La base documentaire de l'IFIP

La base documentaire de l'IFIP : des centaines de documents à télécharger ou bien à commander.

Résultats 4341 à 4360 de 4655 résultats
Rechercher une documentation
Publication Annéetrier par ordre croissant

Les Centres d'Insémination Artificielle porcine en France - Bilan 1998

Consulter le resumé

PDF icon Les Centres d'Insémination Artificielle porcine en France - Bilan 1998
1999

Anesthésie électrique des porcs dans les petits abattoirs

Consulter le resumé

Les abattoirs de porcs utilisent deux systèmes d’étourdissement avant la saignée : l’électricité ou le gaz. Les ateliers de petit volume sont tous équipés de systèmes électriques souvent manuels qui demandent de la rigueur dans l’utilisation et l’entretien pour une bonne efficacité de l’étourdissement de l’animal.

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
1999

Elevages de porcs dans l'UE : la taille s'accroît

Consulter le resumé

Dans l'Union européenne, l'essentiel de la production porcine est réalisé par un peu plus de 100 000 élevages.

Ceux qui ont plus de 200 truies concentrent 50% des reproducteurs. Avec les élevages de plus de 500 truies, on atteint déjà 20% des effectifs de l'Union. Les élevages avec moins de 100 truies perdent régulièrement en importance.
PDF icon Elevages de porcs dans l'UE : la taille s'accroît
1999

Résultats nationaux GTTT : plus de 24 porcelets par truie en 1998

Consulter le resumé

1999

Résultats GTE 1998 : les marges ne couvrent plus les charges - Résultats GTE-TB 1998 : baisse des coûts de production

Consulter le resumé

1999

Nos aliments changent de siècle : faut-il croire aux produits miracles ?

Consulter le resumé

1999

Flaveur du jambon cuit : influence de la matière première et du procédé

Consulter le resumé

Dans le cadre d'une étude sur les précurseurs de la flaveur du jambon cuit, les résultats sur l'effet de la présence des allèles RNou rn+ du gène RN, ou des allèles n ou N du gène HAL, du pH de la viande et du temps de maturation post-malaxage sur la qualité sensorielle du jambon cuit sont rapportés. Une influence significative de la génétique, du pH et de la maturation est observée. Des corrélations de ces résultats avec la composition biochimique des jambons sont nécessaires.
PDF icon Flaveur du jambon cuit : influence de la matière première et du procédé
1999

Contaminants chimiques : pas d'inquiétude pour la viande de porc

Consulter le resumé

La contamination chimique des aliments fait l'objet d'une surveillance permanente, que la Direction Générale de l'Alimentation concrétise par la réalisation de plans de surveillance. Les résultats de ces plans, de 1992 à 1997, pour la recherche des résidus dans la viande de porc en France sont présentés dans cet article. Les seuls contaminants régulièrement présents sont des subsxtances anti-microbiennes et plus particulièrement des sulfamides. Les taux de contamination sont limités. Ce sont les derniers résultats obtenus à partir d'un échantillonnage effectué de manière aléatoire.
PDF icon Contaminants chimiques : pas d'inquiétude pour la viande de porc
1999

La gestion des déchets gras. 2ème partie : comparaison des voies de traitement

Consulter le resumé

Les différentes solutions de traitement des déchets gras sont comparées en considérant à la fois les difficultés techniques, la faisabilité économique et l'intérêt environnemental. Tableau répertoriant les avantages et inconvénients des différents traitements.
PDF icon La gestion des déchets gras. 2ème partie : comparaison des voies de traitement
1999

Produit à base de viandes ou préparations de viandes ? Caractérisation et modification de la structure cellulaire de la viande en fonction de son traitement.

Consulter le resumé

La discrimination entre les produits à base de viande et les préparations de viandes repose sur la réglementation européenne et française.

Ces textes réglementaires font une différenciation entre ces deux types de produits sur la base de notion du "traitement insuffisant pour modifier à coeur la structure cellulaire de la viande".

Par conséquent, un produit carné dont la structure cellulaire n'est pas modifiée par le traitement de fabrication est considéré comme une préparation de viande.
PDF icon Produit à base de viandes ou préparations de viandes ? Caractérisation et modification de la structure cellulaire de la viande en fonction de son traitement.
1999

Union Européenne : exportations record en 1998

Consulter le resumé

Les exportations européennes ont continué d'augmenter en 1998, sous l'effet des disponibilités et des aides à l'exportation, bienvenues.

La moitié des ventes concerne de la viande, fraîche ou congelée. Les produits transformés représentent un quart des tonnages.

