La base documentaire de l'IFIP

La base documentaire de l'IFIP : des centaines de documents à télécharger ou bien à commander.

Résultats 581 à 600 de 4765 résultats
Rechercher une documentation
Publicationtrier par ordre décroissant Année

Ce que nous dit la réactivité des truies à l’homme sur leurs performances et leurs conditions de vie

Consulter le resumé

Valérie Courboulay et al., 52es Journées de la Recherche Porcine (FRA), 4 et 5 février 2020, Paris, p. 361-366

La fréquence et la nature des contacts quotidiens entre les éleveurs et leurs animaux déterminent la qualité de leur relation dans un sens favorable pour l’animal (confiance en l’homme) ou défavorable (peur de l’homme). Ceci peut se répercuter sur les résultats zootechniques. L’objectif du projet Rhaporc est d’une part de mesurer la relation homme animal (RHA) et d’évaluer son impact sur les résultats zootechniques, et d’autre part d’identifier les facteurs déterminant la RHA. La RHA a été déterminée par des tests d’approche menés sur un échantillon de 30 truies (rang 2 et plus) et 5 cochettes (rang 1) par élevage, dans 52 élevages répartis entre deux opérateurs. Une note de réactivité de 0 (approche impossible) à 4 (maintien d’un contact physique pendant plus de 5 secondes) a été attribuée à chaque animal. Les performances de la mise-bas précédente ont été relevées ainsi que les résultats de GTTT de l’exercice précédent de chaque élevage. Les éleveurs ont été répartis en trois profils à partir d’entretiens. Les notes de RHA varient significativement selon le rang de portée (P < 0,001) ; elles sont plus élevées en moyenne chez les cochettes (2,2) et les jeunes truies (rangs 2 et 3, note de 1,9) que chez les truies plus âgées (note ≤ 1,7). Elles dépendent de nombreux facteurs : l’environnement physique (type de sol, système d’alimentation), social (taille du groupe), l’animal (rang de portée), le profil de l’éleveur et l’existence de pratiques d’apprivoisement. Les notes de réactivité élevées, 3 et 4, qui traduisent l’acceptation d’un contact par la truie, sont associées à un nombre plus élevé de porcelets nés totaux et sevrés (P < 0,01). Les performances de sevrage des élevages sont également meilleures pour le profil d’éleveurs pour lesquels la RHA est centrale (P < 0,05). Nos observations réaffirment l’importance d’une bonne relation entre l’éleveur et ses animaux.

ENG

What the responsiveness of sows to humans tell us about their performance and living conditions

The frequency and nature of daily contacts between farmers and their animals influence the quality of their relationships in a favorable way (confidence in humans) or unfavourable way (fear of humans) for the animal. This can affect technical results. The objective of the RHAPORC project was first to measure the relationship between humans and animals (RHA) and evaluate its importance on the technical results, and second to identify factors determining the RHA. RHA was assessed using approach tests conducted on 52 farms for a sample of 30 sows (rank 2 and over) and 5 gilts (rank 1) per farm during the gestation period. Two observers each visited 26 farms. A reactivity score of 0 (approach impossible) to 4 (maintaining physical contact for more than 5 seconds) was assigned to each animal. The performance of the previous farrowing was noted, as were the annual technical results of the farm. The farmers were divided into three profiles from interviews. The scores varied significantly depending on the parity (P < 0.001). They were higher in gilts (2.2) and sows of rank 2 and 3 (1.9) than in older sows (score ≤ 1.7) and were influenced by many factors: the environment (feeding system, floor type), group size, animal rank, the farmer's profile and quarantine practices. High scores, i.e. 3 and 4, reflecting acceptance of contact by the sow, were associated with more total and weaned pigs (P < 0.01). The weaning performance of the farms was also better for farmers whose profile was characterized by the importance of RHA in their profession (P < 0.05). Our observations reaffirm the importance of a good relationship between farmers and their animals. 

