La base documentaire de l'IFIP

La base documentaire de l'IFIP : des centaines de documents à télécharger ou bien à commander.

Résultats 121 à 140 de 471 résultats
Rechercher une documentation
Publicationtrier par ordre décroissant Année

Ecoconception des aliments destinés aux porcs : analyse d’incertitude

Consulter le resumé

51es Journées de la Recherche Porcine, 5 et 6 février 2019, Paris, p. 169-174, par Sandrine Espagnol et al.

Réduire les impacts environnementaux des productions animales reste une priorité. Formuler des éco-aliments générant de moindres impacts environnementaux peut constituer un levier d’action. Cette formulation nécessite la connaissance des impacts des intrants alimentaires, ce que rassemble la base de données ECOALIM. Ces données d’impacts sont des valeurs moyennes à l’échelle de la France et, de ce fait, ne rendent pas compte de la grande diversité des itinéraires techniques et des contextes pédoclimatiques. Ainsi, ces valeurs moyennes nationales sont-elles suffisantes pour mettre en oeuvre une écoconception des aliments du bétail ? Cette étude ambitionne d’y répondre en se basant sur une analyse d’incertitude des impacts des principales matières premières utilisées en alimentation animale (blé, maïs, orge, colza, tournesol, et leurs coproduits transformés), et des impacts des éco-aliments formulés soit à partir de données moyennes, soit à partir de données spécifiques, pour différents contextes économiques et de disponibilité en matières premières. Un échantillonnage aléatoire (N entre 500 et 1000) a été réalisé en tirant les valeurs d’impacts des matières premières dans une loi normale bornée par des valeurs minimales et maximales. Chaque jeu de données est utilisé pour comparer les impacts environnementaux et les taux d’incorporation des matières premières entre les aliments formulés à moindre coût et les éco-aliments. Pour les impacts changement climatique et consommation d’énergie, les moyennes nationales d’impacts environnementaux des matières premières s’avèrent suffisantes pour l’écoconception en permettant de réduire effectivement les impacts par rapport à la formulation à moindre coût. Les résultats sont plus variables pour les impacts consommation de phosphore et occupation des sols. De même, certaines matières premières comme le blé et le maïs requièrent des itinéraires plus précis qu’une simple situation moyenne nationale.

Feed eco-design for pigs: uncertainty analysis

Reducing environmental impacts of the livestock sector remains a priority. Formulating eco-feeds with lower impacts can be used as one mechanism. Doing so requires knowledge about feedstuff impacts, such as those contained in the ECOALIM database. As this database provides average values at a national scale, it can have high uncertainty due to the large variability in production techniques and soil/climate contexts for crops. Thus, the purpose of this study was to assess the relevance of eco-designing feed based on average national values. Uncertainty analysis was performed considering the variability in impact of the main crops used for pig feeds: wheat, maize, barley, rapeseed and sunflower and their processed co-products. This was applied to formulate eco-feeds within various economic contexts and conditions of feedstuff availability. A random sample (n = 500-1000) was created by drawing environmental impact values from a normal distribution truncated by minimum and maximum values. Each dataset was used to compare impacts of the eco-feed with those of an average standard feed. The effect of incorporation rates of feedstuffs was also analysed. For the impacts “energy consumption” and “climate change”, and for many feedstuffs, the use of national average data of environmental impacts appeared suitable for an eco-design implementation by feed manufacturers. Nonetheless, the ECOALIM dataset needs to be enriched with more detailed data for certain feedstuffs, such as maize and wheat, and also for certain impacts, such as “phosphorus use” and “land use”.

