La base documentaire de l'IFIP

La base documentaire de l'IFIP : des centaines de documents à télécharger ou bien à commander.

Résultats 201 à 220 de 735 résultats
Rechercher une documentation
Publicationtrier par ordre décroissant Année

Encadrement de la station de phénotypage du Rheu

Consulter le resumé

Claire Hassenfratz, bilan 2017, éditions IFIP, mai 2018, p. 51

A l’initiative de FG Porc, réunissant Axiom, Nucléus et l’IFIP, la nouvelle station de phénotypage a été bâtie en 2015. La gestion quotidienne de la station a été confiée à l’INRA -Unité Expérimentale Porcs de Rennes dans le cadre d’un accord de partenariat public-privé. Ce projet s’inscrit dans un triple objectif complémentaire entre les professionnels de la sélection et la recherche: (1) disposer d’un maximum de mesures pertinentes pour les programmes d’amélioration génétique du futur ; (2) pouvoir développer des travaux de recherche appliquée de qualité adaptés aux enjeux de la filière porcine ; (3) assurer la mise en application de phénotypage et des résultats des travaux dans les programmes de sélection. L’IFIP, en partenariat avec l’INRA, est missionné par le Ministère l’Agriculture pour assurer son encadrement technique. Les informations recueillies sont complémentaires à celles recueillies par les OSP en élevages ou en stations privées sur la croissance, l’efficacité alimentaire, la carcasse et la qualité de viande. La station est également le lieu privilégié pour tester de nouvelles mesures. C’est pourquoi elle est équipée d’une chaîne de distribution d’aliment multiphase permettant d’adapter finement la composition de l’aliment aux besoins des animaux par case d’une part et d’autre part de mettre en place des comparaisons de régimes alimentaires. Les DAC sont équipés de plateaux de pesée afin de suivre les cinétiques de croissance. Le tomographe à rayon X de l’IFIP pourra être utilisé sur les porcs en cours de contrôle.

La station constitue ainsi un outil de collecte de données à visées génétiques dont les résultats concernent l’ensemble de la filière. Compte tenu de l’intérêt collectif de ce projet, il a reçu le soutien financier des conseils régionaux de Basse Normandie, Bretagne et Pays de la Loire, ainsi que de France Agrimer. Uniquement consacrée au contrôle des collatéraux à des fins d’évaluation et de recueil de références en 2015 et 2016, elle
s’est ouverte à l’expérimentation dès 2017 en participant au projet européen Feeda-Gene qui étudie l’aspect génétique de l’aptitude à digérer l’aliment dans le cadre du Programme de Recherche et Innovation H2020. L’étude Microfeed (financement ANR), qui cherche à déterminer le rôle du microbiote intestinal sur l’efficacité alimentaire et la robustesse des animaux est menée en parallèle sur les mêmes animaux (cf. Valorisation de nouvelles données d’efficacité alimentaire pour la sélection). L’ensemble des données collectées sont sauvegardées dans la base de données nationale génétique et sont accessibles aux équipes de recherche.

PDF icon Claire Hassenfratz, bilan 2017, éditions IFIP, mai 2018, p. 51, fiche n° 22
2018

Encadrement de la station de phénotypage du Rheu

Consulter le resumé

Claire Hassenfratz, Bilan 2018, éditions IFIP, avril 2019, p. 85

A l’initiative de France Génétique Porc, réunissant Axiom, Nucléus et l’IFIP, la station porcine de phénotypage a été bâtie en 2015. Sa gestion quotidienne a été confiée à l’INRA -Unité Expérimentale Porcs de Rennes dans le cadre d’un accord de partenariat public-privé. L’IFIP assure son encadrement technique. Cette installation de phénotypage s’inscrit dans un triple objectif complémentaire entre les acteurs de la sélection porcine française et la recherche :
1) disposer d’un maximum de mesures pertinentes pour les programmes d’amélioration génétique du futur ;
2) pouvoir développer des travaux de recherche appliquée de qualité adaptés aux enjeux de la filière porcine ;
3) assurer la mise en application de phénotypage et des résultats des travaux dans les programmes de sélection.
Les données recueillies dans cette station sont complémentaires à celles recueillies en élevages ou en stations privées sur la croissance, l’efficacité alimentaire, la carcasse et la qualité de viande.
La station est également le lieu privilégié pour tester de nouvelles mesures. Ses équipements permettent d’adapter finement la composition de l’aliment aux besoins des animaux par case et de mettre en place des comparaisons de régimes alimentaires. Ils permettent également de suivre la cinétique de croissance de chaque animal. Le tomographe à rayon X de l’IFIP peut être utilisé sur les porcs en cours de contrôle. La station constitue ainsi un outil de collecte de caractères d’intérêt pour l’ensemble de la filière.
PDF icon Claire Hassenfratz, Bilan 2018, éditions IFIP, avril 2019, p. 85
2019

