La base documentaire de l'IFIP

La base documentaire de l'IFIP : des centaines de documents à télécharger ou bien à commander.

Résultats 221 à 240 de 675 résultats
Rechercher une documentation
Publicationtrier par ordre décroissant Année

Formuler ses aliments : un tout nouveau logiciel Porfal

Consulter le resumé

Didier Gaudré, Bilan 2016, éditions IFIP, mai 2017, p. 83

La formulation des aliments est essentielle pour optimiser le coût de production des porcs.

Elle permet de déterminer le mélange de matières premières le moins coûteux, tout en respectant les besoins nutritionnels des porcs.

Le logiciel Porfal, conçu initialement en collaboration entre l’IFIP et l’INRA, est mis en œuvre depuis environ 40 ans par l’Ifip qui se charge de son évolution et des adaptations nécessaires aux changements du matériel et de l’environnement informatiques.

La version Windows a été proposée en 2003 en remplacement de la version DOS originelle ; plusieurs centaines de CD de cette version ont été diffusés.

En 2016, une nouvelle version a été développée pour répondre aux nouveaux besoins et faciliter la prise en mains de cet outil par les éleveurs et leurs interlocuteurs.

PDF icon Didier Gaudré, Bilan 2016, mai 2017, p. 83, fiche n° 46
2017

Gagne-t-on à rationner les mâles castrés ?

Consulter le resumé

1998

Genetic of residual feed intake in growing pigs : relationships with nitrogen and phosphorus excretion

Consulter le resumé

The aim of this study was to evaluate residual feed intake (RFI), which is the difference between observed daily feed intake (DFI) and predicted feed intake from production and maintenance requirements, as a selection criterion to improve feed efficiency in commercial pig breeds, and it potential to reduce the proportions of nitrogen (Nratio) and phosphorus (Pratio) excreted relatively to intake.
2012

Genetics of residual feed intake in growing pigs : Relationships with production traits, and nitrogen and phosphorus excretion traits

Consulter le resumé

Residual feed intake (RFI) is defined as the difference between the observed ADFI and the ADFI predicted from production and maintenance requirements. The objectives of this study were to evaluate RFI as a selection criterion to improve feed efficiency and its potential to reduce N and P excretion in 4 pig breeds. Data were collected between 2000 and 2009 in French central test stations for 2 dam breeds [French Landrace (LR) and Large White (LWD)], and 2 sire breeds [Large White (LWS) and Piétrain (PP)]. Numbers of recorded pigs were 6407, 10,694, 2342, and 2448 for the LR, LWD, LWS, and PP breeds, respectively. All PP animals were genotyped for the halothane mutation. This data set was used to calculate RFI equations for each of the 4 breeds, and to estimate genetic parameters for RFI together with growth, carcass, and meat quality traits, and N and P excretion during the test period (35 to 110 kg BW). The RFI explained 20.1% in PP, 26.5% in LWS, 27.6% in LWD, and 29.5% in LR of the phenotypic variability of ADFI. The PP breed differed from the others in this respect, probably due to a lower impact of the variation of body composition on ADFI. Heritability estimates of RFI ranged from 0.21 ± 0.03 (LWD) to 0.33 ± 0.06 (PP) depending on the breed. Heritabilities of N and P excretion traits ranged from 0.29 ± 0.06 to 0.40 ± 0.06. The RFI showed positive genetic correlations with feed conversion ratio (FCR) and excretion traits, these correlations being greater in the sire breeds (from 0.57 to 0.86) than in the dam breeds (from 0.38 to 0.53). Compared with FCR, RFI had weaker genetic correlations with carcass composition, growth rate, and excretion traits. Estimates of genetic correlations between FCR and excretion traits were very close to 1 for all breeds. Finally, excretion traits were, at the genetic level, correlated positively with ADFI, negatively with growth rate and carcass leanness, whereas the halothane n mutation in PP was shown to reduce N and P excretion levels. To conclude, new selection indexes including RFI can be envisaged to efficiently disentangle the responses to selection on growth rate and body composition from those on feed efficiency, with favorable impacts on N and P excretions, particularly in sire pig breeds. However, the switch from FCR to RFI in selection indexes should not resolve the genetic antagonism between feed efficiency and meat quality.

