La base documentaire de l'IFIP

La base documentaire de l'IFIP : des centaines de documents à télécharger ou bien à commander.

Résultats 301 à 320 de 675 résultats
Rechercher une documentation
Publicationtrier par ordre croissant Année
Couverture du Porc par les chiffres

Le porc par les chiffres 2019-2020

Consulter le resumé

Les chiffres clés les plus récents des filières porcines dans le monde et l’UE (production, consommation, cheptel...) et de la filière porcine en France ; les données utiles pour se repérer tout au long de l’année et à avoir toujours sous la main : un outil indispensable à tous !

  • les échanges (import/export),
  • les élevages de porcs (cheptel/régions, commerce et signes de qualité),
  • les coûts des bâtiments, le secteur de l’aliment pour porc,
  • la sélection (truies, insémination, évolutions génétiques),
  • l’abattage (entreprises, classement des carcasses, paiement au TMP),
  • le secteur de la charcuterie (entreprises et produits),
  • la consommation des viandes et la distribution des produits du porc

sous forme de tableaux, cartes, graphiques. 

Un fichier powerpoint contenant les principaux graphiques complète la brochure ; les visuels présentant chaque maillon de la filière peuvent directement servir à la préparation d’interventions techniques. Il vous sera envoyé sur simple demande : ifip@ifip.asso.fr

Edition IFIP, 39 pages, 16 X 24

25,00 €
2019

Le porc n'est pas en compétition alimentaire avec l'homme

Consulter le resumé

Didier Gaudré, Réussir Porc - Tech Porc (FRA), 2018, n° 264, décembre, p. 12-13

La production porcine peut être productrice nette de protéines. C’est notamment le cas quand le porc consomme des coproduits et des tourteaux non consommables en alimentation humaine.

PDF icon Didier Gaudré, Réussir Porc - Tech Porc (FRA), 2018, n° 264, décembre, p. 12-13
2018

Le porc dans les exploitations de grandes cultures Systèmes "Céréales-Oléoprotéagineux-Porcs"

Consulter le resumé

~~Le 1er objectif de cette étude est d’identifier et de caractériser les différents types d’exploitations céréales-oléoprotéagineux-porcs. Le 2nd porte sur la recherche de solutions compétitives pour ces exploitations.

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
1999

Le porc dans les exploitations de grandes cultures systèmes "céréales-oléoprotéagineux-porcs

Consulter le resumé

Onésime Teffène, rapport d'études, février 1999, 49 pages

Le 1er objectif de cette étude est d’identifier et de caractériser les différents types d’exploitations céréales-oléoprotéagineux-porcs. Le 2nd porte sur la recherche de solutions compétitives pour ces exploitations.

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
1999

Le point sur l'équilibre acido-basique chez le porc et le bilan électrolytique des aliments

Consulter le resumé

Les aliments destinés aux porcs ont tendance à contenir de moins en moins de matières

premières riches en protéines, ce qui est rendu possible par la disponibilité des acides aminés industriels.

Ce principe de formulation conduit à des aliments pour lesquels il convient de vérifier le bilan électrolytique, voire de le corriger, afin que sa valeur respecte les minima définis pour chaque stade physiologique.
PDF icon Le point sur l'équilibre acido-basique chez le porc et le bilan électrolytique des aliments
2002

Le biphase en alimentation porcine, une pratique d’élevage doublement intéressante

Consulter le resumé

Plus de 40 % des porcs charcutiers et plus de 60 % des truies reproductrices reçoivent une alimentation biphase dans les élevages français. Cette technique permet de mieux ajuster les apports nutritionnels aux besoins réels de l’animal, en distinguant deux phases, et donc deux aliments successifs, dans le processus d’élevage : «croissance» puis «finition» pour le porc à l’engrais, «gestation» puis «allaitement» pour la truie.
2000

Le besoin en lysine digestible relativement à l'énergie nette des porcs rationnés est-il plus élevé que celui des porcs alimentés à volonté ?

Consulter le resumé

Deux essais ont été réalisés sur des femelles élevées en individuel afin de quantifier l'effet du rationnement sur le besoin en lysine digestible (LYSd) par rapport à l'énergie nette (EN) entre 35 et 105 kg. Dans l'essai 1, les porcs reçoivent 100 %, 95 %, 90 % ou 85 % de l'ingéré énergétique à volonté sur la base du poids, les apports journaliers en acides aminés étant égalisés.
PDF icon Le besoin en lysine digestible relativement à l'énergie nette des porcs rationnés est-il plus élevé que celui des porcs alimentés à volonté ?
2006

LCA results of French cereal and oilseed feedstuffs with effect of different agricultural practices

Consulter le resumé

Sylvie Dauguet et al., 10es International Conference on Life Cycle Assessment of Food 2016, Dublin, Irlande du Nord, Royaume-Uni, 19-21 octobre 2016, 7 pages

The French project ECOALIM aims to improve the environmental impacts of husbandries by optimizing their feed. This project defines the environmental impacts of the production of raw materials for animal feeding and optimizes the formulation of feed compounds with environmental constraints in order to improve environmental footprint of animal products. The project covers different farming systems and production areas in France and is based on life cycle assessment (LCA). The objective of this study was to develop a dataset of environmental impacts of feed ingredients, while taking into account agricultural practices and processing.

