La base documentaire de l'IFIP

La base documentaire de l'IFIP : des centaines de documents à télécharger ou bien à commander.

Résultats 421 à 440 de 675 résultats
Rechercher une documentation
Publicationtrier par ordre croissant Année

Incidence d'un enrichissement en fibres de l'aliment finition sur la qualité technologique de la viande de porc

Consulter le resumé

S'il était possible de réduire le potentiel glycolytique des viandes, en agissant sur les conditions d'alimentation en fin de période d'engraissement, lerisque d'obtenir des viandes à bas pH pourrait être atténué. L'objectif de cet essai est de tester l'influence de la diminution de la quantité d'énergie ingérée quotidiennement par les porcs. Dans ce but, un aliment de concentration énergétique inférieure à 9,0 MJ d'énergie nette a été distribué au cours du dernier mois d'engraissement.
PDF icon Incidence d'un enrichissement en fibres de l'aliment finition sur la qualité technologique de la viande de porc
2008

Incidence d'itinéraires alimentaires de la truie au porc charcutier sur les performances et la qualité des produits de salaisonnerie

Consulter le resumé

Trois types de régimes, "amidon et deux niveaux de fibre + graisse", F1-G1 et F2-G2 contrôlés chez les truies en gestation et lactation, ont été appliqués à leurs porcelets et porcs charcutiers. L'arrière effet résultant de l'alimentation des truies est également étudié avec la distribution d'un aliment unique "amidon" aux porcs.
PDF icon Incidence d'itinéraires alimentaires de la truie au porc charcutier sur les performances et la qualité des produits de salaisonnerie
2000

Importance et diversité des aliments fabriqués à la ferme en élevages de porcs

Consulter le resumé

Afin de mieux connaître la part et les caractéristiques de l’aliment fabriqué à la ferme dans les élevages de porcs français, une enquête a été réalisée sur l’ensemble des élevages ayant participé aux références GTE en 2009, soit au total 2 810 élevages dont 1 690 naisseurs-engraisseurs.

Elle visait à caractériser les aliments distribués selon les types d’animaux, et à connaître les matières premières utilisées en cas de fabrication d’aliment.
PDF icon tp1badouard11.pdf
2011

Importance du poids à la naissance, au sevrage et en début d'engraissement sur les performances de croissance ultérieures du porc alimenté à volonté

Consulter le resumé

Nathalie Quiniou et Isabelle Corrégé, 49es Journées de la Recherche Porcine, Paris, 31 janvier et 1er février 2017, p. 157-162

L'étude est réalisée à partir de 10 bandes de porcs croisés (Large White x Piétrain) x (Large White x Landrace), pesés à la naissance (PV0) et au sevrage (PVsev). Parmi les 1 311 porcelets sevrés, 1 106 sont également pesés en fin de post-sevrage (PVfinPS) et 634 suivis en engraissement pour caractériser leurs profils de croissance et de consommation spontanée individuelle. Ces profils sont utilisés pour calculer le poids à 70 j (en moyenne 30 kg) et 162 j (en moyenne 115 kg), et pour standardiser les performances entre 40 et 115 kg de poids vif. Des régressions linéaires sont réalisées pour estimer l'influence de(s) PV0, PVsev ou PVfinPS sur le(s) poids atteints à différentes étapes de la carrière. Ainsi, 100 g de plus à la naissance s'accompagnent de 280 g de plus à 28 j (sevrage) et 450 g de plus à 70 j. Pour une plage de PVsev compris entre 6 et 9 kg, 100 g de plus à 28 j s'accompagnent de 180 à 140 g de plus à 70 j, le PVfinPS augmentant par ailleurs de 666 g par jour supplémentaire en post-sevrage. Enfin 1 kg de plus à 70 j se traduit par 290 g de plus à 162 j. Après répartition des porcs en classes de PV0, il apparaît qu'en engraissement la vitesse de croissance et l'efficacité alimentaire sont d'autant plus faibles que les porcelets sont légers à la naissance. Ces résultats confirment l'intérêt des efforts visant à réduire l'hétérogénéité du poids de naissance, à sevrer des porcelets lourds et à adapter la gestion de fin de bande pour éviter que les animaux légers à la naissance ne soient en plus abattus trop légers donc déclassés.

