La base documentaire de l'IFIP

La base documentaire de l'IFIP : des centaines de documents à télécharger ou bien à commander.

Résultats 281 à 300 de 1253 résultats
Rechercher une documentation
Publicationtrier par ordre décroissant Année

Développement et utilisation d’un outil de description des pratiques humaines et des réactions des animaux lors de manipulations en élevage de porc

Consulter le resumé

Poster. La qualité de la relation entre l'éleveur et ses animaux a des impacts sur le travail, les résultats de l’élevage et le bien-être des animaux, mais c’est un objet difficile à appréhender. Les études s’intéressant à la relation Homme-Animal prennent rarement en compte simultanément l'homme et l'animal en situations de travail (Boivin et al., 2012). Elles s'attachent souvent à interroger les hommes sur leur perception de l'animal ou à mesurer la réactivité de l'animal en présence d’un homme, en conditions standardisées.

PDF icon jrp-2013-bienetre07.pdf
2013

Devenir des antibiotiques dans le lisier de porc

Consulter le resumé

Fiche n° 017 : contribution aux politiques publiques

L’enjeu de ce projet, déposé dans le cadre du plan « Ecoantibio 2017 » est d’étudier le devenir des principales familles d’antibiotiques administrées à des porcelets et des porcs charcutiers et d’évaluer leur destruction au cours du temps en fonction de différents modes de gestion des lisiers.
Les familles d’antibiotiques choisies et les molécules correspondantes (entre parenthèses) sont au nombre de 5 : macrolides (tylosine), tétracyclines (doxycycline), pénicillines (amoxycilline), polypeptides (colistine : porcelet uniquement) et sulfamides (TMP-sulfa : porc charcutier uniquement).

Avant la validation du protocole et le démarrage des essais (en cours de réalisation), il a été envisagé une analyse bibliographique approfondie sur l’impact de la gestion des effluents d’élevage sur la dégradation des antibiotiques.

PDF icon fiche_bilan2014_017.pdf
2015

Diagnostic d’hygiène en élevage de porcs

Consulter le resumé

La biosécurité et les bonnes pratiques d’hygiène sont préconisées depuis de longues années dans les élevages de porcs ; les évolutions réglementaires récentes (Paquet Hygiène, Plan Salmonelles) leur donnent une actualité nouvelle.
PDF icon Diagnostic d’hygiène en élevage de porcs
2010

Diagnostic et amélioration de la consommation d’énergie en bâtiment d’élevage

Consulter le resumé

Dans un contexte de prix élevé des énergies (probablement de manière durable) et de marché du porc difficile, les éleveurs doivent accroître leur compétitivité. La charge énergétique, comme l’ensemble des autres charges de production, doit à ce titre être réduite. Ce poste est en effet en augmentation sensible et les nouvelles obligations concurrentielles d’EDF indiquent que les coûts unitaires devraient continuer à progresser.
PDF icon Diagnostic et amélioration de la consommation d’énergie en bâtiment d’élevage
2010

Dietary intake during early pregnancy does not influence embryonic survival and variability in gilts

Consulter le resumé

A high level of feeding during early pregnancy has been associated with a reduction in embryonic survival in some studies, which may result in reduced litter size in moderately prolific sows. In highly prolific sows, embryonic survival is generally not a limiting factor for litter size. Furthermore, high embryonic survival reported in hyperprolific sows results in uterine crowding and an increased risk of intrauterine growth retardation. Moreover, a good embryonic survival rate has been associated with greater variability in embryo development.
PDF icon Dietary intake during early pregnancy does not influence embryonic survival and variability in gilts
2009

Dietas de gestación y lactación en cerdas : efecto de los ácidos grasos en el parto y en la supervivencia de los lechones

Consulter le resumé

El aumento de las bajas que se producen antes del destete desde que las piaras son hiperprolíficas ha motivado la búsqueda de soluciones nutricionales que permitan mejorar la vitalidad de los lechones. Una de ellas es la incorporación de materias grasas a los alimentos que ingieren las cerdas.
2011

Diversité de l'élevage français et dynamiques territoriales. Les enseignements des recensements agricoles

