La base documentaire de l'IFIP

La base documentaire de l'IFIP : des centaines de documents à télécharger ou bien à commander.

Résultats 81 à 100 de 4933 résultats
Rechercher une documentation
Publication Annéetrier par ordre croissant

Détection et utilisation des viandes odorantes de porcs non castrés

Consulter le resumé

Patrick Chevillon, Bilan 2019, éditions IFIP, mai 2020, p; 62

En Europe près de 1/3 des éleveurs ne castrent plus les mâles avec un fort développement en Hollande, Allemagne et France entre 2009 et 2017 puis une stabilisation et un léger développement régulier depuis. L’Allemagne s’était engagée à arrêter la castration à vif au premier janvier 2019 mais l’échéance a été reportée de 2 ans. La France début 2020 au travers une déclaration et arrêté prévoit la fin de la castration sans anesthésie fin 2021. Depuis 2017 l’IFIP a rejoint et co-anime le réseau Européen IPEMA qui vise à échanger sur cette thématique des alternatives à la castration. L’IFIP en 2020 a participé à la vulgarisation des bonnes pratiques visant la production l’utilisation des viandes de mâles entiers et d’immuno-vaccinés (Guide de la DG SANCO paru fin 2019 et vulgarisé dans la presse spécialisée en Français). La détection rapide des carcasses odorantes à l’abattoir reste un sujet d’intérêt majeur pour l’IFIP.

PDF icon Patrick Chevillon, Bilan 2019, éditions IFIP, mai 2020, p; 62
2020

Guide européen de bonnes pratiques du transport des porcins

Consulter le resumé

Patrick Chevillon, Bilan 2019, éditions IFIP, mai 2020, p. 63

Le Règlement CE 1/2005 relatif à la protection des animaux pendant le transport a redéfini la responsabilité des transporteurs face au bien-être animal. Ce règlement est entré en vigueur le 1er Janvier 2007. La mise en place de guides de bonnes pratiques en cours de transport par les professionnels était vivement conseillée dans le Règlement CE 1/2005. A ce stade la France n’en dispose pas. Il n’en existait pas de reconnu à l’échelle européenne. En Juin 2014, la DG SANCO poussée par le parlement Européen a lancé un appel d’offre de 1000 K € visant à développer des guides de bonnes pratiques concertés pour la majorité des espèces transportées (bovins, moutons, porcins, volailles, équins). L’IFIP était associé dans un consortium à 14 partenaires européens pour élaborer le guide porc. Ce Guide reprend les principaux points de la réglementation ainsi que les meilleures pratiques à destination des transporteurs, abatteurs et donneurs d’ordre.

PDF icon Patrick Chevillon, Bilan 2019, éditions IFIP, mai 2020, p. 63
2020

Réseau européen pour réduire la résistance aux antibiotiques

Consulter le resumé

Anne Hémonic, Bilan 2019, éditions IFIP, mai 2020, p. 64

L'OMS a récemment déclaré : "Sans une action urgente et coordonnée de nombreux partenaires, le monde se dirige vers une ère post-antibiotique, dans laquelle des infections courantes et des blessures mineures qui ont pu être traitées pendant des décennies pourraient à nouveau tuer." Le projet DISARM (Disseminating Innovative Solutions for Antibiotic Resistance Management) est de proposer une collaboration entre agriculteurs, vétérinaires, services de conseil, chercheurs et professionnels des filières animales pour promouvoir un usage prudent et responsable des antibiotiques dans l’élevage, afin de réduire le risque d’antibiorésistance. Lancé en janvier 2019, le projet se poursuivra jusqu'en décembre 2021. Il est mené par 15 partenaires issus de 10 pays européens. Sont concernées les filières ruminant, porcine et avicole.

PDF icon Anne Hémonic, Bilan 2019, éditions IFIP, mai 2020, p. 64
2020

Caractéristisation des élevages forts utilisateurs d’antibiotiques

Consulter le resumé

Isabelle Corrégé, Bilan 2019, éditions IFIP, mai 2020, p. 65

Par la connaissance des dépenses de santé, la base de données de GTE permet un suivi annuel indirect de l’usage des antibiotiques dans un réseau conséquent d’élevages et d’investiguer les caractéristiques de ces élevages. Mener des actions dans les élevages forts utilisateurs d’antibiotiques doit permettre de poursuivre la baisse de leur usage. Ainsi, l’objectif de cette étude est de réaliser une analyse approfondie de ces élevages forts utilisateurs à partir de l’enregistrement des dépenses de santé curatives dans la base de GTE.