ENG

Effect of individual body weight at birth, weaning and the end of the post-weaning period on the further growth performance of pigs fed ad libitum

The study is based on 10 batches of crossbred (Large White x Landrace) x (Large White x Piétrain) pigs, weighed at birth (PV0) and at weaning (PVsev). Among the 1 311 weaned piglets, 1 106 were also weighed at the end of the post-weaning period (PVfinPS) and 634 were studied during the fattening period in order to characterize their growth and spontaneous feed intake profiles.
Thereafter, these profiles were used to calculate the body weight (BW) at 70 d (PV70j, 30 kg BW on average) and 162 d (PV162j, 115 kg BW on average) and to standardize the growth performance between 70 and 115 kg BW. The effect of PV0, PVsev, or PVfinPS on later BW was assessed through linear regressions. An additional 100 g at birth was associated with 280 g more at 28 d (weaning) and 450 g more at 70 d. For PVsev ranging between 7 and 9 kg at 28 d, pigs were 180 to 140 g heavier at 70 d, PVfinPS being 666 g heavier per additional day in the post-weaning room. Last, 1 kg more at 70 d was associated with 290 g more at 162 d.
Stratification of pigs based on their PV0 indicated that the lower the PV0, the lower the average daily gain and feed efficiency during the fattening period. Such results should argue efforts toward reduced within-litter birth weight variation, increased BW at weaning and adaptation of the final management of batches that allows the lightest pigs at birth to be slaughtered within the expected and valuable BW range.

PDF icon Nathalie Quiniou et Isabelle Corrégé, 49es Journées de la Recherche Porcine, Paris, 31 janvier et 1er février 2017, p. 157-162
2017

Impacts environnementaux des aliments porcs : état des lieux et possibilités de réduction par le changement de la composition de l’aliment

Consulter le resumé

Les impacts environnementaux liés au changement climatique, à la demande en énergie, à l’occupation de surfaces, à l’eutrophisation et à l’acidification, sont estimés pour des aliments destinés à des porcs en engraissement. Les modalités d’approvisionnement de cinq sites de fabrication d’aliments répartis sur le territoire national sont définies. Les formules d’aliments complets sont établies à partir de trois listes de prix de matières premières contrastées. En moyenne, une tonne d’aliment d’engraissement se traduit par des émissions de 536 kg eq. CO2, 4,2 kg eq. PO43‐ et 3,6 kg eq. SO2, une demande cumulée en énergie de 4928 MJ et une occupation de surfaces de 1349 m².an. Le potentiel de réduction maximal atteint 12 % pour le changement climatique avec une augmentation du prix de l’aliment de 6 %, et varie de 12 à 21 % pour l’eutrophisation avec un prix augmenté de 6 à 10 %. Lorsque des contraintes sont imposées aux autres impacts environnementaux, le potentiel de réduction maximal devient de 6 % pour le changement climatique, et varie de 1 à 7 % pour l’eutrophisation. Ce travail souligne cependant l’intérêt de disposer d’une base de données consolidée des impacts environnementaux de l’ensemble des intrants alimentaires des élevages.

Environmental impacts of pig diets – Inventory and reduction opportunities by changing the diet composition

The environmental impacts associated with climate change, energy demand, land occupation, eutrophication and acidification, were estimated for pig diets. Feedstuff supply by five manufacturers located in France was assessed. Complete diets were formulated based on three contrasted raw material prices. On average, the pig diet represented, per ton, 536 kg eq. CO2, 4.2 kg eq. PO43‐ and 3.6 kg eq. SO2 emissions, 4928 MJ of energy consumption, and 1349 m².year needed surfaces. The maximum potential reduction was 12 % for climate change and was associated with a 6 % increase in diet price, and ranged from 12 to 21 % for eutrophication with a 6 to 10 % increase in price. When other environmental impacts were limited, the maximum potential reduction was 6 % for climate change, and ranged from 1 to 7 % for eutrophication. This study clearly indicates the need for a consolidated database concerning the environmental impacts of raw materials.

PDF icon jrp2015-alimentation-gaudre.pdf
2015

Impact of the non castration of male pigs on growth performance and behaviour comparison with barrows and gilts

Consulter le resumé

Growth performance, carcass quality, behaviour and general condition of crossbred (Pietrain x Large White) x (Large White x Landrace) boars, barrows and gilts fed ad libitum and group-housed were compared from weaning until slaughter. During the postweaning and the fattening periods, pigs were group-housed (8-9 or 6 pigs/pen, respectively). Pigs were all slaughtered on the same day. Between 28 and 63 d of age (post-weaning period), growth performance was not significantly influenced by the gender.
PDF icon Impact of the non castration of male pigs on growth performance and behaviour comparison with barrows and gilts
2010

Impact of some sow's characteristics on birthweight variability

Consulter le resumé

PDF icon Impact of some sow's characteristics on birthweight variability
2007

Impact of liquid feeding and health status on the use of a high level of rapeseed meal in pig fattening diets

