La base documentaire de l'IFIP

La base documentaire de l'IFIP : des centaines de documents à télécharger ou bien à commander.

Résultats 361 à 380 de 425 résultats
Rechercher une documentation
Publication Annéetrier par ordre croissant

Résorption des excédents : 246 stations de traitement de lisier fonctionnent

Consulter le resumé

2003

Etat des lieux du traitement des lisiers de porcs en France

Consulter le resumé

Cet état des lieux montre l’effort de la filière porcine pour la résorption des excédents azotés.

A l’avenir, il est probable que les élevages auront davantage recours au traitement (semi)collectif ou aux unités mobiles.
PDF icon Etat des lieux du traitement des lisiers de porcs en France
2003

Air quality and reduction of slatted floor in growing-finishing pig units

Consulter le resumé

This study was carried out to establish the influence of partially slatted floors combined with the pen size on the air quality in growing-finishing rooms. Three rooms were compared: the control room with totally slatted concrete floor had six pens each with ten pigs. The second room with partially slatted concrete floor had six pens each with eight pigs, and the room with partially slatted concrete floor had two pens each with twenty four pigs.
PDF icon Air quality and reduction of slatted floor in growing-finishing pig units
2003

Qualité de l'air en bâtiment et stades physiologiques

Consulter le resumé

L’objectif de cet article est de synthétiser les données obtenues depuis plusieurs années dans des bâtiments d’élevages de porcs abritant les trois stades physiologiques principaux à savoir : maternité, post-sevrage et engraissement.

Sur chacune des salles étudiées, les paramètres physiques de l’ambiance (température et débit de ventilation) ont été relevés et les paramètres de qualité de l’air mesurés (concentration massique en poussières, concentration en ammoniac dans l’ambiance, émission d’ammoniac dans l’air extrait, émission d’odeurs).
PDF icon Qualité de l'air en bâtiment et stades physiologiques
2003

Influence de la mise en place de caillebotis partiel et de la taille de la case sur les émissions d'ammoniac et d'odeurs en engraissement

Consulter le resumé

Une salle sur caillebotis intégral abritant 60 porcs a été comparée durant deux bandes d’engraissement à deux salles de 48 porcs sur caillebotis partiel (50 % de la surface en gisoir) se différenciant par la taille des cases (6 cases de 8 porcs vs 2 cases de 24 porcs). La concentration en ammoniac dans l’ambiance, dans l’air extrait, la concentration en odeurs ainsi que tous les paramètres de ventilation ont été mesurés sur toute la phase d’engraissement.
PDF icon Influence de la mise en place de caillebotis partiel et de la taille de la case sur les émissions d'ammoniac et d'odeurs en engraissement
2003

Bilan matière d'une station de traitement biologique par boue activée avec ou sans séparation de phase en tête

Consulter le resumé

La Station d’Expérimentation Nationale Porcine de Romillé a réalisé deux bilans matières sur son unité de traitement biologique par boue activée, l’un sans, l’autre avec séparation de phase en tête. Les résultats d’analyse des effluents ont porté sur 9 macro et 15 micro-éléments. En 88 jours, le traitement sans séparation de phase a produit 257,9 m3 de boue et 582 m3 de surnageant à partir de 834 m3 de lisier. Le bilan matière avec séparation de phase s’est déroulé sur 90 jours, les 854 m3 de lisier ont donné 3340 kg de refus de tamis, 173,7 m3 de boue et 653,5 m3 de surnageant.
PDF icon Bilan matière d'une station de traitement biologique par boue activée avec ou sans séparation de phase en tête
2003

Déshydratation du lisier de porc aéré sur lit de séchage planté de roseaux

Consulter le resumé

Le lit de séchage planté de roseaux est un procédé de séparation et de concentration du phosphore qui a été testé avec du lisier aéré. Deux prototypes de 6,6 m2 ont reçu 76 835 litres de lisier aéré provenant d’une station de traitement biologique par boues activées. L’une des cuves de filtration était recouverte d’une serre en plexiglas. Sur une année complète, il a été distribué 200 kg MS/m2 avec des apports hebdomadaires de 1,4 kg MS/m2 en hiver et 8,4 kg MS/m2 en été.
PDF icon Déshydratation du lisier de porc aéré sur lit de séchage planté de roseaux
2003