2013

Gestation : vers un nouveau pilotage alimentaire

Consulter le resumé

Avec l'hyperprolificité, il faut revoir les plans d'alimentation en gestation.

En particulier, la ration doit être augmentée en fin de de la gestation pour améliorer le tonus de la truie.
2008

Grain legumes, rapeseed meal and oil seeds for weaned piglets and growing-finishing pigs

Consulter le resumé

The maximum inclusion rates of grain legumes, rapeseed meal and oil seeds in wheat-soybean meal basal diets have been studied at the ITP experimental unit in Villefranche de Rouergue (France) in several experiments using piglets or pigs. Rapeseed meal and peas can be used respectively in the diets of the second period of post-weaning (after 12 kg phase 2) at rates of 15 and 35%, and in growing-finishing feeds at rates of 18% and 40%.
PDF icon Grain legumes, rapeseed meal and oil seeds for weaned piglets and growing-finishing pigs
2004

Granulation des aliments : une étape clé pour la valeur nutritionnelle

Consulter le resumé

Didier Gaudré, Bilan 2018, éditions IFIP, avril 2019, p. 81

Une proportion importante des aliments porcins est consommée sous la forme de granulés. La technique de fabrication consiste à mélanger un aliment sous forme de farine à de la vapeur d’eau chaude sous une température de consigne comprise entre 50 et 90°C. Ce mélange est alors rapidement introduit dans une presse qui permet d’obtenir des granulés de dimension variable selon la filière utilisée. Le passage à la presse occasionne pour l’aliment des changements structuraux liés à l’action des forces mécaniques mises en œuvre, associée à l’effet de l’augmentation de la température. Les caractéristiques nutritionnelles de l’aliment sont dès lors modifiées, mais dans des proportions qui sont peu ou mal connues. Les valeurs nutritionnelles de référence (les « tables ») sont établies pour une présentation de l’aliment en farine. Dans le cadre du programme SOS Protein conduit par les régions Bretagne et Pays de la Loire, des travaux ont été réalisés pour connaître l’incidence nutritionnelle chez le porc du procédé de granulation.

PDF icon Didier Gaudré, Bilan 2018, éditions IFIP, avril 2019, p. 81
2019

Granulé, soupe, farine : de nouvelles références

Consulter le resumé

Eric Royer, Didier Gaudré et Nathalie Quiniou, Tech Porc (FRA), 2016, n° 27, janvier-février, p. 2-5

La granulation améliore la digestibilité de l’aliment, ce qui permet une baisse de l’indice de consommation proche de 5 % par rapport à la farine. Cette amélioration dépend du type de rationnement et d’animal. La distribution liquide facilite la prise alimentaire, notamment en été, mais l’efficacité alimentaire semble dégradée en croissance. Chez le porcelet sevré, l’intérêt de la farine sur la consistance des déjections n’est pas marqué en conditions sanitaires dégradées.

PDF icon Eric Royer, Didier Gaudré et Nathalie Quiniou, Tech Porc (FRA), 2016, n° 27, janvier-février, p. 2-5
2016

Growth performance and behaviour of entire male pigs under various management conditions

Consulter le resumé

Most literature data on growing entire males were obtained in ad libitum feeding conditions with diet supplied as pellets or mash (dry), and up to a slaughter body weight (sBW) below 120 kg. As a general ban on castration is expected in the EU by the year 2018, more knowledge was required in different management conditions, representative of those observed in the field . Six batches (b) were used to investigate the effect of six bi-modal factors on performance, behaviour (b 3, 4, 5, 6) and boar taint risk (not b 3): group (6/pen) vs. single housed pigs (b 1), ad libitum feeding with dry pellets or liquid feed (b 2), pigs fed ad libitum or restrictively with dry pellets (b 3) or liquid feed (b 4), standard or heavy sBW (119/134 kg, b 5). Boars from b 1 to 5 were obtained from Large White x Pietrain sires, those from b 6 were obtained either from Pietrain (PP) or crossbred Duroc x Pietrain (DxPP) sires. High growth rate and feed efficiency (G:F) are obtained under ad libitum fed pigs both in dry and liquid feeding systems, up to a heavy sBW, and with different types of crossbreeding. Feed efficiency was not influenced by a feed restriction of5% (b 4), whereas it increased with a feed restriction of9% (b 3). Neither feeding conditions nor sBW influenced sexual behaviour, which remained at a low level (<2.5% of the active behaviour). However, amount of negative social behavior (aggression, biting, head knocking) was more important in restrictively fed pigs , both in dry and liquid feeding systems. Lesion score tended to be higher in restricted than in ad libitum fed males with the dry feeding system where only 1 or 2 pigs have a simultaneous access to the feeder. The PP offspring presented a higher lesion score than DxPP ones. Based on performance and behaviour observations, entire males should be fed ad libitum , with attention paid to the sire in order to limit aggression and subsequent lesions.
However, when the boar taint risk is high , a small feed restriction could be pertinent.

