La base documentaire de l'IFIP

La base documentaire de l'IFIP : des centaines de documents à télécharger ou bien à commander.

Résultats 4901 à 4920 de 4954 résultats
Rechercher une documentation
Publicationtrier par ordre décroissant Année

Viandes déstructurées : plusieurs facteurs de risque sont mis en évidence

Consulter le resumé

La production de jambon cuit supérieur “prétranché et préemballé” connaît une très forte croissance depuis le début des années quatre-vingt-dix. Les salaisonniers observent parallèlement d’un défaut croissant qui n’est détectable qu’après désossage des jambons, et qu’ils nomment “jambon déstructuré” (BALAC et al., 1998). Les muscles touchés ont perdu leur aspect fibreux au profit d’une masse musculaire apparemment sans structure organisée et molle (FRANCK et al., 1999). La couleur est également fortement modifiée : la viande apparaît très pâle et grisâtre.
PDF icon Viandes déstructurées : plusieurs facteurs de risque sont mis en évidence
2005

Viandes destructurées : situation dans cinq abattoirs de l'Ouest de la France, facteurs de risque et proposition d'un modèle; caractérisation colorimétrique, biochimique et histologique

Consulter le resumé

Des observations ont été effectuées dans 5 abattoirs industriels de l’Ouest de la France sur 3740 jambons provenant de 44 lots d’abattage différents, afin d’estimer la fréquence d’apparition des viandes déstructurées. Le défaut touche sévèrement ou totalement les muscles de 17% des jambons observés, 83% de ces jambons déstructurés ayant un pHu inférieur à 5,60.
PDF icon Viandes destructurées : situation dans cinq abattoirs de l'Ouest de la France, facteurs de risque et proposition d'un modèle; caractérisation colorimétrique, biochimique et histologique
2001

Viandes destructurées dans la filière porcine : effets combinés des durées de transport et d'attente sur la fréquence d'apparition du défaut

Consulter le resumé

L’objectif de cette étude est d’analyser les effets combinés de la durée du transport (1 h vs 3 h) et du temps d’attente en porcherie (2 h vs 6 h) sur la fréquence des viandes déstructurées, la durée de la mise à jeun étant constante (24 h environ).

Les porcs, issus du même élevage et du même type génétique ont été abattus dans le même abattoir, à raison de 2 abattages par saison.
PDF icon Viandes destructurées dans la filière porcine : effets combinés des durées de transport et d'attente sur la fréquence d'apparition du défaut
2003

Viandes destructurées, facteurs de risque, caractérisation colorimétrique, biochimique et histologique

Consulter le resumé

Les observations effectuées dans 5 abattoirs industriels de l’Ouest de la France sur 3740 jambons provenant de 44 lots d’abattage différents, ont permis d’estimer la fréquence

d’apparition des viandes déstructurées

à 17 %. Le pH ultime du jambon bas, l'épaisseur de maigre importante et de gras dorsal faible, ainsi que le poids de carcasse élevé, sont des facteurs de risque d'apparition du défaut. Un modèle de régression a permis de confirmer l'importance décroissante de ces facteurs dans la déstructuration.
PDF icon Viandes destructurées, facteurs de risque, caractérisation colorimétrique, biochimique et histologique
2001

Viandes fraîches de porc : critères opérationnels de qualité de viandes : relations avec les pertes par exsudat

Consulter le resumé

L'industrie de la viande fraîche cherche à prédire la capacité de rétention d'eau de la viande afin de mieux la trier et d'en diminuer l'impact économique.

Il est important de choisir un bon prédicteur de ces pertes. L'objectif de cette étude est de comparer la prédiction de la perte en eau pra exsudat à partir de critères de qualité mesurés après l'abattage. Les critères de qualité mesurés à 5h et 24h post mortem tels le pH, la conductivité ou la valeur L sont plus fortement corrélés aux pertes en exsudat que les mesures réalisées 30 min après la mise à mort.
PDF icon Viandes fraîches de porc : critères opérationnels de qualité de viandes : relations avec les pertes par exsudat
2009

Viandes marinées : maîtrise de la texture et de la sécurité microbiologique de la viande de porc marinée

Consulter le resumé

La viande de porc est issue d'une découpe de carcasse réalisée dans les 24 à 48 heures après l'abattage. Contrairement à la viande de boeuf, elle est généralement consommée sans délai et elle ne subit pas une phase de maturation en vue d'en améliorer la tendreté. Vautier (2004) indique qu'une maturation maximale de 2 jours est généralement constatée, mais elle correspond au délai de stockage de courant observé en linéaires.

