La base documentaire de l'IFIP

La base documentaire de l'IFIP : des centaines de documents à télécharger ou bien à commander.

Résultats 141 à 160 de 626 résultats
Rechercher une documentation
Publicationtrier par ordre décroissant Année

Effet de la quantité d'aliment allouée aux truies pendant le premier mois de gestation sur la reconstitution des réserves et les caractéristiques de la portée à la naissance : premiers résultats

Consulter le resumé

Six bandes de 24 truies sont étudiées pour comparer deux plans d’alimentation pendant la gestation qui diffèrent par la répartition des apports d’aliment. Du sevrage au 30ème jour de gestation (G30), les truies du lot BAS (n = 38) reçoivent une ration qui couvre 1,4 fois leur besoin d’entretien (M), celles du lot HAUT (n = 38) sont alimentées à 1,7 × M. Les niveaux alimentaires correspondants pour les cochettes qui entrent dans les bandes sont de 2,7 et 3,3 kg/j. L’apport global sur 114 jours étant identique dans les deux lots, les truies du lot HAUT reçoivent moins d’aliment après G30.
PDF icon Effet de la quantité d'aliment allouée aux truies pendant le premier mois de gestation sur la reconstitution des réserves et les caractéristiques de la portée à la naissance : premiers résultats
2008

Effet de la teneur en phosphore digestible sur les performances zootechniques des porcs en engraissement

Consulter le resumé

L'essai zootechnique vise à contribuer à préciser les recommandations d'apport en P digestible pour le porc en croissance et finition. La diminution de l'apport en P digestible conduit à l'absence d'effet sur les performances zootechniques pour deux des trois traitements alimentaires comparés. Une détérioration de la vitesse de croissance des porcs de l'un des trois traitements est constatée en période de croissance, mais ne l'est plus en période de finition. Les caractéristiques de carcasse ne sont pas affectées par les traitements expérimentaux.
PDF icon Effet de la teneur en phosphore digestible sur les performances zootechniques des porcs en engraissement
2009

Effet de la teneur en protéines non digestibles de l'aliment sur le dépôt de scatol dans le gras de porcs mâles entiers / Effect of in-feed indigestible protein content on fat skatole deposition in entire male pigs

Consulter le resumé

Les Cahiers de l'IFIP, 3(1), 19-24 - La revue R&D de la filière porcine française

Cette étude a pour objectif de déterminer s’il existe un intérêt de réduire la teneur en protéines non digestibles de l’aliment distribué en fin d’engraissement, afin de diminuer la teneur en scatol des gras de porcs mâles entiers. Le scatol fait partie avec l’androsténone des deux composants majeurs à l’origine des odeurs sexuelles dégagées parfois par les viandes issues de porcs mâles entiers. Il provient de la dégradation des protéines dans le gros intestin et peut se déposer dans le gras des animaux après avoir été absorbé par la muqueuse intestinale.
L’objet de l’étude consiste à analyser l’incidence de l’augmentation de la digestibilité iléale des protéines de l’aliment permettant une réduction de la quantité de protéines non digérées parvenant dans le gros intestin et donc potentiellement une réduction de la production de scatol. Le critère de comparaison se base sur le dépôt tissulaire de scatol dans le gras des carcasses.
L’augmentation de la digestibilité iléale des protéines de l’aliment distribué au cours du dernier mois d’engraissement ne conduit pas à la réduction de la teneur en scatol des gras. Au contraire, celle-ci est significativement accrue, puisque 30,2% des carcasses issues du régime le plus digestible sur le plan protéique, présentent une teneur en scatol supérieure à 0,20 μg/g, pour 15,2 % au régime le moins digestible. Cet effet est vraisemblablement à relier à la réduction de la teneur en fibres de l’aliment qui est la conséquence de l’amélioration de la digestibilité des protéines. Or les fibres sont généralement considérées comme favorables à la réduction de la production intestinale de scatol, car elles limitent l’importance des fermentations protéiques siégeant dans le gros intestin au profit des fermentations de nature glucidique.

