La base documentaire de l'IFIP

La base documentaire de l'IFIP : des centaines de documents à télécharger ou bien à commander.

Résultats 401 à 420 de 664 résultats
Rechercher une documentation
Publicationtrier par ordre décroissant Année

Mesurer l’activité des truies pour mieux les alimenter

Consulter le resumé

Michel Marcon et Yannick Ramonet, Tech Porc (FRA), 2016, n° 29, mai-juin, p. 20-21

Alimenter les truies gestantes en fonction de leurs besoins nutritionnels nécessite de prendre en compte leur niveau d’activité physique, variable d’une truie à l’autre ou entre les groupes. Des accéléromètres fixés sur l’animal ou des radars installés dans le bâtiment permettent de mesurer cette activité.

PDF icon Michel Marcon et Yannick Ramonet, Tech Porc (FRA), 2016, n° 29, mai-juin, p. 20-21
2016

Méthodes d’évaluation des stratégies alternatives à l’antibiothérapie au sevrage

Consulter le resumé

Eric Royer et Didier Gaudré, Bilan 2012, éditions Ifip, juin 2013, p. 57

Fiche n° 34

L’objectif d’améliorer la santé digestive des porcelets sevrés tout en réduisant le recours aux antibiotiques dans les aliments de sevrage est à l’origine de nombreux travaux sur les techniques de conduite d’élevage ou de nutrition favorisant la santé des jeunes porcelets.
Une étude bibliographique complétée par des entretiens avec des scientifiques de l’INRA a ainsi recensé différents outils et méthodologies permettant d’évaluer les solutions alternatives à l’utilisation des antibiotiques.

PDF icon Eric Royer et Didier Gaudré, Bilan 2012, éditions Ifip, juin 2013, p. 57
2013

Méthodologie d’identification et d’évaluation des contaminants chimiques à risque

Consulter le resumé

Fiche n° 046 : maîtrise de l'hygiène des produits 

L’un des axes de travail du RMT Quasaprove « Qualité sanitaire des productions végétales de grande culture », co-piloté par l’ACTA, concerne la qualité sanitaire des denrées alimentaires d’origine animale.
Une étude collective a fait le point en 2014 sur les connaissances nécessaires à l’identification et la classification des contaminants chimiques transférables aux denrées animales à partir de l’alimentation animale. 4 familles de contaminants chimiques potentiellement véhiculés par les matières végétales: éléments traces, mycotoxines, pesticides et polluants organiques persistants (POP) ont ainsi été étudiées, dans le cadre d’un stage de fin d’études d’ingénieur.

PDF icon fiche_bilan2014_046.pdf
2015

Mise au point d'un modèle d'études des alternatives à l'usage des antibiotiques à visée digestive en post-sevrage

Consulter le resumé

L’incidence de conditions d’élevage dégradées en post-sevrage est évaluée dans 2 stations expérimentales (Romillé et Villefranche de Rouergue) sur un effectif de 1775 porcelets. Les porcelets sont introduits dès le sevrage (28 jours) dans des locaux dont la préfosse n’a pas été nettoyée, mis en conditions de sur-densité animale modérée et privés de tout usage d’antibiotique. Ils sont comparés à des animaux logés dans des conditions optimales sur un ensemble de quatre bandes par station.

PDF icon Mise au point d'un modèle d'études des alternatives à l'usage des antibiotiques à visée digestive en post-sevrage
2007

Mise au point d’une méthode de diagnostic de la conduite alimentaire en élevage

Consulter le resumé

L’importance du coût alimentaire dans le coût de production global d’un atelier porcin est primordiale aujourd’hui.

En particulier, toute mauvaise gestion de la conduite alimentaire en période d’engraissement est très pénalisante sur le plan économique.

Le travail réalisé consiste à valider et améliorer une méthode de diagnostic de la conduite alimentaire dans un élevage, reposant sur l’analyse des données de classement des carcasses à l’abattoir.
PDF icon Mise au point d’une méthode de diagnostic de la conduite alimentaire en élevage
2010

Mise en oeuvre d’un plan d’alimentation élaboré par simulations à partir d’une population virtuelle de porcs pour permettre une maîtrise de la variabilité du poids en fin d’engraissement. Comparaison des performances de croissance in vivo et in silico

Consulter le resumé

Poster.