Consulter le resumé

Tous les dix ans, le recensement agricole offre une occasion unique de dresser un portrait complet et  détaillé de l’agriculture française. Depuis les recensements agricoles de 1970, pour les surfaces fourragères, et de 1979, pour le cheptel, chaque nouveau recensement enregistre un recul global du nombre d’herbivores et de la  part de la SAU qui leur est directement consacrée. En raison des différences de possibilités d’arbitrage et de  substitution entre productions (pression foncière et potentialité des sols), le repli du cheptel n’est pas homogène  sur le territoire. Le repli est plus prononcé dans les zones de polyculture-élevage, tandis qu’il est ou était moins  prononcé dans les zones de montagne-piémonts. Durant la dernière période, le cheptel recule plus vite que les  surfaces fourragères dans les zones de polyculture-élevage. La diversité des exploitations avec élevage, leurs  structures, leurs manières de produire évoluent mais elles se spécialisent moins que les territoires.

PDF icon perrot2013.pdf
2013

Diversité des productions porcines en France

Consulter le resumé

Jean-Yves Dourmad et al., Innovations agronomiques (FRA), 2018, volume 68, octobre, p. 151-170

Alors que la production porcine française est souvent perçue comme uniforme, il existe une assez grande diversité en termes d'organisation et taille des élevages et d'insertion dans l'exploitation agricole. Les élevages spécialisés représentent 39% des exploitations et 61% du cheptel alors que pour 38% des exploitations l'élevage porcin est associé à la présence de bovins. Au niveau des produits la diversification est surtout assurée en aval par le tri des carcasses et des pièces de découpe, et la transformation. Le porc est en effet valorisé à 75% sous la forme d'une grande diversité de produits transformés qui contraste avec la faible diversité de l'offre en viande fraiche. Depuis quelques années on assiste au développement de différentes démarches valorisant l'origine ou le mode d'élevage. Les leviers de différenciation concernent souvent plusieurs dimensions comme la race des animaux, l'origine géographique des produits, leurs qualités organoleptique ou diététique, l'absence ou la présence de certains composés dans l'alimentation des animaux, le bien-être animal et la production biologique. Cette évolution est favorisée par le renforcement des liens entre les groupements de producteurs et l'aval, y compris jusqu’à la transformation et la distribution.

https://www6.inra.fr/ciag/content/download/6490/47897/file/Vol68-7-Dourmad%20et%20al.pdf

Diversity of pig production in France

Although French pig production is generally perceived as uniform, a rather large diversity still exists in terms of organization and size of pig units and their integration with the rest of the farm. Specialized pig farms represent 39% of all pig farms and they raise about 61% of all pigs, whereas in 38% of farms the raising of pigs is associated with ruminants. Diversity of pork products is mainly obtained by the sorting of carcasses and cuts, and their processing. Indeed, in France, about 75% of pork is consumed after processing, with a very large diversity of products. This contrasts with the rather low diversity of pork fresh meat. Nevertheless, in the recent years, we may observe the development of strategies of diversification based on the origin or the way of production. The differentiation levers may combine different dimensions among: animal breed, geographic origin, organoleptic and dietetic quality, the absence or the presence of specific compounds in animal feed, animal welfare, and organic production.
This evolution towards increased diversity is promoted by the consolidation of the links between pig producer cooperatives and the downstream of the pork production chain, including processing and distribution sectors.

https://www6.inra.fr/ciag/content/download/6490/47897/file/Vol68-7-Dourmad%20et%20al.pdf

2018

Do farming conditions influence brominated flame retardant levels in pig and poultry products?