Encadrement des stations publiques de contrôle des performances

Consulter le resumé

Fiche n° 50 : Progrès génétiques

Les stations publiques de contrôle de performances ont pour but d’obtenir des références publiques objectives sur les divers types génétiques tout en garantissant la fiabilité de la collecte des données et la qualité des protocoles mis en œuvre.

L’IFIP, en partenariat avec l’INRA, a été missionné par le Ministère charge de l’Agriculture pour assurer leur encadrement technique. Les 2 stations, celle d’Agesporc Génétique (Mauron, 56) et l’Unité Expérimentale Testage Porc INRA Le Rheu (35), constituent un outil de collecte de données dont les résultats concernent l’ensemble de la filière.

Les informations recueillies sont complémentaires au contrôle en ferme sur la croissance, l’efficacité alimentaire, la carcasse et la qualité de viande.

Les stations sont également le lieu privilégié pour tester de nouvelles mesures.

Les stations publiques sont ouvertes à tous les acteurs de la sélection porcine française.

En 2013, elles ont été utilisées pour 2 finalités :

Contrôle sur des collatéraux a des fins d’évaluation et de recueil de références ; la station de Mauron est dédiée en totalité a ce protocole ;

Projet de recherche UtOpIGe a l’UETP INRA Le Rheu. Il se déroule en 3 phases correspondant chacune à l’entrée en station d’un millier de porcelets mâles entiers obtenus selon 3 protocoles d’échantillonnage successifs soit 16 bandes de contrôle de 192 animaux sur un peu plus de 3 ans (2011-2014). Dans un premier temps, 2 populations de référence ont été constituées : en 2011, des animaux de populations sélectionnées de type Piétrain, puis en 2012 et début 2013, des hybrides issus de truies de type Large White croisées avec les mêmes verrats.

Ensuite en 2013, a été démarrée la constitution d’une population de validation composée d’animaux de type charcutier issus de croisements de truies commerciales (de type Large White x Landrace ou sino-européennes) et de verrats de type Piétrain apparentes a ceux des 2 premières phases.

L’objectif de ce projet est de pouvoir estimer à partir des 2 populations de références les valeurs génomiques des animaux ; la population de validation permettra alors de comparer les valeurs génomiques des verrats pères ainsi estimées aux performances phénotypiques obtenues par leurs descendants.

Des mesures complémentaires ont été ajoutées au protocole classique : notation des griffures et des aplombs, dosages de testostérone, d’androsténone et de scatole et scan complet d’une demi-carcasse.

