La base documentaire de l'IFIP

La base documentaire de l'IFIP : des centaines de documents à télécharger ou bien à commander.

Résultats 701 à 720 de 4765 résultats
Rechercher une documentation
Publication Annéetrier par ordre décroissant

La valorisation énergétique sur site des déchets gras : quelles entreprises sont concernées ?

Consulter le resumé

Le CTSCCV a réalisé en 1998 une enquête sur la gestion des déchets gras auprès d'une cinquantaine d'entreprises du secteur de la charcuterie-salaison. Les résultats de cette enquête ont montré une réelle inquiétude des dirigeants d'entreprises vis-à-vis de cette thématique (voir Bulletin de Liaison du CTSCCV, Vol. 9, N° 3, 1999).
PDF icon La valorisation énergétique sur site des déchets gras : quelles entreprises sont concernées ?
2003

Nouveaux partenaires, les PECO à la porte de l'UE

Consulter le resumé

Le sommet de Copenhague de décembre dernier a donné le feu vert pour élargir l’Union européenne à huit pays de l’Europe centrale, Chypre et Malte, à partir de 2004. La Roumanie et la Bulgarie pourraient adhérer en 2007. L’application de la Politique Agricole Commune aux nouveaux membres soulève de nombreuses difficultés, compte tenu des handicaps structurels. Leurs productions hors-sol bénéficient d’atouts, dont celui d’une main d’œuvre bon marché. Cependant, le morcellement des structures et les besoins en capitaux sont des obstacles à lever pour affronter la compétition européenne.

PDF icon bp2003n314.pdf
2003

Le cheptel porcin en France : 1988 - 2000, d'un recensement à l'autre

Consulter le resumé

Le dernier recensement agricole (RA 2000) a dénombré près de 15 millions de porcs en France, répartis dans 59 500 exploitations. Il permet de mesurer l’évolution de la production au cours des dix dernières années.
PDF icon Le cheptel porcin en France : 1988 - 2000, d'un recensement à l'autre
2003

Traitement biologique par boue activée et compostage du lisier sur paille : enquête en élevage

Consulter le resumé

Une enquête réalisée auprès de 15 stations de traitement biologique par boue activé et 3 unités de compostage de lisier sur paille a permis de faire le point sur le temps de travail, le coût du traitement, les difficultés rencontrées par l’éleveur et la façon dont il gère les co-produits. Le volume de lisier traité quotidiennement s’établit respectivement à 23,5 et 8,3 m3/jour. Le suivi de la stations et la gestion des co-produits demandent 2,1 min de
PDF icon Traitement biologique par boue activée et compostage du lisier sur paille : enquête en élevage
2003

Elevages label rouge et naisseur plein air avec engraissement sur litière - Résultats technico-économiques

Consulter le resumé

Le besoin de références sur les productions diversifiées a conduit l’Institut Technique du Porc à enquêter auprès de différents groupements de producteurs afin de recenser les producteurs sous signe de qualité et d’identifier les élevages concernés. Au final, 2500 élevages ont été caractérisés comme produisant pour un signe de qualité dans la base de données nationale de gestion technico-économique.
PDF icon Elevages label rouge et naisseur plein air avec engraissement sur litière - Résultats technico-économiques
2003

Mise au point d'un protocole de contrôle du nettoyage et de la désinfection en élevage porcin

Consulter le resumé

L’ITP a mené une étude ayant pour objectif de proposer une méthode adaptée au contrôle

de routine de l’efficacité du nettoyage-désinfection en élevages de porc. Les résultats présentés dans cet article permettent la mise au point d’un protocole de contrôle. Celui-ci constitue aussi un outil permettant de tester l’efficacité de différentes pratiques de nettoyage- désinfection. Il peut également apporter des critères objectifs dans des démarches

qualité.

Un arbre de décision concernant les opérations de contrôle est proposé.
PDF icon Mise au point d'un protocole de contrôle du nettoyage et de la désinfection en élevage porcin
2003

Production porcine biologique au Danemark : compte-rendu d'un voyage d'étude

Consulter le resumé

Après avoir connu un fort développement dans les cinq dernières années, la production

biologique connaît un net tassement.

Le principal frein au développement de la viande biologique est un prix trop élevé par

rapport à la viande conventionnelle.

Toutefois, elle est à son juste prix au regard du coût des principaux facteurs de

production. Le regroupement de l’abattage de porcs biologiques dans un abattoir permet de mieux garantir la sécurité alimentaire.
PDF icon Production porcine biologique au Danemark : compte-rendu d'un voyage d'étude
2003

Conservation longue durée de la viande de porc sous vide

Consulter le resumé

L’ensemble des lots de barquettes

issues des carrés conservés six ou huit semaines sous vide est conforme sur le

plan bactériologique. En revanche, la conservation de huit semaines est limité en terme d’acceptabilité commerciale.

La technique du sous vide, pour une conservation de six semaines est tout à fait maîtrisée.