The LCA results obtained for rapeseed grown in France, with different agricultural practices, at the field gate, are discussed here, while similar results are also available for other crops (wheat, barley, maize, sunflower, pea…). Several life cycle inventories (LCI) were carried out: national average data representative of France (average French rapeseed) and LCIs with different crop managements based on case studies, in different regions of France, with different crop rotations (rapeseed in crop rotation with introduction of intermediate crops, or with introduction of legumes, or with organic fertilization, or rapeseed cultivated with an associated crop). The LCA methodology was applied, considering environmental burdens at the rotation system scale. Focus is made this paper on five impact indicators (Climate Change ILCD, Cumulative Energy Demand non renewable fossil+nuclear, ACidification ILCD, EUtrophication CML, Consumption of Phosphorus).

For the rapeseed LCIs presented, the main contributor to selected environmental impacts was field emissions. The assessment of practices such as organic fertilization, the introduction of intermediate crops, the introduction of legumes in the rotation or an associated crop within rapeseed crop showed some improvements on impacts. But results were very variable between the different case studies.

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2016

La variabilité des performances animales en élevage porcin : description et implications pratiques

Consulter le resumé

La variabilité de la prolificité est maîtrisable par l'éleveur tant que le nombre de porcelets nés vivants n'excède pas le nombre de tétines fonctionnelles dans la maternité : des adoptions entre portées permettent alors d'ajuster le nombre de porcelets allaités aux capacités laitières des truies. Quand la prolificité est très élevée, la gestion des porcelets devient plus compliquée et la variabilité de leurs poids de naissance pénalise les chances de survie des individus les plus petits. S’ensuit aussi une variabilité accrue des performances de croissance.
2012

La stratégie d'allotement au sevrage peut influencer les performances

Consulter le resumé

Les combats et les interactions agressives faisant suite au regroupement des porcelets au sevrage ont des conséquences généralement transitoires. Ils cessent lorsqu'une nouvelle hiérarchie sociale est établie. Dans certaines situations de mélange important ou de stress environnemental, les performances pourraient toutefois être affectées. Lorsque l'agressivité entre animaux est forte, mieux vaut regrouper les porcelets à partir d'un nombre modéré de portées. Cela peut permettre de limiter le niveau des agressions et de sécuriser les performances de post-sevrage.

PDF icon techporc_royer_n7_2012.pdf
2012

La spectroscopie proche infrarouge : outil d’analyse rapide sur carcasse de la teneur en acides gras polyinsaturés n-3 des gras de bardière du porc charcutier

Consulter le resumé

La qualité nutritionnelle de la viande de porc, notamment au travers de sa composition en acides gras, est un axe majeur de développement pour la filière porcine. Dans le cadre d’un programme de recherche collaboratif, une enquête menée par l’IFIP auprès d’abattoirs engagés ou non dans des filières d’amélioration du profil lipidique des porcs démontre le besoin d’un outil de détermination rapide et précoce du profil en acides gras des carcasses. Des travaux précédents menés par Gonzales‐Martin et al.
PDF icon La spectroscopie proche infrarouge : outil d’analyse rapide sur carcasse de la teneur en acides gras polyinsaturés n-3 des gras de bardière du porc charcutier
2012

La spectroscopie dans le proche infrarouge (NIRS) détermine avec précision la valeur nutritive des matières premières et des aliments pour porcs

Consulter le resumé

Samantha Joan Noel ( Aarhus University, Danemark) et al., 52e Journées de la Recherche Porcine (FRA), 4 et 5 février 2020, Paris, p. 105-106, poster

Poster.

L'ajustement de la variation de la valeur nutritive des aliments porcins est généralement effectué en utilisant les résultats d’analyse chimique et les valeurs moyennes de digestibilité des tables ou des équations disponibles. Cependant, à cause de l’effet des conditions de culture sur la composition des matières premières, les valeurs des tables sont insuffisamment précises pour déterminer les variations entre matières premières du même type (Just et al., 1983). Actuellement, les autres méthodes pour déterminer la valeur nutritive des aliments pour porcs à l’aide de modèles animaux ou de digestions in vitro sont longues et coûteuses. L’objectif est ici d’utiliser le spectre proche infrarouge (NIRS) de matières premières et aliments porcins combinée avec la modélisation pour développer des estimations rapides, peu coûteuses et précises de leur composition et valeur nutritive.

ENG

Poster.

