient les effets du type de féverole et du taux d’incorporation dans les aliments de 2ème âge, croissance et finition sur les performances des porcs. Dans un essai de post‐sevrage, 360 porcelets mâles et femelles sevrés à 28 jours (8,0 ± 1,3 kg) sont affectés à cinq traitements à raison de 5 cases de 15 porcelets par régime expérimental et de 4 cases pour le témoin.
PDF icon Incidence du type de féverole et du taux d’incorporation sur les performances du porc en post-sevrage et engraissement
2010

Incidence du taux de tourteau de colza sur les performances de post-sevrage et d'engraissement

Consulter le resumé

Deux essais ont été réalisés avec des taux croissants de tourteau de colza à faible teneur en glucosinolates :

- l’un en post-sevrage, avec des taux de 0, 5, 10 et 15 %,

- l’autre en engraissement, avec des taux de 0, 6, 12 et 18 %.

Les aliments, dans les 2 cas, à base de blé, de pois et de tourteau de soja, ont été formulés en énergie nette et en acides aminés digestibles pour tenir compte en particulier de la moindre digestibilité des acides aminés du colza comparés au soja..
PDF icon Incidence du taux de tourteau de colza sur les performances de post-sevrage et d'engraissement
2001

Incidence du rapport phosphore : énergie de l’aliment sur les caractéristiques du radius mesurées au scanner à rayons X

Consulter le resumé

Poster. Utilisation du scanner à rayons X pour étudier l’effet de régimes alimentaires (ratio phosphore digestible/énergie) sur la densité osseuse.
Mesures des performances zootechniques et des caractéristiques de carcasse.

PDF icon jrp-2013-alimentation19.pdf
2013

Incidence du rapport phosphore : énergie de l'aliment sur les caractéristiques du radius mesurées au scanner à rayons X

Consulter le resumé

Poster. Utilisation du scanner à rayons X pour étudier l’effet de régimes alimentaires (ratio phosphore digestible/énergie) sur la densité osseuse.

Mesures des performances zootechniques et des caractéristiques de carcasse.
PDF icon Incidence du rapport phosphore : énergie de l'aliment sur les caractéristiques du radius mesurées au scanner à rayons X
2013

Incidence des conditions d’élevage sur les performances de croissance, les caractéristiques de carcasse et le risque d'odeur des porcs mâles entiers

Consulter le resumé

La plupart des résultats disponibles dans la littérature sur les mâles entiers ont été obtenus dans des conditions d’alimentation libérale, le plus souvent à sec, et jusqu'à un poids d’abattage qui reste le plus souvent en deçà de 120 kg. Dans un contexte d’arrêt possible de la castration dans l'Union Européenne en 2018, les performances des mâles entiers ont été étudiées dans un éventail de conditions d’élevage, représentatives de celles pratiquées en France.

PDF icon jrp-2013-bienetre03.pdf
2013

Incidence des conditions d'élevage sur le comportement et le risque de blessures chez les porcs mâles entiers

Consulter le resumé

Dans l’hypothèse d’un arrêt de la castration, il est nécessaire d’évaluer les performances zootechniques des mâles entiers et la qualité des carcasses produites dans les conditions d’élevage françaises. Un autre enjeu est la maîtrise des comportements agressifs et sexuels, et des blessures pouvant en résulter.

PDF icon jrp-2013-bienetre03_0.pdf
2013

Incidence des conditions d'élevage sur le comportement et le risque de blessures chez les porcs mâles entiers

Consulter le resumé

Poster. L’élevage de mâles entiers, outre ses impacts en termes de performances zootechniques et de qualité des carcasses, pose la question de la maîtrise des comportements agressifs et sexuels, et des blessures pouvant en résulter. Des observations de comportement et des notations de lésions ont été réalisées lors d’essais mis en place en station expérimentale (Quiniou et al., 2013), afin d’évaluer les conséquences des principaux modes d’élevage présents en France sur l’ensemble de ces paramètres.
PDF icon Incidence des conditions d'élevage sur le comportement et le risque de blessures chez les porcs mâles entiers
2013

Incidence de repas fractionnés et de la familiarité au sevrage sur la santé digestive et les performances des porcelets

Consulter le resumé

50es Journées de la Recherche Porcine, 6 et 7 février 2018, Paris, p. 125-130, par Eric Royer et al. 

