La base documentaire de l'IFIP

La base documentaire de l'IFIP : des centaines de documents à télécharger ou bien à commander.

Résultats 381 à 400 de 1803 résultats
Rechercher une documentation
Publicationtrier par ordre décroissant Année

Coût de revient 2011 : les producteurs européens face à de forts compétiteurs

Consulter le resumé

En 2011, les coûts de revient du porc sont relativement homogènes entre les principaux pays producteurs européens. La France se maintient parmi les leaders en Europe. Néanmoins, les pays d’Amérique du Nord et le Brésil tirent leur épingle du jeu grâce à de faibles prix des moyens de production.

PDF icon techporc_duflot_n9_2013.pdf
2013

Coût des contraintes réglementaires pour la production porcine française

Consulter le resumé

La production et la filière porcines françaises sont soumises à un nombre croissant de contraintes réglementaires, pour la plupart d’origine communautaire ou qui constituent la mise en œuvre en France de démarches imposées via le marché pour rassurer le consommateur. L’application de ces mesures entraîne des surcoûts à différents niveaux de la filière. Certains sont pris en charge par la collectivité, les autres par les entreprises concernées.

PDF icon bp2004n326.pdf
2004

Coûts à l’aval de la filière porcine : Situations diverses et nouvelles relations commerciales

Consulter le resumé

À l’aval de la filière porcine française, les différents secteurs présentent une importante diversité des coûts, selon les produits et leur niveau de transformation. La main-d’œuvre représente une part importante des charges notamment pour l’élaboration des pièces et la préparation des produits finis. 

PDF icon fichiers_2013bpn429.pdf
2013

Créer de la valeur en porc : l'Ifip planchera le 8 décembre

Consulter le resumé

2015

Crise du porc : pour quand la fin ?

Consulter le resumé

1999

Crise porcine : atypique et violente

Consulter le resumé

Une crise violente et atypique frappe la production porcine européenne.

Quelles perspectives et quels enseignements peut-on tirer à l'aube de 2008 ?
2008

Crise sanitaire de FPA en Chine : porc et protéines : équilibres de marchés bouleversés

Consulter le resumé

Jan-Peter Van Ferneij, Porc Mag (FRA), 2020, n° 549, février, p. 44-45

Fin 2019, Abcis* a conduit avec d'autres experts du marché chinois, une étude sur l'iimpact de l'épidémie de fièvre porcine africaine, qui sévit en Chine et en Asie du Sud-Ouest, sur des marchés mondiaux des protéines. Cette analyse de la filière porcine chinoise propose des scénarios d'évolution de la filière chinoise et des marchés internationaux du porc et des protéines.

 

*Abcis est une société de services créee par l'Ifip, l'Idele et l'Itavi.

2020

Crises du porc : le prix du libéralisme

Consulter le resumé

1998

Critères opérationnels de qualité de viande : relations avec les pertes en exsudat

Consulter le resumé

L'industrie de la viande fraîche cherche à prédire la capacité de rétention d'eau de la viande afin de diminuer les pertes en exsudats. Il est important de choisir un bon prédicteur de ces pertes. L'objectif de cette étude est de comparer la prédiction de la perte en exsudat à partir de critères de qualité mesurés après l'abattage. Les critères de qualité tels le pH, la conductivité ou la valeur L sont plus fortement corrélés aux pertes en exsudat à 5h et 24h après l'abattage.

PDF icon Critères opérationnels de qualité de viande : relations avec les pertes en exsudat
2008

Croissance de la production et restructuration de la filière porcine en Allemagne : enjeux et perspectives ?

Consulter le resumé

Premier pays producteur de porc, avec un cinquième de la production de l’UE à 25, et premier pays de consommation, l’Allemagne est un acteur majeur de l’échiquier porcin européen. Sa position au coeur de l’UE élargie renforce sa situation de carrefour d’échanges très actif. En 2005, elle importe plus du tiers de sa production et en exporte plus du quart.

Ce dynamisme à l’export et la consommation intérieure tirent la production vers le haut.
PDF icon Croissance de la production et restructuration de la filière porcine en Allemagne : enjeux et perspectives ?
2007

Croissance de la production porcine aux Pays-Bas : enjeux réglementaires et débat de société

Consulter le resumé

La production porcine des Pays-Bas négocie pied à pied son chemin entre contraintes réglementaires fortes, en particulier à propos de la qualité de l'eau, et pressions sociétales insistantes en direction du bien-être animal et du modèle d'élevage
2011

CT calibration as against dissection

Consulter le resumé

PDF icon CT calibration as against dissection
2009

Cycle du porc toujours actif

Consulter le resumé

Le marché du porc sort d'une crise longue et profonde, parmi les plus dures qu'il ait vécu.

Après les premières détériorations de prix à l'automne 1997, durant deux ans, pratiquement sans interruption.

Modernisés et spécialisés, les élevages ont des marges de manoeuvre de plus en plus réduites pour réagir aux fluctuations des cours. Le mécanisme de la formation du prix du porc reste le même. Conséquence d'une organisation libérale, le cycle du porc est toujours de mise.