PDF icon 2013quiniou-session49.pdf
2013

GTE 2011 en Bretagne : hausse historique de l'aliment porc

Consulter le resumé

Dans les élevages de porcs naisseurs-engraisseurs, l'année 2011 a été marquée par une hausse historique du prix de l'aliment, très partiellement compensée par une augmentation du prix du porc. L'amélioration des performances techniques semble marquer le pas mais ne suffit pas pour dégager un revenu suffisant pour les éleveurs soumis à des charges d'investissement croissantes.

2012

Hausse des matières premières végétales : les grands bassins porcins tous à la même enseigne ?

Consulter le resumé

Fiche n° 009 : économie de la filière et consommation

La flambée du prix de l’aliment pour animaux en 2007, puis à partir de 2011, a eu des effets majeurs sur l’équilibre économique des filières porcines dans les bassins de production mondiaux.

PDF icon fiche_bilan2014_009.pdf
2015

Hétérogénéité des porcelets issus de l'hyperprolificité

Consulter le resumé

Depuis 2002, un programme est mis en place à l’IFIP dont l’objectif est, dans un premier temps, d’identifier des facteurs explicatifs de l’hétérogénéité des poids de porcelets à la naissance et, dans un deuxième temps, d’étudier dans quelle mesure une modification de la conduite alimentaire des truies pourrait améliorer les chances de survie des porcelets en maternité.

Cet article se propose de réaliser une synthèse des résultats acquis dans le 1er volet de ce programme.
PDF icon tp2quiniou10.pdf
2010

Hétérogénéité des porcs : prédire le poids en sortie de post-sevrage

Consulter le resumé

Le poids vif d'une bande de porcs charcutiers peut-être très hétérogène depuis la naissance jusqu'au départ pour l'abattoir avec des conséquences économiques importantes. En voici les principaux facteurs explicatifs.

2013

Hétérogénéité des porcs : prédire le poids en sortie de post-sevrage

Consulter le resumé

Le poids vif d'une bande de porcs charcutiers peut-être très hétérogène depuis la naissance jusqu'au départ pour l'abattoir avec des conséquences économiques importantes. En voici les principaux facteurs explicatifs.
2013

Hétérogénéité des portées - Les petits porcelets ne sont pas les seuls responsables

Consulter le resumé

2004

Il faut augmenter la ration allouée à la truie hyperprolifique pendant les dernières semaines de gestation

Consulter le resumé

Dans quelle mesure l’augmentation de la ration allouée aux truies hyperprolifiques pendant les 14 derniers jours de gestation influence-t-elle les caractéristiques des porcelets nouveau-nés et de la truie à la mise bas et pendant la lactation ? Telle est la question ayant motivé la mise en place d’un essai sur cinq bandes de 24 truies élevées en bâtiment à la station de Romillé et sur trois bandes de 27 truies élevées en bâtiment ou en plein air à la station des Trinottières.
PDF icon Il faut augmenter la ration allouée à la truie hyperprolifique pendant les dernières semaines de gestation
2007

Il n'y a pas de solution unique pour les truies en groupe

Consulter le resumé

Quatre questions doivent être posées pour choisir le logement de ses truies en groupe : qui s'occupe des truies ? Quelle précision pour l'alimentation ? Quelle taille de groupes et quel type de sol choisir ?
2007

Impact d'une restriction de l'usage des facteurs de croissance antibiotiques sur le coût de production du porc

Consulter le resumé

Les antibiotiques facteurs de croissance utilisés dans l’alimentation animale ont apporté une contribution importante au développement et à l’économie des élevages porcins intensifs, par une amélioration de l’état sanitaire, de la vitesse de croissance et de l’efficacité alimentaire.