PDF icon 51es Sandrine Espagnol et al., 51es JRP, 5 et 6 février 2019, Paris, p. 169-174
2019

Effect of the frequency of empyting slurry on gas and odours emitted by piggeries equipped with flushing systems

Consulter le resumé

visuel d'intervention / workshop

PDF icon Effect of the frequency of empyting slurry on gas and odours emitted by piggeries equipped with flushing systems
2012

Effet d'un additif sur l'émission d'odeurs en engraissement en conditions d'élevage

Consulter le resumé

Les émissions d’odeurs peuvent être réduites par l’utilisation d’additifs. Peu chers, faciles d’emplois et nombreux, ils sont très attractifs pour les éleveurs de porcs. Depuis plusieurs années, l’ITP conduit des études concernant l’efficacité des additifs sur les émissions d’odeurs en porcherie. Celle-ci a été réalisée avec un produit du commerce destiné aux salles d’engraissement. La comparaison entre le témoin et la salle traitée montre une réduction de 30 % des émissions pour salle traitée avec des variations entre les mesures.
PDF icon Effet d'un additif sur l'émission d'odeurs en engraissement en conditions d'élevage
2004

Effet du fractionnement des apports d’eau dans la technique du lisier flottant pour réduire les émissions d’ammoniac et d’odeurs en engraissement

Consulter le resumé

51es Journées de la Recherche Porcine, 5 et 6 février 2019, Paris, p. 181-186, par Nadine Guingand et Valérie Courboulay

Des mesures en semi-continu ont été mises en oeuvre dans quatre salles d’engraissement abritant des porcs charcutiers entre 30 et 120 kg, élevés sur caillebotis intégral béton avec stockage des effluents en préfosse. Dans la salle Témoin, le lisier est stocké durant toute la durée de présence des animaux alors que dans les trois autres salles, la technique du lisier flottant est mise en oeuvre : une salle reçoit un apport unique de 90 litres d’eau avant l’entrée des animaux (salle LF90) et deux salles un apport fractionné de respectivement 30 litres à l’entrée des animaux et 60 litres lors du changement d’aliment (salles LF30+60). Dans l’une de ces deux salles, de la paille est mise à disposition des animaux (salle LF30+60/Paille). Les paramètres zootechniques, d’ambiance et environnementaux sont suivis au cours de deux bandes successives. La mise en oeuvre de la technique du lisier flottant conduit pour les deux bandes, par rapport à la salle Témoin, à un abattement des émissions d’ammoniac (LF90 : 28 %, LF30+60 : 23 %) et d’odeurs (LF90 : 18 %, LF30+60 : 28 %). Le fractionnement des apports d’eau semble plus efficace dans la salle LF30+60/Paille, l’abattement d’ammoniac atteignant alors 41% en moyenne sur les deux bandes. Combinée avec le fractionnement des apports d’eau, la présence de paille permet de limiter la surface de contact entre le lisier et l’air ambiant. La présence de paille – en faible quantité – n’a par ailleurs pas occasionné de problème lors de la vidange des effluents.

Impact of temporally separating water inputs to manure kept on top of a permanent layer of water in the pit on ammonia and odour emissions from indoor fattening systems

Ammonia and odours were measured semi-continuously in exhaust air from four fattening rooms (6 pens each) which differed in slurry management. In the control room, slurry was stored during the entire fattening period. In the three others, manure was collected on top of a permanent water layer in the pit: in one room, 90 l of water per pig was added to the pit just before pigs arrived (LF90); in the other two, 30 l per pig were added just before arrival and 60 l per pig after feed was changed (at a weight of ca. 65 kg-LF30+60). In one of these two rooms, chopped straw was distributed to pigs by a straw feeder or a straw rack, respectively in three pens each (LF30+60/Paille). Animal production, ambient and environmental parameters were monitored for two successive batches. Adding water to the manure pit decreased emissions of ammonia (LF90: -28 %, LF30+60: -23 %) and odours (LF90: -18%, LF30+60: -28%) from piggeries. Separating the water input in time increased the reduction in ammonia emissions in the room with chopped straw (mean decrease = 41 % for the two batches). The presence of straw combined with the separation into two water inputs decreased the contact area between the manure and ambient air. Also, addition of chopped straw – albeit in small quantities – had no observed effect on the emptying of manure.