PDF icon bp2000n284.pdf
2000

DABESBIO : impact de la désinfection en abattoirs sur la sensibilité des bactéries aux biocides et aux antibiotiques

Consulter le resumé

Fiche n° 79 : Contribution aux politiques publiques

Dans le cadre des mesures de contrôle et de prévention des agents biologiques le long de la chaîne alimentaire, l’utilisation de biocides est primordiale.
Ils sont généralement efficaces lorsqu’ils sont utilisés dans les conditions recommandées par le fournisseur. Cependant, dans certaines situations, les bactéries sont exposées sur le terrain à des concentrations résiduelles ou sublétales de biocides qui peuvent être responsables de la sélection et/ou de l’émergence de bactéries résistantes à des antibiotiques.
Le projet DABESBIO piloté par l’ANSES Fougères et dont l’IFIP est partenaire, vise à évaluer l’impact de traitements biocides sur la modification de sensibilité aux antibiotiques de divers espèces bactériennes d’intérêt pour la filière porcine.
Au final, cette étude permettra de mieux évaluer le risque d’émergence et de persistance de bactéries résistantes. Elle contribuera par ailleurs à l’optimisation des procédures de nettoyage et désinfection en abattoirs de porcs.

PDF icon fiche_bilan2013_79.pdf
2014

Danemark : les élevages de porcs en mutation

Consulter le resumé

Avec 26 millions de porcs produits en 2006, le Danemark est le troisième pays producteur de porcs de l’Union européenne, à égalité avec la France derrière l’Allemagne (44 millions) et l’Espagne (39 millions). En dix ans, sa production porcine a augmenté de 28% et plus de la moitié de ses exploitations ont disparu. Seules les entreprises de plus de 500 truies voient leur nombre augmenter.
PDF icon Danemark : les élevages de porcs en mutation
2007

Dangers chimiques et physiques : prise en compte dans le système HACCP et les bonnes pratiques d’hygiène

Consulter le resumé

L’objectif de cette étude est de réaliser pour la filière une analyse exhaustive des risques associés à la présence de résidus d’origine chimique ou physique. Ceci devrait permettre de fournir aux industriels des éléments objectifs de l'appréciation du risque, et le cas échéant des recommandations, critères et de moyens de surveillance, pour que les dangers physiques et chimiques, soient correctement pris en compte.
Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2007

De 2000 à 2005, comment ont évolué les exploitations porcines françaises

Consulter le resumé

La diversité des exploitations porcines françaises est illustrée au travers d’une typologie identifiant 4 systèmes d’exploitations principaux où le porc est associé aux grandes cultures ou aux bovins.

Elaborée à partir de données du RA 2000, cette typologie est actualisée grâce aux données plus récentes de l’enquêtes sur la structure des exploitations de 2005.

Cette mise à jour souligne la diminution du nombre d’exploitations dans les différents systèmes alors que le cheptel s’y maintient.
PDF icon De 2000 à 2005, comment ont évolué les exploitations porcines françaises
2007

De la graine de lin dans les aliments pour porcs charcutiers

Consulter le resumé

Fiche n° 076 : facteurs de productivité des élevages 

La graine de lin extrudée est une matière première utilisée dans l’aliment pour porc charcutier dans l’objectif d’enrichir les produits en acides gras oméga 3. Il est alors recommandé d’incorporer des antioxydants dans l’aliment pour prévenir la péroxydation de ces acides gras.
Ce sujet a fait l’objet d’une étude avec différents antioxydants, dont les résultats ont été présentés dans le compte-rendu 2014 de l’Ifip.
La présente fiche apporte des résultats sur les performances zootechniques obtenues sans ou avec de la graine de lin extrudée dans l’aliment, et incorporation d’antioxydants réalisée en routine lors de l’étude : 24 ppm de vitamine E et 0.3 ppm de sélénium sous forme minérale.
La graine de lin extrudée est apportée en mélange (70%) avec du son de blé (30%), à hauteur de 3% de ce mélange dans l’aliment fini.
Les caractéristiques nutritionnelles de ce mélange sont établies à partir des données disponibles sous Evapig (www.evapig.com).
La formulation des aliments est réalisée ensuite sur la base d’une même teneur en énergie nette (9,50 MJ/kg), et d’une même teneur en acides aminés digestibles pour les aliments avec ou sans graine de lin extrudée (Tableau 1).

Dans la station du GIE Grand Sud, à Villefranche de Rouergue, 40 porcs, logés à 5 par case, et alimentés de façon libérale avec de la farine humidifiée à l’auge ont été étudiés.

PDF icon fiche_bilan2014_076.pdf
2015

De la source de contamination au produit : méthodes pour quantifier le transfert

Consulter le resumé

visuel de Catherine Jondreville et al. aux 6èmes Rencontres du RMT Quasaprove « Recherche appliquée, Formation & Transfert», Paris, le 8 mars 2016.

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2016

De nouveaux capteurs pour maîtriser la qualité des viandes de porc

Consulter le resumé

visuel d'intervention.

Les abattoirs font le lien technologique et économique entre les attentes des marchés et la production de l’élevage. Les technologies nouvelles apparaissent dans l’industrie de la viande et sont expérimentées dans plusieurs directions. La tomographie X détermine la composition d’une carcasse dans ses trois tissus principaux, le maigre le gras et l’os. Elle est déjà utilisée pour réaliser des dissections virtuelles afin de calibrer les appareils de classement. Cette technologie RX est expérimentée en ligne sur des chaines de désossage et sert à programmer les robots de désossage selon la conformation individuelle des pièces. Des caméras en lumière visible installées dans les abattoirs pour classer les carcasses selon des épaisseurs de maigre et de gras permettent la répartition des plus-values aux éleveurs. Les spectres NIRS de réflexion ou de réfraction sont utilisés pour mesurer la composition de mêlées en gras et en maigre. Leur utilisation est en cours de validation en substitution du pH pour prédire au stade abattoir la qualité technologique des jambons. L’analyse hyperspectrale (incluant les ondes visibles et infra rouge) devient possible grâce aux vitesses des calculateurs aujourd’hui disponibles. Elle devrait renforcer la précision de l’analyse NIRS et améliorer la qualité de caractérisation des viandes porcines.

PDF icon nassy2014jmstv.pdf
2014

Pages