La dynamique du secteur s'exprime par le nombre croissant de pays destinataires, et une offre de plus en plus segmentée. En 1998, les marchés asiatiques ont gagné de l'importance, malgré les difficultés économiques et financières qui les ont affectés.
PDF icon Union Européenne : exportations record en 1998
1999

L'année porcine 1998

Consulter le resumé

PDF icon L'année porcine 1998
1999

Principaux facteurs de variation du besoin en acides aminés du porc en croissance

Consulter le resumé

L'aliment distribué au porc en croissance doit à la fois couvrir ses besoins protéiques (acides aminés essentiels et azote "indifférencié") et ses besoins énergétiques avec comme conséquence pratique en formulation la nécessité de définir un rapport entre la valeur protéique et la valeur énergétique de l'aliment. Cet article passe en revue les effets de quelques facteurs de variation (le génotype, le type

sexuel, le poids vif, la conduite alimentaire, l'environnement climatique
PDF icon Principaux facteurs de variation du besoin en acides aminés du porc en croissance
1999

Raisonner globalement l'exploitation ayant un atelier porcin

Consulter le resumé

Les exploitations agricoles françaises avec porcs, soit 11 % des exploitations,

ont en moyenne, en 1997, une Surface Agricole Utile (SAU) de 48 ha, celle de l’ensemble des exploitations étant de 42 ha. Les effectifs porcins français sont de moins en moins nombreux dans les exploitations de taille inférieure à 20 ha (12 % en 1997 contre 47 % en 1968) au profit de celles de plus de 50 ha (54 % contre 13 %) (Figure 1).
PDF icon Raisonner globalement l'exploitation ayant un atelier porcin
1999

Résidus dans la viande de porc - Résultats des plans de surveillance

Consulter le resumé

Les résultats des plans de surveillance effectués par la Direction Générale de l’Alimentation de 1992 à 1997 pour la recherche des résidus dans la viande de porc sont présentés. Les seuls contaminants

régulièrement présents sont des substances anti-microbiennes et plus particulièrement des sulfamides. Les taux de contamination sont limités. Ce sont les derniers résultats obtenus à partir d’un échantillonnage

effectué de manière aléatoire. A partir de 1998, les plans de surveillance répondent à la mise en application d’une nouvelle
PDF icon Résidus dans la viande de porc - Résultats des plans de surveillance
1999

Sélection collective : bilan des performances pour l'année 1998

Consulter le resumé

Les trois Populations Animales Sélectionnées (P.A.S.) collectives (Large White, Landrace Français et Piétrain) représentent plus des deux tiers des truies en sélection en France. Depuis 1995, les effectifs de contrôle en ferme sont relativement stables si l’on excepte une réduction de la

base de sélection Piétrain liée à une chute du nombre de sélectionneurs. L’amélioration des performances mesurées en ferme et en station se poursuit à un rythme constant, notamment sur la croissance et la prolificité.
PDF icon Sélection collective : bilan des performances pour l'année 1998
1999

La granulométrie des aliments porcins fabriqués à la ferme

Consulter le resumé

La bonne mouture des matières premières est l'un des principaux critères de la qualité des aliments fabriqués à la ferme. La taille des particules influence l'homogénéité du mélange des différentes matières premières, ainsi que l'assimilation des nutriments par les animaux.

La dimension des particules peut être qualifiée par les mesures de granulométrie.
PDF icon La granulométrie des aliments porcins fabriqués à la ferme
1999

Feed intake behaviour of group-housed Piétrain and Large White growing pigs. Consommation alimentaire de porcs Piétrain et Large White élévés en groupe.

Consulter le resumé

Comportement alimentaire de porcs en croissance Piétrain et Large White élevés en groupe. À l'aide d'automates d'alimentation « Acema 48 », sept caractères de comportement alimentaire (quantité consommée et durée de consommation par jour, nombre quotidien de visites à l'automate et de repas, taille et durée des repas, vitesse d'ingestion) ont été étudiés chez des mâles entiers Large White (n = 210) et Piétrain (n = 114) contrôlés entre 35 et 95 kg. Les animaux étaient élevés en loges collectives monoraciales (taille du groupe variant de 8 à 13) et avaient accès 24 h sur 24 à l'automate.

1999

Influence of high ambient temperatures on feed intake and feeding behaviour of multiparous lactating sows

Consulter le resumé

Multiparous Large White sows (n = 63) were used to investigate the effects of five ambient temperatures (18, 22, 25, 27, and 29 degrees C) and two dietary protein contents on their lactation performance. At each temperature treatment, ambient temperature was maintained constant over the 21-d lactation period. Dietary protein content was either 14 or 17% with essential amino acids levels calculated not to be limiting. The animals had ad libitum access to feed between the seventh and the 19th day of lactation. Diet composition did not influence lactation performance.
1999

Influence of energy supply on growth characteristics in pigs and consequences for growth modelling

Consulter le resumé

L’objectif de l’article est d’étudier les conséquences du niveau d’apport énergétique sur la croissance du porc en s’appuyant, notamment, sur les résultats d’un programme expérimental mené à la Station de Recherches Porcines de l’INRA entre 1992 et 1994. Soixante porcs issus de trois types différents et répartis entre cinq niveaux d’apports énergétiques ont été étudiés.
1999

Pages