PDF icon Nadine Guingand et Valérie Courboulay, 51es JRP, 5 et 6 février 2019, Paris, p. 181-186
2019

Effets rebonds d’une écoconception des aliments du bétail

Consulter le resumé

51es Journées de la Recherche Porcine, 5 et 6 février 2019, Paris, p. 193-194, par Sandrine Espagnol et al., poster

Poster. 

Les fabricants d’aliments peuvent-ils aller vers une écoconception ? La dynamique de l’affichage environnemental a rendu cela possible en conduisant à l’émergence de plusieurs bases de données sur les impacts environnementaux de produits agricoles, aujourd’hui disponibles pour les acteurs économiques des filières animales. Les données ECOALIM, intégrées dans la base de données Agribalyse®, en font partie et concernent 150 ingrédients de l’alimentation du bétail (Wilfart et al., 2016). Les fabricants d’aliments peuvent les utiliser et formuler des éco-aliments. Garcia-Launay et al. (2016) ont testé cette approche pour les porcs à l’engrais et ils ont obtenu des aliments avec davantage de coproduits du blé, de pois et de tourteau de tournesol, et moins de céréales, en comparaison de formules standards à moindre coût. Dans l’hypothèse d’une généralisation de cette pratique, cette étude vise à en identifier les effets rebonds (effets engendrés indirectement non visibles à l’échelle du système considéré) et leurs incidences environnementales.

Rebound effects of eco-design of animal feed

Feed manufacturers now have access to eco-labelling databases which allow them to perform eco-design and produce feeds with reduced environmental impacts. Initial results of eco-feed production emphasise replacing feed ingredients in standard feed. Therefore, the objective of this study was to identify rebound effects of producing eco-feed for pigs if replacing feed ingredients becomes widespread in France. A mind map was built with five experts to identify in a qualitative a panel of different consequences on environmental, economic and social aspects. We then focused on the consequence of changing crop rotations to produce eco-feeds. We used life cycle assessment (LCA) on a virtual territory which produced feed ingredients for a pig farm in order to assess environmental impacts using multiple functional units and system perimeters: kg pig live weight at the farm gate, ha of land used, economic value produced and number of people fed. The situation in which eco-feeds are produced can appear better or worse than the situation in which standard feeds are produced. This study highlights the complexity of eco-design and the limitations of doing it with data based on attributional LCA (i.e. cutting a system off from physical and economic causalities of the rest of the world). It is necessary to supplement databases with information to make users aware of rebound effects that are invisible during the eco-design process.

PDF icon Sandrine Espagnol et al., 51es Journées de la Recherche Porcine, 5 et 6 février 2019, Paris, p. 193-194, poster
2019

Effets rebonds d’une écoconception des aliments du bétail

Consulter le resumé

Poster présenté par Sandrine Espagnol et al., aux 51es Journées de la Recherche Porcine, 5 et 6 février 2019

Les fabricants d’aliments du bétail peuvent formuler des éco-aliments du bétail avec de moindres impacts environnementaux grâce aux données ECOALIM (impacts environnementaux de près de 150 ingrédients intégrés dans Agribalyse®). Les premières simulations, en comparaison à des
aliments standards formulés à moindre coût, montrent l’incorporation davantage de coproduits du blé et de pois en remplacement de céréales.
Quels seraient les effets rebonds* d’une généralisation de la pratique et ses incidences environnementales ?