2020

Centralisée ou salle par salle : les critères pour bien choisir sa ventilation

Consulter le resumé

Yvonnick Rousselière, Réussir Porc / Tech Porc (FRA), 2019, n° 270, juillet-août, p. 30-32

Une ventilation centralisée reste plus onéreuse qu’une ventilation en salle par salle. Mais elle permet de répondre à de nouvelles attentes émergentes : environnement, économie d’énergie, lavage d’air…

PDF icon Yvonnick Rousselière, Réussir Porc / Tech Porc (FRA), 2019, n° 270, juillet-août, p. 30-32
2019

Céréales, soja, aliment porc : une longue histoire

Consulter le resumé

Les évolutions brutales des cours de matières premières depuis 2007 ne sont pas nouvelles pour l’observateur de l’économie porcine sur le long terme. Après une baisse tendancielle forte dans les années 1970 et surtout 1980 et 1990, une rupture apparaît au mitan des années 2000. Retournement à la hausse après une longue période d’érosion ?

PDF icon techporc_marouby_n13.pdf
2013

Certificats d’économie d’énergie : une aide à l’investissement

Consulter le resumé

Les certificats d’économie d’énergie (CEE) sont une incitation financière pour les travaux en faveur des économies d’énergie. Cumulable avec les aides nationales et/ou régionales, les CEE peuvent représenter jusqu’à 15 % du montant de l’investissement.

PDF icon techporc_marcon_n9_2013.pdf
2013

Ces animaux sont-ils transportables vers l'abattoir ? Guide transportabilité des porcs vers l'abattoir

Consulter le resumé

Le présent document a été réalisé par INAPORC et COOP de France Bétail et Viande, avec l’appui technique de l’IFIP et sur la base de travail réalisé par l’UGPVB.

Il a pour objectif d’aider chaque éleveur et transporteur à prendre les bonnes décisions au moment du chargement d’un porc vers l’abattoir.

PDF icon Ces animaux sont-ils transportables vers l'abattoir ? Guide transportabilité des porcs vers l'abattoir
2009

Ces animaux sont-ils transportables vers l’abattoir ?

Consulter le resumé

Le présent document a été réalisé par INAPORC et COOP DE France Bétail et Viande, avec l’appui technique de l’IFIP et sur la base de travail réalisé par l’UGPVB. Il a pour objectif d’aider chaque éleveur et transporteur à prendre les bonnes décisions au moment du chargement d’un porc vers l’abattoir.

PDF icon Ces animaux sont-ils transportables vers l’abattoir ?
2009

Chabasite et production porcine

Consulter le resumé

Fiche n° 24 : Réduction des impacts environnementaux

La chabasite est une roche volcanique de la famille des zéolithes qui sont des alumino-silicates très largement utilisés dans l’industrie pour leur très forte capacité d’échange cationique.

En production porcine, l’utilisation de chabasite pourrait permettre de réduire les émissions d’ammoniac et d’odeurs par les bâtiments.

L’étude a été réalisée a la station expérimentale de l’IFIP à Romillé sur un lot de 144 porcs répartis dans 2 salles identiques et soumis à 2 modes d’alimentation (avec ou sans chabasite). Dans une salle, les animaux reçoivent les aliments « dilués » par 3% de chabasite.

PDF icon fiche_bilan2013_24.pdf
2014

Chaleurs de lactation : des facteurs de risques identifiés

Consulter le resumé

Une enquête réalisée conjointement par l'Ifip, l'Inra, les chambres d'agriculture de Bretagne et le laboratoire Ceva a permis d'identifier des facteurs de risques associées à l'apparition de chaleurs en cours de lactation. Divers problèmes sont mis en évidence : problèmes de démarrage de la lactation, modification de portées, pertes de porcelets au-delà de 48 heures.