PDF icon Version française, PDF icon English version
2016

Effet de la teneur en protéines non digestibles de l’aliment sur le dépôt de scatol dans le gras de porcs mâles entiers

Consulter le resumé

Cet essai a pour objectif de déterminer s’il existe un intérêt de réduire la teneur en protéines non digestibles de l’aliment distribué en fin d’engraissement, afin de diminuer la teneur en scatol des gras de porcs mâles entiers. Le scatol fait partie avec l’androsténone des deux composants majeurs à l’origine des odeurs sexuelles dégagées parfois par les viandes ou les produits issus de porcs mâles entiers. L’androsténone est une hormone produite par les testicules alors que le scatol constitue un produit de la dégradation des protéines dans le gros intestin.

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2012

Effet de l’apport de dextrose et d’arginine dans le régime de la truie sur l’hétérogénéité du poids des porcelets à la naissance

Consulter le resumé

L’arginine est efficace pour réduire l’hétérogénéité des porcelets à la naissance. Il n’y a pas d’intérêt particulier à y adjoindre un apport de dextrose avant l’insémination.

PDF icon techporc_roy_n13.pdf
2013

Effet du mode de présentation (farine ou miette) de l'aliment distribué en soupe sur les performances des porcs mâles entiers et le risque d'odeurs de verrat

Consulter le resumé

Poster.

Quand l’aliment est distribué de façon rationnée sous forme de soupe, sa présentation sous forme de miette, plutôt que de farine, permet de diminuer l’indice de consommation (IC). Ce résultat est attribué à l’amélioration de la digestibilité des nutriments induite par les procédés technologiques mis en œuvre pendant la granulation. Il a été rapporté jusqu’à présent à partir d’essais réalisés avec des porcs mâles castrés ou femelles. La présente étude se focalise sur l’étude de mâles entiers.

Effect of feed presentation (mash or ground pellets) distributed with a liquid feeding system on growth performance of growingfinishing entire male pigs and boar taint risk

Forty entire male pigs per treatment were fed with diets presented as mash (F) or ground pellets (M) over the 22‐109 body weight (BW) range. A liquid feeding system that allows for a simultaneous feeding was used to control the daily feed allowance per pen (five pigs/pen). Dietary nutrient contents were calculated from chemical characteristics of ingredients and nutritional values assessed from www.evapig.com accordingly, and the same formula was used as F or M. With pellets, the daily feed intake tended to be lower but without any significant differences in average daily gain, then the feed conversion ratio (FCR) was reduced compared to mash (2.20 vs 2.26, P = 0.05). Proportion of pigs with androstenone level below 1 μg/g pure fat averaged 96% for both groups. Fewer pigs presented a skatole level above the minimum detectable concentration (30 ng/g) with pellets (78 vs 97%, P = 0.01) and their skatole concentration tended to be lower (64 vs 94 ng/g, P = 0.07). The ratio between skatole and skatole + indol (S/S+I) was reduced with pellets (51 vs 61%, P = 0.01), but with similar coefficient of correlation between S and S/I+S , which indicates that bacterial fermentation was oriented similarly toward skatole or indole production with M and F. The improved feed conversion ratio associated with a stable carcass composition at slaughter would result from an increased digestibility of nutrients induced by the technologies used in the pelleting process, which would contribute to reducing boar taint risk.

PDF icon Poster JRP de Nathalie Quiniou et al.
2015

Effet du mode de présentation (farine ou miette) de l'aliment distribué en soupe sur les performances des porcs mâles entiers et le risque d'odeurs de verrat

Consulter le resumé

Poster.

Quand l’aliment est distribué de façon rationnée sous forme de soupe, sa présentation sous forme de miette, plutôt que de farine, permet de diminuer l’indice de consommation (IC). Ce résultat est attribué à l’amélioration de la digestibilité des nutriments induite par les procédés technologiques mis en œuvre pendant la granulation. Il a été rapporté jusqu’à présent à partir d’essais réalisés avec des porcs mâles castrés ou femelles. La présente étude se focalise sur l’étude de mâles entiers.