PDF icon fiche_bilan2013_50.pdf
2014

Encadrement des stations publiques de contrôle des performances

Consulter le resumé

Fiche n° 059 : progrès génétiques

Les stations publiques de contrôle des performances ont pour but d’obtenir des références publiques objectives sur les divers types génétiques tout en garantissant la qualité des protocoles mis en oeuvre et la fiabilité de la collecte des données.
L’IFIP, en partenariat avec l’INRA, a été missionné par le Ministère chargé de l’Agriculture pour assurer leur encadrement technique.
Les 2 stations, celle d’Agesporc Génétique (Mauron- 56) et l’Unité Expérimentale Testage Porcs INRA Le Rheu (35), constituent un outil de collecte de données dont les résultats concernent l’ensemble de la filière.
Les informations recueillies sont complémentaires au contrôle en ferme sur la croissance, l’efficacité alimentaire, la carcasse et la qualité de viande. Les stations sont également le lieu privilégié pour tester de nouvelles mesures.
Les stations publiques sont ouvertes à tous les acteurs de la sélection porcine française.
En 2014, elles ont été utilisées pour 2 finalités :
- Contrôle sur des collatéraux à des fins d’évaluation et de recueil de références ; la station de Mauron est dédiée en totalité à ce protocole, ainsi qu’une partie de la station du Rheu ;
- la fin du projet de recherche UtOpIGe à l’UETP INRA Le Rheu. Il s’agissait de finaliser une population de validation composée d’animaux de type charcutier issus de croisements de truies commerciales (de type Large White x Landrace ou sino-européennes) et de verrats de type Piétrain apparentés à ceux des deux premières phases. Pour rappel, l’objectif de ce projet est de pouvoir estimer à partir des 2 populations de références, les valeurs génomiques des animaux ; la population de validation permettra alors de comparer les valeurs génomiques des verrats pères ainsi estimées aux performances phénotypiques obtenues par leurs descendants.
Des mesures complémentaires ont été ajoutées au protocole classique : notation des griffures et des aplombs, dosages chimiques (testostérone, androsténone et scatole) et scan complet d’une demi-carcasse.

PDF icon fiche_bilan2014_059.pdf
2015

Encadrement des stations publiques de contrôle des performances

Consulter le resumé

Les stations publiques de contrôle de performances ont pour mission d’obtenir des références publiques objectives sur les divers types génétiques tout en garantissant la fiabilité de la collecte des données et la qualité des protocoles mis en œuvre.

L’IFIP, en partenariat avec l’INRA, a été missionné par le Ministère de l’Agriculture pour assurer leur encadrement technique.

Les 2 stations constituent un outil de collecte de données d’études dont les résultats concernent l’ensemble de la filière.
PDF icon Encadrement des stations publiques de contrôle des performances
2011

Encadrement des stations publiques de contrôles de performances

Consulter le resumé

Les textes réglementaires du 08/11/1995 définissent le rôle des stations publiques de contrôles de performances :

1) garantir la fiabilité de la collecte des données et la qualité des protocoles mis en œuvre,

2) obtenir des références publiques objectives sur les Populations Animales Sélectionnées et sur les divers types génétiques.

L’IFIP, en partenariat avec l’INRA, a été missionné par le Ministère en charge de l’Agriculture pour assurer l’encadrement technique des stations de contrôle des performances.
PDF icon Encadrement des stations publiques de contrôles de performances
2010

Encadrement technique de la station de phénotypage du Rheu

Consulter le resumé

Claire Hassenfratz, Bilan 2016, éditions IFIP, mai 2017, p. 110

A l’initiative de FG Porc, réunissant Axiom, Nucléus et l’IFIP, une nouvelle station de phénotypage a été bâtie en 2015.

La gestion quotidienne de la station a été confiée à l’INRA dans le cadre d’un accord de partenariat public-privé.

Ce projet s’inscrit dans un triple objectif complémentaire entre les professionnels de la sélection et la recherche:

1) disposer d’un maximum de mesures pertinentes pour les programmes d’amélioration génétique du futur ;

2) pouvoir développer des travaux de recherche appliquée de qualité adaptés aux enjeux de la filière porcine ;

3) assurer la mise en application de phénotypage et des résultats des travaux dans les programmes de sélection.

L’IFIP, en partenariat avec l’INRA, est missionné par le Ministère l’Agriculture pour assurer son encadrement technique.

Les informations recueillies sont complémentaires à celles recueillies par les OSP en élevages ou en stations privées sur la croissance, l’efficacité alimentaire, la carcasse et la qualité de viande.

La station est également le lieu privilégié pour tester de nouvelles mesures.

C’est pourquoi elle est équipée d’une chaîne de distribution d’aliment multiphase permettant d’adapter finement la composition de l’aliment aux besoins des animaux par case d’une part et d’autre part de mettre en place des comparaisons de régimes alimentaires.

Les DAC sont équipés de plateaux de pesée afin de suivre les cinétiques de croissance.

Le tomographe à rayon X de l’IFIP pourra être utilisé sur les porcs en cours de contrôle.

La station constitue ainsi un outil de collecte de données à visées génétiques dont les résultats concernent l’ensemble de la filière.

