La base documentaire de l'IFIP

La base documentaire de l'IFIP : des centaines de documents à télécharger ou bien à commander.

Résultats 441 à 460 de 517 résultats
Rechercher une documentation
Publication Annéetrier par ordre croissant

Les risques technologiques du secteur de l'industrie de la viande

Consulter le resumé

Depuis la catastrophe de Toulouse, les entreprises françaises sont incitées à revoir leur politique de gestion des risques technologiques. Les accidents passés sont répertoriés et classés dans la base de données ARIA, dans le but de mieux maîtriser les dangers critiques. Entre 1997 et 2003, 106 accidents ont été récensés dans l'industrie de la viande, prinicipalement des incendies et des rejets de matières organiques. Le facteur humain et organisationnel est la première cause de ces accidents, qui en 7 ans, ont provoqué 5 décès, 78 blessés et l'évacuation de 1335 personnes. Les conséquences les plus fréquentes sont cependant les dommages matériels qui se chiffrent souvent à plusieurs millions d'euros, sans compter les pertes de production, les licenciements et les mises au chômage technique. Un guide pratique sera présenté au prochain salon IPA, afin d'aider les industriels de l'agro-alimentaire à mettre en place leurs politiques de gestion de risques technologiques.

PDF icon 2004devillersbul4.pdf
2004

Effet d'un additif sur l'émission d'odeurs en engraissement en conditions d'élevage

Consulter le resumé

Les émissions d’odeurs peuvent être réduites par l’utilisation d’additifs. Peu chers, faciles d’emplois et nombreux, ils sont très attractifs pour les éleveurs de porcs. Depuis plusieurs années, l’ITP conduit des études concernant l’efficacité des additifs sur les émissions d’odeurs en porcherie. Celle-ci a été réalisée avec un produit du commerce destiné aux salles d’engraissement. La comparaison entre le témoin et la salle traitée montre une réduction de 30 % des émissions pour salle traitée avec des variations entre les mesures.
PDF icon Effet d'un additif sur l'émission d'odeurs en engraissement en conditions d'élevage
2004

Les rejets d'azote et phosphore des exploitations porcines françaises face aux surfaces agricoles disponibles. Mise au point d'un outil d'évaluation

Consulter le resumé

Sandrine Espagnol, Estelle Ilari, rapport d'études, juillet 2004, 27 pages

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2004

Les références CORPEN de rejets des porcs en N, P, K, Cu et Zn

Consulter le resumé

En 2003, le CORPEN proposait de nouvelles référencesde rejets pour l’azote, le phosphore et le potassium, et les complétait avec le cuivre et le zinc. Ces références tiennent compte des performances actuelles des élevages, des conduites alimentaires récentes économisant l’azote et le phosphore (alimentation standard et « biphase »), mais aussi du mode de logement et du type d’engrais de ferme produit (lisier, litière).
PDF icon Les références CORPEN de rejets des porcs en N, P, K, Cu et Zn
2004

Epandage d'eau résiduaire issue d'un traitement biologique - Effet de fortes doses de potassium sur le maïs

Consulter le resumé

La fraction liquide, obtenue après décantation du lisier aéré, représente 60 à 70 % du volume total initial.
PDF icon Epandage d'eau résiduaire issue d'un traitement biologique - Effet de fortes doses de potassium sur le maïs
2004

Utilisation d'additifs en porcherie - Effet sur l'émission d'odeurs et d'ammoniac en engraissement

Consulter le resumé

Les Chambres d’Agriculture des Pays de la Loire et de la Vendée en collaboration avec l’ITP ont mis en place un programme d’étude sur l’effet de cinq produits du commerce sur la réduction de la concentration en ammoniac et l’émission d’odeurs en engraissement. Cinq élevages ont été impliqués dans l’étude en intégrant des mesures en période estivale et en période hivernale. L’abattement moyen mesuré pour les cinq produits est de l’ordre de 20 % pour la concentration en ammoniac dans l’ambiance avec une très forte variation en fonction de la saison.