PDF icon jrp2015-alimentation-quiniou-poster.pdf
2015

Effet du niveau d'ingestion et de la teneur en énergie de l'aliment sur les performances de croissance, le comportement et le risque d'odeurs sexuelles du porc mâle entier

Consulter le resumé

Nathalie Quiniou et al., 49es Journées de la Recherche Porcine, Paris, 31 janvier et 1er février 2017, p. 81-86

Deux essais portant sur 160 mâles entiers chacun sont réalisés pour étudier l'effet d'un rationnement énergétique réalisé avec des aliments croissance-finition concentrés [C, 10,0 MJ/kg d'énergie nette (EN)] ou dilués (D, 9,4 MJ EN/kg), sur les performances de croissance et le risque d'odeurs de verrat (essais 1 et 2) et le comportement (essai 2). Dans chaque essai, 32 cases de cinq porcs sont réparties entre quatre lots suivant un dispositif factoriel 2x2 défini suivant le niveau d'alimentation à volonté (A) ou rationné (R) et le type d'aliment. Les porcs rationnés ingèrent 7% (essai 1) ou 10% (essai 2) d'EN en moins par rapport à l'EN ingérée à volonté avec l'aliment D. Réalisé avec l'aliment D, le rationnement freine la croissance sans modifier l'indice de consommation (IC) ni l'adiposité de la carcasse. Avec l'aliment C, la quantité d'aliment distribuée est moins volumineuse et les comportements orientés vers l'alimentation dans l'heure qui suit le repas d'autant plus fréquents. Quand ils sont légers en début d'engraissement, les porcs alimentés à volonté régulent difficilement leur ingéré énergétique sur la teneur en EN de l'aliment. Les risques d'odeur liés au scatol et à l'androsténone sont très faibles, ce qui ne permet pas de conclure quant à l'effet de la conduite alimentaire sur ce critère. En conclusion, sur la base des performances de croissance et le comportement, l'utilisation d'un aliment concentré permet de faire consommer plus d'énergie au mâle qui a peu d'appétit en début de croissance par exemple. Dans les autres situations, qu'il soit alimenté à volonté ou non, un aliment dilué doit être privilégié pour le mâle entier.

ENG

Influence of feeding level and dietary energy content on growth performance, behavior and boar taint risk in entire male pigs

Two trials were performed with 160 entire male pigs each to characterize the growth performance and boar taint risk (trials 1 and 2) and behavior (trial 2) when energy restriction was performed through a reduced allowance of growing-finishing diets concentrated (C) or diluted (D) in net energy (NE, 10.0 and 9.4 MJ/kg, respectively). In each trial, 32 pens of five pigs each were allocated to one of the four treatments designed according to a factorial 2x2 approach depending on the feeding level and the dietary energy content. The restricted pigs were fed 7% (trial 1) or 10% (trial 2) less energy than ad libitum fed pigs with diet D. Restriction with diet D lowered the daily body weight gain (ADG) without any effect on the feed conversion ratio (FCR) or the carcass leanness. With diet C, energy restriction was performed through a smaller feed allowance and feeding activities within the post-prandial hour were much more frequent and may contribute to the increase in FCR observed in trial 1. Ad libitum fed pigs had some difficulties to regulate the amount of NE intake, especially when body weight is low at the beginning of the growing phase. Boar taint risks due to skatole or androstenone were very low, that makes difficult any conclusion about the effect of the feeding strategy on this criterion. In conclusion, based on growth performance and behaviour, a high NE diet can help to increase the NE intake of the entire male with a low appetite at the beginning of the growing phase for example. In other cases, when fed in a restricted way or not, a low NE diet must be preferred for entire male pigs.

PDF icon Nathalie Quiniou et al., 49es Journées de la Recherche Porcine, Paris, 31 janvier et 1er février 2017, p. 81-86
2017

Effet du rapport lysine / énergie sur les performances du porcelet. Incidence d'une distribution de l'aliment post-sevrage jusqu'à 40 kg

Consulter le resumé

Trois cent soixante porcelets sevrés, d'un poids moyen de 7,5 kg, sont mis en lots pour déterminer le rapport lysine digestible/énergie nette (lys. d/EN) optimum. Quatre traitements sont comparés dans un essai factoriel 2 x 2 : deux niveaux d'énergie nette 2300 et 2200 kcal/kg x 2 niveaux de lys. d./EN, 4,9 et 5,3 g. Les régimes sont à base de maïs, blé, orge et tourteau de soja. La consommation d'aliment n'est influencée ni par l'énergie ni par le taux de lysine.
PDF icon Effet du rapport lysine / énergie sur les performances du porcelet. Incidence d'une distribution de l'aliment post-sevrage jusqu'à 40 kg
1999