Compte tenu de l’intérêt collectif de ce projet, il a reçu le soutien financier des conseils régionaux de Basse Normandie,

Bretagne et Pays de la Loire, ainsi que de FranceAgrimer.

Depuis son ouverture en juillet 2015, jusque fin 2016, elle a été dédiée uniquement au contrôle des collatéraux à des fins d’évaluation et de recueil de références.

A l’avenir elle sera également un support expérimental dans le cadre de programmes de recherche.

L’ensemble des données collectées sont sauvegardées dans la base de données nationale génétique et sont accessibles aux équipes de recherche.

PDF icon Claire Hassenfratz, Bilan 2016, mai 2017, p. 110
2017

Enjeux économiques : la production porcine au Danemark, mégafermes, environnement et compétitivité

Consulter le resumé

Avec 10 p. cent de la production porcine européenne, le Danemark est le 4e pays producteur de porcs de l'Union Européenne à 15.

Alors que plus de 90 p. cent de sa production est exportée, dont 25 p. cent hors de l'UE, il est particulièrement confronté à la concurrence internationale.

Cet article fait la synthèse d'une étude réalisée par l'IFIP en 2008/09* sur l'évolution des structures d'élevages dans ce pays, leur niveau de performances, de compétitivité, et sur les choix faits pour maîtriser l'impact environnemental.


2010

Enjeux et stratégies de la maîtrise du statut sanitaire des reproducteurs porcins et de la semence porcine en France

Consulter le resumé

FR

L’organisation génétique pyramidale nécessite une maîtrise sanitaire rigoureuse dans les centres de collecte de sperme (CIA) comme dans les élevages de sélection et de multiplication afin d’éviter la diffusion d’agents pathogènes. Malgré la diversité des opérateurs, les organismes de sélection porcine (OSP) et les CIA présents en France ont toujours su aborder de manière collective et concertée les enjeux sanitaires majeurs, en se regroupant au sein de l’Agence de la sélection porcine (ASP) ou de groupes techniques animés par l’Ifip.
Pour les maladies de catégorie I, la diffusion de reproducteurs et de semence est réglementée avec, pour certaines, des plans de surveillance sérologique. Par ailleurs, depuis les années 1990, l’Ifip, l’ASP, les OSP et les CIA se sont engagés dans une démarche volontaire de surveillance de pathogènes, en dehors du champ de la réglementation. Cette initiative a porté ses fruits, la France étant un des rares pays d'Europe dont l’ensemble des élevages de sélection et des CIA présente un statut SDRP négatif, et ce depuis 1997. L’aboutissement de ces actions a été la création, en 2014, d’une « démarche qualité sanitaire » (EQS) dans la filière génétique, regroupant l’ensemble des acteurs présents sur le territoire.
Cette synthèse aborde les enjeux de la maîtrise du statut sanitaire des reproducteurs et de la semence, les attentes en termes de statut sanitaire des reproducteurs, les maladies concernées, les moyens utilisés pour les contrôler et le fonctionnement du système de surveillance sanitaire français. Les mesures de biosécurité associées, les conditions de transport et d’accueil des reproducteurs dans les élevages de production sont également précisées.

ENG

The control of the health status of breeding pigs and boar semen in France: issues and strategies

The pyramid genetic organization requires rigorous sanitary control both in artificial insemination centers (AIC) and in selection and multiplication farms to avoid the spread of pathogens. In France, swine genetic and semen supply companies have always had a collective and concerted approach on the major health issues, being involved in technical groups led by Ifip and French Pig Breeding Agency (ASP).
Breeding pig and boar semen trading activities are regulated through a public policy for controlled contagious diseases, including in some cases serological monitoring plans. But further than the legal framework, Ifip, ASP, genetic companies and semen suppliers have been engaged since the 1990s in a voluntary approach of pathogen supervision. This initiative has been successful, as France is one of the few countries in Europe in which, since 1997, all pure breed farms and AIC have a PRRS negative status. The outcome of these actions was the creation, in 2014, of a health quality approach (EQS) for the genetics sector bringing together all the relevant actors in the country.
This overview deals with the issues of the health status control of breeding pigs and boar semen, the expectations on the health status of breeding pigs, the diseases concerned and the strategies implemented to control them and the French health monitoring scheme. The importance of linked biosecurity rules is also discussed, as are the transport and reception conditions of young gilts or boars in common production farms.

