La base documentaire de l'IFIP

La base documentaire de l'IFIP : des centaines de documents à télécharger ou bien à commander.

Résultats 241 à 260 de 626 résultats
Rechercher une documentation
Publicationtrier par ordre décroissant Année

Incidence du type de féverole et du taux d’incorporation sur les performances du porc en post-sevrage et engraissement

Consulter le resumé

Deux expérimentations étudient les effets du type de féverole et du taux d’incorporation dans les aliments de 2ème âge, croissance et finition sur les performances des porcs. Dans un essai de post‐sevrage, 360 porcelets mâles et femelles sevrés à 28 jours (8,0 ± 1,3 kg) sont affectés à cinq traitements à raison de 5 cases de 15 porcelets par régime expérimental et de 4 cases pour le témoin.
PDF icon Incidence du type de féverole et du taux d’incorporation sur les performances du porc en post-sevrage et engraissement
2010

Incidence zootechnique d'un taux de complémentation vitaminique élevé en engraissement

Consulter le resumé

Cet essai compare l’effet sur les performances zootechniques, les caractéristiques de carcasse et les critères de qualité technologique des viandes,de 2 niveaux de complémentation vitaminique en engraissement, le niveau témoin est représentatif de la pratique, alors que le niveau testé est bien supérieur aux besoins estimés des porcs à ce stade. L’augmentation du taux d’incorporation de vitamines dans cet essai, ne conduit pas à une amélioration des performances moyennes des porcs en engraissement, ni de leur caractéristiques de carcasse ou de la qualité technologique de leurs viandes.
PDF icon Incidence zootechnique d'un taux de complémentation vitaminique élevé en engraissement
2006

Incidence zootechnique d'une augmentation modérée de la complémentation vitaminique de l'aliment distribué entre 12 et 30 kg de poids vif

Consulter le resumé

L’essai a consisté à comparer deux niveaux de complémentation vitaminique de l’aliment 2ème âge distribué entre 12 et 30 kg de poids vif. Le niveau témoin présente une composition vitaminique proche ou inférieure selon le cas aux recommandations de l’INRA proposées en 1984, alors que le niveau supplémenté couvre au minimum ces recommandations de référence, voire les dépasse pour un certain nombre de vitamines jugées d’un intérêt particulier (A, E, K, B1, B2, B5 et PP).
PDF icon Incidence zootechnique d'une augmentation modérée de la complémentation vitaminique de l'aliment distribué entre 12 et 30 kg de poids vif
2007

Incidence zootechnique de la teneur en lysine digestible par unité d'énergie nette de l'aliment distribué entre 12 et 25 kg de poids vif

Consulter le resumé

Les effets de la modification du ratio lysine/énergie de l’aliment distribué entre 12 et 25 kg de poids vif sont évalués sur 360 porcelets. Quatre ratio exprimés sous la forme du rapport entre la teneur en lysine digestible (g) et la concentration en énergie nette (MJ) de l’aliment sont comparés : 1,0, 1,1, 1,2 et 1,3 g/MJ EN. La concentration énergétique des aliments expérimentaux est identique (9,7 MJ EN).
PDF icon Incidence zootechnique de la teneur en lysine digestible par unité d'énergie nette de l'aliment distribué entre 12 et 25 kg de poids vif
2007

Incidences des conditions d'élevage et d'alimentation en post-sevrage sur les performances en engraissement

Consulter le resumé

Cette étude compare les performances zootechniques et les caractéristiques de carcasses de porcs soumis à différentes conduites en post-sevrage. Celles-ci sont à l’origine d’un écart de poids vif à l’entrée en engraissement. 4 bandes de porcs en engraissement sont utilisées. Les expérimentations en post-sevrage portent sur la conduite d’élevage ou la composition en acides aminés des aliments. Les performances en engraissement sont comparées selon le traitement en post-sevrage.
PDF icon tp1gaudre11.pdf
2011

Incidences des conditions d’élevage et d’alimentation en post-sevrage sur les performances ultérieures

Consulter le resumé

Poster. Nous avons rassemblé dans ce compte-rendu les résultats de quatre bandes de porcs

à l’engrais, ayant fait l’objet d’essais en période de post-sevrage. Les essais retenus conduisent à un écart significatif du poids vif des porcs à l’entrée en engraissement.