Traitement biologique par boue activée et compostage du lisier sur paille : enquête en élevage

Consulter le resumé

Une enquête réalisée auprès de 15 stations de traitement biologique par boue activé et 3 unités de compostage de lisier sur paille a permis de faire le point sur le temps de travail, le coût du traitement, les difficultés rencontrées par l’éleveur et la façon dont il gère les co-produits. Le volume de lisier traité quotidiennement s’établit respectivement à 23,5 et 8,3 m3/jour. Le suivi de la stations et la gestion des co-produits demandent 2,1 min de
PDF icon Traitement biologique par boue activée et compostage du lisier sur paille : enquête en élevage
2003

Les stations de traitement des effluents porcins : estimation des coûts et conséquences économiques

Consulter le resumé

Grâce à la collaboration des concepteurs et des éleveurs mettant en oeuvre différents

procédés de traitement des effluents porcins, des bilans d’efficacité ont été établis et des coûts ont été calculés. Les

résultats obtenus sont d’une grande variabilité, avec des coûts le plus souvent élevés.

Ces résultats sont liés au type de traitement utilisé, au procédé choisi, à l’installation elle-même et à son pilotage.

Selon la part du lisier traité dans la production totale de lisier, les coûts de production et la rentabilité globale de la
PDF icon Les stations de traitement des effluents porcins : estimation des coûts et conséquences économiques
2002

Réduction des émissions d'ammoniac - De la convention de Genève à la loi sur l'Air

Consulter le resumé

La directive 96/61 concerne la prévention et à la réduction de la pollution de l’air, des sols et de l’eau. Elle donne comme délai le 30 octobre 2007 pour la mise en place, pour les installations classées (dont les élevages de plus de 2000 places de porcs de plus de 30 kg ou 750 truies), des meilleures techniques actuellement disponibles permettant de respecter les valeurs d’émissions fixées.
PDF icon Réduction des émissions d'ammoniac - De la convention de Genève à la loi sur l'Air
2002

Composition chimique détaillée des aliments et des lisiers de porc

Consulter le resumé

L’analyse de la composition du lisier de porc pour 22 éléments nous a permis de quantifier son aptitude fertilisante et les

riques de toxicité par rapport aux quantités habituellement épandues. Sur la base de

170 kg d’azote par hectare, les apports seront approximativement de 100 kg de P2O5,

170 kg de K2O, 140 kg de CaO, 50 kg de SO3, 35 kg de MgO et Na2O, permettant de compenser tout ou partie les exportations culturales et les pertes par lessivage. Le lisier contribue également à fournir les oligo-éléments pouvant poser des problèmes de carence.
PDF icon Composition chimique détaillée des aliments et des lisiers de porc
2002

Porcherie verte : un programme de recherche pour "développer des systèmes de production porcine compétitifs satisfaisant un haut niveau d'exigences quant au respect de l'environnement"

Consulter le resumé

L’objet du programme porcherie verte est de proposer des systèmes « propres » de production porcine.

C’est un programme de recherche qui vise à mettre au point des systèmes de production

de viande porcine qui préservent la qualité de l’environnement (air, sol, eau).

Il s’inscrit dans une double démarche :

- aider les systèmes de production actuels à s’adapter aux nouvelles contraintes

socio-économiques et agri-environnementales,

- explorer les possibilités et les limites de systèmes de production alternatifs aux
PDF icon Porcherie verte : un programme de recherche pour "développer des systèmes de production porcine compétitifs satisfaisant un haut niveau d'exigences quant au respect de l'environnement"
2002

Emission d'ammoniac liée au stockage de lisier de porcs : résultats de laboratoire et de terrain