Effets de l'incorporation d'extrait de thé vert ou de vitamine E dans l'aliment finition sur la qualité de viande et les performances de croissance de porcs nourris avec ou sans graine de lin extrudée

Consulter le resumé

Dans l'objectif d’augmenter la teneur en acides gras (AG) de type ω3 de la viande de porc, le maintien du niveau des acides gras polyinsaturés jusqu’au produit consommé est une priorité pour les opérateurs faisant appel à une allégation nutritionnelle (règlement CE 1924/2006).
Cela implique de prévenir leur peroxydation lors du stockage et de la cuisson. L’incorporation dans l’alimentation du porc d’extraits naturels de plantes aux propriétés antioxydantes tel

PDF icon jrp-2013-qualite09.pdf
2013

Effets de l'incorporation de 10% de tourteau de colza (Brassica napus) industriel dans les aliments de gestation et de lactation pendant trois cycles de reproduction sur les performances de truies hyperprolifiques et leurs portées

Consulter le resumé

Avec une production croissante de biodiesel, la disponibilité du tourteau de colza (TC) augmente et il devient compétitif en alimentation porcine. Les fabricants d'aliment s'interrogent cependant sur les effets à long terme des glucosinolates (GLS) contenus dans le TC sur la reproduction. L'incorporation de 10% (vs. 0%) de TC [14,5 µmol g&‡22;1 matière sèche (MS)] dans les aliments de gestation et de lactation a été étudiée sur quatre bandes de 24 truies hyperprolifiques pendant trois cycles de reproduction.

2012

Effets de l'incorporation de graine de lin extrudée dans les aliments truies et/ou porcs sur les performances de croissance et la qualité de carcasse

Consulter le resumé

Poster. Le profil en acides gras (AG) de la viande de porc est étroitement lié au profil en AG de l'aliment que l'animal ingère (Mourot et Hermier, 2001). L'AFSSA recommande d'accroître l'apport en AG polyinsaturés afin que le rapport ω6/ω3 tende vers 5 en nutrition humaine. Ainsi, l'incorporation de graine de lin, source végétale la plus riche en C18:3n‐3 précurseur de la famille des AGn‐3, dans les régimes porcins est l'une des voies explorées. La teneur en énergie nette (EN) de cette matière première est variable selon le procédé technologique appliqué (Noblet et al., 2008).
PDF icon Effets de l'incorporation de graine de lin extrudée dans les aliments truies et/ou porcs sur les performances de croissance et la qualité de carcasse
2010

Effets de la concentration énergétique de l'aliment 2ème âge sur les performances zootechniques en post-sevrage

Consulter le resumé

Dans le cadre du 23ème test de contrôle des produits terminaux, 1151 porcs provenant de huit types génétiques différents ont été notés pour le défaut « viande déstructurée » (VDS) après examen du jambon frais désossé à 48 h post mortem.
PDF icon Effets de la concentration énergétique de l'aliment 2ème âge sur les performances zootechniques en post-sevrage
2002

Effets de la diversité de la composition alimentaire sur les performances zootechniques du porc en post-sevrage

Consulter le resumé

Poster. Au sevrage, le porcelet privé du lait maternel, doit progressivement s'adapter à un aliment de composition et de caractéristiques différentes. Il s'ensuit une période de sous consommation alimentaire à l'origine d'une baisse de performances des porcelets. Cet essai conduit à la station expérimentale de Villefranche de Rouergue (12), s'intéresse à l'effet zootechnique de la diversificationdes sources de protéines et d'amidon de l'aliment distribué en post-sevrage.
PDF icon Effets de la diversité de la composition alimentaire sur les performances zootechniques du porc en post-sevrage
2009

Effets de la phytase, de la vitamine C et du cuivre sur la rétention du cadmium chez le porc charcutier