PDF icon Utilisation d'additifs en porcherie - Effet sur l'émission d'odeurs et d'ammoniac en engraissement
2004

Emissions d'ammoniac et de protoxyde d'azote des porcs engraissés sur litière de paille

Consulter le resumé

L’engraissement de porcs sur litières de paille permet un abattement d’azote supérieur à l’engraissement sur caillebotis mais on connaît mal les quantités d’ammoniac et de protoxyde d’azote émises. De plus l’effet de la densité animale sur les pertes gazeuses a été peu étudié. L’objectif de ce travail est d’évaluer en élevage les émissions d’ammoniac et de protoxyde d’azote. Des mesures d’émissions d’ammoniac et de protoxyde d’azote ont été réalisées de 2001 à 2003 sur plus de six cents porcs, en Station Expérimentale et en élevage commercial, en hiver et en été.

PDF icon Emissions d'ammoniac et de protoxyde d'azote des porcs engraissés sur litière de paille
2004

Les fumiers de porcs sur litière de paille accumulée : composition, production et rejets entre le sevrage et l'abattage

Consulter le resumé

Cette étude compare des rejets d’azote, phosphore et potassium de porcs engraissés selon deux modes de collecte des effluents (lisier ou fumier). En poids, les quantités de lisier produites sont deux à trois fois supérieures aux quantités de fumiers obtenues. Exprimés en volume, les rejets par porc varient du simple au double entre les fumiers et les lisiers (0,2 et 0,4 m3/porc respectivement). La comparaison des deux types de déjections, lisier ou fumier, montre que l’épandage d’une tonne de fumier apporte 60 à 70 % d’azote de plus qu’un mètre cube de lisier.
PDF icon Les fumiers de porcs sur litière de paille accumulée : composition, production et rejets entre le sevrage et l'abattage
2004

Gaseous and odour emissions from animal production facilities, Horsens, Danemark, 1-4 juin 2003

Consulter le resumé

La C.I.G.R. (Commission Internationale du Génie Rural) en coopération avec EurAgEng (European Society of Agricultural Engineers) et NJF (Scandinavian Association of Agricultural Scientists) a réuni cette année à Horsens au Danemark près d'une centaine de personnes pendant 4 jours autour du thème "gaz et odeurs en bâtiments d'élevages". Quelques résultats autour du thème "gaz et odeurs en bâtiments d'élevages" concernant exclusivemenet la production porcine, sont brièvement rapportés dans cet article.

PDF icon Gaseous and odour emissions from animal production facilities, Horsens, Danemark, 1-4 juin 2003
2003

Les rejets d'azote, phosphore, potassium, cuivre et zinc des porcs engraissés sur caillebotis ou litière de bois

Consulter le resumé

Cette étude compare des rejets d’azote, phosphore et potassium de porcs engraissés selon deux modes de collecte des effluents (lisier ou fumier). En poids, les quantités de lisier produites sont deux à trois fois supérieures aux quantités de fumiers obtenues. Exprimés en volume, les rejets par porc varient du simple au double entre les fumiers et les lisiers (0,2 et 0,4 m3/porc respectivement). La comparaison des deux types de déjections, lisier ou fumier, montre que l’épandage d’une tonne de fumier apporte 60 à 70 % d’azote de plus qu’un mètre cube de lisier.
PDF icon Les rejets d'azote, phosphore, potassium, cuivre et zinc des porcs engraissés sur caillebotis ou litière de bois
2003

Les Rencontres de l'ITP - Space 2003

Consulter le resumé

Le SPACE est le rendez-vous annuel des professionnels de la filière porcine. Cette année, l'ITP a profité de cette opportunité pour organiser des "Rencontres". Elles ont vocation à susciter un débat largement ouvert sur une question technique ou économique importante pour la filière porcine.
2003

Litière ou caillebotis intégral : ce que cela coûte

Consulter le resumé

2003

Résorption des excédents : 246 stations de traitement de lisier fonctionnent

Consulter le resumé

2003

Etat des lieux du traitement des lisiers de porcs en France

Consulter le resumé

Cet état des lieux montre l’effort de la filière porcine pour la résorption des excédents azotés.