La conduite des porcs par les éleveurs, notamment la gestion des transitions alimentaires ou le tri des animaux avant le départ à l'abattoir, est compliquée par la variabilité du poids vif (PV) à un âge donné, variabilité caractérisable par le coefficient de variation (CV) du PV (Quiniou et al., 2012). La modélisation est une approche pertinente pour l’étude de conduites permettant la maitrise de cette variabilité, à condition d’intégrer de façon réaliste la variabilité dans les modèles. Vautier et al. (2013) ont ainsi développé un générateur de populations virtuelles de porcs présentant une structure réaliste de variabilité. Ces populations peuvent ensuite être utilisées dans des simulations par des modèles tels qu’InraPorc pour étudier les conséquences de différentes conduites. Quiniou et al. (2013) ont ainsi généré puis simulé in silico les performances, et leur variabilité, d’une population de 2000 porcs croisés femelles et mâles castrés (Large White x Landrace) x (Large White x Piétrain). Il est apparu que le rationnement pouvait réduire le CV et donc améliorer l'homogénéité du PV des porcs au premier départ (PV1) pour l'abattoir. Dans notre étude, les performances de croissance obtenues avec deux plans d’alimentations élaborés et testés in silico ont été comparées à celles obtenues avec ces mêmes plans dans un essai in vivo sur une bande de porcs du même croisement.

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2014

Mise en oeuvre d’un plan d’alimentation élaboré par simulations à partir d’une population virtuelle de porcs pour permettre une maîtrise de la variabilité du poids en fin d’engraissement. Comparaison des performances de croissance in vivo et in silico

Consulter le resumé

Poster.

L'hétérogénéité du poids vif (PV) à un âge donné complique la conduite d'élevage des porcs, tant pour la gestion des transitions alimentaires que des départs pour l'abattoir. Parmi les solutions nutritionnelles étudiées par simulation sur une population virtuelle de porcs (Quiniou et al., JRP 2013), le rationnement alimentaire semble être efficace pour réduire le coefficient de variation du poids vif au premier départ (CVPV1) pour l'abattoir.

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2014

Mise en œuvre d’un plan d’alimentation élaboré par simulations à partir d’une population virtuelle de porcs pour permettre une maîtrise de la variabilité du poids en fin d’engraissement

Consulter le resumé

Poster. L'hétérogénéité du poids vif (PV) à un âge donné complique la conduite d'élevage des porcs, tant pour la gestion des transitions alimentaires que des départs pour l'abattoir. Parmi les solutions nutritionnelles étudiées par simulation sur une population virtuelle de porcs (Quiniou et al., JRP 2013), le rationnement alimentaire semble être efficace pour réduire le coefficient de variation du poids vif au premier départ (CVPV1) pour l'abattoir.

PDF icon jrp2014-alimentation-brossard-poster.pdf
2014

Modeling the effect of feeding strategy and feed prices on a population of pigs

Consulter le resumé

Within a population of pigs, variation in performance and nutritional requirements can be important.
PDF icon Modeling the effect of feeding strategy and feed prices on a population of pigs
2012

Modélisation de l'évolution moyenne du poids vif après la mise bas selon l'âge chez des truies croisées Large White x Landrace

Consulter le resumé

51es Journées de la Recherche Porcine, 5 et 6 février 2019, Paris, p. 123-128, par Nathalie Quiniou

Le rang de portée et l'épaisseur de lard dorsal au début de la gestation sont deux critères utilisés par de nombreux éleveurs pour grouper les truies et choisir le niveau de rationnement appliqué à l'échelle de la case ou de l'individu. Ignorer la variabilité du poids vif et de l'âge à un rang de portée donné peut induire un accroissement de l’hétérogénéité dans l'état des réserves entre truies d’une même bande. Mieux ajuster la ration à la dynamique des changements de poids au cours de la carrière de la truie implique de peser les truies et de définir l’objectif de poids vif en fin de gestation en fonction de l'âge. A partir des données obtenues en station expérimentale sur 90 truies Large White x Landrace, nées entre 2012 et 2015 et suivies sur au moins six cycles, plusieurs modèles de croissance sont étudiés pour modéliser l’évolution du poids après la mise bas (PV) en fonction de l’âge (t). La précision de prédiction (hors primipares) est environ de 15 kg quand le poids (P1i) et l’âge (t1i) individuel à la première mise bas sont pris en compte (e.g. modèle de Weibull : P1i + (326,3 – P1i)(1 - exp(-(2,288/1000 x (t – t1i))1,041))) contre environ 16 kg quand ce n'est pas le cas (e.g. modèle de Brody : 331,4 x (1 - 0,821 x exp(-2,121/1000t))). L’évaluation de ces équations à partir de trois autres jeux de données obtenues dans le même élevage indique une évolution du PV avec l'âge similaire à celle du jeu initial. Le calibrage d’un modèle adapté à chaque élevage de production sera possible dans un futur proche dès lors que les truies seront pesées avec des bascules automatiques, développées dans une optique d’élevage de précision.