PDF icon Sandrine Espagnol et al., 51e JRP, 5 et 6 février 2019, poster
2019

Efficacité de bonnes pratiques sur les émissions gazeuses à l’échelle d’itinéraires de gestion Bâtiment-stockage-épandage

Consulter le resumé

Fiche n° 030 : réduction des impacts environnementaux et des consommations d'énergie

En France, le secteur agricole est responsable de 97% des émissions d’ammoniac, dont 73% par l’élevage (CITEPA). Ces émissions doivent être maîtrisées et réduites. Pour y parvenir, des techniques de réduction se développent en élevage, dont certaines sont reconnues comme Meilleures Techniques Disponibles (MTD) au niveau européen (directive IED). Ces techniques concernent le plus souvent un poste spécifique de l’élevage (bâtiment, stockage, ou épandage) avec une efficacité généralement évaluée à cette échelle.Or, la mise en place d’une pratique dans un poste donné peut aussi avoir des incidences sur les pertes gazeuses des postes situés plus en aval. C’est pourquoi, cette étude s’est attachée à appréhender les émissions cumulées d’ammoniac à l’échelle d’itinéraires plus intégrés (incluant les postes bâtiment, stockage et épandage) mettant en oeuvre des Bonnes Pratiques Environnementales (BPE). 

8 itinéraires Bâtiment (B) – Stockage (S) – Epandage (E), mobilisant chacun 60 porcs charcutiers, ont ainsi été suivis dans la station expérimentale de Romillé au cours de 2 saisons.
Chaque itinéraire combinait une ou plusieurs BPE (au plus, une/poste) :
- BPE bâtiment : laveur d’air, évacuation fréquente des déjections par flushing avec la fraction liquide d’un lisier décanté, évacuation fréquente des déjections par gravité tous les 15 jours
- BPE stockage : couverture souple, méthanisation.

Un itinéraire témoin ne disposait d’aucune BPE. Pour chacun de ces itinéraires, les émissions d’ammoniac et de gaz à effet de serre par les postes bâtiment et stockage ont été suivies. Le potentiel de volatilisation d’ammoniac à l’épandage a été mesuré en cellule de ventilation en laboratoire.

PDF icon fiche_bilan2014_030.pdf
2015

Efficacité de bonnes pratiques sur les émissions gazeuses aux stades bâtiment-stockage-épandage

Consulter le resumé

Fiche n° 21 : Réduction des impacts environnementaux

Les  élevages porcins sont responsables de près de 13% des émissions nationales d’ammoniac (NH₃). Ces émissions font l’objet d’objectifs de réduction au même titre que les émissions de gaz à effet de serre. Des techniques de réduction se développent pour chaque étape de gestion des effluents (bâtiment /stockage /traitement /épandage) et certaines sont reconnues comme Meilleures Techniques Disponibles (MTD) au niveau européen dans le cadre de la directive IPPC (Integrated Pollution Prevention & Control). Cependant bien qu’efficaces pour réduire les émissions d’ammoniac des questions se posent quant à leur impact sur les émissions de gaz à effet de serre. De plus, certaines sont efficaces sur un poste de gestion des effluents et interrogent sur l’incidence de postes en aval. Pour ces raisons, les émissions de NH₃ d’un système porcin ne peuvent pas être abordées uniquement sur un poste et indépendamment des émissions de gaz à effet de serre (méthane CH et protoxyde d’azote NO).

Il est important in fine de proposer aux éleveurs des solutions globalement satisfaisantes pour l’environnement, efficaces sur l’ensemble des paramètres environnementaux et sur l’ensemble du cycle de production.

C’est pourquoi, il est nécessaire d’acquérir de nouvelles connaissances sur les émissions globales d’ammoniac à l’échelle d’itinéraires complets (postes bâtiment, stockage et épandage) et mettant en œuvre des techniques de réduction d’ammoniac et de gaz à effet de serre.