Ils reçoivent alors des aliments identiques et sont élevés dans des conditions similaires. Leurs performances au cours de cette période sont comparées selon le traitement expérimental reçu en post-sevrage.
PDF icon Incidences des conditions d’élevage et d’alimentation en post-sevrage sur les performances ultérieures
2011
Incidences des paramètres d’ambiance sur les performances zootechniques du porc charcutier

Incidences des paramètres d’ambiance sur les performances zootechniques du porc charcutier

Consulter le resumé

Effet sur les performances zootechniques du porc en engraissement, de paramètres d’ambiance essentiels : température ambiante (alimentation à volonté ou rationnée...), humidité relative, qualité de l’air (teneur en CO2, NH3, poussières et germes), vitesse d’air.


Édition 2001 - 16 pages 21 X 29.7

 

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2001

Incidences environnementales de stratégies d’alimentation innovantes en élevages porcins

Consulter le resumé

50es Journées de la Recherche Porcine, 6 et 7 février 2018, Paris, p. 31-36, par Sandrine Espagnol et al.

Les stratégies d’alimentation permettent de réduire les impacts environnementaux des élevages porcins : (1) en utilisant une formulation multiobjectif (MO) pour produire des aliments en prenant en compte les prix des matières premières et leurs impacts environnementaux, (2) en adaptant les aliments aux besoins des animaux pendant leur croissance. Cette étude analyse la combinaison de ces deux stratégies et les incidences environnementales associées en utilisant une approche de modélisation. Différentes stratégies de conduite alimentaire sont spécifiées pour la période d’engraissement : biphase (BP), biphase avec une réduction de la teneur en énergie (BPeg) ou en acides aminés (BPaa) des aliments ; multiphase pour des animaux en groupes (MPg) ou en individuel (MPi). Pour chaque stratégie, les aliments sont formulés à moindre coût (MinPrix) vs en mode MO. Les impacts environnementaux du kilogramme de porc en sortie d’élevage sont évalués par analyse de cycle de vie et comparés à un scénario de référence, BP-MinPrix. Avec le mode MO, presque toutes les stratégies (à l’exception de BPeg, pour les impacts acidification et changement climatique) conduisent à une réduction d’impacts : jusqu’à 10% dans le contexte actuel de disponibilité en matières premières. Trois facteurs expliquent les résultats contrastés entre stratégies et impacts : (1) la contribution relative des aliments aux différents impacts du porc (de 34% à 98%), (2) l’indice de consommation qui reflète l’efficacité globale du système et influence le niveau d’excrétion et les émissions gazeuses associées, (3) la teneur en protéines du régime qui explique le niveau d’excrétion azotée. Cette étude souligne la nécessité d’optimiser globalement les stratégies d’alimentation des animaux d’élevage, en prenant en compte les impacts des aliments, les performances des animaux et la gestion des effluents. 

Environmental impacts of different innovative feeding strategies on pig farms

Feeding strategies can be used to reduce environmental impacts of pig production by (1) using a multiobjective function (MO) to formulate feeds based on the price and environmental impacts of feedstuffs and/or (2) adapting the feed to changes in animal requirements during the fattening phase. This study analyses combination of the two options and their environmental consequences. Five feeding strategies were specified for the fattening period: two-phase feeding (BP); two-phase feeding with a reduction in dietary energy content (BPeg) or amino acid content (BPaa); and a multiphase feeding strategy managed either at the pen level (MPg) or by individual feeding (MPi). For each strategy, feeds were formulated with both a least cost formulation (LC) and with a MO formulation. Environmental impacts per kg of pig live weight at the farm gate were assessed with Life Cycle Analysis and compared to those of a baseline scenario (BP-LC). With MO, all strategies reduced environmental impacts per kg of pig up to 10%, except the BPeg strategy for acidification and climate change impacts. Three main factors explained the results among impacts and strategies: (1) relative contribution of feed to LCA impacts of pigs (34-98%); (2) feed conversion ratio, which indicates the overall efficiency of the system and drives nitrogen excretion and gas emissions; and (3) the nutritional composition of feed (protein content), which explains nitrogen excretion. This study highlights the need to optimize the feeding strategy globally by considering feed impacts, animal performance and manure management.

