La base documentaire de l'IFIP

La base documentaire de l'IFIP : des centaines de documents à télécharger ou bien à commander.

Résultats 841 à 860 de 4969 résultats
Rechercher une documentation
Publication Annéetrier par ordre décroissant

Nouveaux critères standardisés des performances en GTE : actualisation à partir de la modélisation de la croissance et de la consommation des porcs

Consulter le resumé

Les courbes de croissance et de consommation d’aliment modélisées dans cette étude sont en adéquation avec le niveau de performances actuel des élevages.

Les critères standardisés qui en découlent offrent la possibilité de comparer les élevages quels que soient leurs poids moyens d’entrée et de sortie des stades post-sevrage et engraissement. Ils peuvent être appliqués aux élevages abattant une partie ou la totalité de leurs porcs à des poids plus élevés que la moyenne.
PDF icon Nouveaux critères standardisés des performances en GTE : actualisation à partir de la modélisation de la croissance et de la consommation des porcs
2004

Les systèmes de production du porc en France : typologie des exploitations agricoles ayant des porcs

Consulter le resumé

En 2002, une étude a été menée sur les données du RA 2000 au moyen d’une analyse de données multivariée. Elle visait à mettre en évidence les principaux systèmes d’exploitation détenant des porcs en France. Ce travail a permis d’identifier et de caractériser 2 niveaux d’une typologie des systèmes d’exploitations produisant des porcs en quatre et huit classes. Celle en quatre groupes offre la vision la plus synthétique de la structure de ces systèmes.
PDF icon Les systèmes de production du porc en France : typologie des exploitations agricoles ayant des porcs
2004

Variabilité intra-matière première de la digestibilité du phosphore des céréales et du pois chez le porc en croissance

Consulter le resumé

Nous avons conduit un essai sur des porcs en croissance (45-49 kg) dans le but d’évaluer la variabilité intra et inter matière première de la digestibilité du phosphore total (CUD P) et du phosphore phytique du blé, du triticale, de l’orge, du maïs et du pois. La variabilité de la digestibilité du phosphore intra-matière première est faible à l’exception du maïs qui est un peu plus variable. Le blé, le triticale et le pois présentent des CUD P (respectivement 52,0, 51,0, 49,0 %) supérieurs à l’orge (41,5 %) puis au maïs (27,3 %) qui présente les digestibilités les plus faibles.
PDF icon Variabilité intra-matière première de la digestibilité du phosphore des céréales et du pois chez le porc en croissance
2004

Comparaison expérimentale de deux conduites d'élevage de porcs en croissance

Consulter le resumé

L’objectif de cette étude est d’évaluer l’influence d’une conduite d’élevage alternative pour porcs en croissance-finition (élevage sur litière avec accès libre à l’extérieur, 2,4 m2/porc) (L) comparativement au mode d’élevage conventionnel sur caillebotis (0,65 m2/porc) considéré comme témoin (C), sur l’impact environnemental, le bien-être et la santé des animaux, les performances de croissance et les qualités des carcasses et des viandes.
PDF icon Comparaison expérimentale de deux conduites d'élevage de porcs en croissance
2004

Emissions d'ammoniac et de protoxyde d'azote des porcs engraissés sur litière de paille

Consulter le resumé

L’engraissement de porcs sur litières de paille permet un abattement d’azote supérieur à l’engraissement sur caillebotis mais on connaît mal les quantités d’ammoniac et de protoxyde d’azote émises. De plus l’effet de la densité animale sur les pertes gazeuses a été peu étudié. L’objectif de ce travail est d’évaluer en élevage les émissions d’ammoniac et de protoxyde d’azote. Des mesures d’émissions d’ammoniac et de protoxyde d’azote ont été réalisées de 2001 à 2003 sur plus de six cents porcs, en Station Expérimentale et en élevage commercial, en hiver et en été.