Modelling the relationship between body weight and age at farrowing in Large White x Landrace sow

Parity and backfat thickness are frequently used by farmers to group gestating sows and thereafter choose a feeding plan at the pen- or individual-scale. At a given parity, ignoring differences in body weight with age contributes to the increase in variability of body reserves at farrowing. Therefore, improving the adequacy of the feed allowance relies on better knowledge of the dynamic change in body weight over the productive lifetime. Data collected routinely on an experiment station from 90 crossbred Large White x Landrace sows were used to characterise the relationship between individual age (t) and body weight after farrowing (BW). Sows were born from 2012-2015 and studied over at least six parities. Accuracy of the prediction (without primiparous sows) was around 15 kg when the individual BW (P1i) and age (t1i) at first parity were considered (e.g., Weibull model: P1i + (326.3 – P1i)(1 - exp(-(2.288/1000 x (t – t1i))1.041))), otherwise 16 kg (e.g., Brody model : 331.4 x (1 – 0.821 exp(-2.121/1000t))). Models were evaluated using three other datasets obtained within the same herd from sows born over a period of 12 years. Relationships between BW and age obtained from these datasets were relatively similar to those of the initial dataset. It appeared that the more homogeneous the herd was, the more accurate was the prediction. Calibration of such models for a commercial herd should be possible in the near future from automatic BW measurement, using tools developed in the context of precision farming.

2019

Modélisation de la cinétique de consommation en fonction du poids chez le porc en croissance selon le mode d’expression de l'ingéré

Consulter le resumé

Poster.
PDF icon Modélisation de la cinétique de consommation en fonction du poids chez le porc en croissance selon le mode d’expression de l'ingéré
2011

Modélisation de l’effet de la stratégie alimentaire et du contexte de prix des matières premières sur les performances moyennes, leur variabilité et les rejets azotés à l’échelle d’une population de porcs

Consulter le resumé

Une population virtuelle de 2000 porcs a été utilisée pour simuler l’effet de la stratégie alimentaire sur les performances moyennes et leur variabilité, et sur les rejets azotés selon le contexte de prix des matières premières. L'évolution moyenne, avec le poids, du besoin en lysine digestible des femelles est utilisée pour concevoir une alimentation biphase, combinée avec un plan de rationnement ou une alimentation à volonté. Des stratégies multiphases sont également étudiées en à volonté, avec des apports en lysine de -10% à +35% autour du besoin moyen des femelles (F100).

PDF icon jrp-2013-alimentation03.pdf
2013

Modélisation des besoins nutritionnels des porcs en croissance

Consulter le resumé

Ce programme a pour objectifs :

- de produire des données permettant de décrire la variabilité entre individus issus de différents types de croisements,

- d’exploiter les données obtenues afin de décrire la structure de ces populations,

- de proposer et tester des stratégies alimentaires permettant de concilier les objectifs de production et de protection de l’environnement.
PDF icon Modélisation des besoins nutritionnels des porcs en croissance
2011

Modélisation du besoin en calcium et variations du rapport phosphocalcique de l’aliment selon le niveau de performance de la truie reproductrice

Consulter le resumé

51es Journées de la Recherche Porcine, 5 et 6 février 2019, Paris, p. 141-152, par Nathalie Quiniou et al.

Le coût élevé des sources de phosphore et l’impact d’un apport en excès de cet élément sur l’environnement conduisent à restreindre les apports en phosphore aux besoins chez la truie reproductrice. Au contraire, les sources de calcium sont peu onéreuses et, en l’absence de contrainte de teneur maximale sur cet élément, sa teneur peut être assez élevée dans les aliments. Phosphore et calcium doivent pourtant être apportés de façon équilibrée. Un modèle est proposé pour estimer les besoins en calcium de la truie reproductrice sur la base des connaissances disponibles, beaucoup plus limitées pour cet élément que pour le phosphore. Dès l’étape de l’absorption digestive, plusieurs systèmes opérationnels et des tables de valeurs permettent de raisonner l’apport en phosphore sur une base digestible, mais ce n’est pas encore le cas pour le calcium. Une hypothèse de digestibilité est donc appliquée dans le modèle pour estimer le besoin en calcium total, qui devra être actualisée (de même que le calcul du besoin d’entretien) dès que les tables de valeurs des matières premières permettront de formuler les aliments sur la base du calcium digestible. Cette réserve étant posée, le modèle est utilisé pour quantifier le besoin selon le stade physiologique de la truie et son niveau de production (prolificité, production de lait). En l’absence de prise en compte du degré de minéralisation osseuse, il ne peut cependant pas être utilisé pour simuler les effets d’une carence en l’apport de l’un ou l’autre minéral.