PDF icon Isabelle Corrégé, Bilan 2019, éditions IFIP, mai 2020, p. 65
2020

Stratégies pour favoriser les usages prudents d’antibiotiques en élevage

Consulter le resumé

Anne Hémonic, Bilan 2019, éditions IFIP, mai 2020, p. 66

L’objectif du projet européen ROADMAP est de favoriser les transitions vers une utilisation prudente des antibiotiques dans les filières bovines, porcines et avicoles. ROADMAP s’appuie sur des approches multi-acteurs, combinant la sociologie, l’économie, les sciences animales et vétérinaires, pour dialoguer avec les professionnels de la santé animale, les filières animales, les industriels et les décideurs. C’est un projet de 4 ans, lancé en 2019, qui implique 16 instituts de recherche, dont l’Ifip, et 11 pays (France, Espagne, Italie, Pays-Bas, Danemark, Belgique, Grande-Bretagne, Suisse, Suède, Vietnam et Mozambique).

PDF icon Anne Hémonic, Bilan 2019, éditions IFIP, mai 2020, p. 66
2020

Impact de la désinfection de l’eau d’abreuvement sur les antibiotiques

Consulter le resumé

Anne Hémonic, Bilan 2019, éditions IFIP, mai 2020, p. 67

L’eau d’abreuvement est fréquemment traitée, pour améliorer sa qualité bactériologique, par un biocide désinfectant (chlore, peroxyde d’hydrogène, dioxyde de chlore…). Cette eau peut également être utilisée comme vecteur de médicament pour le traitement collectif des animaux (antibiotiques, vermifuges…). Or, la compatibilité entre biocide et médicament n’est pas exigée dans les dossiers d’Autorisation de Mise sur le Marché. Cette étude vise à évaluer la stabilité de sept antibiotiques au contact du peroxyde d’hydrogène et de l’hypochlorite de sodium (chlore) dans trois types d’eau : douce (acide) ; dure (basique) ; riche en fer et manganèse (eau de puits).

PDF icon Anne Hémonic, Bilan 2019, éditions IFIP, mai 2020, p. 67
2020

Traitement préventif par l’oxyde de zinc : impact sur la santé et les performances en post-sevrage

Consulter le resumé

Isabelle Corrégé, Bilan 2019, éditions IFIP, mai 2020, p. 68

Le plan Ecoantibio a permis une diminution de 47 % des usages d’antibiotiques en filière porc entre 2010 et 2016. La phase de post-sevrage, avec des traitements réalisés majoritairement pour des motifs digestifs, notamment par la colistine, reste la plus utilisatrice, malgré la diminution de 74% observée au cours de ces 6 années. Cette évolution ne s’explique que partiellement par la baisse réelle des problèmes digestifs chez le porcelet. En effet, des modalités de traitement différentes y contribuent : moins de prémélanges, des traitements plus courts via l’eau de boisson et l’utilisation d’oxyde de zinc (16 % d’élevages utilisateurs en 2016). L’objectif de cette étude menée à la station expérimentale de l’Ifip est d’évaluer l’intérêt ou non de recourir à un traitement métaphylactique à la colistine, ou préventif à l’oxyde de zinc, dans des conditions d’élevage favorisant l’apparition de diarrhées.

PDF icon Isabelle Corrégé, Bilan 2019, éditions IFIP, mai 2020, p. 68
2020

Des applis de diagnostic rapide de la santé des porcs en élevage

Consulter le resumé

Yvonnick Rousselière et Anne Hémonic, Bilan 2019, éditions IFIP, mai 2020, p. 69

Dans un contexte de réduction de l’usage des antibiotiques, une rigueur accrue est nécessaire dans la gestion de la santé en élevage et dans la maîtrise des principaux facteurs de risque. L’IFIP a développé deux applications pour smartphone, BâtiSanté et PorciSanté, destinés aux acteurs de terrain (Figure 1) :
● Pour les éleveurs : elles permettent de réaliser un autodiagnostic rapide de l’élevage en toute autonomie et sans aucun appareil de mesure.
● Pour les techniciens et les vétérinaires : il s’agit d’un outil pédagogique, permettant d’aborder les bases de la santé en élevage avec l’éleveur, d’une manière simple et ludique.
Ces deux applications sont disponibles gratuitement sous Android et IOS.