Consulter le resumé

Poster. Rapeseed meal (RSM) can be included at high levels in dry pig feeds. However, lower incorporation limits are often proposed for liquid feeding because, in that case, it is thought that RSM could have a more negative eff ect on intake than for dry feeding.
PDF icon Impact of liquid feeding and health status on the use of a high level of rapeseed meal in pig fattening diets
2011

Impact du type d'alimentation en engraissement sur la prévalence troupeau des ulcères subcliniques

Consulter le resumé

Poster.
PDF icon Impact du type d'alimentation en engraissement sur la prévalence troupeau des ulcères subcliniques
2004

Impact du type d'alimentation en engraissement sur la prévalence troupeau des ulcères subcliniques

Consulter le resumé

Cette étude évalue la prévalence d’ulcères gastro-oesophagiens en fonction du type d’alimentation utilisé en engraissement. Au total, 73 lots de 20 porcs soit 1 454 estomacs ont été notés. Les observations des estomacs ont été réalisés à l’abattoir selon le système de notation en 8 points utilisé à l’ITP. Les ulcères observés ici sont majoritairement subcliniques. Il s’agit de lésions d’hyperkératinisation et d’érosion le plus souvent légères.
PDF icon Impact du type d'alimentation en engraissement sur la prévalence troupeau des ulcères subcliniques
2005

Impact du tourteau de colza incorporé à 15 % dans l’aliment et du degré de compétition sur les performances de 2ème âge

Consulter le resumé

Poster. Les fibres du tourteau de colza sont l’un des facteurs pouvant expliquer la baisse de consommation chez le porc, observée au taux d’introduction de 15 % en 2ème âge. Par ailleurs, le profil de matières premières mais aussi le degré de compétition à l’auge peuvent modifier le comportement alimentaire du porc.

Un essai à la station de Villefranche-de-Rouergue étudie les effets du degré de compétition alimentaire et de l’addition de tourteau de colza à un régime ayant une proportion élevée de fibres.
PDF icon Impact du tourteau de colza incorporé à 15 % dans l’aliment et du degré de compétition sur les performances de 2ème âge
2011

Impact du niveau d'apport en acides aminés pendant la première semaine de lactation sur la production laitière et la mobilisation des réserves de la truie sur quatre semaines de lactation

Consulter le resumé

Poster. Pendant les jours qui suivent la mise bas, la truie est le plus souvent alimentée de façon rationnée, parfois avec de l'aliment de gestation moins riche en acides aminés que l'aliment de lactation. Or, sur cette période, la production de lait augmente rapidement et le déficit en lysine digestible (LYSd) peut-être estimé à environ 20% (d'après Noblet et Etienne, 1989). Est-il possible de réduire la mobilisation des protéines maternelles par une meilleure couverture des besoins azotés en début de lactation ? Telle est la question posée dans notre essai.
PDF icon Impact du niveau d'apport en acides aminés pendant la première semaine de lactation sur la production laitière et la mobilisation des réserves de la truie sur quatre semaines de lactation
2009

Impact du décorticage et des traitements thermiques du soja sur la valeur nutritionnelle des tourteaux partiellement déshuilés chez le porcelet

Consulter le resumé

Veronika Halas (Kaposvár University, Hongrie) et al., 52e Journées de la Recherche Porcine (FRA), 4 et 5 février 2020, Paris, p. 31-36

Des graines de soja cultivées en Europe ont été broyées, puis décortiquées (D) ou non (W), puis extrudées par mono vis à 140°C à environ 100 kg/h (EP) ou bien cuites à 150°C pendant 60 minutes après floconnage (FCP), et enfin pressées. L’extrusion permet d'abaisser la teneur en huile résiduelle dans les tourteaux, alors que le décorticage accroît la teneur en protéine. Les activités antitrypsiques (TI) sont, respectivement, de 2,6, 3,5, 3,6 et 7,6 UIT/mg pour les tourteaux EP-W, EP-D, FCP-W et FCP-D. La température inférieure en sortie du sécheur du lot FCP-D (90 vs 97°C) explique probablement une moindre inactivation des TI, ce que confirme l'hydrolyse in vitro à base de trypsine, chymotrypsine et peptidase (méthode pH-stat). Les valeurs nutritionnelles des quatre tourteaux ont été comparées à celle d’un tourteau extrait au solvant lors d’un essai zootechnique d’une durée de 28 jours suivi par une collecte en cages de digestibilité pendant 5 jours consécutifs. Pour ces deux essais, 70 porcelets mâles castrés âgés de 5 semaines ont été utilisés. La digestibilité iléale apparente et standardisée a été déterminée par collecte post-mortem des digesta à la fin de l'iléon. Les performances et la rétention azotée obtenues avec trois des tourteaux (EP-D, EP-W et FCP-W) sont équivalentes à celles du tourteau témoin, mais avec des digestibilités iléales apparente et standardisée des acides aminés numériquement supérieures à celle du témoin. Les performances dégradées et la digestibilité inférieure des acides aminés obtenues avec le tourteau FCP-D soulignent l’importance d’une bonne maîtrise de l’activité antitrypsique. Grâce à leur excellente valeur biologique, de tels tourteaux produits à partir de soja local non OGM pourraient avoir un intérêt nutritionnel et économique en Europe. 

