La base documentaire de l'IFIP

La base documentaire de l'IFIP : des centaines de documents à télécharger ou bien à commander.

Résultats 21 à 40 de 1805 résultats
Rechercher une documentation
Publicationtrier par ordre décroissant Année

Abaissement des protections à l'importation à l'OMC : quels risques pour le marché du porc ?

Consulter le resumé

A HongKong, dans le cadre des négociations commerciales de l’OMC, l’Union européenne a accepté de renoncer aux restitutions à l’exportation. Les négociations se poursuivront en 2006. La question de la protection à l’importation sera au centre des débats. L’Union européenne propose des baisses sensibles des droits d’entrée pour les produits agricoles. L’ITP a analysé la compétitivité des fournisseurs potentiels de l’UE, l’impact d’une moindre protection et ses enjeux pour le marché du porc.
PDF icon Abaissement des protections à l'importation à l'OMC : quels risques pour le marché du porc ?
2006

Abaissement des protections à l'importation par l'OMC : quels risques lemarché du porc en France

Consulter le resumé

Hervé Marouby, Claudie Gourmelen, Jan-Peter Van Ferneij, Michel Rieu, rapport d'études, décembre 2005, 105 pages

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2005

Abaissement des protections à l'importation par l'OMC : quels risques pour le marché du porc en France ?

Consulter le resumé

L’étude vise à apprécier le potentiel de compétitivité des principaux concurrents de l’UE et à évaluer les possibilités d’importation et les effets sur le marché du porc et la production française. Premier exportateur mondial de viande porcine, l’UE est confrontée à une présence accrue des autres grands compétiteurs. A l’exportation, le Brésil très dépendant du marché russe, cherche à diversifier ses débouchés.
PDF icon Abaissement des protections à l'importation par l'OMC : quels risques pour le marché du porc en France ?
2005

Abaissement des protections à l’importation par l’OMC. Quels risques pour le marché du porc en France ?

Consulter le resumé

Dans le cadre des négociations à l’OMC, face à la pression de pays exportateurs, l’UE pourrait être amenée à réduire ses droits de douane à l’importation sur la viande porcine. La filière peut-elle agir pour limiter ces risques ? Cette étude analyse les forces et les faiblesses des pays les plus compétitifs et les possibilités d’importation par l’UE de viande porcine en provenance de ces pays dans un horizon de 5 à 10 ans. Elle en évalue les effets sur le marché du porc et la production française.

• Version papier : 45 € (contacter directement Brigitte Laval

45,00 €
2005

Abats rouges de porc (foie, coeur, langue) : la qualité bactériologique passe par l'hygiène

Consulter le resumé

La qualité bactériologique des abats rouges pose des problèmes. Son amélioration passe par la maîtrise des manipulations, de la collecte à l'expédition, par la rapidité de la réfrigération et par la rigueur du nettoyage-désinfection.
PDF icon Abats rouges de porc (foie, coeur, langue) : la qualité bactériologique passe par l'hygiène
1998

Abattage dans l'UE - Course à la taille

Consulter le resumé

L'abattage des porcs a connu ces dernières années de fortes restructurations dans le nord de l'Europe. La concentration se poursuit, avec l'annonce fin septembre du rattachement de Hendrix Meat (filiale de Nutreco) à Bestmeat Company.

Après ce regroupement, les deux principaux acteurs européens répresenteront presque 16% de l'activité de l'UE à 25.
PDF icon Abattage dans l'UE - Course à la taille
2004

Abattage de porcs dans l’UE, des tendances diverses

Consulter le resumé

Berengère Lécuyer, bilan 2017, éditions IFIP, mai 2018, p. 68-69

Dans l’UE, les plus gros outils d’abattage de porcs (plus de 4 millions de porcs par an) appartiennent aux trois leaders nord européens : Danish Crown, Tönnies et Vion. En Espagne, les installations se modernisent et s’agrandissent. En France, en Belgique et au Royaume-Uni, les abattoirs sont plus petits. Les investissements ont repris en France depuis quelques années. L’Union européenne compte une soixantaine d’abattoirs traitant plus de 1 million de porcs par an. Principalement localisés à l’ouest de l’Europe, leur activité s’élève à 45-50% de la production totale de l’UE.