PDF icon Sandrine Espagnol et al., 50es JRP, 6 et 7 février 2018, Paris, p. 31-36
2018

Incorporation de 10 % de tourteau de colza dans l'aliment de gestation et impact sur les performances de mise-bas

Consulter le resumé

Deux aliments de gestation sont formulés pour être iso-énergétiques sur la base de l’énergie nette (9.01 MJ/kg) et présentent

des teneurs en acides aminés digestibles identiques (5,0 g de lysine). L’aliment

COLZA contient 10 % de tourteau de colza, 11 % de pois et 19 % de pulpe de betterave alors que l’aliment TEMOIN ne contient ni tourteau de colza, ni pois et seulement 7 %

de pulpe. Les autres matières premières utilisées, à des taux différents selon l’aliment, sont le blé, l’orge, le tourteau de soja et le tourteau de tournesol.
PDF icon Incorporation de 10 % de tourteau de colza dans l'aliment de gestation et impact sur les performances de mise-bas
2006

Industrie de la nutrition animale : Des difficultés et des défis

Consulter le resumé

La dernière décennie a été peu favorable pour l’industrie française de la nutrition animale qui a perdu des volumes, sous l’effet de l’érosion des productions animales, notamment avicoles et porcines. Dominée par les groupes coopératifs, la branche s’est restructurée et concentrée, autour d’un nombre plus réduit d’entreprises et d’acteurs. La concentration géographique de la production d’aliments porcs dans le bassin ouest s’est renforcée. L’industrie est confrontée à de nombreux enjeux, économiques et sociétaux.

PDF icon 2013bpn427.pdf
2013

Influence d'une brève exposition au DON sur la santé et les performances d'engraissement des porcs

Consulter le resumé

Chez les porcs, la contamination des aliments par le déoxynivalénol (DON) diminue la prise alimentaire et le gain de poids, mais affecte également la réponse immunitaire, ce qui peut dégrader l’état de santé. Une expérimentation a été menée afin d’évaluer les effets d’une courte exposition initiale au DON sur les performances de croissance au cours de l’engraissement.
PDF icon Influence d'une brève exposition au DON sur la santé et les performances d'engraissement des porcs
2012

Influence de l'excès de sodium et potassium sur la consommation et la croissance des porcs charcutiers

Consulter le resumé

Il est recommandé de limiter les apports en sodium et potassium dans les rations des porcs charcutiers. Toutefois, une étude conduite à la station de Villefranche de Rouergue (12) montre que l'excès de sel et de potassium apporte par 20% de lactosérum ne pose pas de problèmes de performances si l'apport d'eau est suffisant.
PDF icon Influence de l'excès de sodium et potassium sur la consommation et la croissance des porcs charcutiers
2012

Influence de l'exposition au chaud et de la réduction du taux de protéines dans l'aliment sur les performances des truies multipares en lactation

Consulter le resumé

Les effets de l’exposition au chaud (29 vs 20°C) et de la réduction du taux de matières azotées totales (MAT) sont testés sur 59 truies multipares croisées Large White x Landrace. Le régime témoin (R1) contient 17,6% de MAT et 0,96% de lysine ; les deux régimes expérimentaux (R2 et R3) sont moins thermogéniques en relation avec des teneurs plus faibles en MAT (respectivement 14,2 et 15,2%) et un enrichissement en matières grasses (R3).
PDF icon Influence de l'exposition au chaud et de la réduction du taux de protéines dans l'aliment sur les performances des truies multipares en lactation
2001

Influence de l'incorporation de 3% de chabasite dans l'alimentation des porcs charcutiers sur l'émission d'ammoniac et d'odeurs

Consulter le resumé

Poster. La chabasite est une roche volcanique de la famille des zéolithes qui sont des alumino-silicates très largement utilisées dans l’industrie pour leurs très fortes capacités d’échanges cationiques. En production porcine, l’utilisation de chabasite pourrait permettre la réduction des émissions d’ammoniac et d’odeurs au bâtiment.