Consulter le resumé

Poster. Le cadmium (Cd) est un contaminant d’origine tellurique dont la présence dans les tissus animaux peut résulter des végétaux et minéraux utilisés pour leur alimentation. Une contamination au cadmium proche de la limite réglementaire dans l’aliment (0,5 mg/kg) peut se traduire par des concentrations dans les reins excédant la limite réglementaire pour la consommation humaine (1000μg/kg).
PDF icon Effets de la phytase, de la vitamine C et du cuivre sur la rétention du cadmium chez le porc charcutier
2013

Effets de la phytase, de la vitamine C et du cuivre sur la rétention du cadmium chez le porc charcutierorc en croissance et ses caractéristiques de carcasse

Consulter le resumé

Poster. Dans les conditions usuelles d’alimentation des porcs, une contamination modérée au cadmium (Cd), proche des limites réglementaires, et pendant la totalité de la période d’élevage, peut provoquer des concentrations en Cd dans les reins supérieures à la limite réglementaire pour la consommation humaine (Royer et Lebas, 2010a, b).
Les objectifs de l’étude sont de mesurer les effets de plusieurs paramètres de la formulation des aliments (présence ou non de phytase, teneur en cuivre, supplémentation en vitamine C) sur les concentrations finales dans les reins des porcs.

PDF icon jrp-2013-alimentation10.pdf
2013

Effets de la présentation de l’aliment et du rationnement chez le porc en engraissement

Consulter le resumé

Fiche n° 073 : facteurs de productivité des élevages

Les études comparant les principales présentations de l’aliment (granulés, farine en sec, farine en soupe) ont été réalisées dans les années 1980
(Quéméré et al, 1988).
Aussi, plusieurs travaux ont été entrepris récemment par l’Ifip chez le porcelet et le porc charcutier afin de vérifier les effets de la présentation sur la santé et les performances dans les conditions actuelles d’élevage.

PDF icon fiche_bilan2014_073.pdf
2015

Effets de la teneur en phosphore digestible de l'aliment distribué entre 12 et 30 kg de poids vif sur les performances zootechniques

Consulter le resumé

La période de croissance-finition est à l’origine d’une part importante des rejets phosphorés et une majorité d’études y a été consacrée (Castaing et al., 2003). Ainsi, l’apport en phosphore des matières premières et les besoins des porcs peuvent être estimés par les coefficients de digestibilité apparents avec et sans phytase endogène fournis par les tables INRA-AFZ (2004), et l’approche factorielle décrite par Jondreville et Dourmad (2005).
PDF icon Effets de la teneur en phosphore digestible de l'aliment distribué entre 12 et 30 kg de poids vif sur les performances zootechniques
2007

Effets de l’incorporation de fibres fermentés ciblés sur les performances et l’état de santé des porcelets en post-sevrage

Consulter le resumé

L’introduction de fibres alimentaires dans les aliments de sevrage peut être proposée en remplacement des antibiotiques facteurs de croissance. Ces essais, menés à l’IFIP et à l’INRA, ont pour objet d’évaluer l’interaction entre l’incorporation de fibres et l’environnement sanitaire de l’élevage sur les performances et l’état de santé des porcelets en post-sevrage. Un mélange constitué de pulpes de betterave et de coques de soja est introduit dans les aliments fibres (F). L’aliment F est comparé à l’aliment témoin (T) en 1er âge.
PDF icon Effets de l’incorporation de fibres fermentés ciblés sur les performances et l’état de santé des porcelets en post-sevrage
2010

Effets des pulpes de betteraves dans l'aliment des porcs à l'engrais

Consulter le resumé

Poster présenté par Didier Gaudré et Didier Coulmier, aux 51es Journées de la Recherche Porcine, 5 et 6 février 2019

Cette étude s’inscrit dans un contexte d’augmentation de la disponibilité des pulpes de betteraves à destination de l’alimentation animale, liée à
la fin de l’application de quotas à la production de sucre. Les pulpes de betteraves déshydratées représentent le principal coproduit issu de cette
filière utilisé en production porcine. Dans cet essai, les pulpes sont incorporées à hauteur de 0, 10 et 20 % dans l’aliment de porcs en croissance-finition. Des mesures d’état corporel et des observations de comportement complètent les données de performances.

PDF icon Didier Gaudré et Didier Coulmier, 51e JRP, 5 et 6 février 2019, poster
2019

Pages