PDF icon Corrégé et al., 48es Journées de la Recherche Porcine (FRA), 2-3 février 2016, Paris, p. 295-306
2016

Espagne : croissance et restructuration

Consulter le resumé

Le porc espagnol est de plus en plus présent à l'extérieur, et notamment en France où il couvre 14% de nos importations, dont 70% sous forme de pièces. C'est le résultat d'une croissance continue de la production depuis plus de 30 ans, passée longtemps inaperçue du fait d'un développement similaire de la consommation.

Les événements sanitaires récents entraînent des modifications structurelles, dans le sens d'un accroissement du poids de l'intégration et de grands élevages.
PDF icon Espagne : croissance et restructuration
1998

Espagne : la production porcine en marche

Consulter le resumé

Avec 30 millions de porcs produits en 1997, l’Espagne se positionne au deuxième rang dans l’Union européenne.

Elle poursuit à marche forcée une croissance entamée en 1986, au moment de son adhésion à la CEE. Face à une consommation qui arrive à saturation, ce développement vise de plus en plus les marchés extérieurs.
PDF icon Espagne : la production porcine en marche
1998

Espagne : marché intérieur en panne

Consulter le resumé

L’Espagne est fortement touchée par la crise économique et financière. Son économie continue de décroître, avec un accroissement prévu du déficit budgétaire à 10% du PIB et une remontée du chômage à plus de 20% de la population active. Dans ce contexte, la consommation carnée a diminué, et le maintien des parts de marché passe par de fortes concessions sur les prix. La production porcine accuse en plus, depuis deux ans, les effets de la crise sur les matières premières, avec de fortes modifications structurelles en perspective.
PDF icon Espagne : marché intérieur en panne
2009

Espagne : une filière porcine intégrée et organisée par des entreprises privées

Consulter le resumé

Bérengère Lécuyer et Boris Duflot, Tech Porc (FRA), 2016, n° 31, septembre-octobre, p. 13-14

Près de 70 % de la production porcine espagnole sont contrôlés par des firmes intégratrices. En amont comme en aval de la filière, différents modèles d’entreprises coexistent. Les liens verticaux entre maillons de la filière sont relativement forts.

PDF icon Bérengère Lécuyer et Boris Duflot, Tech Porc (FRA), 2016, n° 31, septembre-octobre, p. 13-14
2016

Espagne, le porc en pause

Consulter le resumé

Vingt ans après l'entrée de l'Espagne dans l'Union européenne, sa production porcine a doublé, accompagnant une formidable évolution de l’économie du pays et de la société. Toutefois, des changements sont apparus sur la période récente, qui se traduisent par une stagnation des volumes produits, un plafonnement de la consommation et un renchérissement des coûts.
PDF icon Espagne, le porc en pause
2007

Essor et mutation de la production porcine dans le bassin nord-européen : émergence d'un modèle d'élevage transfrontalier inédit

Consulter le resumé

L’Allemagne, les Pays-Bas et le Danemark deviennent un bassin de production unique avec spécialisation géographique des activités et des flux transfrontaliers importants d’animaux.
2011

Essor et mutation de la production porcine dans le bassin nord-européen : émergence d'un modèle d'élevage transfrontalier inédit

Consulter le resumé

L’Allemagne, les Pays-Bas et le Danemark deviennent un bassin de production unique avec spécialisation géographique des activités et flux transfrontaliers importants d’animaux. Premier marché de consommation de porc de l’UE, l’Allemagne a une position géographique qui facilite les échanges. Sa politique de modération salariale a rendu son industrie très compétitive lui permettant de s’imposer à l’export. Plus rentable, l’engraissement s’est développé au détriment du naissage.
PDF icon Essor et mutation de la production porcine dans le bassin nord-européen : émergence d'un modèle d'élevage transfrontalier inédit
2011

Estimación de la varianza aditiva y dominante en caracteres de cerdo medidos en población pura y cruzada usando G-GIBBS