PDF icon Yvonnick Rousselière et Anne Hémonic, Bilan 2019, éditions IFIP, mai 2020, p. 69
2020

Etude des nitrites dans les charcuteries et leur impact sur la santé digestive

Consulter le resumé

Aurélie Promeyrat, Bilan 2019, éditions IFIP, mai 2020, p. 70

Dans les produits de charcuterie et de salaison, un additif incontournable est couramment utilisé. Il s’agit du nitrite qui est autorisé comme conservateur par la réglementation. Il permet d’assurer une sécurité microbiologique vis-à-vis des germes pathogènes majeurs dont le C. botulinum. Le nitrite contribue aussi à la couleur et par sa fonction anti oxydante à l’arôme des produits de charcuterie et de salaison. Quand les réactions sont intenses, l’oxydation des lipides est non seulement responsable du rancissement des aliments, mais aussi de la formation de certains aldéhydes mutagènes. Du fait de sa forte réactivité chimique le nitrite agit comme catalyseur sur la formation des nitroso-composés (NOCs), lors de la digestion principalement. Les NOCs sont possiblement mutagènes et impliqués dans le cancer du côlon. C’est dans ce contexte que l’IFIP a mis en oeuvre, conjointement avec la FICT, le programme de recherche ADDUITS. Construit avec l’INRAE et l’ADIV et lancé en février 2018 ADDUITS est financé sur 4 ans par 24 entreprises charcutières. Il a pour ambition d’identifier des solutions concrètes, utilisables pour tous transformateurs et éprouvées expérimentalement pour réduire, voire éliminer le risque de cancer colorectal lié à une forte consommation de produits charcuterie et salaison. Les objectifs du projet sont :
● de décortiquer les mécanismes majeurs à l’origine des nitroso-composés (NOCs),
● de renforcer les connaissances sur les facteurs d’apparition du cancer colorectal associé à une forte consommation des produits de charcuterie,
● de neutraliser les NOCs et l’oxydation des lipides par des agents anti-NOCs comme les extraits végétaux ou des antioxydants,
● et de proposer une prévention ciblée via une re-conception de certains produits charcutiers.

Le programme ADDUITS est organisé en 5 WorkPackages (WPs), en partant de la formulation de charcuterie modèles, extrêmes, exacerbant l’effet promoteur (WP1), jusqu’aux lésions pré-cancéreuses, sur modèles rats (WP3-3) (= injection d’un inducteur de cancer), nourris 100 jours avec ces charcuteries modèles, en passant par une description fine des mécanismes initiateurs des NOCs et de l’oxydation (WP2) mais aussi des effets protecteurs (WP3). Ces effets protecteurs seront validés en fin de projet sur l’Homme (WP4). Les autres WPs sont dédiés à la coordination du projet (WP0) et à la communication et à la valorisation des résultats (WP5). Une thèse CIFRE, financée par l’IFIP se déroule à l’INRAE de Clermont-Ferrand (UR QuaPA) et a démarré en décembre 2018. Les premiers résultats de la thèse permettent d’ores et déjà de comprendre certains mécanismes qui ont lieu dans les charcuteries modèles.

Enjeux : Répondre par les connaissances scientifiques rigoureuses aux questions médiatiques sur le nitrites/nitrates comme additif conservateurs des produits.

PDF icon Aurélie Promeyrat, Bilan 2019, éditions IFIP, mai 2020, p. 70
2020

Maîtrise de la qualité microbiologique du jambon cuit à teneur réduite en nitrite

Consulter le resumé

Jean-Luc Martin, Bilan 2019, éditions IFIP, mai 2020, p. 71

Déterminer, dans le cadre du Code des Usages de la Charcuterie, les solutions envisageables pour réduire ou supprimer le nitrite dans le jambon cuit. L’étude a été réalisée selon une approche technologique, puis microbiologique. Au niveau technologique, elle a permis d’étudier les combinaisons teneur en nitrite / antioxydants permettant d’obtenir une couleur et une stabilité de couleur satisfaisante. Dans le but de déterminer si une suppression totale est envisageable, ou à quel niveau une réduction est possible par rapport à la teneur autorisée dans le jambon cuit.

PDF icon Jean-Luc Martin, Bilan 2019, éditions IFIP, mai 2020, p. 71
2020

Ammonia removal using biotrickling filters: part A: determination of the ionic nitrogen concentration of water using electrical conductivity measurement

Consulter le resumé

Eric Dumont (IMT Atlantique) et al., ChemEngineering, volume 4, n° 3, août, 9 pages