A l’avenir, il est probable que les élevages auront davantage recours au traitement (semi)collectif ou aux unités mobiles.
PDF icon Etat des lieux du traitement des lisiers de porcs en France
2003

Air quality and reduction of slatted floor in growing-finishing pig units

Consulter le resumé

This study was carried out to establish the influence of partially slatted floors combined with the pen size on the air quality in growing-finishing rooms. Three rooms were compared: the control room with totally slatted concrete floor had six pens each with ten pigs. The second room with partially slatted concrete floor had six pens each with eight pigs, and the room with partially slatted concrete floor had two pens each with twenty four pigs.
PDF icon Air quality and reduction of slatted floor in growing-finishing pig units
2003

Qualité de l'air en bâtiment et stades physiologiques

Consulter le resumé

L’objectif de cet article est de synthétiser les données obtenues depuis plusieurs années dans des bâtiments d’élevages de porcs abritant les trois stades physiologiques principaux à savoir : maternité, post-sevrage et engraissement.

Sur chacune des salles étudiées, les paramètres physiques de l’ambiance (température et débit de ventilation) ont été relevés et les paramètres de qualité de l’air mesurés (concentration massique en poussières, concentration en ammoniac dans l’ambiance, émission d’ammoniac dans l’air extrait, émission d’odeurs).
PDF icon Qualité de l'air en bâtiment et stades physiologiques
2003

Traitement biologique par boue activée et compostage du lisier sur paille : enquête en élevage

Consulter le resumé

Une enquête réalisée auprès de 15 stations de traitement biologique par boue activé et 3 unités de compostage de lisier sur paille a permis de faire le point sur le temps de travail, le coût du traitement, les difficultés rencontrées par l’éleveur et la façon dont il gère les co-produits. Le volume de lisier traité quotidiennement s’établit respectivement à 23,5 et 8,3 m3/jour. Le suivi de la stations et la gestion des co-produits demandent 2,1 min de
PDF icon Traitement biologique par boue activée et compostage du lisier sur paille : enquête en élevage
2003

Influence de la mise en place de caillebotis partiel et de la taille de la case sur les émissions d'ammoniac et d'odeurs en engraissement

Consulter le resumé

Une salle sur caillebotis intégral abritant 60 porcs a été comparée durant deux bandes d’engraissement à deux salles de 48 porcs sur caillebotis partiel (50 % de la surface en gisoir) se différenciant par la taille des cases (6 cases de 8 porcs vs 2 cases de 24 porcs). La concentration en ammoniac dans l’ambiance, dans l’air extrait, la concentration en odeurs ainsi que tous les paramètres de ventilation ont été mesurés sur toute la phase d’engraissement.
PDF icon Influence de la mise en place de caillebotis partiel et de la taille de la case sur les émissions d'ammoniac et d'odeurs en engraissement
2003

Déshydratation du lisier de porc aéré sur lit de séchage planté de roseaux

Consulter le resumé

Le lit de séchage planté de roseaux est un procédé de séparation et de concentration du phosphore qui a été testé avec du lisier aéré. Deux prototypes de 6,6 m2 ont reçu 76 835 litres de lisier aéré provenant d’une station de traitement biologique par boues activées. L’une des cuves de filtration était recouverte d’une serre en plexiglas. Sur une année complète, il a été distribué 200 kg MS/m2 avec des apports hebdomadaires de 1,4 kg MS/m2 en hiver et 8,4 kg MS/m2 en été.
PDF icon Déshydratation du lisier de porc aéré sur lit de séchage planté de roseaux
2003

Bilan matière d'une station de traitement biologique par boue activée avec ou sans séparation de phase en tête

Consulter le resumé

La Station d’Expérimentation Nationale Porcine de Romillé a réalisé deux bilans matières sur son unité de traitement biologique par boue activée, l’un sans, l’autre avec séparation de phase en tête. Les résultats d’analyse des effluents ont porté sur 9 macro et 15 micro-éléments. En 88 jours, le traitement sans séparation de phase a produit 257,9 m3 de boue et 582 m3 de surnageant à partir de 834 m3 de lisier. Le bilan matière avec séparation de phase s’est déroulé sur 90 jours, les 854 m3 de lisier ont donné 3340 kg de refus de tamis, 173,7 m3 de boue et 653,5 m3 de surnageant.
PDF icon Bilan matière d'une station de traitement biologique par boue activée avec ou sans séparation de phase en tête
2003

Pages