2009

Changement des systèmes d'élevage porcin en France : des prototypes innovants pour le pilotage des transformations

Consulter le resumé

visuel d'intervention.
PDF icon Changement des systèmes d'élevage porcin en France : des prototypes innovants pour le pilotage des transformations
2011

Characterisation of the pig systems panel for the production of environmental data in the program Agri-BALYSE

Consulter le resumé

The program Agri-BALYSE is a French initiative which aims to develop a public LCI-database of French agricultural products by the end of 2012.This database has two goals: (1) it will provide data to set up environmental labeling for consumers; (2) it will also include environmental assessments of different contrasting production systems which will be more useful for the R&D and the identification of action levers. Pig production/breeding is one of the agricultural products which is covered by the Agri-BALYSE-database. Given the fact that there exists wide variety of pig production systems in France, it has been necessary to choose the best panel of pig production/breeding systems in order to answer to the different objectives of the project. Actual representativeness of production systems was an important selection criteria but not the only one. Emphasis was given also to future representativeness as well as social desirability and agricultural practices. Three systems were defined to provide data for the environmental labeling: a national average standard production system, an organic production system as well as a pig system “fermier label rouge”. Four other systems have been selected to analyse the incidence of specialisation levels and feed strategies which are considered to be the most important action drivers. The chosen systems are qualified concerning their adaptability to the different uses by giving their actual and future representativeness, analyzing if the main levers of action are considered, considering system which are wanted by society. The final definition of the production system has also to consider if date and information are available and to see if it is (or will be) possible to trace system characteristics to the kilogram of pig.

PDF icon 2012espagnol-lcafood_ifip01.pdf, PDF icon espagnol2012-lcafood-2.pdf
2012

Characterization of "second parity syndrome" profiles and associated risk factors in French sow herds

Consulter le resumé

Reproductive disorders in sows often occur at high frequency after the first weaning, with subsequent detrimental effects. “2nd parity syndrome” (P2S) includes various signs: delayed estrus, infertility and small litters. The aim of this study was to evaluate the occurrence of these different components, and to identify associated factors at herd and individual level. Analysis was performed on 2008 data (National Pig Management database) for 842 herds and 42,000 primiparous sows.
2012

Characterization of salmonella status in swine units: comparative study of serology and bacteriology

Consulter le resumé

The aim of this study is to estimate the number of farms not correctly classified by serology on meat juice regarding their Salmonella cæcal contamination in abattoir.
PDF icon Characterization of salmonella status in swine units: comparative study of serology and bacteriology
2006

Charcuterie cuite : plus de maîtrise des procédés que d'innovations majeures

Consulter le resumé

Pour les deux grands types de charcuterie cuite qui sont les fabrications à froid (type pâtes fines ) et les fabrications à chaud (type pâtés de foie), les innovations principales portent sur la maîtrise des procédés. Les modes de préparation des matières premières sont présentés en fonction de la technologie de fabrication. Les différents cutters utilisés pour la fragmentation sont présentés, de même que les différents types de hachoirs et affineurs broyeurs. Le poussage sous vide s'est généralisé.
PDF icon Charcuterie cuite : plus de maîtrise des procédés que d'innovations majeures
1999

Charcuterie-salaison : bilan contrasté

Consulter le resumé

Troisième industrie alimentaire française par le chiffre d'affaires, la charcuterie-salaison occupe 34 000 salariés oeuvrant au sein de 400 établissements. C'est un maillon important de la filière porcine qui transforme 70% de la carcasse.

A diverses reprises, depuis 1999, des entreprises et des produits ont été portés brutalement sur le devant de la scène de la sécurité alimentaire, sanctionnés quelquefois lourdement par le marché.

De plus en plus paraît posé le problème d'établir des relations durables et dynamiques entre la production des porcs et leur transformation.

PDF icon bp2000n287.pdf
2000

Charcuterie-salaison : les marges se réduisent

Consulter le resumé

Malgré un ralentissement récent, la production française de charcuterie-salaison a fortement augmenté depuis 1980. La consommation est particulièrement tirée par les produits vendus en libre-service dans les linéaires de la grande distribution. Cependant, la progression en volume s’accompagne de difficultés de valorisation, sous l’effet d’une concurrence forte et de rapports parfois tendus avec les distributeurs. Par ailleurs, les importations massives de charcuteries étrangères, souvent à forte valeur ajoutée, creusent le déficit de la balance commerciale.
PDF icon bp2011n405.pdf
2011

Charcuterie-Salaison : Un marché national porteur mais une conjoncture difficile

Consulter le resumé

Les charcuteries bénéficient du dynamisme de la demande des consommateurs français.