It is emphasized that a generalized relationship can be used to predict the ionic nitrogen concentration (i.e., sum of ammonium NH4+, nitrite NO2 and nitrate NO3) of the scrubbing liquid in a biotrickling filter treating ammonia emissions by measuring the electrical conductivity (EC) of the water directly. From measurements carried out on different water samples from six biotrickling filters in operation in pig husbandries, the generalized relationship is: Σ([NH4+]+[NO2]+[NO3]) g N/L = 0.22 EC mS/cm. This equation is valid provided the fresh water feeding the biotrickling filter has a low electrical conductivity (<1 mS cm−1). Moreover, since ammonium, nitrite and nitrate ions are the ultra-majority ions in the liquid phase, the balance between NH4+ and (NO2 + NO3) was confirmed, and consequently the relationship NH4+ = 0.11 EC mS/cm can also be applied to determine the ammonium concentration from the EC. As a result, EC measurement could be applied extensively to monitor operating biotrickling filters worldwide and used to determine ammonia mass transfer in real time, keeping in mind that the accuracy of the generalized relationship is ±20%.

source : https://www.mdpi.com/2305-7084/4/3/49/pdf

2020

Veille internationale : les faits marquants de 2019

Consulter le resumé

Jan-Peter Van Ferneij, Bilan 2019, éditions IFIP, mai 2020, p. 34

Les entreprises de la filière porcine française sont confrontées à une forte concurrence internationale, à la fois sur le marché européen, mais aussi sur le marché hors-UE. La « veille économique internationale » de l’IFIP suit et analyse les évènements et les tendances les plus marquants du secteur porcin. Ceci, afin d’informer les opérateurs français, de leur permettre de fonder leurs choix (organisation, investissements, stratégies, commercialisation) et d’anticiper les changements. L’IFIP entretient ainsi des bases de données et documentaires sur le marché du porc (prix, production, échanges, consommation), les réglementations, les structures de production, les entreprises, les questions de société et l’économie générale. L’expertise est nourrie par un réseau de contacts, entretenu régulièrement.

PDF icon Jan-Peter Van Ferneij, Bilan 2019, éditions IFIP, mai 2020, p. 34
2020

Purebred and crossbred genomic evaluation and mate allocation strategies to exploit dominance in pig crossbreeding schemes

Consulter le resumé

David González-Diéguez (Inrae) et al., Genes Genomes Genetics (G3), 2020, volume 10, n° 8, 5 août, p. 2829-2841

We investigated the effectiveness of mate allocation strategies accounting for non-additive genetic effects to improve crossbred performance in a two-way crossbreeding scheme. We did this by computer simulation of 10 generations of evaluation and selection. QTL effects were simulated as correlated across purebreds and crossbreds, and (positive) heterosis was simulated as directional dominance. The purebred-crossbred correlation was 0.30 or 0.68 depending on the genetic variance component used. Dominance and additive marker effects were estimated simultaneously for purebreds and crossbreds by multiple trait genomic BLUP. Four scenarios that differ in the sources of information (only purebred data, or purebred and crossbred data) and mate allocation strategies (mating at random, minimizing expected future inbreeding, or maximizing the expected total genetic value of crossbred animals) were evaluated under different cases of genetic variance components. Selecting purebred animals for purebred performance yielded a response of 0.2 genetic standard deviations of the trait “crossbred performance” per generation, whereas selecting purebred animals for crossbred performance doubled the genetic response. Mate allocation strategy to maximize the expected total genetic value of crossbred descendants resulted in a slight increase (0.8%, 4% and 0.5% depending on the genetic variance components) of the crossbred performance. Purebred populations increased homozygosity, but the heterozygosity of the crossbreds remained constant. When purebred-crossbred genetic correlation is low, selecting purebred animals for crossbred performance using crossbred information is a more efficient strategy to exploit heterosis and increase performance at the crossbred commercial level, whereas mate allocation did not improve crossbred performance.

source : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC7407463/pdf/2829.pdf

2020

Toward the reduction of nitrite in cured meat : role of ascorbate

Consulter le resumé

Aline Bonifacie (Inrae) et al., 66th Congress of meat science and technology (ICOMST) and 73rd reciprocal meat conference, 2-7 août 2020, Etats-Unis (conférence virtuelle), poster

Nitrite and/or nitrate added in cured meat are involved in the formation of nitroso-compounds (nitrosamines, nitrosothiols and nitrosylheme) potentially mutagenic. Oxidation in meat affects health by formation of mutagenic aldehydes. An excessive consumption of cured meat is associated with an increased risk of colorectal cancer. Therefore, the objective of this study was to evaluate the role of ascorbate regarding the reduction of nitrites in cured meat.