PDF icon Emissions d'ammoniac et de protoxyde d'azote des porcs engraissés sur litière de paille
2004

Conséquences de l'augmentation du poids d'abattage induit par l'allongement de la durée d'engraissement (14 ou 20 semaines) sur les performances zootechniques des porcs charcutiers

Consulter le resumé

Deux essais sont conduits dans les stations expérimentales de l’ITP (essai 1) et des EDE-Chambres d’agriculture de Bretagne (essai 2) afin de quantifier les performances de croissance de mâles castrés et femelles élevés en groupe après 14 (lot STD : standard) ou 20 (lot LRD : lourd) semaines d’engraissement. La vitesse de croissance (GMQ) et l’indice de consommation (IC) sont calculés entre 28 kg de poids vif (PV) et l’abattage (total) ou pendant les 14 premières semaines d’engraissement (0-14) pour tous les porcs ou seulement pendant les 6 dernières semaines (14-20) pour les porcs LRD.
PDF icon Conséquences de l'augmentation du poids d'abattage induit par l'allongement de la durée d'engraissement (14 ou 20 semaines) sur les performances zootechniques des porcs charcutiers
2004

Allongement de la durée d'engraissement des porcs de 14 à 20 semaines : effets sur la qualité de viande et l'aptitude à la transformation en jambon cuit

Consulter le resumé

Deux essais sont conduits dans deux stations expérimentales pour quantifier les performances de croissance de mâles castrés et de femelles élevés en groupe avec deux durées d’engraissement différentes, correspondant à la production de porcs standards (STD, 14 semaines) ou lourds (LRD, 20 semaines). Les caractéristiques des carcasses STD et LRD sont évaluées par les composantes de la teneur en viande maigre (G1, G2, M2), la qualité de viande par la mesure du pH1 et du pHu.
PDF icon Allongement de la durée d'engraissement des porcs de 14 à 20 semaines : effets sur la qualité de viande et l'aptitude à la transformation en jambon cuit
2004

Comparaison de quatre rations alimentaires pour porcelets sevrés à 28 jours : intérêt de l'utilisation de poudre de lactosérum et de maïs extrudé

Consulter le resumé

L’intérêt de l’utilisation de poudre de lactosérum acide et de maïs extrudé dans la ration de sevrage est testé sur une bande de 347 porcelets sevrés à 28 jours d’âge. Ces 2 matières premières sont incorporées de façon séparée puis simultanée, au taux unique de 20 % de la ration. L’aliment témoin est composé de blé en l’état, et d’huile de colza pour l’apport énergétique, de tourteau de soja et d’acides aminés de synthèse pour l’apport azoté.
PDF icon Comparaison de quatre rations alimentaires pour porcelets sevrés à 28 jours : intérêt de l'utilisation de poudre de lactosérum et de maïs extrudé
2004

Incidence de la diminution du taux protéique de l'aliment, avec ou sans compensation du bilan électrolytique, sur les performances de lactation de la truie exposée à une température moyenne de 23 ou 26°C

Consulter le resumé

L’effet de la réduction de la teneur en matières azotées totales (MAT), avec correction ou non du bilan électrolytique (BE), est testé sur 52 truies croisées Large White x Landrace exposées à une température ambiante moyenne de 23 (20 truies) ou de 26°C (32 truies). Pour le lot témoin (PBE), la teneur en MAT et le BE sont, respectivement, de 16,4 % et 176 mEq/kg. Pour les lots à faible teneur en MAT (14,4 %), le BE est de 141 mEq/kg pour le lot pbe et il est égalisé à 176 mEq/kg pour le lot pBE par incorporation de bicarbonate de sodium dans la formule.
PDF icon Incidence de la diminution du taux protéique de l'aliment, avec ou sans compensation du bilan électrolytique, sur les performances de lactation de la truie exposée à une température moyenne de 23 ou 26°C
2004

Intérêts sur le plan zootechnique et environnemental des aliments pour porc charcutier à teneur élevée en energie respectant ou non les recommandations du Corpen