Cependant, il reste à améliorer la maîtrise de la chaîne du froid, notamment si on veut atteindre huit semaines.

Une commercialisation avec de telles durées de conservation qui permettraient d’atteindre
PDF icon Conservation longue durée de la viande de porc sous vide
2003

Influence de la mise en place de caillebotis partiel et de la taille de la case sur les émissions d'ammoniac et d'odeurs en engraissement

Consulter le resumé

Une salle sur caillebotis intégral abritant 60 porcs a été comparée durant deux bandes d’engraissement à deux salles de 48 porcs sur caillebotis partiel (50 % de la surface en gisoir) se différenciant par la taille des cases (6 cases de 8 porcs vs 2 cases de 24 porcs). La concentration en ammoniac dans l’ambiance, dans l’air extrait, la concentration en odeurs ainsi que tous les paramètres de ventilation ont été mesurés sur toute la phase d’engraissement.
PDF icon Influence de la mise en place de caillebotis partiel et de la taille de la case sur les émissions d'ammoniac et d'odeurs en engraissement
2003

Bilan matière d'une station de traitement biologique par boue activée avec ou sans séparation de phase en tête

Consulter le resumé

La Station d’Expérimentation Nationale Porcine de Romillé a réalisé deux bilans matières sur son unité de traitement biologique par boue activée, l’un sans, l’autre avec séparation de phase en tête. Les résultats d’analyse des effluents ont porté sur 9 macro et 15 micro-éléments. En 88 jours, le traitement sans séparation de phase a produit 257,9 m3 de boue et 582 m3 de surnageant à partir de 834 m3 de lisier. Le bilan matière avec séparation de phase s’est déroulé sur 90 jours, les 854 m3 de lisier ont donné 3340 kg de refus de tamis, 173,7 m3 de boue et 653,5 m3 de surnageant.
PDF icon Bilan matière d'une station de traitement biologique par boue activée avec ou sans séparation de phase en tête
2003

Déshydratation du lisier de porc aéré sur lit de séchage planté de roseaux

Consulter le resumé

Le lit de séchage planté de roseaux est un procédé de séparation et de concentration du phosphore qui a été testé avec du lisier aéré. Deux prototypes de 6,6 m2 ont reçu 76 835 litres de lisier aéré provenant d’une station de traitement biologique par boues activées. L’une des cuves de filtration était recouverte d’une serre en plexiglas. Sur une année complète, il a été distribué 200 kg MS/m2 avec des apports hebdomadaires de 1,4 kg MS/m2 en hiver et 8,4 kg MS/m2 en été.
PDF icon Déshydratation du lisier de porc aéré sur lit de séchage planté de roseaux
2003

Estimation du besoin en phosphore digestible apparent du porc charcutier : synthèse d'essais zootechniques effectués au cours des dix dernières années

Consulter le resumé

Les données issues de 17 essais zootechniques conduits en France au cours des 10 dernières années ont été réunies de façon à prédire les performances de porcs charcutiers en fonction de l’apport en P digestible alimentaire. Pour chacun des aliments, la teneur en P total a été mesurée et la digestibilité fécale apparente a été estimée à partir des données proposées dans la table INRA-AFZ (2002).
PDF icon Estimation du besoin en phosphore digestible apparent du porc charcutier : synthèse d'essais zootechniques effectués au cours des dix dernières années
2003

Intérêt des phosphates inorganiques dans l'alimentation du porcelet

Consulter le resumé

Sur des porcelets de 12 à 25 kg, trois aliments sont comparés dans lesquels le phosphore provient de phosphates inorganiques (phosphates mono et bicalcique) pour 2 aliments, d’une complémentation en phytase microbienne pour le troisième.

La comparaison porte sur la croissance des animaux et sur le bilan en P. Pour la croissance, 360 animaux sont utilisés au total, 60 mâles castrés et 60 femelles par traitement. Pour le bilan, 120 animaux sont utilisés, 4 loges de 10 animaux par traitement. L’aliment est granulé à une température de 80°C.
PDF icon Intérêt des phosphates inorganiques dans l'alimentation du porcelet
2003

Incidence d'un traitement thermique par injection de vapeur de l'aliment 2ème âge sur les performances zootechniques en post-sevrage

Consulter le resumé

Le traitement thermique des farines appliqué aux aliments pour porcelets est utilisé afin de réduire ou de prévenir l’apparition de pathologies digestives chroniques en post-sevrage. L’essai conduit a pour objectif de mesurer l’incidence de ce procédé sur les performances zootechniques des porcelets en post-sevrage. Ainsi, 725 porcelets répartis en 3 bandes sont mis en lots au sevrage (à 28 jours d’âge) afin de comparer deux modes de présentation de l’aliment « 2ème âge » : le granulé (4 mm de diamètre) ou la farine traitée thermiquement par une injection de vapeur (à 90°C pendant 3 mn).
PDF icon Incidence d'un traitement thermique par injection de vapeur de l'aliment 2ème âge sur les performances zootechniques en post-sevrage
2003