PDF icon fiche_bilan2013_21.pdf
2014

Efficacité de la séparation fèces-urine sous caillebotis, bilan et sous-produits

Consulter le resumé

Cette étude a évalué l’efficacité d’un système de racloir en «V», dont l’objectif est de séparer les fèces et l’urine sous le caillebotis. Sur une période de 15 semaines, les essais ont été réalisés dans 2 salles d’engraissement de 144 porcs chacune. Chaque salle était équipée de 4 dalots munis de racloirs en « V » afin d’évacuer les déjections. Les essais ont caractérisé la composition des fractions solides et liquides.
PDF icon Efficacité de la séparation fèces-urine sous caillebotis, bilan et sous-produits
2005

Efficacité sur les émissions gazeuses d’itinéraires techniques en élevage porcin intégrant des bonnes pratiques environnementales

Consulter le resumé

L’application de bonnes pratiques environnementales (BPE) peut réduire les émissions d’ammoniac des élevages avec, pour chacune, une efficacité connue à l’échelle du poste concerné (bâtiment, stockage, épandage). Mais leur utilisation peut aussi impacter les émissions sur des postes situés en aval, ce qui affecte leur efficacité globale et leur intérêt relatif. Cette étude vise à mesurer l’efficacité de différentes combinaisons de BPE sur huit itinéraires techniques en élevage porcin, dans deux contextes saisonniers. Quatre salles d’engraissement de 60 porcs ont été mobilisées : deux avec évacuation fréquente des déjections (gravité, flushing), une équipée d’un laveur d’air et une salle témoin (sans BPE). Les lisiers de chaque salle ont alimenté deux cuves de stockage extérieur, dont l’une couverte. A chaque étape, les émissions gazeuses (NH3, N2O) ont été mesurées et des bilans massiques d’effluents réalisés. A l’issue du stockage, le potentiel de volatilisation d'ammoniac des effluents à l’épandage a été mesuré en laboratoire. En sortie de stockage, les itinéraires avec BPE montrent, par rapport au témoin, des réductions d’émissions ammoniacales allant de 8 à 62 %, confirmant l’intérêt de ces BPE. Un stockage découvert réduit de près de 10% l’efficacité de BPE mises en œuvre en amont; a contrario un stockage couvert améliore cette efficacité de 10%. En intégrant l’épandage, des conditions propices à la volatilisation réduisent à nouveau les bénéfices des BPE amont de 2 à 26% par rapport au témoin, pouvant même annuler ces bénéfices. L’enchaînement des BPE s’avère donc pertinent et maximise la conservation d’azote et son recyclage.

Efficiency and synergic effects of best available practice patterns on gaseous emissions in pig production

Ammonia emitted from piggeries could be reduced by different best available techniques (BAT) whose effectiveness is reported for the involved context (husbandry, manure storage or spreading). However, their implementation in one step may affect the emission at the next steps, modifying the global effectiveness and the relative interest at the farm scale. The aim of this study was to measure the effectiveness of different BAT combinations in eight pig systems during two climate conditions. Four fattening rooms were studied, each of them housing 60 pigs: two rooms with frequent slurry removal (gravity and flushing, respectively), one room equipped with a bioscrubber and the standard with no air treatment and slurry storage underneath the pigs. The slurry was discharged from each room into two external tanks, one being covered. At each step, gaseous emissions (NH3, N2O) were measured and slurry mass balances performed. The potential of volatilization during spreading was measured in laboratory conditions. After storage, the implantation of BAT led to a reduction of 8 to 62% in comparison to the standard. The effectiveness of building BAT was reduced by 10% when the storage unit was not covered. On the other hand, the use of a cover increased the efficiency by 10%. Including the spreading phase, conditions favourable to ammonia emission still reduce the benefit of BATs between ‐2 to ‐26% compared to the standard. In some cases, this benefit may even be cancelled. BAT combinations are useful in order to maximize the conservation of nitrogen and therefore its recycling.