ENG

Influence of dehulling and thermal treatment of soybeans on nutritive value of partly defatted soymeals for piglets

European grown soy beans were ground, then dehulled (D) or kept whole (W), then extruded using a single screw extruder at 140 °C at about 100 kg/h (EP) or cooked at 150 °C during 60 minutes after flaking (FCP), and finally pressed. Extrusion allowed a lower residual oil content in the soybean meal (SBM), whereas dehulling resulted in a higher content of the protein. The trypsin inhibitor (TI) values were 2.6, 3.5, 3.6 and 7.6 TIU /mg, for EP-W, EP-D, FCP-W and FCP-D SBM, respectively. The lower temperature at the dryer exit for the FCP-D batch (90 vs 97 °C) probably explained a lower TI inactivation, which was confirmed by the in vitro hydrolysis using trypsine, chymotrypsine and peptidase (pH-Stat method). The nutritive values of the four meals were compared to a commercially available solvent extracted SBM in a 28-day performance trial using a total of 70 5-week-old barrow piglets, followed by a 5-day N balance study in metabolic cages with the same animals. Apparent (DIA) and standardized (DIS) ileal digestibility were determined by ileal chyme collection post-mortem. Diets contained the different SBMs as sole protein source. Three of the diets (EPD, EP-W, and FCP-W) resulted in similar performance and N retention compared to the control SBM, and had higher apparent and standardized ileal digestibility of amino acids than this control diet. Lower piglet performance and amino acids digestibility for the FCP-D diet highlight the importance of a low residual TI activity in SBM. Thanks to their excellent biological value, such meals produced from local and non-GMO soybeans could be of nutritional and economic interest in Europe.

2020

Impact de l’incorporation de 10% de tourteau de colza industriel dans les aliments pour truies : performances au cours de trois cycles de reproduction

Consulter le resumé

Dans un contexte de production de biodiesel, la quantité de tourteau de colza disponible pour l’alimentation animale devrait augmenter. Malgré ses atouts, le colza est peu utilisé dans les aliments porcins en raison des effets négatifs des anciennes variétés à teneur élevée en glucosinolates. Des efforts ont été réalisés afin de sélectionner des variétés de colza à très basse teneur en glucosinolates.



Édition 2007 - 40 pages - 21 X 29.7

PDF icon impact_de_lincorporation_de_10_de_tourteau_de_colza_industriel_dans_les_aliments_pour_truies.pdf 30,00 €
2007

Impact de la durée de mise à jeun, du mode d'alimentation et d'élevage sur la qualité technologique des jambons cuits

Consulter le resumé

Un intervalle de 24 heures d’ajeunement entre le dernier repas et l’abattage semble être optimum pour les pH ultimes moyens du jambons, sans pénaliser financièrement l’éleveur en terme de rendement carcasse.

Dans ces essais, le % de jambons au pHu compris entre 5,6 et 6,2 est optimal pour des animaux mis à jeun 24 h.
PDF icon Impact de la durée de mise à jeun, du mode d'alimentation et d'élevage sur la qualité technologique des jambons cuits
2006

Impact de la distribution de luzerne enrubannée sur les performances des porcs en croissance

Consulter le resumé

51es Journées de la Recherche Porcine, 5 et 6 février 2019, Paris, p. 115-116, par Stéphane Ferchaud (INRA) et al., poster

Poster. 