Incidence de l'origine et du traitement thermique des graines de soja dans l'alimentation du porcelet en 2ème âge

Consulter le resumé

L’incidence sur les performances de régimes contenant des graines de soja traitées thermiquement par un toastage seul (Tostd), un toastage suivi d’un floconnage (To+), une extrusion (Ext) a été étudiée pour 12 lots différents de graines provenant de 7 usines A, B, C, D, E, F, G. Dans trois essais, des régimes contenant 56 % de blé, 20 % de tourteau de soja, 15 % de graines de soja, un aliment minéral et des acides aminés ont été distribués à des porcelets en 2ème âge, après la phase d’alimentation 1er âge.
PDF icon Incidence de l'origine et du traitement thermique des graines de soja dans l'alimentation du porcelet en 2ème âge
2003

Utilisation du lupin bleu (Lupinus angustifolius) et du lupin blanc (Lupunus albus) par les porcelets en post-sevrage

Consulter le resumé

Cette expérimentation a pour objet d’étudier les limites d’emploi de différents lupins - bleu et blanc - dans les aliments de 2e âge chez le porcelet de 12 à 25 kg. Elle comprend 3 essais, dans lesquels 4 taux d’incorporation de lupin ont été comparés et porte sur un total de 1032 animaux. Le premier essai concerne un lupin blanc (variété Arès) aux taux de 0,5, 10, et 15 %, le deuxième un lupin bleu (variété Boltensia) aux mêmes taux. Dans le troisième, la variété de lupin bleu Bora a été testée à des taux plus élevés : 0, 10, 20, et 30 %.
PDF icon Utilisation du lupin bleu (Lupinus angustifolius) et du lupin blanc (Lupunus albus) par les porcelets en post-sevrage
2003

Effet du nombre de repas sur la reconstitution des réserves et le comportement des truies en gestation selon le mode de logement

Consulter le resumé

L’effet du fractionnement de la ration allouée en 1, 2 ou 3 repas/j (lots N1, N2, N3) entre les 11ème et 107ème jours de gestation est étudié chez des truies logées individuellement (deux bandes de 24 ou 21) ou en groupe de 6 (quatre bandes de 18). Pour chaque bande, les trois lots sont étudiés dans la même salle. Les truies sont pesées et leur épaisseur de lard (ELD) est mesurée aux 9ème, 58ème et 107ème jours de gestation (notés respectivement G9, G58 et G107).
PDF icon Effet du nombre de repas sur la reconstitution des réserves et le comportement des truies en gestation selon le mode de logement
2003

Incidence du type de sol (caillebotis partiel/caillebotis intégral) et de la taille de la case sur le bien-être des porcs charcutiers

Consulter le resumé

L’objectif de ce travail est de comparer deux types de sol, caillebotis partiel (CP) et caillebotis intégral (CI), quant à leur impact sur différents critères de bien-être à travers deux essais. Dans le premier, nous comparons les deux types de sol à surface par animal identique (0,97m2). Dans le second, nous nous plaçons dans la situation d’un éleveur disposant de salles sur CI qui serait amené à modifier le type de sol ; nous comparons une salle témoin sur CI (10 porcs/case) à deux types de salles sur caillebotis partiel, CP et CP24 comprenant respectivement 8 et 24 porcs par case.
PDF icon Incidence du type de sol (caillebotis partiel/caillebotis intégral) et de la taille de la case sur le bien-être des porcs charcutiers
2003

Comparaison de deux densités animales en porcherie d'engraissement pour une température ambiante de 20 ou 24° C

Consulter le resumé

Deux essais portant chacun sur 168 porcs à l’engrais ont été menés afin d’étudier l’incidence de la densité et de la température ambiante sur les performances et le comportement des animaux. Deux surfaces (0,70 et 0,93 m2/porc) et deux températures (20 et 24 °C) étaient comparées selon un dispositif factoriel 2X2. Tous les traitements étaient soumis au même débit de renouvellement et à une même humidité relative. Les porcs ont été alimentés ad libitum.
PDF icon Comparaison de deux densités animales en porcherie d'engraissement pour une température ambiante de 20 ou 24° C
2003

Incidence sur le bien-être des porcs de la densité de chargement et du protocole d'alimentation lors d'un transport de porcs de 36 heures incluant 9 heures d'arrêt

Consulter le resumé

Les quantités d’aliment et d’eau, le comportement des porcs, les pertes de poids, les rendements de carcasse, les fréquences cardiaques et la qualité de viande ont été mesurés en été sur 2 transports de porcs de 36 heures (20 heures de transport suivi de 9 heures d’arrêt puis 7 heures de transport) par rapport à un lot témoin transporté moins de 4 heures.
PDF icon Incidence sur le bien-être des porcs de la densité de chargement et du protocole d'alimentation lors d'un transport de porcs de 36 heures incluant 9 heures d'arrêt
2003

Pages