PDF icon Berengère Lécuyer, bilan 2017, éditions IFIP, mai 2018, p. 68-69, fiche n° 35
2018

Abattage de porcs mâles entiers : situations contrastées dans l'UE

Consulter le resumé

L'abattage de mâles entiers gagne en importance dans l'Union européenne, mais les écarts entre pays sont énormes. L'arrêt total de la castration est programmé pour 2018.

PDF icon techporc_vanferneij_n22_2015.pdf
2015

Abattage, charcuterie-salaison : en France et en Europe, l'aval se concentre

Consulter le resumé

2003

Abattage-découpe de coches, changements en France et en Europe

Consulter le resumé

Bérengère Lecuyer, Tech Porc (FRA), 2017, n° 38, novembre-décembre, p. 15-17

Dossier économie : concurrence internationale et marchés

La viande de coche, moins chère que celle de porc charcutier, est recherchée par les transformateurs pour ses qualités organoleptiques et technologiques. La France tend à diminuer ses exportations de coches. Mais l’Allemagne occupe toujours une place centrale dans l’abattage et la découpe des coches en Europe, ce qui donne lieu à des restructurations et partenariats industriels.

PDF icon Bérengère Lecuyer, Tech Porc (FRA), 2017, n° 38, novembre-décembre, p. 15-17
2017

Abattage-découpe et transformation : les entreprises européennes en mouvemen

Consulter le resumé

Bérengère Lecuyer, Bilan 2016, éditions IFIP, mai 2017, p. 35

Les entreprises d’abattage et de charcuterie évoluent fortement en Europe : investissements, construction ou fermeture de sites, internationalisation, alliances, fusions et restructurations internationalisation, intégration, différenciation, innovation-produit... En 2016, année boostée par les importations chinoises face à une consommation morose, les leaders européens sont de plus en plus tournés vers l’international.

Mais avec des contrastes entre états.

PDF icon Bérengère Lecuyer, Bilan 2016, mai 2017, p. 35, fiche n° 07
2017

Abattoirs de porcs dans l’UE Des tendances diverses

Consulter le resumé

Baromètre Porc (FRA), 2018,n° 482, janvier, synthèse du mois, p. 8, par Bérengère Lecuyer

Dans l’UE, les plus gros outils (plus de 4 millions de porcs par an) appartiennent aux trois leaders nord européens : Danish Crown, Tönnies et Vion. En Espagne, les installations se modernisent et s’agran­dissent. En France, en Belgique et au Royaume-Uni, les abattoirs sont plus petits. Les investissements ont repris en France depuis quelques années.

PDF icon Baromètre Porc (FRA), 2018,n° 482, janvier, synthèse du mois, p. 8, par Bérengère Lecuyer
2018

Abreuvement des porcs avant embarquement : impact sur le rendement de carcasse, la qualité de la viande et l'aptitude à la transformation

Consulter le resumé

La France présente des particularités de préparation des porcs à l’élevage en Europe en matière de recommandations pratiques d’ajeunement et d’équipements. Le temps d’ajeunement recommandé est de 22 à 26 heures entre le dernier repas et l’abattage et la majorité des éleveurs (60 %) sont équipés d’une aire de préparation avant chargement (local d’embarquement) où les porcs se reposent de 2 h minimum à parfois 18 heures selon les pratiques des éleveurs (heures de tri et de sortie des porcs).
PDF icon Abreuvement des porcs avant embarquement : impact sur le rendement de carcasse, la qualité de la viande et l'aptitude à la transformation
2009

Abreuvement des porcs avant embarquement : impact sur le rendement de carcasse, la qualité de la viande et l'aptitude à la transformation.

Consulter le resumé

Le premier objectif de cette étude est de quantifier la consommation d’eau des porcs abreuvés dans le local d’embarquement selon 2 modalités : temps de présence et 2 modes d’alimentation actuellement majoritaires.