Consulter le resumé

L. Tusell et al., XVII Jornadas sobre producción animal, AIDA-ITEA, Zaragoza, Espagne, 30-31 mai 2017, p. 450-452

La expresión fenotípica de ciertos caracteres de interés en producción puede estar influenciada por efectos genéticos no aditivos tales como la dominancia, responsable, en parte, de la heterosis existente dentro de línea y en cruzamiento. Incluir la dominancia en las evaluaciones genómicas de estos caracteres podría conllevar a un aumento en la precisión de la estima de los valores de cría a la vez que dar una idea del interés en utilizar informaciones de individuos cruzados para evaluar las líneas puras por su aptitud al cruzamiento. Este estudio tiene por objetivo estimar las contribuciones genéticas aditivas y de dominancia a la varianza fenotípica total de diversos caracteres de crecimiento y eficiencia alimentaria, composición de la canal, calidad de carne, comportamiento e indicadores de olor y madurez sexual medidos en cerdo de raza pura y en cruce.

ENG

Genomic estimation of dominance genetic variance in purebred and  crossbred pig performances

This study aims at assessing the contribution of the additive and dominance genomic variances to the phenotype expression of several purebred Piétrain and crossbred (Piétrain x Large White) pig performances. A total of 636 purebred and 720 crossbred male piglets were phenotyped for 22 traits that can be classified into growth rate and feed efficiency, carcass composition, meat quality, behavior, boar taint and puberty groups of traits. Additive and dominance variances estimated in univariate genotypic models including additive and dominance genotypic effects allowed us to retrieve the additive and dominance SNP variances. These ones were used, together with the allelic frequencies of the parental populations, to obtain additive and dominance variances in terms of genetic breeding values and dominance deviations. Some traits showed relevant amount of dominance genetic  variance in both populations (i.e. backfat thickness, pH) or increased amount in crossbreds (i.e. ham cut, loin and dressing yield) suggesting that accounting for dominance in the models of these traits could lead to an increased GEBV accuracy and that using crossbred information can be beneficial to evaluate purebred candidates to selection for crossbred performance.

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2017

Estimation dans des populations porcines françaises de l'effet du génotype MC4R sur les performances de quelques caractères de croissance, de composition de la carcasse et de qualité de la viande

Consulter le resumé

Cette étude a pour objet de vérifier l’existence d’une association entre le polymorphisme du gène MC4R et les performances de quelques caractères de croissance, de composition de la carcasse et de qualité de la viande dans un échantillon de populations porcines françaises. Les résultats mettent en évidence une association entre le génotype MC4R et la quantité de tissus gras, et donc la teneur en viande maigre de la carcasse. Une relation peu significative a également été observée entre le génotype MC4R et la vitesse de croissance des animaux.
PDF icon Estimation dans des populations porcines françaises de l'effet du génotype MC4R sur les performances de quelques caractères de croissance, de composition de la carcasse et de qualité de la viande
2005

Estimation de l'effet de polymorphismes dans le gène RN sur la qualité de la viande

Consulter le resumé

Poster.

La mutation RN‐ (R200Q) du gène RN (PRKAG3) est connue pour ses effets majeurs sur la qualité de la viande : augmentation du potentiel glycolytique, abaissement du pH ultime de la viande, associés à une baisse de rendement technologique (Milan et al., 2000). D’autres polymorphismes du gène RN sont connus, parmi lesquels ceux décrits par Ciobanu et al. (2001), dont les effets sont plus faibles que RN‐.

L’objectif de cette étude est d’estimer, dans des populations françaises, l’effet d’haplotypes du gène RN, définis avec ces autres polymorphismes, sur la qualité de la viande.

PDF icon Poster de Marie José Mercat et al.
2014

Estimation des effets de six QTL affectant les caractères de production dans des populations porcines commerciales françaises : premiers résultats du projet BIOMARK

Consulter le resumé

Poster. The effects of six QTL regions located on pig chromosomes 1 (two regions), 2, 4, 6 and 7 on 30 growth, carcass composition and meat quality traits were investigated in a set of 16 large (50 to 150 offspring) sire families issued from different French commercial populations. Sires and their progeny were genotyped for 2 or 3 microsatellite markers per QTL region (16 markers in total).
PDF icon Estimation des effets de six QTL affectant les caractères de production dans des populations porcines commerciales françaises : premiers résultats du projet BIOMARK
2008

Pages