Consulter le resumé

A. Huneau-Salaün (Anses) et al., Animal, 2020,volume 14, n° 6, juin, p.1313-1321

Brominated flame retardants (BFR) are primarily used as flame retardant additives in insulating materials. These lipophilic compounds can bioaccumulate in animal tissues, leading to human exposure via food ingestion. Although their concentration in food is not yet regulated, several of these products are recognised as persistent organic pollutants; they are thought to act as endocrine disruptors. The present study aimed to characterise the occurrence of two families of BFRs (hexabromocyclododecane (HBCDD) and polybrominated diphenyl ethers (PBDE)) in hen eggs and broiler or pig meat in relation to their rearing environments. Epidemiological studies were carried out on 60 hen egg farms (34 without an open-air range, 26 free-range), 57 broiler farms (27 without an open-air range, 30 free-range) and 42 pig farms without an open-air range in France from 2013 to 2015. For each farm, composite samples from either 12 eggs, five broiler pectoral muscles or three pig tenderloins were obtained. Eight PBDE congeners and three HBCDD stereoisomers were quantified in product fat using gas chromatography-high-resolution mass spectrometry, or high-performance liquid chromatography-tandem mass spectrometry, respectively. The frequencies of PBDE detection were 28% for eggs (median concentration 0.278 ng/g fat), 72% for broiler muscle (0.392 ng/g fat) and 49% for pig muscle (0.403 ng/g fat). At least one HBCDD stereoisomer was detected in 17% of eggs (0.526 ng/g fat), 46% of broiler muscle (0.799 ng/g fat) and 36% of pig muscle (0.616 ng/g fat). Results were similar in concentration to those obtained in French surveillance surveys from 2012 to 2016. Nevertheless, the contamination of free-range eggs and broilers was found to be more frequent than that of conventional ones, suggesting that access to an open-air range could be an additional source of exposure to BFRs for animals. However, the concentration of BFRs in all products remained generally very low. No direct relationship could be established between the occurrence of BFRs in eggs and meat and the characteristics of farm buildings (age, building materials). The potential presence of BFRs in insulating materials is not likely to constitute a significant source of animal exposure as long as the animals do not have direct access to these materials.

2020
Dossier ambiance

Dossier "Ambiance" : Maîtrise de la ventilation + Le refroidissement évaporatif : cooling et brumisation en porcherie

Consulter le resumé

Dossier composé de deux dépliants

Maîtrise de la ventilation


Rappel des règles à suivre pour un bon fonctionnement de la ventilation. Inventaire des observations, influences des conditions météorologiques et du poids des porcs. Conseils pratiques de réglage de la température et du débit.

Édition 1997 - Ifip, INSA Rennes, Sodalec - 4 pages 21 X 29.7



Le refroidissement évaporatif : cooling et brumisation en porcherie. 

Deux techniques de cooling et de brumisation. Intérêt du refroidissement évaporatif sur les performances des animaux. Rentabilité économique pour les porcs en engraissement.

Édition 1998 - Ifip, TBD, Intertec, Sodalec, Fancom, Chambres d’Agriculture de la Marne et des Pays de la Loire - 4 pages 21 X 29.7

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
1998

Dossier projet CASDAR ACCEPT 2014-2017 : acceptabilité des élevages par la société en France

Consulter le resumé

Dossier projet ACCEPT , édité le 15 décembre 2016, comprenant plusieurs articles différents sous forme de visuels d’intervention, 26 pages :

1. Les controverses sur l’élevage. Signe d’un débat nécessaire avec la société, par Christine Roguet (IFIP)

2. Les controverses sur l’élevage en France, par Elsa Delanoue et Christine Roguet (IFIP)

3. Acceptabilité des élevages par la société en France : cartographie des controverses, mobilisations collectives et prospective, par Christine Roguet (IFIP)

4. Enquête quantitative sur la perception des élevages par le grand public et ses attentes à leur égard, par Charlotte Dockès, Elsa Delanoue, Delphine Neumeister, Aurore Philibert et Alizée Chauteau

5. Perception et prise en compte par les éleveurs du regard de la société sur l’élevage, par Christine Roguet (IFIP), Marie-Laurence Grannec, Delphine Neumeister et 3 étudiantes d’Agrocampus Ouest

6. Défendre la cause animale : trajectoires et modes d’action des militants, par Véronique Van Tilbeurgh

7. Les controverses sur l’élevage au sein de l’UE, par Christine Roguet (IFIP), Delphine Neumeister, Pascale Magdelaine et Charlotte Dockès

PDF icon Dossier projet ACCEPT et les participants IFIP IDELE ITAVI UNIVERSITE DE RENNES....15 décembre 2016
2017

Double densité en post-sevrage : une réponse pour l'économie d'énergie

Consulter le resumé

Une étude récente de l'IFIP conduite à Villefranche-de-Rouergue montre qu'un "détassage" par demi lot à 20 jours de PS est un levier d'action efficace pour économiser l'énergie.
2010

Douleurs animales : qu'en pensent les éleveurs ?

Consulter le resumé

Les éleveurs attachent de l'importance à la santé et à l'état général de leurs animaux mais la douleur ressentie est rarement abordée. Des entretiens avec 23 éleveurs ont ciblé cette question. La douleur est difficile à percevoir et à identifier par les éleveurs. Les boiteries et la castration sont les situations jugées les plus douloureuses pour l'animal.