En élevage biologique, l’amélioration de l’autonomie protéique des exploitations constitue un enjeu important (Frürh, 2014). La recherche de nouvelles ressources protéiques est encore plus exacerbée qu’en production conventionnelle. De plus, la réglementation (Art 19 RCE 889/2008) pour la production de porcs biologiques impose l’apport de fourrages grossiers aux animaux. Dans ce contexte, cet essai a été conçu de manière à évaluer si un apport de légumineuses fourragères sous forme de fourrage grossier pourrait permettre de diminuer la quantité d’aliment distribuée à des porcs en engraissement. La luzerne présente l’intérêt d’être riche en protéines et d’être utilisée en tête de rotation dans les exploitations biologiques.
Les objectifs de cette étude sont d’évaluer la capacité des porcs en engraissement à consommer la luzerne enrubannée (LE), et de mesurer si cette consommation permettrait de réduire les impacts d’un rationnement alimentaire sur les performances zootechniques et les caractéristiques des carcasses obtenues.

Effect of feeding alfalfa hay on growing pig performance

Improving protein autonomy is a major challenge in organic pig production. According to organic specifications, pigs should have access to fodder (roughage, fresh, dried) or silage. The objective of this study was to evaluate consequences of feeding alfalfa hay on growth and carcass performances. A total of 120 pigs were used in two consecutive trials of 60 pigs. Pigs were group-housed (six pigs/pen). Five treatments were compared. The control group (T) and the R0 LE group were fed ad libitum with a commercial grower feed. The R10 LE, R15 LE and R22 LE groups were restrictively fed at 10%, 15% and 22% of ad libitum, respectively, compared to the T and R0 LE groups. Alfalfa hay was provided ad libitum to the R0 LE, R10 LE, R15 LE and R22 LE groups. Pig growth in the T and R10 LE groups did not differ significantly (949 and 937 g/d, respectively), but the average daily gain of those in the R15 LE and R22 LE groups was significantly lower (855 and 804 g/d, respectively, P < 0.01). Pigs in the R0 LE group had significantly higher growth than those in the T group (1014 vs. 949 g/d; P < 0.01). The lean meat content of pigs in the R15 LE and R22 LE groups was improved compared to those in the T group (61.3% vs. 60.1%, respectively, P < 0.001). This observation is useful for the production of leaner carcasses without increasing competition among pigs when they are rationed. The use of alfalfa hay as feedstuff for pigs seems possible, in compensation for a small restriction (10%) in concentrated feed.

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2019

Impact de la canicule 2003 sur les performances de lactation et reproduction à la station de l'ITP

Consulter le resumé

Quand la température ambiante en maternité est en permanence supérieure à 25°C, le stress thermique ressenti est tel que la production de lait et la consommation d'aliment de la truie chutent. Cela entraîne une dégradation des performances de lactation voire même de reproduction. La dégradation de la situation est encore pire quand la température reste supérieure à 27°C. De telles conditions ont été observées au cours de l'été 2003, en particulier pendant la période de canicule de la première quinzaine du mois d'août.
PDF icon Impact de la canicule 2003 sur les performances de lactation et reproduction à la station de l'ITP
2004

Impact d'une restriction de l'usage des facteurs de croissance antibiotiques sur le coût de production du porc

Consulter le resumé

Les antibiotiques facteurs de croissance utilisés dans l’alimentation animale ont apporté une contribution importante au développement et à l’économie des élevages porcins intensifs, par une amélioration de l’état sanitaire, de la vitesse de croissance et de l’efficacité alimentaire.

Accusée de favoriser l’apparition chez l’homme d’antibiorésistances, cette utilisation est aujourd’hui remise en cause. La réglementation européenne a prohibé en septembre 1999 l’emploi des six principaux antibiotiques utilisés dans l’alimentation des porcs.
PDF icon Impact d'une restriction de l'usage des facteurs de croissance antibiotiques sur le coût de production du porc
2001

Il n'y a pas de solution unique pour les truies en groupe

Consulter le resumé

Quatre questions doivent être posées pour choisir le logement de ses truies en groupe : qui s'occupe des truies ? Quelle précision pour l'alimentation ? Quelle taille de groupes et quel type de sol choisir ?
2007

Il faut augmenter la ration allouée à la truie hyperprolifique pendant les dernières semaines de gestation

Consulter le resumé

Dans quelle mesure l’augmentation de la ration allouée aux truies hyperprolifiques pendant les 14 derniers jours de gestation influence-t-elle les caractéristiques des porcelets nouveau-nés et de la truie à la mise bas et pendant la lactation ? Telle est la question ayant motivé la mise en place d’un essai sur cinq bandes de 24 truies élevées en bâtiment à la station de Romillé et sur trois bandes de 27 truies élevées en bâtiment ou en plein air à la station des Trinottières.
PDF icon Il faut augmenter la ration allouée à la truie hyperprolifique pendant les dernières semaines de gestation
2007

Pages