La base documentaire de l'IFIP

La base documentaire de l'IFIP : des centaines de documents à télécharger ou bien à commander.

Résultats 1 à 5 de 5 résultats
Rechercher une documentation
Publication Annéetrier par ordre croissant

Evaluation de la séroprévalence vis-à-vis du virus de la Diarrhée Epidémique Porcine (DEP) dans les élevages de sélection et de multiplication en France en 2018

Consulter le resumé

Isabelle Corrégé et al., 52e Journées de la Recherche Porcine (FRA), 4 et 5 février 2020, Paris, p. 277-278, poster

Poster.

La Diarrhée Epidémique Porcine (DEP) est classée en fonction de sa virulence en deux types de souches, les premières hautement virulentes, dites « non InDel », et les secondes moyennement virulentes, dites « InDel ». La DEP hautement virulente est apparue fin 2010 en Chine puis a gagné les EtatsUnis, le Canada et l’Amérique du sud en 2013. Des cas de DEP moyennement virulente ont été décrits dans plusieurs pays de l’Union Européenne depuis 2014. En France, quatre cas de DEP moyennement virulente ont été déclarés en 2014 et 2017 (Rose, 2018). La France est le seul pays Européen où la DEP est réglementée et soumise à déclaration. L’Arrêté Ministériel du 4 mai 2017 la classe en danger sanitaire de première catégorie (souches non InDel) ou deuxième catégorie (souches InDel) et rend obligatoire la déclaration de tout cas de DEP. En 2018, l’enquête sérologique en élevages de production réalisée par l’Association Nationale Sanitaire Porcine (ANSP) a montré que la prévalence de la DEP en France était inférieure à 0,6 % (Corrégé et al., 2018). L’objectif de cette étude est d’estimer la séroprévalence vis-à-vis du virus de la DEP dans les élevages de sélection et de multiplication en France.

ENG

Evaluation of seroprevalence against PEDV in selection and multiplication pig farms in France in 2018

Poster.

Four cases of porcine epidemic diarrhea (PED) were detected in France from 2014-2017 caused by moderate pathogenic “S-InDel” PEDV strains. A national serological survey shows that the PED virus (PEDV) prevalence in France in 2018 in pig production farms is less than 0.6%. The objective of this study was to estimate the serological prevalence of the PEDV in selection and multiplication farms in France. Blood samples (10 samples/farm) were collected from 212 selection and multiplication farms. Each serum was analyzed with the ELISA IDScreen® PEDV spike competition (PEDV Elisa). Overall, 0.56 % of the sera analyzed with PEDV Elisa (n=2 177) tested positive. This rate is similar to the false-positive rate related to the specificity of the test (99.4%). Also, 3.7% of the farms had one serum positive with PEDV Elisa. In each herd, no PED typical clinical signs were reported at the time of sampling. The nature of the results, knowledge of the disease (high contagiousness) and the absence of PED cases in selection and multiplication farms in France allows for the conclusion that the positive results are false positives inherent to the analysis methods and to the extremely low prevalence of PEDV in France. 

2020

Grâce aux outils connectés, vers un phénotypage fin des porcelets en élevage de sélection

Consulter le resumé

Pauline Brenaut, Tech Porc (FRA), 2017, n° 37, septembre-octobre, p. 44-45

Ce n’est un secret pour personne, le poids des animaux est une donnée essentielle pour un éleveur de porc. Pourtant, en maternité, cette mesure à l’échelle de l’animal reste difficile à obtenir en routine. Les organismes de sélection porcine français, l’Ifip et Asserva ont donc développé un automate de pesée individuelle des porcelets sous la mère. En attendant de voir les opportunités qu’offre cette nouvelle technique, voici un aperçu de ses fonctionnalités.

PDF icon Pauline Brenaut, Tech Porc (FRA), 2017, n° 37, septembre-octobre, p. 44-45
2017

Quelles génétiques dans les élevages porcins français ?

Consulter le resumé

Claire Hassenfratz, Tech Porc (FRA), 2017, n° 36, juillet-août, p. 36-37

Les tendances dans le choix des reproducteurs évoluent constamment. Désormais les croisements de cochettes parentales se concentrent en deux types, alors qu’en parallèle les alternatives au Piétrain en verrat terminal augmentent.

PDF icon Claire Hassenfratz, Tech Porc (FRA), 2017, n° 36, juillet-août, p. 36-37
2017

Evaluations génétiques des populations porcines

Consulter le resumé

Sandrine Schwob, Alban Bouquet et Pauline Brenaut, Bilan 2016, éditions IFIP, mai 2017, p. 66

Le travail de sélection a pour but d’améliorer le niveau de performances moyennes des populations porcines sur des caractères d’intérêt économique.

Ce travail d’amélioration génétique consiste à repérer les meilleurs individus d’une génération qui seront ensuite gardés comme reproducteurs.

Pour cela, des modèles statistiques prédisent la valeur génétique (VG) des candidats à la sélection à partir de leurs performances propres et de celles de leurs apparentés et contemporains.

Chaque semaine, 5 populations porcines (4 collectives : Large White lignée Femelle, Landrace, Piétrain et Large White lignée Mâle, et 1 autonome : Duroc Axiom) sont évaluées et les VG sont transmises aux sélectionneurs, organismes de sélection porcine (OSP), groupements d’éleveurs et centres d’insémination animale (CIA).

PDF icon Sandrine Schwob, Alban Bouquet et Pauline Brenaut, Bilan 2016, mai 2017, p. 66, fiche n° 30
2017

Gestion de la variabilité génétique au sein des populations collectives porcines : nouveaux outils et premières actions

Consulter le resumé

La variabilité génétique est un paramètre important à prendre en considération par les schémas de sélection. Cette diversité est à la base du progrès génétique à long terme et sa perte augmente la fréquence des anomalies génétiques et dégrade les performances techniques. Auparavant la variabilité était analysée annuellement au sein des quatre races collectives porcines. Depuis 2005, de nouveaux outils comme les bilans de consanguinité par élevage et les notes d’intérêt génétique (NIG) ont été mis en place. Ces outils permettent aux acteurs de la sélection un suivi et une maîtrise plus
PDF icon Gestion de la variabilité génétique au sein des populations collectives porcines : nouveaux outils et premières actions
2006