PDF icon techporc_courboulay_n22_2015.pdf
2015

Du mieux dans les dépenses de santé

Consulter le resumé

Dossier spécial : antibiotiques

Depuis 2002, les dépenses de santé diminuent dans les élevages naisseurs-engraisseurs. La tendance est à la baisse pour les antibiotiques, à la hausse pour les vaccins. Les élevages engraisseurs enregistrent également une baisse des dépenses, liée à des dépenses plus limitées en antibiotiques et anti-inflammatoires injectables.



Depuis 2002, les dépenses de santé diminuent dans les élevages naisseurs-engraisseurs. La tendance est à la baisse pour les antibiotiques, à la hausse pour les vaccins. Les élevages engraisseurs enregistrent également une baisse des dépenses, liée à des dépenses plus limitées en antibiotiques et anti-inflammatoires injectables.

PDF icon techporc_do_correge_n10_2013.pdf
2013

Du modèle à l’outil d’aide à la décision : comment paramétrer un modèle individu-centré du fonctionnement de l’atelier d’engraissement porcin pour une utilisation en élevage ?

Consulter le resumé

50es Journées de la Recherche Porcine, le 6 et 7 février 2018, Paris, p. 311-316, par Alice Cadéro (IFIP / INRA) et al.

Afin de répondre aux enjeux économiques et environnementaux des élevages porcins, des outils d’aide à la décision basés sur des modèles mathématiques ont été proposés. Nous avons développé un modèle dynamique de fonctionnement d’un atelier d’engraissement porcin qui inclue les effets de la variabilité interindividuelle des porcs, de la structure de l’élevage et des pratiques de l'éleveur sur ses résultats technico-économiques et environnementaux. Afin de tester le modèle, nous l’avons appliqué aux données de 21 élevages du Grand Ouest, dont les pratiques et performances techniques avaient été recueillies par enquête. L’objectif était de construire une procédure de calibration en vue d’une future utilisation en élevage, d’utiliser cette procédure pour paramétrer chaque élevage et d’évaluer la capacité de prédiction du modèle. Le paramétrage différencié de chaque élevage a porté, dans une première étape, sur les bâtiments et pratiques d’élevage ; dans une deuxième étape, l’âge et le poids initial moyen des porcs ; enfin, le poids d’abattage, le dépôt protéique moyen et la quantité d’aliment ingérée sont successivement paramétrés. Cette dernière étape a été itérée trois fois. Entre la première et la dernière étape, l’erreur quadratique moyenne (RMSE) sur l’indice de consommation passe de 0,22 à 0,03 kg d’aliment/kg gain (de 7,8 à 1,1 %), et celle sur le gain moyen quotidien de 59 à 14 g (de 7,3 à 1,9 %). Le pourcentage de porcs dans la gamme de paiement sans pénalité est néanmoins globalement surestimé par le modèle. Ces résultats montrent qu’après paramétrage, le modèle prédit les performances des élevages avec une erreur faible. Cette méthode de calibration du modèle sera inclue à l’outil d’aide à la décision et mise en oeuvre sur des élevages existants.

From the model to the tool: how to parameterize a pig fattening unit model for on-farm use?

To address economic and environmental challenges of pig production systems, decision support tools based on mathematical models have been developed. We developed a dynamic model of a pig fattening unit that represents effects of inter-individual variability of pigs, farm buildings and farmer practices on technical, economic and environmental results of the unit. To test the model, it was applied to 21 pig farms in western France of which practices and technical performances had been previously surveyed. Another objective was to develop a process for parameterization for future on-farm use, and then to use this process to parameterize the model for each farm to evaluate the model’s predictive ability. In the first step, each farm’s buildings and farmer practices were described. In the second step, average initial age and live weight of pigs were specified. In the third step, slaughter weight, mean protein deposition and a feed intake correction factor were successively parameterized. This step was iterated three times to remove effects of parameterization order. From the first to last step of the process, the root mean square error of prediction of the feed conversion ratio decreased from 0.22 to 0.03 kg of feed/kg gain (from 7.8% to 1.1%), and that of the average daily weight gain decreased from 59 to 14 g (from 7.3% to 1.9%). The model overestimated, however, the percentage of pigs that lay within the range without penalties of the payment grid at slaughter. These results show that after parameterization, the model predicts the performance of the pig fattening unit with an acceptable error. The parameterization process will be included in the decision support system and applied to existing farms.