PDF icon article de colloque JRP de Sandrine Espagnol
2015

Effluents d’élevage et émissions de gaz à effet de serre

Consulter le resumé

PDF icon Effluents d’élevage et émissions de gaz à effet de serre
2010

Elba : A national reference tool for agricultural biomass resource assessment in France

Consulter le resumé

Sylvain Marsac (ARVALIS, Insititut du végétal) et al., 26th Biomass conference and exhibition, 14-17 mai 2018, Copenhagen, Danemark, 8 pages

French National strategy for biomass mobilization and Bio economy placed agriculture biomass among main resources to reach renewable energy and GHG emissions objectives. Need for a better knowledge in local resource assessment was noticed as a break down for projects development. Five main French farming R&D institutes joined forces to build a reference tool. An innovative methodological approach has been applied for biomass crops (residues, energy crops) and livestock biomass (slurry, manure) quantification. The purpose was to value different national statistical database (agricultural census, specific survey…) with experimental reference and expertise of the partners. A computational tool has been specifically developed for online use from web navigator to be shared with a maximum number of stakeholders. Results obtained at NUTS 3 mesh are interesting for policy markers and manufacturers with 120 Mt livestock manure (including 41.15 Mt of slurry) localised for half in Northwestern France and 2.6 Mt DM by-products without cereal straw concentrated in five areas. But NUTS 4 scale is really interesting for farmers and local institutions to concentrate action plans. An interactive tool platform could integrate this tool with new economic and environmental indicators.

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2018

Elba, l’outil web de détermination de la biomasse agricole en France

Consulter le resumé

Sylvain Marsac et al., Journées Recherche et Innovation Biogaz Méthanisation, 2-4 octobre 2018, Rennes

 

 

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2018

Elba, l’outil web de détermination de la biomasse agricole en France

Consulter le resumé

Sylvain Marsac (Arvalis) et al., Journées Recherche et Innovation Biogaz Méthanisation,, 2-4 octobre 2018, Rennes, poster

Le développement de projets de valorisation de la biomasse agricole passe notamment par une meilleure connaissance de la disponibilité en ressources (masse, nature, localisation) avec un maillage aussi fin que possible. Le projet ELBA (EvaLuation de la Biomasse Agricole) a produit un outil partagé d’évaluation et de représentation géographique des ressources en résidus de cultures et cultures dédiées, effluents des élevages de porcs, ruminants, volailles et chevaux.

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2018
Élevage porcin et bruit

Élevage porcin et bruit

Consulter le resumé

Évaluation de l’impact sonore des porcheries

Réglementation, sources sonores en élevage porcin, mesures des niveaux sonores engendrés par différentes sources, application à un cas de la méthodologie d’estimation du niveau sonore résultant, textes officiels.



Édition 1996 - Ifip, UGPVB - 36 pages 21 X 29.7

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
1996
Élevage porcin et respect de l’environnement

Élevage porcin et respect de l’environnement

Consulter le resumé

Préventions nécessaires à la maîtrise des risques de pollution de l’eau et de l’air et des nuisances olfactives, acoustiques et visuelles. Règles techniques applicables aux porcheries soumises à autorisation, prescriptions applicables aux élevages en bâtiment ou plein air. Constitution du dossier de création d’un élevage ou de demande d’autorisation. Textes réglementaires.



Édition 1997 - Ifip, ministère de l’Environnement - 110 pages 21 X 29.7

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
1997

Elevages porcins de demain : vision d'experts

Consulter le resumé

2011
Élever des porcs sur litière : comprendre les fonctionnements et améliorer les résultats

Élever des porcs sur litière : comprendre les fonctionnements et améliorer les résultats

Consulter le resumé

Cette brochure fait le point sur les connaissances techniques relatives à la mise en œuvre et à la gestion des systèmes d’élevage de porcs sur litière. Conception des bâtiments, fonctionnement et gestion des substrats, conduite des animaux, réglementation sont abordés sous forme de fiches pratiques et synthétiques qui permettent à l’éleveur et son technicien d’identifier les points importants et les références disponibles. Quels substrats pour quelles utilisations ? Quels leviers d’action pour maîtriser une litière de qualité ? Quelles économies réalisables ? Quels coûts à envisager ?...