Near-infrared spectroscopy (NIRS) accurately predicts the nutritive value of individual components and mixed diets for pigs

Accurate feed-quality information is of outmost importance, not only because feed accounts for at least two-thirds of the cost of livestock production, but also because accurate feed-quality information is critical for optimizing performance and minimizing the climate footprint of livestock production. Current methods to determine the nutritive value of pig feedstuffs are time consuming and expensive (animal models or in vitro digestions) or not accurate enough to determine variation among feedstuffs of the same type (table values). Here, we used near-infrared spectroscopy (NIRS) of 619 pig feedstuffs in combination with modeling to develop rapid, inexpensive and accurate estimates of the digestibility of macronutrients (energy (DE), organic matter (OM), protein, fat, crude fiber (CF), nitrogen free extract (NFE), dietary fiber (DF) and hemicellulose) as well as metabolizable energy. Prediction models were developed for cereals, alternative ingredients (e.g. cereal substitutes, protein concentrates, cereal by-products and grass meal) and mixed diets or all pig feedstuffs together as a whole. Models were tested using an independent set of samples (n=154). Overall models predicted the digestibility of macronutrients well (R2 = 0.70-0.87 for DM, OM, protein, fat, and energy). Moderately accurate predictions (R2 = 0.50-0.52) were made for CF and DF. The mean relative standard error was 5%, except for the digestibility of fat, CF, DF and hemicellulose (16-25%). NIRS estimates of DE were better than those using the current Danish in vitro method with enzymatic digestion of OM (R2 = 0.97 vs. 0.90, respectively), and NIRS estimates of ME were better than using table values (R2 = 0.94 vs. 0.89, respectively). Thus, NIRS provides more accurate estimates of the digestibility of feedstuffs than current estimation methods.

2020

La santé animale aux Journées de la Recherche Porcine

Consulter le resumé

Quatre publications sur la pathologie respiratoire du porc. Quatre également sur les usages d’antibiotiques et leurs alternatives nutritionnelles. Et enfin, une publication sur une zoonose. Ces thèmes, abordés aux dernières Journées de la Recherche Porcine, reflètent bien les problématiques sanitaires actuelles de la filière porcine.

PDF icon techporc_hemonic_n12_2013.pdf
2013

La réduction de la teneur en protéines des aliments de sevrage en tant qu’alternative à l’usage des antibiotiques / Reducing nursery-feed protein content as an alternative to using antibiotics

Consulter le resumé

Les Cahiers de l'IFIP, 4(1), 19-28 - La revue R&D de la filière porcine française

La réduction de la teneur en protéines de l’aliment sevrage est le premier critère avancé pour réduire l’incidence de pathologies digestives fréquentes dans les jours qui suivent le sevrage. Compte tenu des récents travaux menés sur les besoins en acides aminés, cette étude fait le point des capacités de réduction des taux de protéines des aliments de sevrage offertes aujourd’hui. Des essais sont réalisés afin d’évaluer les besoins en lysine digestible du porcelet au sevrage et d’observer les conséquences des
modifications du régime azoté au moment du sevrage sur les performances en fin de post-sevrage. Une réduction des performances de croissance des animaux dans la période de sevrage, due à un apport protéique restreint, peut être acceptable s’il permet un arrêt de l’usage des antibiotiques et se révèle sans incidence forte sur les performances ultérieures. La réduction de la teneur en protéines des aliments en période de 1er âge dans le but de réduire l’usage de l’antibiothérapie est possible. Elle
se traduit par une baisse d’efficacité alimentaire accompagnée ou pas de celle de la vitesse de croissance. Ces diminutions de performances sont amoindries, voire annulées à l’échelle de la totalité du post-sevrage, des compensations de performances pouvant apparaître après la période de 1er âge. Dans les conditions de disponibilité des matières premières actuelles, un taux de protéines de l’aliment 1er âge de 17 % est envisageable à la condition de retenir un ratio lysine/énergie inférieur à 1,1 g de
lysine digestible par MJ EN. Il faut tenir compte des valeurs nutritionnelles de l’aliment 2ème âge pour que cette réduction de la teneur en protéines de l’aliment 1er âge soit réalisable. Après la phase d’adaptation consécutive au sevrage, il faut mettre les animaux dans des conditions de production non limitantes en termes de conduites d’élevage et alimentaire. Dans l’aliment sevrage, l’incorporation de matières protéiques de qualité est à raisonner selon les conditions d’élevage.

PDF icon Version française, PDF icon English version
2017

La Lettre Notre de conjoncture Aliment .::. octobre 2011

Consulter le resumé

La Lettre Notre de conjoncture Aliment .::. octobre 2011

PDF icon octobre2011.pdf
2011

La Lettre Notre de conjoncture Aliment .::. novembre 2011

Consulter le resumé

La Lettre Notre de conjoncture Aliment .::. novembre 2011

PDF icon novembre2011.pdf
2011

La Lettre Notre de conjoncture Aliment .::. mai 2012

Consulter le resumé

La Lettre Notre de conjoncture Aliment .::. mai 2012

PDF icon mai2012.pdf
2012

La Lettre Note de conjoncture Aliment – Janvier 2010

Consulter le resumé

La Lettre Note de conjoncture Aliment – Janvier 2010

PDF icon janvier2010.pdf
2010

La Lettre Note de conjoncture Aliment :: septembre 2013

Consulter le resumé

La Lettre Note de conjoncture Aliment :: septembre 2013

PDF icon septembre_2013.pdf
2013

La Lettre Note de conjoncture Aliment :: septembre 2012

Consulter le resumé

La Lettre Note de conjoncture Aliment :: septembre 2012

PDF icon septembre2012.pdf
2012

Pages