Consulter le resumé

La volatilisation de l’ammoniac du lisier pendant le stockage extérieur a fait l’objet de peu d’études. L’originalité de notre étude repose sur la comparaison de données obtenues en laboratoire avec des données mesurées sur une fosse de stockage en conditions réelles. La première partie en laboratoire, du fait des conditions d’études, nous a permis de mesurer des potentiels maximums de volatilisation d’ammoniac en fonction du type de lisier (lisiers de truies en maternité, de porcelets en post-sevrage et de porcs charcutiers).
PDF icon Emission d'ammoniac liée au stockage de lisier de porcs : résultats de laboratoire et de terrain
2002

Compostage des déjections des porcs à l'engrais élevés sur différents déchets ligneux : sciure, copeaux ou écorce

Consulter le resumé

3 essais réalisés par l'ITP comparent

l'utilisation de 5 déchets ligneux à la place de la paille. Les fumiers produits en 4 mois par des lots de 40 porcs sont stockés

en andains de 5 à 8 tonnes, retournés 2 ou 3 fois. Entre 30 et 110 kg de poids vif, chaque porc a consommé entre 240 et 260 kg

d'aliment et utilisé entre 410 et 540 litres d'eau. Sur litière de paille, les rejets d'un porc engraissé représentent 260 kg de fumier frais et 2,4 kg d'azote puis après
PDF icon Compostage des déjections des porcs à l'engrais élevés sur différents déchets ligneux : sciure, copeaux ou écorce
2001

LAURE ou la loi sur l'air

Consulter le resumé

Cinq ans après l’adoption de la Loi sur l’Air, des outils régionaux permettent d’agir pour limiter l’exposition des populations à certains polluants atmosphériques, surtout ceux liés au trafic automobile. Cependant, certaines régions comme la Bretagne, ont inséré dans leur plan d’intervention des actions spécifiques visant à réduire les émissions d’ammoniac, l’utilisation des produits phytosanitaires et les nuisances olfactives.
PDF icon LAURE ou la loi sur l'air
2001

Les coûts de traitement du lisier de porc : jusqu'à plus d'un franc par Kg de carcasse

Consulter le resumé

2001

Traiter le lisier : une contrainte coûteuse

Consulter le resumé

Le respect de la réglementation sur l’environnement impose la mise en place de stations de traitement du lisier ans un certain nombre d’exploitations.

Une récente étude de l’ITP propose une évaluation des coûts des systèmes en place. Elle fournit des éléments clés pour raisonner, dans chaque exploitation, les solutions les mieux adaptées aux contraintes propres à chaque situation.

PDF icon bp2001n299.pdf
2001

Quels rejets pour des truies gestantes alimentées avec un régime enrichi en fibres ?

Consulter le resumé

La dilution énergétique d’un régime par l’incorporation de fibres permet d’améliorer le bien-être des truies gestantes par une augmentation de la quantité d’aliment distribuée.

Cette étude montre cependant une augmentation concomitante des rejets dans le lisier bien supérieure aux différences de quantités ingérées. Par rapport à un régime standard, la quantité de matière sèche retrouvée dans le lisier de truies alimentées

avec le régime enrichi en fibres est supérieure de 83 % alors que la quantité ingérée est accrue de seulement 22 %.
PDF icon Quels rejets pour des truies gestantes alimentées avec un régime enrichi en fibres ?
2001

Les litières biomaîtrisées en porcherie

Consulter le resumé

Les porcheries sur litière accumulée

sont souvent des bâtiments aménagés. Les éleveurs utilisent de 40 à 80 kg de paille par porc ou 0,1 à 0,2 m3 de sciure. Les

quantités mesurées par porc engraissé sont de 331 kg et 0,74 m3 pour les litières

paillées correspondant à 3,1 kg N, 2,5 kg P2O5 et 3,8 kg K2O.

Le compostage des fumiers a montré que 3 retournements suffisent. Les meilleurs résultats correspondent à une réduction

des volumes de 50 %, à une augmentation des teneurs en matière sèche de 10 points,
PDF icon Les litières biomaîtrisées en porcherie
2001

Combien cela coûte-t-il de traiter son lisier ?

Consulter le resumé

2001

Pages