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2007

Vieilles truies et grandes portées en cause : l'hypermortinatalité peut être réduite

Consulter le resumé

2001

Virus de l’hépatite E dans la filière porcine : prévalence et maîtrise du danger

Consulter le resumé

Le nombre de cas d’hépatite E autochtones diagnostiquées en France a augmenté depuis la mise en place en 2002 d’un système de surveillance par le centre national de référence. Le virus est présent chez de nombreuses espèces animales et le porc est son principal réservoir. Lorsque l’animal est infecté, l’organe cible est le foie.

PDF icon bilan_2012web_23.pdf
2013

Virus et produits carnés : Le point sur la transmission de virus à l'homme par consommation de viandes.

Consulter le resumé

Quels que soient les pays, les virus les plus impliqués dans les cas de toxiinfections alimentaires transmises par ingestion d’aliments contaminés sont l’hépatite A, les norovirus et les rotavirus. Le principal risque reste la consommation de produits crus ou mal cuits manipulés sans précautions d’hygiène par une personne infectée.

Le principal virus à risque en filière porcine reste le virus de l’hépatite E pour lequel une transmission directe du porc à l’homme a été démontrée.

PDF icon Virus et produits carnés : Le point sur la transmission de virus à l'homme par consommation de viandes.
2010

Visible and near infrared spectroscopy for PSE-like zones classification at different post mortem times

Consulter le resumé

The ability of visible and near infrared spectroscopy (VIS-NIRS) to predict PSE-like zone classification was examined on 150 deboned hams at 5 post mortem times (12, 16, 20, 24 and 36 h pm). Four probes were used to investigate the accuracy. Two of our probes were prototypes. Partial Least Squares Discriminant Analysis (PLSDA) was used to determine the prediction models from spectrums recorded on semimembranosus muscle. Surface probes gave better results than inserted probes. The best probe showed moreover a good accuracy whatever the pm times was when measuring (78 to 86 % good prediction in external validation as the 24 h pm model was used). Its false negative/false positive ratios were favorable at the early pm times (12 to 20 h pm). So an early PSE-like zones prediction is possible using VIS-NIRS.

The prototype probe inserted showed good results (82,9% good prediction in external validation) and would deserve additional validation on bone-in hams, as industrials need.

PDF icon lhommeau_2015icomst.pdf
2015

Visible and near infrared spectroscopy for PSE-like zones classification at different post mortem times

Consulter le resumé

Poster.

The defect of PSE-like zones is a major cause of slicing losses in the French “jambon supérieur” cooked ham process. VIS-NIR spectroscopy is now known as a reference method for meat composition assessments and for predicting the meat quality parameters such as ultimate pH, color, texture, or drip loss. The aim of this study was to investigate the NIRS ability to predict PSE-like class of deboned hams at different post mortem times. The use of new probes was planned in order to improve the prediction models.

PDF icon lhommeau2015icomst-poster.pdf
2015

Visible spectroscopy and redox potential as alternatives of ultimate pH for cooking yield prediction (spectroscopie visible et potentiel redox : des alternatives au pH ultime pour la prédiction du rendement à la cuisson)

Consulter le resumé

The opportunity to use redox potential and visible spectroscopy for cooking yield prediction was investigated in processed meat. Whereas the relationship between ultimate pH (pHu) and cooking yield is well documented, the redox potential may help to understand the meat quality response in processed meat. Visible spectroscopy was tested as a more reliable alternative to pHu. Two experiments were run on cooked cured hams (SM) and loins (LD).

PDF icon Visible spectroscopy and redox potential as alternatives of ultimate pH for cooking yield prediction<br /><br /><br />(spectroscopie visible et potentiel redox : des alternatives au pH ultime pour la prédiction du rendement à la cuisson)
2011

Vision method tested to predict the lean meat percentage of a pig carcass in relation to the reference dissection method

Consulter le resumé

PDF icon Vision method tested to predict the lean meat percentage of a pig carcass in relation to the reference dissection method
2003

Vision numérique : un outil pour évaluer qualité de la viande de poulet en ligne

Consulter le resumé

La filière volaille bénéficie de la bonne image de marque de ses produits et plus particulièrement de ceux à base de poulet pour leurs caractéristiques diététiques. Elle est au coeur du processus de mutation qui amène les filières alimentaires à devenir celles du prêt-à-manger. Le consommateur privilégie les produits pratiques, prêts à l’emploi. Il privilégie les produits préparés, au détriment de la viande fraîche. Les produits élaborés représentaient début 2003, 1/5 de la consommation de viande de volaille. Ils pourraient en représenter près de la moitié en 2010.

