La base documentaire de l'IFIP

La base documentaire de l'IFIP : des centaines de documents à télécharger ou bien à commander.

Résultats 181 à 200 de 1704 résultats
Rechercher une documentation
Publicationtrier par ordre décroissant Année

Biosécurité, maîtrise sanitaire, conception et conduite d'élevage : quel impact sur les performances technico-économiques ?

Consulter le resumé

L’étude analyse dans 166 élevages naisseurs-engraisseurs les relations entre les performances technico-économiques et les pratiques en termes de biosécurité, de conception et de conduite. Des questionnaires ont permis de collecter les pratiques d’élevage.
PDF icon tp1correge11a.pdf
2011

Biosécurité, maîtrise, conception et conduite d'élevage : impact sur les performances technico-économiques

Consulter le resumé

L’étude repose sur l’analyse des relations entre des caractéristiques d’élevage en termes de biosécurité, de maîtrise sanitaire, de conception ou de conduite d’élevage et les performances technico‐économiques associées dans 166 élevages naisseurs-engraisseurs.
PDF icon Biosécurité, maîtrise, conception et conduite d'élevage : impact sur les performances technico-économiques
2011

Bonnes pratiques d'hygiène : un guide pour progresser et prouver

Consulter le resumé

Guide de Bonnes Pratiques d'Hygiène en élevage de porcs



Maîtriser est indispensable à de bonnes performances techniques. C'est également une obligation réglementaire pour protéger la santé du consommateur. L'application du Guide de Bonnes Pratiques d'Hygiène et un moyen pour maîtriser et prouver la sécurité sanitaire de la viande produite.
2010

Bonnes pratiques pour le transport des animaux vivants : guide de 17 fiches techniques porcin, bovin, ovin, équin

Consulter le resumé

Checklist du conducteur pour le Transport d’Animaux Vivants : Êtes-vous bien préparé ? En tant que chauffeur professionnel, appliquer la Législation actuelle sur le transport vous aidera à atteindre des niveaux élevés de bien-être pour vos animaux. (BP issues d’une approche d’harmonisation européenne des meilleures pratiques www.animaltransportguides.eu)
 

PDF icon guide de bonnes pratiques au transport des porcs, bovins, ovins, équins
2017

Braviporc - Retardateurs de flammes bromés dans produits avicoles et porcins : état des lieux, modalités de transfert et facteurs de risques

Consulter le resumé

Travel et al., Innovations Agronomiques (FRA), 2018, volume 63, janvier, p. 115-137

Les retardateurs de flamme bromés (RFB) sont des additifs destinés à limiter l’inflammabilité de certains matériaux, notamment les polystyrènes (PS). Parmi eux, les polybromodiphényléthers (PBDE) et l’hexabromocyclododécane (HBCD) peuvent s’accumuler dans les tissus animaux. Leur concentration dans les denrées alimentaires d’origine animale (DAOA) est généralement faible, mais elle atteint de l’ordre 100 à 1000 fois la médiane dans certains rares échantillons d’oeuf et de viande de volaille ou de porc. Des prélèvements et des enquêtes de terrain menées dans le cadre du projet BrAviPorc (CASDAR, n°1256) ont permis (1) de confirmer la faible concentration de PBDE et d’HBCD dans les produits avicoles et porcins français, (2) d’établir que les isolants contenant des PS sont des sources d’HBCD en élevage qui, accidentellement ingérés par les animaux, conduisent à des DAOA très contaminées. Pour les trois productions, des expérimentations in vivo montrent que l’α-HBCD s’accumule préférentiellement dans les tissus les plus riches en lipides neutres. Ainsi, la cuisse de poulet est 10 fois plus concentrée en α-HBCD que le filet. Pour la première fois, un modèle mathématique, commun aux trois productions et prenant en compte leurs dynamiques lipidiques respectives, a été calibré. Il pourra être adapté à d’autres polluants lipophiles et apolaires.

https://www6.inra.fr/ciag/content/download/6331/46505/file/Vol63-8-Travel.pdf

Brominated flame retardants in poultry and pig products: current situation, modalities of transfer and risk factors

Brominated flame retardants (BFRs) are synthetic substances primarily used as additive in insulating materials, including polystyrenes (PS). Among them, polybrominated diphenyl ethers (PBDEs) and hexabromocyclododecane (HBCD) can accumulate in animal tissues. Overall, their concentrations in animal-derived foodstuffs are low, but some rare samples of eggs, poultry meat and pork display concentrations exceeding 100 to 1000 times the median value. Sampling and field surveys carried out within the BrAviPorc project (CASDAR, n° 1256) allowed i) to confirm the low concentration of PBDE and HBCD in French poultry and pork products, ii) to establish that insulating foams containing PS may be sources of HBCD in livestock buildings, which lead to highly contaminated DAOAs if animals accidentally ingest them. In vivo experiments carried out with laying hens, broilers and growing pigs showed that α-HBCD accumulates preferentially in the tissues richest in neutral lipids. Thus, chicken leg is 10 times more concentrated in α-HBCD than breast. For the first time, a mathematical model, common to the three animal models and taking into account their respective lipid dynamics, was calibrated. It can be adapted to other lipophilic and nonpolar pollutants.

