La base documentaire de l'IFIP

La base documentaire de l'IFIP : des centaines de documents à télécharger ou bien à commander.

Résultats 561 à 580 de 675 résultats
Rechercher une documentation
Publication Annéetrier par ordre croissant

Note de conjoncture Aliment - mars 2006

Consulter le resumé

Note de conjoncture Aliment - mars 2006

PDF icon mars06.pdf
2006

Besoin en thréonine du porc en finition

Consulter le resumé

Le besoin en thréonine de mâles castrés et femelles croisés (LWxLD)xP76 est étudié dans deux essais entre 60 et 110 kg.

Dans l’essai 1, les porcs sont répartis entre quatre régimes dont la teneur en lysine digestible (LYSd) est limitante pour la croissance et qui diffèrent par leur rapport thréonine/lysine digestibles (THRd/LYSd, 55, 60, 65 et 70 %). Dans l’essai
PDF icon Besoin en thréonine du porc en finition
2006

Le besoin en lysine digestible relativement à l'énergie nette des porcs rationnés est-il plus élevé que celui des porcs alimentés à volonté ?

Consulter le resumé

Deux essais ont été réalisés sur des femelles élevées en individuel afin de quantifier l'effet du rationnement sur le besoin en lysine digestible (LYSd) par rapport à l'énergie nette (EN) entre 35 et 105 kg. Dans l'essai 1, les porcs reçoivent 100 %, 95 %, 90 % ou 85 % de l'ingéré énergétique à volonté sur la base du poids, les apports journaliers en acides aminés étant égalisés.
PDF icon Le besoin en lysine digestible relativement à l'énergie nette des porcs rationnés est-il plus élevé que celui des porcs alimentés à volonté ?
2006

Quelle réduction du rejet de zinc la 3-phytase microbienne permet-elle chez le porc à partir de 10 kg de poids vif ?

Consulter le resumé

L’incidence zootechnique et environnementale de la réduction du zinc alimentaire en relation avec l’apport de 3-phytase microbienne est étudiée sur 379 porcelets et 160 porcs charcutiers. Les teneurs en zinc des aliments sont déterminées en utilisant l’équivalence de 23, 32 et 40 mg de zinc sous forme de sulfate pour respectivement 280, 500 et 750 FTU établie sur le porcelet sevré. Cette équivalence est utilisée en engraissement en adoptant une marge de sécurité de 20 %.
PDF icon Quelle réduction du rejet de zinc la 3-phytase microbienne permet-elle chez le porc à partir de 10 kg de poids vif ?
2006

Note de conjoncture Aliment - février 2006

Consulter le resumé

Note de conjoncture Aliment - février 2006

PDF icon fevrier06.pdf
2006

Enquête sur la qualité technologique des tissus gras de porcs recevant des rations à base de maïs humide

Consulter le resumé

Le maïs est riche en acide linoléique C18:2 (17,8 g/kg à 86 % MS). La teneur maximale en C18:2 dans l’aliment des porcs est établie à 1,7 % de la matière sèche (14,8 g/kg à 87 % MS) afin de limiter sa teneur dans les tissus gras à moins de 15 % des acides gras totaux, au delà de laquelle apparaît un risque de mauvaise qualité technologique.
PDF icon Enquête sur la qualité technologique des tissus gras de porcs recevant des rations à base de maïs humide
2006

Aliment 2ème âge moins riche en lysine : des différences de réponses entre élevages

Consulter le resumé

Depuis deux ans, certains éleveurs et fabricants d'aliment s'interrogent sur l'intérêt de travailler avec des aliments moins concentrés en acides aminés et donc moins coûteux de 12kg à 25kg de poids vif. Un essai, mené de janvier à fin août 2005 dans huit élevages, montre que les animaux répondent différemment selon les élevages en post-sevrage, mais qu'au final, les performances sont proches lorsqu'on les considère du sevrage à la vente.
2006

Note de conjoncture Aliment - janvier 2006

Consulter le resumé

Note de conjoncture Aliment - janvier 2006

PDF icon janvier06.pdf
2006

Comment appréhender la compétitivité en viande porcine ? Regards sur les coûts et les marchés

Consulter le resumé

Sur un marché européen ouvert et concurrentiel, peu soutenu par la politique agricole commune, la recherche de la compétitivité a toujours été un impératif pour la production porcine française. Toutefois, le périmètre des exigences s’est étendu : il s’agit de produire au moindre coût et d’assurer une rémunération satisfaisante aux éleveurs, mais aussi de répondre aux demandes des marchés, en assurant l’attractivité de l’offre auprès des consommateurs et de tenir compte des contraintes croissantes de la société, sur le produit, sur le mode de production.
PDF icon Comment appréhender la compétitivité en viande porcine ? Regards sur les coûts et les marchés
2006
Vitamines : rôles et besoins dans l’alimentation du porc

Vitamines : rôles et besoins dans l’alimentation du porc

Consulter le resumé

• Pour chaque vitamine : état des connaissances et des pratiques.