Accusée de favoriser l’apparition chez l’homme d’antibiorésistances, cette utilisation est aujourd’hui remise en cause. La réglementation européenne a prohibé en septembre 1999 l’emploi des six principaux antibiotiques utilisés dans l’alimentation des porcs.
PDF icon Impact d'une restriction de l'usage des facteurs de croissance antibiotiques sur le coût de production du porc
2001

Impact de la canicule 2003 sur les performances de lactation et reproduction à la station de l'ITP

Consulter le resumé

Quand la température ambiante en maternité est en permanence supérieure à 25°C, le stress thermique ressenti est tel que la production de lait et la consommation d'aliment de la truie chutent. Cela entraîne une dégradation des performances de lactation voire même de reproduction. La dégradation de la situation est encore pire quand la température reste supérieure à 27°C. De telles conditions ont été observées au cours de l'été 2003, en particulier pendant la période de canicule de la première quinzaine du mois d'août.
PDF icon Impact de la canicule 2003 sur les performances de lactation et reproduction à la station de l'ITP
2004

Impact de la distribution de luzerne enrubannée sur les performances des porcs en croissance

Consulter le resumé

51es Journées de la Recherche Porcine, 5 et 6 février 2019, Paris, p. 115-116, par Stéphane Ferchaud (INRA) et al., poster

Poster. 

En élevage biologique, l’amélioration de l’autonomie protéique des exploitations constitue un enjeu important (Frürh, 2014). La recherche de nouvelles ressources protéiques est encore plus exacerbée qu’en production conventionnelle. De plus, la réglementation (Art 19 RCE 889/2008) pour la production de porcs biologiques impose l’apport de fourrages grossiers aux animaux. Dans ce contexte, cet essai a été conçu de manière à évaluer si un apport de légumineuses fourragères sous forme de fourrage grossier pourrait permettre de diminuer la quantité d’aliment distribuée à des porcs en engraissement. La luzerne présente l’intérêt d’être riche en protéines et d’être utilisée en tête de rotation dans les exploitations biologiques.
Les objectifs de cette étude sont d’évaluer la capacité des porcs en engraissement à consommer la luzerne enrubannée (LE), et de mesurer si cette consommation permettrait de réduire les impacts d’un rationnement alimentaire sur les performances zootechniques et les caractéristiques des carcasses obtenues.

Effect of feeding alfalfa hay on growing pig performance

Improving protein autonomy is a major challenge in organic pig production. According to organic specifications, pigs should have access to fodder (roughage, fresh, dried) or silage. The objective of this study was to evaluate consequences of feeding alfalfa hay on growth and carcass performances. A total of 120 pigs were used in two consecutive trials of 60 pigs. Pigs were group-housed (six pigs/pen). Five treatments were compared. The control group (T) and the R0 LE group were fed ad libitum with a commercial grower feed. The R10 LE, R15 LE and R22 LE groups were restrictively fed at 10%, 15% and 22% of ad libitum, respectively, compared to the T and R0 LE groups. Alfalfa hay was provided ad libitum to the R0 LE, R10 LE, R15 LE and R22 LE groups. Pig growth in the T and R10 LE groups did not differ significantly (949 and 937 g/d, respectively), but the average daily gain of those in the R15 LE and R22 LE groups was significantly lower (855 and 804 g/d, respectively, P < 0.01). Pigs in the R0 LE group had significantly higher growth than those in the T group (1014 vs. 949 g/d; P < 0.01). The lean meat content of pigs in the R15 LE and R22 LE groups was improved compared to those in the T group (61.3% vs. 60.1%, respectively, P < 0.001). This observation is useful for the production of leaner carcasses without increasing competition among pigs when they are rationed. The use of alfalfa hay as feedstuff for pigs seems possible, in compensation for a small restriction (10%) in concentrated feed.

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2019

Pages