L’étude teste si une alimentation fractionnée en repas en auges longues, combinée ou non à une restriction alimentaire, ou à une limitation du mélange des portées, peut influencer favorablement le comportement alimentaire et la santé digestive des porcelets, dans un contexte de pathologie digestive à E. coli O141: K85. Lors des essais 1 et 2, l’aliment est en accès libre au nourrisseur (témoin), ou distribué en auge longue sept fois par jour de 08h00 à 19h30 en quantités ajustées quotidiennement à l'appétit (7M) ou restreintes (R-7M). Pour l’essai 3, les traitements sont 1) témoin, 2) onze repas à l’auge de 07h00 à 22h30 en quantité ajustée après chaque repas à l'appétit (11M), et 3) 11M avec une baisse du nombre de portées par case (11M-FAM). Les repas sont apportés 13, 9 et 10 jours pour les essais 1, 2 et 3, puis l’aliment 1er âge est distribué à volonté au nourrisseur. Dans l’essai 1, la consommation moyenne journalière (CMJ) des traitements 7M et R-7M est inférieure à celle du témoin de J1 à J6 après sevrage (respectivement 217, 196 vs 280 g/j ; P < 0,01), mais n’influence pas la fréquence de pathologies digestives. Dans l’essai 2, la CMJ de J1 à J5 tend à être plus élevée pour les cases 7M que R-7M (217 vs 183 g/j ; P = 0,08), celle des témoins étant intermédiaire (204 g/j). Entre J13 et J16, 7% des porcs 7M et R-7M sont touchés par la maladie de l’oedème contre 3% des porcs témoins (P > 0,05). Dans l’essai 3, la CMJ de J1 à J4 est supérieure pour les traitements 11M et 11M-FAM par rapport au témoin (respectivement 182, 168 et 126 g/j ; P = 0,01). L’enregistrement vidéo indique que plus de porcelets 11M et 11M-FAM consomment de l’aliment lors de chaque repas à J1 par rapport aux témoins (75, 80 et 67%, P = 0,01). Une alimentation fractionnée peut améliorer la consommation immédiatement après le sevrage, mais ne permet pas le contrôle de la maladie de l'oedème.

Influence of sequential feed distribution and mixing strategy on weaning performance and gut health of piglets

This study assessed whether sequential distribution of meals in long troughs, combined or not with feed restriction, or limitation of litter mixing, could influence feeding behaviour and digestive health of weaned piglets affected by post-weaning colibacillosis and edema disease (ED) of E. coli O141:K85. In Exp. 1 and 2, a phase 1 diet was offered ad libitum with free access to hoppers (control), or distributed in long troughs seven times a day from 8:00 am to 7:30 pm in quantities adjusted each day to appetite (7M), or restricted (R-7M). In Exp. 3, the treatments were 1) control, 2) eleven meals in troughs from 7:00 am to 10:30 pm with quantities adjusted after each meal to appetite (11M), and 3) 11M with a mixing strategy limiting the number of litters per pen (11M-FAM). The sequential phase duration was 13, 9 and 10 d in Exp. 1, 2 and 3, respectively, after which, using only hoppers, all piglets received the phase 1 diet ad libitum. In Exp. 1, 7M and R-7M pigs had lower average daily feed intake (ADFI) than control pigs from d 1-14 (217, 196 and 280 g/d, respectively; P < 0.01). However, outbreaks of digestive diseases did not differ between treatments (mean = 4% of piglets). In Exp. 2, ADFI from d 1-5 was higher for 7M pigs than for R-7M pigs (217 vs. 183 g/d, respectively; P = 0.05), with control pigs being intermediate (204 g/d). ED outbreaks reached a peak from d 13-16, resulting in an equal number of dead or sick pigs for 7M and R-7M treatments (7%), which was higher than that for the control (3%). In Exp. 3, ADFI from d 1-4 was higher for piglets offered 11M or 11M-FAM treatments than for control piglets (182, 168 and 126 g/d, respectively; P = 0.01). Video monitoring showed that the number of animals feeding per meal period was higher on d 1 for 11M and 11M-FAM piglets than for control piglets (75%, 80% and 67%, respectively; P < 0.01). Distributing meals in long troughs may briefly increase feed intake during the first days after weaning. The study did not confirm that feed restriction could help control ED.