PDF icon jrp2014-environnement-guingand-poster.pdf
2014

Influence de la granulométrie sur les performances en post-sevrage et la digestibilité de quatre aliments à base d'orge, de blé, de maïs et de pois

Consulter le resumé

L'incidence de la finesse de mouture des matières premières sur les performances des porcelets en post-sevrage a été étudiée dans cinq essais. Quatre granulométries, réparties de 0,43 à 0,90 mm, ont été comparées : très fine (TF), fine (F), moyenne (M) et grossière (G). Les aliments monocéréales concernés étaient formulés à base d'orge, de blé et de maïs. Le dernier essai a concerné un aliment renfermant 35 % de pois. Les aliments ont été distribués en farine, à volonté, au nourrisseur dans les essais zootechniques.
PDF icon Influence de la granulométrie sur les performances en post-sevrage et la digestibilité de quatre aliments à base d'orge, de blé, de maïs et de pois
2000

Influence de la nature de l'énergie allouée à la truie pendant la gestation et la lactation sur ses performances de lactation et celles de sa portée et sur la composition corporelle des porcs au sevrage et à l'abattage

Consulter le resumé

Une bande de 120 porcs charcutiers répartie en trois salles de 40 porcs chacune a été mise en expérimentation au sein de la station ITP de Villefranche de Rouergue. Deux niveaux d’apport d’acide benzoïque, 0,5 % et 1 %, ont été comparés à un témoin pour leur incidence sur les performances zootechniques et l’émission d’ammoniac. A l’entrée en engraissement, les porcs ont été mis en lots par poids et par sexe et pesés individuellement, ainsi que toutes les 6 semaines jusqu’au départ pour l’abattoir.
PDF icon Influence de la nature de l'énergie allouée à la truie pendant la gestation et la lactation sur ses performances de lactation et celles de sa portée et sur la composition corporelle des porcs au sevrage et à l'abattage
2005

Influence de la quantité d'aliment allouée à la truie en fin de gestation sur le déroulement de la mise bas, la vitalité des porcelets et les performances de lactation

Consulter le resumé

L’influence de la quantité d’aliment allouée en fin de gestation sur le déroulement des mises bas et les performances de lactation est étudiée sur cinq bandes de 24 truies pendant trois cycles de reproduction successifs. Pendant les 14 derniers jours de gestation, les truies reçoivent 1,65 (lot BAS) ou 2,1 fois (lot HAUT) le besoin énergétique d’entretien calculé à partir de la pesée réalisée à 9 jours de gestation : cela représente une différence moyenne de 780 g/j d’un aliment à 12,70 MJ d’énergie métabolisable /kg.
PDF icon Influence de la quantité d'aliment allouée à la truie en fin de gestation sur le déroulement de la mise bas, la vitalité des porcelets et les performances de lactation
2005

Influence de la température ambiante et de la concentration en nutriments de l'aliment sur les performances de lactation de truies primipares

Consulter le resumé

Les effets de la température ambiante et de la concentration en nutriments de l'aliment sont étudiés chez 187 truies primipares Large White x Landrace. Les animaux sont répartis entre deux salles différant par la température ambiante (20 vs. 26°C) et entre deux régimes différant par leur teneur en énergie digestible (ED) et en acides aminés essentiels (Lot B: 13,5 MJ ED et 8,5 g de lysine par kg; Lot H: 14,4 MJ ED et 9,1 g de lysine par kg). Les truies sont alimentées à volonté entre le 5ième et le 26ième jour de lactation.
PDF icon Influence de la température ambiante et de la concentration en nutriments de l'aliment sur les performances de lactation de truies primipares
2000

Influence de la température ambiante et de la concentration en nutriments de l'aliment sur les performances de lactation des truies selon le rang de portée

Consulter le resumé

Les effets, sur les truies et leur portée, de la température ambiante et de la concentration en nutriments de l’aliment sont étudiés au cours des trois premières lactations. Les animaux sont répartis entre deux salles différant par la température ambiante (20 vs. 26°C) et entre deux régimes différant par leur teneur en énergie nette (EN) et en acides aminés essentiels (régime B : 9,7 MJ et 8,5 g de lysine par kg ; régime H : 10,5 MJ et 9,1 g de lysine par kg). Le même traitement est appliqué pour chaque truie au cours des trois lactations.
PDF icon Influence de la température ambiante et de la concentration en nutriments de l'aliment sur les performances de lactation des truies selon le rang de portée
2001

Influence de l’administration d’une spécialité composée d’acides organiques, de sels de sodium et de bioflavonoïdes sur l’excrétion de salmonelles par les truies

Consulter le resumé

Poster.
PDF icon Influence de l’administration d’une spécialité composée d’acides organiques, de sels de sodium et de bioflavonoïdes sur l’excrétion de salmonelles par les truies
2012

Pages