Modelling calcium requirement and variation in dietary calcium:phosphorus ratio with performance level of the reproductive sow

Due to the cost of dietary phosphorus supplements and consequences of phosphorus supplied in excess on the environment, a strong trend towards improved adequacy between its supplies and requirements has been observed for a while in reproductive sows. Conversely, calcium supplements are presently inexpensive, and dietary calcium content is not limited by any regulation. As calcium and phosphorus interact in the digestive tract and in their metabolism, their supplies need to be balanced. Based on available literature on phosphorus (large) and calcium (scarce), a model was developed that assesses calcium requirements in reproductive sows. Phosphorus can be supplied on a digestible basis with reference to available systems and tables of nutritive values of feedstuffs, but this is not presently the case for calcium. Consequently, different hypotheses for calcium digestibility are used in the model, which will need to be updated (as will the definition of the maintenance requirement) as soon as the feedstuff tables have been documented with this criterion. Given this limitation, the model is used to investigate the effect of physiological stage and productivity level (prolificacy, milk production) on the daily requirement of total calcium. As the degree of bone mineralisation is not considered, the model cannot be used to simulate consequences of inadequate supplies of calcium or phosphorus.

2019

Modéliser le groupe de porcs en croissance pour définir des stratégies alimentaires conciliant performance économique et impact environnemental

Consulter le resumé

2009

Modelling of manure production by pigs and NH3, N2O and CH4 emissions. Part I: animal excretion and enteric CH4, effect of feeding and performance

Consulter le resumé

A mathematical model was developed from literature data to predict the volume and composition of pig’s excreta (dry and organic matter, C, N, P, K, Cu and Zn contents), and the emission of greenhouse gases (CH4 and CO2) though respiration and from the intestinal tract, for each physiological stage (post-weaning and fattening pigs and lactating and gestating sows). The main sources of variation considered in the model are related to animal performances (feed efficiency, prolificacy, body weight gain, etc.), to water and nutrient intakes and to housing conditions (ambient temperature).
2010

Modelling the dynamics of feed intake in growing pigs; interest for modelling populations of pigs

Consulter le resumé

Modelling approaches are more and more used as an alternative to animal experimentation. Growth models are most often based on the prediction of feed intake, the efficiency of nutrient utilization, and the phenotypic potential of the animal. The drawback of these models is that feed intake is described by an empirical function of body weight and that variation between pigs is ignored.
PDF icon Modelling the dynamics of feed intake in growing pigs; interest for modelling populations of pigs
2011

Modelling the effect of heat stress on feed intake, heat production and growth

Consulter le resumé

A heat balance model was combined with a food intake model and a metabolism model, to form a larger model which estimates a pig’s response to heat stress. The combined model was implemented as a computer program, and used to calibrate, test and validate parts of the heat balance model. Heat transfer modes considered were convection, radiation and evaporation of water at the skin, and heating and humidification of air by breathing. Sensitivity analysis revealed a large effect of air temperature, humidity and velocity on heat loss, especially in a hot environment.
2004

Moins de protéines au sevrage pour réduire les antibiotiques

Consulter le resumé

Didier Gaudré, Porc Mag (FRA), 2017, n° 525, novembre, p. 33

La réduction de la teneur en protéines de l'aliment sevrage permet-elle de réduire l'incidence de pathologies digestives dans les jours qui suivent le sevrage ? Oui, mais certaines conditions doivent être respectées.

2017

Moins de tourteau de soja dans les aliments porcs

Consulter le resumé

Le tourteau de soja est resté longtemps la source de protéines la plus utilisée dans les aliments porcs.

Or, le recours à cette matière première est remis en question depuis quelque temps en raison de la forte augmentation de son prix sur le marché des matières premières.
PDF icon Moins de tourteau de soja dans les aliments porcs
2010

Pages