Consulter le resumé

L’intérêt zootechnique et environnemental d’aliments à teneur élevée en énergie respectant ou non les recommandations du CORPEN (1996), est évalué sur 288 porcs charcutiers répartis en 3 bandes. Dans un premier temps, la comparaison porte sur l’effet de la concentration énergétique en période estivale et hivernale, en utilisant 2 régimes CORPEN : 9,6 versus 10,6 MJ EN par kg. La 3ème bande permet la comparaison du respect des recommandations du CORPEN dans le cas de régimes à concentration énergétique élevée (10,6 MJ EN).
PDF icon Intérêts sur le plan zootechnique et environnemental des aliments pour porc charcutier à teneur élevée en energie respectant ou non les recommandations du Corpen
2004

Analyse de la diversité de quelques races et lignées porcines françaises à l'aide de marqueurs génétiques dans le cadre d'un vaste projet européen

Consulter le resumé

Un échantillon de seize races (et lignées) porcines françaises a été étudié dans le cadre d’un projet européen de diversité génétique financé par l’Union Européenne et portant sur soixante-dix races, avec examen individuel à raison de cinquante individus par race environ. Les races françaises se répartissaient en cinq races locales, quatre variétés des grandes races Large White, Landrace et Piétrain, et enfin sept lignées commerciales de race pure ou synthétiques.
PDF icon Analyse de la diversité de quelques races et lignées porcines françaises à l'aide de marqueurs génétiques dans le cadre d'un vaste projet européen
2004

Estimation, par utilisation de semence congelée, du progrès génétique réalisé en France entre 1977 et 1998 dans la race porcine Large White : résultats pour quelques caractères de production et de qualité des tissus gras et maigres

Consulter le resumé

Une expérimentation destinée à estimer le progrès génétique réalisé entre 1977 et 1998 (ÄG) dans la race porcine Large White (LW) est en cours dans les unités expérimentales INRA. Des truies LW ont été saillies avec de la semence de verrats LW nés en 1977 (semence congelée) ou en 1998. Parmi les individus produits, environ 15 mâles et 80 femelles ont été accouplés dans chaque groupe expérimental afin de produire une seconde génération d’individus dont on a comparé les performances de croissance, carcasse et qualité des tissus.
PDF icon Estimation, par utilisation de semence congelée, du progrès génétique réalisé en France entre 1977 et 1998 dans la race porcine Large White : résultats pour quelques caractères de production et de qualité des tissus gras et maigres
2004

Effets zootechniques et immunitaires de la consommation d'aliment naturellement contaminé par du déoxynivalénol (DON) chez le porc en phase de croissance ou de finition

Consulter le resumé

Un essai a été conduit sur 3 groupes de 48 porcs afin d’étudier les effets sur la croissance et la réponse immunitaire de la consommation d’aliment contaminé par 1600 μg/kg de DON reçu en phase de croissance (traitement T2) ou en phase de finition (traitement T3). Un groupe contrôle a été constitué avec des animaux recevant un aliment non contaminé (traitement T1). En phase de croissance, la consommation d’aliment et la vitesse de croissance des animaux du traitement T2 sont supérieures à celle des traitements T1 et T3.
PDF icon Effets zootechniques et immunitaires de la consommation d'aliment naturellement contaminé par du déoxynivalénol (DON) chez le porc en phase de croissance ou de finition
2004

Modes d'élevage des porcs et prévalence de E. coli résistants aux antimicrobiens

Consulter le resumé

24 élevages porcins ont fait l’objet de prélèvements fécaux en fin d’engraissement afin d’estimer les pourcentages de Escherichia coli résistants vis-à-vis de 16 antimicrobiens. Ces élevages ont été choisis selon différents critères zootechniques et d’utilisation des antibiotiques dont les conséquences sur les taux de bactéries résistantes ont pu être observées.
PDF icon Modes d'élevage des porcs et prévalence de E. coli résistants aux antimicrobiens
2004

Comment l'apport d'objets manipulables en hauteur ou au sol influence-t-il l'activité des porcs charcutiers logés sur caillebotis intégral ?