PDF icon Vision numérique : un outil pour évaluer qualité de la viande de poulet en ligne
2004

Vision versus reflectance technology for deviations for sex and halothane genotype in pig carcass classification

Consulter le resumé

Gérard Daumas et al. 63e International Congress of Meat Science and Technology, Cork, Irlande, 13-18 août 2017, p. 50-51

This work aims to compare the systematic deviations for sex and halothane genotype subpopulations between pig classification methods by automatic vision and semi-automatic relfectance. A sample of 209 carcasses, stratified according to sex (50% castrated males and 50% females), was measured by CSB Image-Meater® (IM) and CGM. An car sample was analysed for halothane gene (Hal). The left sides were cut according to the EU procedure and the four main cuts were weighed and scanned by X-ray tomography in order to detemrine lean meat percentage (LMP). For each device the LMP was regressed on the fat and muscle depths included in the official equations. For each equation were calculated the systematic deviations per level of the sex and Hal factors by mean difference between predicted and observed values. The LMP overestimation for castrated males increased from 0.4% with CGM to 0.7% with IM. The LMP overestimation for non-sensitive homosygotes Hal, not significant with CGM, rose to 0.5%. Systematic deviations for sexual types could be cancelled at least by a differentiated offset in the prediction equation.

PDF icon Gérard Daumas et al. 63e ICOMST, Cork, Irlande, 13-18 août 2017, p. 50-51
2017

Vision versus reflectance technology for deviations for sex and halothane genotypes in pig carcass classification

Consulter le resumé

Gérard Dumas et Mathieu Monziols, 63e International Congress of Meat Science and Technology, Cork, Irlande, 13-18 août 2017, poster

Automation of pig carcass classification entailed a change in the location of the measured variables. Since mid-2013 in France the thicknesses measured on the back, laterally to the splitline, were replaced by thicknesses measured at the ham-loin junction on the splitline. Systematic deviations by sub-population, whose knowledge is of great interest in the chain, have thus been modified. The objective of this work was to quantify the systematic deviations related to sex and halothane genotype factors for CGM and CSB Image-Meater® classification methods, well known for their effects on carcass composition.

PDF icon Gérard Dumas et Mathieu Monziols, 63e ICOMST, Irlande, 13-18 août 2017, pos
2017

Vision versus reflectance technology to estimate pork cuts composition

Consulter le resumé

Gérard Dumas et Mathieu Monziols, 63e International Congress of Meat Science and Technology, Cork, Irlande, 13-18 août 2017, poster

Sorting meat cuts is an ongoing challenge. Many pork plants use weighing and carcass grading information for pre-sorting. Automation of pig carcass classification entailed a change in the location of the measured variables. Since mid-2013 in France the thicknesses measured by reflectance (CGM) on the back, laterally to the splitline, were replaced by thicknesses measured by vision (CSB Image-Meater®) at the ham-loin junction on the splitline. The objective of this work was to compare the precision of these two classification methods to predict the proportion of muscle in the main cuts.

PDF icon Gérard Dumas et Mathieu Monziols, 63e ICOMST, Cork, Irlande, 13-18 août 2017
2017

Vision versus reflectance technology to estimate pork cuts composition

Consulter le resumé

Gérard Daumas et Mathieu Monziols, 63e International Congress of Meat Science and Technology, Cork, Irlande, 13-18 août 2017, p. 115-116

The objective of this article is to compare the precision of two carcass classification methods to assess the lean meat percentage (LM%) of the major pork cuts. One method is automatic by vision (CSB Image-Meater®, IM) and the other is semi-automatic by reflectance (CGM). A sample of 241 carcasses, comprising 50% of females and 50% of castrated males, was measured by both methods. The left sides were cut according to the EU procedure and the four main cuts were weighed and scanned by X-Ray tomography. Each LM% was regressed on the one hand on the two CGM thicknesses and, on the other hand, on the four IM thicknesses. The thickness M4 of IM was not significant. The hierarchy of the cuts has been preserved in therms of increasing residual standard deviation (RSD): ham, shoulder, loin and belly. The RSDrose about 15% for the limbs and 30-35% for the trunk. The help of carcass classification for directing cutting should turn out to be weakened.

PDF icon Gérard Daumas et Mathieu Monziols, 63e ICOMST, Cork, Irlande, 13-18 août 2017
2017

Vitalité des porcelets issus de l'hyperprolificité

Consulter le resumé

Cet article propose une synthèse des résultats acquis ces dernières années, notamment à la station expérimentale de Romillé.

L’arrivée des lignées hyperprolifiques s’est accompagnée d’une remise en question des programmes alimentaires en place dans les élevages, notamment pendant la gestation. Cela concerne à la fois les plans d’alimentation, l’individualisation des rations et les types de nutriments apportés à la truie gestante.
PDF icon tp4quiniou10.pdf
2010
Vitamines : rôles et besoins dans l’alimentation du porc

Vitamines : rôles et besoins dans l’alimentation du porc

Consulter le resumé

• Pour chaque vitamine : état des connaissances et des pratiques.

• Pour l’utilisateur : repères simples sur les besoins des animaux.



Édition 2005 - Une pochette et 14 fiches 16 X 24

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2005

Pages