https://www6.inra.fr/ciag/content/download/6331/46505/file/Vol63-8-Travel.pdf

2018

Brésil : l'exportation explose

Consulter le resumé

Peuplé de 176 millions d'habitants et grand comme 15 fois la France, le Brésil est un géant. Il l'est aussi par l'importance de ses productions animales : second mondial pour son cheptel bovin et ses volailles, quatrième en porc, derrière la Chine, l'UE et les Etats-Unis.

En 1995, son faible niveau de consommation carnée et la croissance de sa population pouvaient faire penser que le développement de ses productions animales serait naturellement consacré à la satisfaction de ses besoins intérieurs. Mais la crise économique des dernières années a modifié la donne.
PDF icon Brésil : l'exportation explose
2003

Brésil : Quelles exportations demain ?

Consulter le resumé

Au début des années 2000, la progression de la production et des exportations brésiliennes de porc annonçait des potentialités de développement spectaculaires.

PDF icon bp2012n422.pdf
2012

Brésil : une filière porcine qui s'essouffle

Consulter le resumé

La filière porcine brésilienne est l'une des plus compétitives du monde, mais a souffert des difficultés sanitaires du pays pour développer ses exportations. A l'heure où les marchés chinois et japonais s'ouvrent au porc brésilien, d'autres facteurs pourraient à terme contraindre l'accroissement de la production et des exports.

PDF icon techporc_duflot_n8_2012.pdf
2012

Campylobacter coli pulsed field gel electrophoresis genotypic diversity in pork food chain

Consulter le resumé

2007

Campylobacter et viande de porc : respecter les règles d'hygiène et maîtriser la chaîne du froid

Consulter le resumé

Le genre Campylobacter est un germe très présent au niveau de l'intestin des porcs. Ce germe est fortement retrouvé dans les prélèvements de fèces, en élevage ou à l'abattoir. Les carcasses, la viande et les produits transformés sont peu contaminés, notamment en raison de la fragilité des Campylobacter à la dessication, au froid et à la cuisson. Cependant, le pouvoir pathogène de Campylobacter peut s'exprimer par l'absorption d'une dose infectieuse faible, ce qui justifie l'importance des mesures préventives mises en oeuvre au cours de l'abattage.
PDF icon Campylobacter et viande de porc : respecter les règles d'hygiène et maîtriser la chaîne du froid
2000

Campylobacter hazard in the pork food chain : a quantitative and qualitative approach

Consulter le resumé

Campylobacteriosis is the most frequently reported zoonotic disease in humans in EU with 175,561 reported confirmed cases in 2006. Pigs are known to be largely contaminated by Campylobacter in farms, but few data exist about the status of the pork food chain.
PDF icon Campylobacter hazard in the pork food chain : a quantitative and qualitative approach
2008

Campylobacter in the Pork Food Chain : a quantitative hazard analysis

Consulter le resumé

2007

Campylobacter quantitative risk analysis in fattening pig slaughterhouse

Consulter le resumé

2005

Canada : produire pour exporter

Consulter le resumé

Le Canada est au carrefour de tous les marchés : au sud, les Etats-Unis, client principal, de longue date ; à l'est, l'Europe, par l'Atlantique ; à l'ouest, les marchés émergents d'Asie, par le Pacifique. Avec en plus les céréales et ses vastes étendues.

PDF icon Canada : produire pour exporter
1998

Canada : vers les 30 millions de porcs

Consulter le resumé

La production canadienne poursuit sa croissance. La forte volonté de développement s'appuie sur des atouts certains. L'objectif est aujourd'hui d'accroître la valeur ajoutée, en confortant l'abattage, pour profiter des opportunités des marchés mondiaux. La question de l'environnement est posée, avec un impact variable selon les provinces.

PDF icon bp2002n310.pdf
2002

Canada organisé pour exporter

Consulter le resumé

Avec une production porcine comparable à celle de la France, le Canada vise explicitement l'exportation : 6 porcs sur 10 sont vendus à l’extérieur. Producteur de céréales, de pois et de colza, son bas coût alimentaire le situe en bonne place dans la compétition internationale.