PDF icon Alice Cadéro (IFIP / INRA) et al., 50es JRP, 6 et 7 février 2018, p. 311--316
2018

Du nouveau sur l'identification porcine !

Consulter le resumé

Le décret donne une définition unique à l’échelon national d’un site d’élevage ; une exploitation peut comporter un ou plusieurs sites d’élevage.

• Les porcs doivent être identifiés avant tout déplacement d’un site d’élevage à un autre, ou vers toute autre destination ; ce déplacement est appelé « mouvement ».

• Le principe d’une base nationale de l’identification porcine est instauré ; cette base contiendra l’ensemble des sites d’élevage et les mouvement entre sites d’élevage, et entre site d’élevage et abattoir, équarrissage, etc.

PDF icon Du nouveau sur l'identification porcine !
2005

Du porc à la bande : étude des liens entre paramètres individuels pour modéliser la croissance à l'échelle de la population

Consulter le resumé

Les modèles de croissance du porc actuels n’intègrent pas la variation entre individus. Les besoins nutritionnels d’un porc "moyen" n’étant pas représentatifs de ceux du groupe, un aliment formulé selon les besoins du profil moyen d’une bande ne correspond pas aux animaux dont les besoins sont supérieurs à la moyenne. La connaissance de la variation des paramètres clés d’un modèle et de leurs liens est nécessaire à la simulation des réponses individuelles d’une bande.
PDF icon Du porc à la bande : étude des liens entre paramètres individuels pour modéliser la croissance à l'échelle de la population
2012

Dynamique des élevages de porcs en France création d’un tableau de bord à partir de BDPORC

Consulter le resumé

Christine Roguet, Bilan 2018, éditions IFIP, avril 2019, p. 115

Sous l’effet de la concurrence, des évolutions réglementaires ou sociales (pyramide des âges), les structures d’élevage peuvent évoluer rapidement.
Jusqu’à la création de BDPORC (base de données nationale de l’identification porcine) en 2009, les principales sources de données pour suivre ces évolutions étaient le recensement agricole (RA, exhaustif, tous les 10 ans), les enquêtes sur les structures des exploitations agricoles
(sondage entre deux RA) et sur le cheptel porcin (sondage, 2 fois/an). BDPORC offre l’opportunité de suivre ces changements en temps réel. Financé par INAPORC, un observatoire de la structure des élevages porcins en France et dans ses régions a été créé par l’Ifip en 2018 à partir des données de BDPORC. Il fournira aux acteurs de la filière un suivi de l’évolution du nombre, de la taille et de l’activité des sites d’élevage.
PDF icon Christine Roguet, Bilan 2018, éditions IFIP, avril 2019, p. 115
2019

Dynamique et compétitivité des bassins de production : une évolution cyclique ?

Consulter le resumé

Christine Roguet et Boris Duflot, Tech Porc (FRA), 2016, n° 32, novembre-décembre, p. 10-12

Ces quinze dernières années, les principaux bassins de production en Europe ont connu des évolutions contrastées, marquées par une forte croissance en Espagne et en Allemagne, une stabilité puis une baisse en France, et un changement de modèle au Danemark et aux Pays-Bas. Le contexte politique et économique, les performances commerciales des filières et la modernisation des outils de production et d’abattage expliquent ces trajectoires différentes.

PDF icon Christine Roguet et Boris Duflot, Tech Porc (FRA), 2016, n° 32, novembre-décembre, p. 10-12
2016

Dynamique hollandaise dans la construction et la mise aux normes bien-être : technologies repérées au Salon Viv-Europe et en élevage

Consulter le resumé

Aux Pays-Bas, la réglementation impose un abattement de 70 % de l’ammoniac avant le rejet de l’air vicié à l’extérieur. La plupart des laveurs présents fonctionnent sur le même principe que les laveurs d’air français, à l’exception de l’utilisation fréquente d’acide sulfurique qui offre, à surface de lavage équivalente, un meilleur abattement de l’ammoniac.

Bien que moins mise en avant qu’à la dernière édition du SPACE, la question énergétique était toutefois présente au travers de 3 techniques de récupérations d’énergie.
PDF icon tp3marcon10.pdf
2010

Pages