Néanmoins, la conjoncture difficile, marquée par le renchérissement des matières premières et les difficultés de répercussion des hausses, pèse sur la rentabilité des entreprises.

PDF icon bp2012n423.pdf
2012

Charcuterie-salaison en Europe : principales caractéristiques de différents pays producteurs / Cured meat products in europe: Main characteristics of the different producer countries

Consulter le resumé

Les Cahiers de l'IFIP, 2(2), 1-16 - La revue R&D de la filière porcine française

Le maillon de la charcuterie-salaison contribue fortement à la compétitivité et au dynamisme de la filière porcine. L’organisation, les types d’entreprises et de produits sont très différents selon les pays, comme le montre cet article qui repose sur l’analyse de données statistiques et bibliographiques, complétée d’entretiens avec des professionnels et des experts du secteur. L’Espagne et l’Italie s’appuient sur l’image qualitative de leurs salaisons sèches pour dynamiser leurs exportations, y compris vers les pays tiers, alors que leur marché intérieur est freiné par la crise. En Espagne, la charcuterie-salaison est très intégrée à l’abattage-découpe tandis que les entreprises italiennes sont plus spécialisées (hors segment des jambons AOP) et s’appuient sur des importations de viande fraîche. L’Allemagne est le premier producteur et exportateur européen. Sa charcuterie-salaisonnerie reste très atomisée et peu intégrée à l’abattage-découpe. La place prépondérante des saucisses permet des substitutions entre pièces et facilite la valorisation de l’ensemble de la carcasse, comme en Pologne. Au Royaume-Uni et au Danemark, le secteur de la transformation est très concentré et organisé autour de deux types d’opérateurs : de grands groupes intégrés et des entreprises plus spécialisées. Le Danemark est tourné vers l’international et plus particulièrement vers le Royaume-Uni, en termes d’exportations comme d’investissements. Au Royaume-Uni, les politiques menées pour mieux valoriser l’utilisation de porcs britanniques apparaissent plus difficiles à concrétiser pour les produits transformés que pour le porc frais. En Pologne, le marché de la charcuterie évolue rapidement, sous l’impulsion de groupes étrangers qui s’y implantent.

PDF icon version_francaise.pdf, PDF icon english_version.pdf
2015

Charcuterie-salaison française. Le jambon cuit recule

Consulter le resumé

Baromètre Porc (FRA), 2017, n° 477, juillet-août, p. 8, synthèse du mois, par Berengère Lecuyer

L’année 2016 a été particulièrement mouvementée pour le jambon cuit : baisse de consommation, baisse de production, pression sur les approvisionnements, difficultés financières d’un des plus gros producteurs. Le déficit commercial s’est encore creusé en volume pour l’ensemble des produits (les salaisons sèches italiennes et espagnoles sont prisées par les français) mais il a légèrement diminué en valeur.

PDF icon Baromètre Porc (FRA), 2017, n° 477, juillet-août, p. 8, synthèse du mois, par Berengère Lecuyer
2017

Charcuterie-salaison sous le signe de la diversité

Consulter le resumé

La charcuterie salaison valorise 70 % de la carcasse du porc, offrant au consommateur des produits services, faciles à utiliser. Elle a beaucoup joué jusqu’alors la carte d’un approvisionnement diversifié sur le marché européen. Signe de changement, le développement récent de quelques IGP phares (jambon de Bayonne…) associe de plus en plus la transformation à l’origine géographique de la matière première. Signe d’ouverture, en 2003, l’industrie de la charcuterie salaison a franchi un nouveau pas en participant à l’interprofession nationale porcine.

PDF icon bp2004n325.pdf
2004

CharcutiSim© : un logiciel pour simuler la transformation-vente à la ferme

Consulter le resumé

L'univers des circuits courts est en pleine effervescence. La vente à la ferme restaure le lien social entre consommateur et producteur avec une mise en avant de la connaissance des produits et de leur environnement de production.
2011

Pages