A l'aval, l’organisation de la commercialisation permet à ses entreprises d'aller chercher la valeur ajoutée. Un exemple, qu'une étude récente de l’ITP analyse en détail.
PDF icon Canada organisé pour exporter
2005

Caractérisation de la résistance thermique du virus de l’hépatite E

Consulter le resumé

Poster. Le virus de l’hépatite E (VHE) est un petit virus non enveloppé à ARN simple brin de polarité positive. Classé dans la famille des Hepeviridae, il est le seul représentant du genre Hepevirus. Le VHE est responsable chez l’homme, de larges épidémies d’hépatites aiguës à transmission entérique dans les régions où il est endémique et de cas sporadiques en régions non endémiques. L’homme n’est pas le seul hôte naturel de ce virus et sa présence chez de nombreuses espèces animales laisse supposer qu’il s’agit d’un agent zoonotique. Le porc est le principal réservoir animal du VHE.

PDF icon Caractérisation de la résistance thermique du virus de l’hépatite E
2011

Caractérisation de Listeria monocytogenes par sérotypage moléculaire

Consulter le resumé

La filière porcine a besoin d’une base de données de souches bactériennes pathogènes finement caractérisées, en particulier pour Listeria monocytogenes et Salmonella enterica. Pour ces deux pathogènes, l’Ifip possède déjà une collection de souches issues de la filière.

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2009

Caractérisation de l’accumulation dans la viande de porc d’un contaminant chimique

Consulter le resumé

Eric Royer, Bilan 2016, éditions IFIP, mai 2017, p. 50

La présence dans les produits animaux de polluants organiques persistants (POP) tels que les dioxines ou les PCB, représente un risque pour le consommateur.

Certaines familles constituent des problématiques émergentes.

C’est le cas des retardateurs de flamme bromés tels que HBCD, PBDE, PBB ou TBBPA, largement utilisés pour ignifuger les textiles et matériaux et désormais reconnus comme des perturbateurs endocriniens.

Ces retardateurs de flamme ont en outre des propriétés physico-chimiques qui les rendent lipophiles et bioaccumulables.

Or, certains matériaux à base de polystyrène et contenant jusqu’à 3,8 % d’HBCD, ont été identifiés dans les bâtiments d’élevage comme des sources possibles d’exposition des animaux.

Bien que sa concentration ne soit pas réglementée, l’HBCD est souvent détecté dans les produits animaux (viandes, œufs, lait) à des doses généralement inférieures à 1 ng/g de lipides, sans risque pour la santé humaine, mais les plans de surveillance relèvent une variabilité importante.

Aussi, ces produits apparaissent comme une source majeure de l’exposition des consommateurs (EFSA, 2011).

En prenant comme modèle la molécule HBCD, le projet vise à mieux comprendre et mesurer le transfert des POP dans les viandes afin de prévenir la contamination dans les élevages porcins.

PDF icon Eric Royer, Bilan 2016, mai 2017, p. 50
2017

Caractérisation des défauts technologiques des viandes blanches et recherche de voies d’amélioration par la génétique et l’alimentation

Consulter le resumé

Antoine Vautier, bilan 2018, éditions IFIP, avril 2019, p. 54-55

La viande de jambon de porc à l’état frais présente, à une fréquence de 10% à 15%, un défaut de qualité dénommé « défaut déstructuré ». Lors de sa transformation en jambon cuit supérieur, le défaut se traduit par des rendements de cuisson et de tranchage dégradés mais aussi une texture dite « pommade » sur les produits remis au consommateur.
Chez le porc, les génétiques nouvelles très conformées et très maigres peuvent, dans certaines conditions, accroître les défauts de structure.
Chez le poulet, il existe une forte composante génétique des caractéristiques technologiques et des différences marquées entre génotypes. Quelle que soit l’espèce considérée, les mécanismes et les gènes à l’origine des défauts de structure ou technologiques restent en grande partie inconnus (à l’exception des gènes RN et HAL pour le porc).
Dans un contexte de limitation des apports en sels aggravant les défauts technologiques, l’amélioration de la qualité initiale des viandes devient primordiale.
Ce projet vise à mobiliser les nouvelles avancées technologiques en termes analytiques (protéomique, métabolomique, microscopie biphotonique de seconde harmonique…) et génomique (RNAseq, puces SNP, …) pour identifier l’origine biochimique du défaut de déstructuration. Sa bonne connaissance et les techniques d’analyse développées chez le porc bénéficieront aux études chez le poulet grâce à l’approche comparée entre espèces.
Les facilités expérimentales et les lignées divergentes pour la qualité technologique de la viande chez le poulet permettront de mieux comprendre le déterminisme des défauts (gènes et mécanismes physiologiques) et de proposer, après validation dans les deux espèces, des stratégies de sélection, d’élevage et l’alimentation.
PDF icon Antoine Vautier, bilan 2018, éditions IFIP, avril 2019, p. 54-55
2019

Pages