Consulter le resumé

L’objectif de ce travail est d’améliorer le bien-être des porcs à l’engrais en diminuant l’agressivité à l’arrivée en engraissement et en favorisant l’expression de comportements d’exploration. Les trois traitements consistent en la mise à disposition d’un objet fixé au sol (S), fixé en hauteur (H) ou en l’absence d’objet (T). Chaque traitement est attribué à quatre cases comportant 4 mâles castrés et 4 femelles. Les cases sont de 7m2 sur caillebotis intégral. Les parois entre cases sont pleines.
PDF icon Comment l'apport d'objets manipulables en hauteur ou au sol influence-t-il l'activité des porcs charcutiers logés sur caillebotis intégral ?
2004

Incidence de la réduction de la densité animale en engraissement sur la qualité de l'ambiance et son impact sur les performances

Consulter le resumé

Deux essais portant chacun sur 168 porcs à l’engrais ont été conduits afin de déterminer l’effet du taux de renouvellement et de la densité sur les performances et l’état de santé des animaux. Deux débits d’air neuf (minimum et optimum) et deux densités par porc (0,70 et 0,93 m2) ont été mis en place selon un dispositif factoriel 2x2. Le débit minimum (DM) passe de 8 à 19 m3/h/porc entre 27 et 110 kg de poids vif. Le débit optimum (DO) évolue lui entre 15 et 50 m3/h/porc. La température et l’humidité relative ont été constantes et égales respectivement à 24°C et 65 %.
PDF icon Incidence de la réduction de la densité animale en engraissement sur la qualité de l'ambiance et son impact sur les performances
2004

Caractérisation de l'indice de consommation pendant l'engraissement selon le poids des porcelets à la naissance

Consulter le resumé

L’effet du poids de naissance sur l’indice de consommation (IC) en engraissement est étudié sur trois bandes représentant tout ou partie de 41 portées issues d’un croisement (LWxPP)x(LWxLd). Dans la limite des tailles de case en postsevrage et en engraissement, les portées subissent le moins de mélange possible. En engraissement, les porcs sont alimentés à volonté et élevés en cases de 13 places, équipées chacune d’un distributeur automatique de concentré permettant l’enregistrement des consommations individuelles d’aliment. Les porcs de chaque bande partent en deux fois à l’abattoir.
PDF icon Caractérisation de l'indice de consommation pendant l'engraissement selon le poids des porcelets à la naissance
2004

Modélisation de la croissance et de la consommation d'aliment des porcs de la naissance à l'abattage : actualisation des coefficients appliqués aux critères standardisés de performances en Gestion Technico-Economique

Consulter le resumé

Les références permettent aux éleveurs de situer les performances de leur élevage par rapport à celles d’autres éleveurs, d’analyser ainsi leurs résultats et de progresser. Pour affiner ces comparaisons, compte tenu des différentes pratiques rencontrées en élevage, des critères standardisés calculés sur des phases de croissance fixes ont été mis en place en Gestion Technico-Economique (GTE) en 1991.
PDF icon Modélisation de la croissance et de la consommation d'aliment des porcs de la naissance à l'abattage : actualisation des coefficients appliqués aux critères standardisés de performances en Gestion Technico-Economique
2004

Influence des réserves corporelles de la jeune truie sur sa carrière future

Consulter le resumé

Des mesures de composition corporelle (poids, épaisseur de lard dorsal) sont réalisées sur 829 jeunes truies, dans 15 exploitations, à leur livraison (110 kg), leur sortie de quarantaine et leurs premières mise bas et sevrage. Leur carrière est analysée à partir des résultats enregistrés en Gestion Technique des Troupeaux de Truies (GTTT). Le niveau de réserves corporelles à la livraison a peu d’effet sur la carrière de l’animal.
PDF icon Influence des réserves corporelles de la jeune truie sur sa carrière future
2004

L'hyperprolificité en 2002 : quels résultats, quel impact sur la longévité des truies ?

Consulter le resumé

Les niveaux de prolificité obtenus par les élevages de production français en 2002 sont analysés à partir de données extraites des bases de données nationales de Gestion Technique des Troupeaux de Truies et de Gestion Technico-économique.
PDF icon L'hyperprolificité en 2002 : quels résultats, quel impact sur la longévité des truies ?
2004

Pages