PDF icon Alice Bonifacie et al., 66th ICOMST et 73rd RMC, 2-7 août, poster, PDF icon Alice Bonifacie et al., 66th ICOMST, 2-7 août, poster
2020

Prospects for sustainability of pig production in relation to climate change and novel feed resources

Consulter le resumé

Wendy W Rauw (Inia, Madrid, Espagne) et al., Journal of the science of food and agriculture, 2020, volume 100, n° 9, juillet, p. 3575-3586

Pig production systems provide multiple benefits to humans. However, the global increase in meat consumption has profound consequences for our earth. This perspective describes two alternative scenarios for improving the sustainability of future pig production systems. The first scenario is a high input–high output system based on sustainable intensification, maximizing animal protein production efficiency on a limited land surface at the same time as minimizing environmental impacts. The second scenario is a reduced input–reduced output system based on selecting animals that are more robust to climate change and are better adapted to transform low quality feed (local feeds, feedstuff co‐products, food waste) into meat. However, in contrast to the first scenario, the latter scenario results in reduced predicted yields, reduced production efficiency and possibly increased costs to the consumer. National evaluation of the availability of local feed and feedstuff co‐product alternatives, determination of limits to feed sourced from international markets, available land for crop and livestock production, desired production levels, and a willingness to politically enforce policies through subsidies and/or penalties are some of the considerations to combine these two scenarios. Given future novel sustainable alternatives to livestock animal protein, it may become reasonable to move towards an added general premium price on ‘protein from livestock animals’ to the benefit of promoting higher incomes to farmers at the same time as covering the extra costs of, politically enforced, welfare of livestock animals in sustainable production systems. 

https://onlinelibrary.wiley.com/doi/epdf/10.1002/jsfa.10338
2020

Toward the prediction of the PSE-Like muscle mefect in cooked hams

Consulter le resumé

Laetitia Théron (Inrae), Meat and Muscle Biology, 2020, volume 4, n°2, juillet, 6 pages

Pale Soft Exudative (PSE)-like muscle defect is of great importance in the cooked ham industry because of the economic losses it can cause. The flagship product is the “Jambon supérieur,” a polyphosphate-free cooked ham, usually sold sliced and packaged. Slicing is an automatic process that reveals the defect as holes in the slice leading to slicing losses. Up to now, the PSE-like defect has only been detected on raw meat after deboning the pork leg because it affects the inner part of the semimembranosus muscles and also the adductor muscles. The objective of this study was to develop innovative approaches that combine mechanistic elucidation and the discovery of potential biomarkers (i) at the level of the muscle and (ii) at the level of the live animal by analyzing proteins from plasma. The use of chemometrics for the spectral fingerprinting of pig plasma was chosen to predict the PSE-like muscle defect in raw hams.

source : https://www.iastatedigitalpress.com/mmb/article/11156/galley/10837/download/

2020

Comment réduire les antibiotiques en élevage

Consulter le resumé

Isabelle Corrégé, Réussir Porc/ Tech Porc (FRA), 2020, n° 280, juillet-août, p. 24-25

Identifier les élevages forts utilisateurs d’antibiotiques permet de les accompagner pour réduire leurs usages. Le recours aux vaccins, l’amélioration de la conduite d’élevage et de la chaîne bâtiment font partie des axes de travail.

PDF icon Isabelle Corrégé, Réussir Porc/ Tech Porc (FRA), 2020, n° 280, juillet-août, p. 24-25
2020

Mesurer les épaisseurs de lard avec un échographe

Consulter le resumé

Sylviane Boulot, Réussir Porc/ Tech Porc (FRA), 2020, n° 280, juillet/août, p. 32

L’Ifip a testé un échographe équipé d’une sonde de gestation pour contrôler des épaisseurs de lard dorsal. Moyennant quelques précautions les résultats sont au rendez-vous.

PDF icon Sylviane Boulot, Réussir Porc/ Tech Porc (FRA), 2020, n° 280, juillet/août, p. 32
2020

Elevages porcins de l'Ouest : comment gagner en autonomie protéique

Consulter le resumé

Didier Gaudré, nutritionniste pour porcs Ifip, Porc Mag (FRA), 2020, n° 554, juillet/août, p. 26

Les travaux du projet DY + Pig visent à aider la filière porcine à une gestion durable des ressources protéiques de l'aliment des porcs afin de réduire l'excrétion azotée et leur impact environnemental. Présentation.

2020

CohéSim, un diagnostic de la chaîne de bâtiments

Consulter le resumé

Alexia Aubry et Yvonnick Rousselière, Réussir Porc/ Tech Porc (FRA), 2020, n° 280, juillet/août, p. 18-19

L’Ifip propose l’outil web CohéSim, pour analyser la cohérence de la chaîne de bâtiments et proposer, le cas échéant, des alternatives concrètes chiffrées pour améliorer la situation.

PDF icon Alexia Aubry et Yvonnick Rousselière, Réussir Porc/ Tech Porc (FRA), 2020, n° 280, juillet/août, p. 18-19
2020

Pages