Le second objectif est d’évaluer la perte de poids de carcasse des porcs selon qu’ils sont abreuvés ou non, afin de mesurer l’intérêt de l'abreuvement.

Le troisième objectif est de mesurer l’effet de l’abreuvement sur la qualité de la viande.
PDF icon Abreuvement des porcs avant embarquement : impact sur le rendement de carcasse, la qualité de la viande et l'aptitude à la transformation.
2007

Acceptabilité des élevages de porcs dans le nord de l’Europe : le cas des Pays-Bas

Consulter le resumé

* Dans le Nord de l’Europe:

- une mobilisation croissante pour le bien-être animal et contre l’agro-industrie

- pour la profession « WE NEED TO MOVE OR WE WILL BE MOVED »

* en France : un contexte très différent

- des mentalités, une sensibilité, une histoire

- Comparativement très peu de grands élevages

- Mais plus de difficultés à faire aboutir les projets

-> la nécessité de mieux connaître et d'évaluer le poids des différents sujets de controverses en France

PDF icon Acceptabilité des élevages de porcs dans le nord de l’Europe : le cas des Pays-Bas
2012

Acceptabilité par le consommateur de jambon sec issu de porcs mâles entiers, de femelles ou de mâles castrés

Consulter le resumé

Poster.
PDF icon Acceptabilité par le consommateur de jambon sec issu de porcs mâles entiers, de femelles ou de mâles castrés
2011

Acceptabilité par le consommateur de saucisses traditionnelles de porcs mâles entiers

Consulter le resumé

Les objectifs de l’étude étaient de tester la perception par le consommateur de l’odeur et du goût de 3 lots de saucisses traditionnelles fabriqués à partir de mâles entiers à niveaux d’androsténone croissants, comparés à un lot de femelles, et de définir un seuil d’androsténone à partir duquel il est risqué de transformer de la matière première de mâles entiers en saucisse traditionnelle juste salée.

Les consommateurs ont préféré la saucisse issue du lot femelle.
PDF icon tp4chevillon10.pdf
2010

Acceptabilité par le consommateur du jambon sec de mâles entiers : rendement de séchage, qualité des gras et composés odorants

Consulter le resumé

Cette étude estime les conséquences pour la filière porcine de la transformation de jambons secs de + de 7 mois issus de mâles entiers caractérisés sur leurs niveaux en androsténone et scatol par rapport à des mâles castrés et femelles.

Le rendement de séchage final du lot de mâles entiers est inférieur de 3.3 points par rapport au lot de mâles castrés et inférieur de 2.2 points par rapport au lot femelles.

Les dégustations n’ont pas mis en évidence de différences de risque d’odeur.
PDF icon tp5chevillon10.pdf
2010

Acceptabilité par le consommateur du rôti de porcs mâles entiers vendu cuit tranché en libre service

Consulter le resumé

Les objectifs de l’étude ont été de :

- tester la perception par le consommateur de l’odeur et du goût et son intention de re-consommer 4 lots de longes cuites dégraissées, fabriqués à partir de viande de mâles entiers présentant des niveaux d’androsténone croissants ;

- définir un seuil sur le critère androsténone à partir duquel il deviendrait risqué de transformer la longe en rôtis cuits LS (sur la base de différences de perception du produit par le consommateur).
PDF icon tp6chevilon10.pdf
2010

Acceptabilité par les consommateurs des viandes de porc mâle entier transformées en saucisse, lardon, saucisson sec et jambon cuit

Consulter le resumé

Poster. A ce jour en Europe, 80 % des porcs mâles sont castrés, cette proportion s’élevant à près de 100 % en France. La justification majeure de cette pratique est de limiter tout risque de mettre sur le marché un pourcentage de viandes fraîches ou produits transformés présentant des défauts d’odeur sexuelle de verrat. L’objectif de cette étude est de comparer, en termes d’acceptabilité par les consommateurs, des charcuteries industrielles produites à partir de viande de porcs mâles entiers, de mâles castrés ou de femelles.
PDF icon Acceptabilité par les consommateurs des viandes de porc mâle entier transformées en saucisse, lardon, saucisson sec et jambon cuit
2010

Pages