PDF icon pdf de la brochure élever des porcs sur litière
2012

ELFE, une base de données pour caractériser les émissions gazeuses

Consulter le resumé

Nadine Guingand et al., 49es Journées de la Recherche Porcine, Paris, 31 janvier et 1er février 2017, poster

ELFE est une base de données issue d’un consortium entre différents acteurs de la recherche et du développement.

Elle a pour but de produire des facteurs d’émission d’ammoniac, Gaz à Effet de Serre, particules et odeurs par itinéraire technique pour les élevages d’herbivores, porcs et volailles, en intégrant les différentes étapes des conduites animales et de gestion des effluents (bâtiment, stockage, traitement, épandage et pâturage).

PDF icon Nadine Guingand et al., 49es Journées de la Recherche Porcine, Paris, 31 janvier et 1er février 2017, poster
2017

ELFE, une base de données pour caractériser les émissions gazeuses

Consulter le resumé

Nadine Guingand et al., 49es Journées de la Recherche Porcine, Paris, 31 janvier et 1er février 2017, p. 265-266, poster

En France, le secteur de l’élevage est responsable de 70% des émissions d’ammoniac et de 17,8% des émissions de Gaz à Effet de Serre (GES) (CITEPA, 2012). La caractérisation de ces émissions apparaît donc comme un enjeu incontournable du développement de ce secteur en France mais aussi en Europe. La diversité de l’élevage français résulte de différentes combinaisons d’espèces animales, de stades physiologiques, modes de logement, types d’effluents mais aussi de pratiques des éleveurs. Cette diversité conduit à des niveaux d’émissions gazeuses variables et dont les facteurs de variation sont souvent mal connus. La comparaison des facteurs d’émissions publiés dans la littérature est complexe du fait du manque d’informations sur leurs conditions d’acquisition. Ainsi, la mise en oeuvre d’une base de données regroupant uniquement les facteurs d’émissions publiés dans la littérature ou acquis au cours des projets menés par les différents acteurs du RMT Elevages et Environnement serait insuffisante pour répondre à cet enjeu. C’est pourquoi la base de données ELFE (Elevages et Facteurs d’Emission) a été créée pour élaborer des facteurs d’émissions sur la base de critères spécifiques liés aux objectifs finaux et aux métadonnées disponibles.

ENG

ELFE, a database to determine gaseous emission

In France, 70% of ammonia and 18% of greenhouse gas (GHG) originate from the livestock sector. Thus, improving knowledge on the magnitude and origin of gaseous emissions is essential to reduce them, and then meet societal requirements and setup regulations at national and European levels. A consortium involving research (Inra, Irstea) and technical development (Ifip, Itavi, Idele, CRAB, Terres Innovia, Arvalis) was created to implement a robust database (ELFE) gathering (inter)national literature references on gaseous emissions of poultry, pork, herbivore productions and related indicators. With the help of the database ELFE, we aim to determine emission factors (EF) for NH3, GHG, particles and odors in various technical itineraries integrating the different steps of animal and manure management (i.e. building, manure storage and treatment, spreading and pasture). Building the structure of the database was the first step of this project financed by the French Agency of the Environment and the Control of Energy (ADEME). Further on, national and international literature data were integrated into the database. At the moment, around 1,000 publications are recorded, essentially focusing on NH3 and GHG emissions. The next steps concentrate on data analysis to determine average EF’s per itinerary and EF-variability due to metadata (i.e. animal type, climate, diet, duration, storage type...). Outcomes will be published in scientific journals but also made available for stakeholders as guidance documents (i.e. fact sheets, technical reports). The purpose of these documents is to advise agricultural consultants and authorities on ways of reducing emissions and improving air quality in livestock production systems.

PDF icon Nadine Guingand et al., 49es Journées de la Recherche Porcine, Paris, 31 janvier et 1er février 2017, p. 265-266, poster
2017

Pages