PDF icon Eric Royer et al., 50es JRP, 6 et 7 février 2018, Paris, p. 125-130
2018

Incidence de la riboflavine sur les performances des porcs en engraissement

Consulter le resumé

Poster. La plupart des études de détermination des besoins vitaminiques des porcs date des années 1950 et 1960. Or, certains auteurs considèrent que l'amélioration du potentiel génétique des porcs et celle de leurs conditions d'élevage, ont conduit à un accroissement du niveau de besoin en vitamines.Cette étude porte sur l'incidence de la teneur en riboflavine alimentaire sur les performances de porcs en engraissement à partir de 4 régimes comportant respectivement, 3, 6, 9 et 18 mg/kg de riboflavine ajoutée.
PDF icon Incidence de la riboflavine sur les performances des porcs en engraissement
2009

Incidence de la diminution du taux protéique de l'aliment, avec ou sans compensation du bilan électrolytique, sur les performances de lactation de la truie exposée à une température moyenne de 23 ou 26°C

Consulter le resumé

L’effet de la réduction de la teneur en matières azotées totales (MAT), avec correction ou non du bilan électrolytique (BE), est testé sur 52 truies croisées Large White x Landrace exposées à une température ambiante moyenne de 23 (20 truies) ou de 26°C (32 truies). Pour le lot témoin (PBE), la teneur en MAT et le BE sont, respectivement, de 16,4 % et 176 mEq/kg. Pour les lots à faible teneur en MAT (14,4 %), le BE est de 141 mEq/kg pour le lot pbe et il est égalisé à 176 mEq/kg pour le lot pBE par incorporation de bicarbonate de sodium dans la formule.
PDF icon Incidence de la diminution du taux protéique de l'aliment, avec ou sans compensation du bilan électrolytique, sur les performances de lactation de la truie exposée à une température moyenne de 23 ou 26°C
2004

Incidence de la dégradation des conditions d'élevage sur le besoin en lysine du porcelet

Consulter le resumé

La teneur en lysine est le principal critère alimentaire déterminant la performance des porcs en post-sevrage.

Le taux habituellement recommandé dans l’aliment de 2ème âge (entre 12 et 25 kg de poids vif ) est de 1,2 g de lysine digestible par unité d’énergie nette (EN).

Ce niveau de recommandation est souvent remis en question, car on considère que, lorsque les conditions d’élevage se dégradent, les porcs sont moins en capacité de valoriser des teneurs élevées en acides aminés dans l’aliment.
PDF icon Incidence de la dégradation des conditions d'élevage sur le besoin en lysine du porcelet
2011

Incidence de l'incorporation de farine de poisson sur les performances zootechniques du porc en post-sevrage

Consulter le resumé

Poster. Au sevrage, le recours à des sources concentrées de protéines présentant une digestibilité élevée permet de limiter l’incorporation de tourteau de soja et de diversifier la composition de l’aliment. La farine de poisson est particulièrement riche en acides aminés essentiels pour le porc, et présente également l’avantage de constituer une source intéressante de minéraux et d’énergie (tables INRAAFZ, 2004).
PDF icon Incidence de l'incorporation de farine de poisson sur les performances zootechniques du porc en post-sevrage
2010

Pages