• Pour l’utilisateur : repères simples sur les besoins des animaux.



Édition 2005 - Une pochette et 14 fiches 16 X 24

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2005

Teneur en cuivre et zinc des lisiers et des fumiers de porcs charcutiers après réduction de leur concentration dans les aliments

Consulter le resumé

Cette étude a évalué l’efficacité d’un système de racloir en «V», dont l’objectif est de séparer les fèces et l’urine sous le caillebotis. Sur une période de 15 semaines, les essais ont été réalisés dans 2 salles d’engraissement de 144 porcs chacune. Chaque salle était équipée de 4 dalots munis de racloirs en « V » afin d’évacuer les déjections. Les essais ont caractérisé la composition des fractions solides et liquides.
PDF icon Teneur en cuivre et zinc des lisiers et des fumiers de porcs charcutiers après réduction de leur concentration dans les aliments
2005

Est-ce que la truie hyperprolifique valorise un apport en vitamines supérieur aux recommandations ?

Consulter le resumé

L'impact d'un enrichissement de l'aliment allaitante en vitamines est testé sur les performances de lactation dans deux stations : Romillé (R) et Crécom (C). Les truies sont réparties entre deux lots à l'entrée en maternité. La teneur en vitamines de l'aliment TEMOIN est un compromis entre les différentes recommandations disponibles et les pratiques de terrain. Dans l'aliment ESSAI, les teneurs en vitamines K,E et celles du groupe B sont de 1,4 à 4,2 fois plus élevée. La taille de portée au sevrage est comparable dans les deux stations (R : 10,7, C : 10,3).
PDF icon Est-ce que la truie hyperprolifique valorise un apport en vitamines supérieur aux recommandations ?
2005

XIIth International Society for Animal Hygiene congress, Université d'Agriculture de Varsovie (Pologne) 4-8 Septembre 2005

Consulter le resumé

Le congrès annuel de l’ISAH s’est déroulé dans l’enceinte de la Faculté des Sciences Animales de l’Université d’Agriculture à Varsovie en Pologne du 04 au 08 septembre 2005.

Une session a été intégralement consacrée à la santé et l’environnement en production porcine avec 10 présentations orales et 9 posters. Quelques éléments sont brièvement rapportés dans cet article.
PDF icon XIIth International Society for Animal Hygiene congress, Université d'Agriculture de Varsovie (Pologne) 4-8 Septembre 2005
2005

Impact du type d'alimentation en engraissement sur la prévalence troupeau des ulcères subcliniques

Consulter le resumé

Cette étude évalue la prévalence d’ulcères gastro-oesophagiens en fonction du type d’alimentation utilisé en engraissement. Au total, 73 lots de 20 porcs soit 1 454 estomacs ont été notés. Les observations des estomacs ont été réalisés à l’abattoir selon le système de notation en 8 points utilisé à l’ITP. Les ulcères observés ici sont majoritairement subcliniques. Il s’agit de lésions d’hyperkératinisation et d’érosion le plus souvent légères.
PDF icon Impact du type d'alimentation en engraissement sur la prévalence troupeau des ulcères subcliniques
2005

Intérêt zootechnique d'une zéolite micronisée par procédé tribomécanique sur le porcelet sevré

Consulter le resumé

L'influence de la substitution de 2 % (MZ2) ou 4 % (MZ4) de l'aliment en post-sevrage par une zéolite micronisée (MZ) est testé sur les performances de porcelets sevrés.

Ces effets sont comparés à ceux obtenus avec (AFC) ou sans (Témoin) antibiotiques facteurs de croissance. L’utilisation de MZ permet d'améliorer l'homogénéité des porcs dans les cases, l'écart-type du poids intra-case étant significativement plus faible pour les lots MZ2 et MZ4 que pour les lots Témoin et AFC.
PDF icon Intérêt zootechnique d'une zéolite micronisée par procédé tribomécanique sur le porcelet sevré
2005

Quel doit être le rapport Lysine Digestible / Energie Nette dans les aliments pour porcs charcutiers ?

Consulter le resumé

Les recommandations ITP (2000) de rapport entre la lysine digestible et l'énergie nette de l'aliment (LYSd/EN) permettant de ne pas limiter le potentiel de croissance des animaux sont de 0,9 et 0,8 g/MJ, respectivement en croissance et finition. Or, le niveau de performances en élevage ne dépend pas seulement des caractéristiques nutritionnelles de l'aliment mais s'écarte de façon plus ou moins importante du potentiel des porcs selon le statut sanitaire, les conditions de logement, l'alimentation…
PDF icon Quel doit être le rapport Lysine Digestible / Energie Nette dans les aliments pour porcs charcutiers ?
2005

Qui sont les éleveurs Cochons d'Or ?

Consulter le resumé

Les naisseurs-engraisseurs représentent 62 % des dossiers. 46% des élevages nominés se situent en Bretagne, 13% en Pays de la Loire. En moyenne, 1,8 personne travaille sur l’atelier porc. Chez les naisseurs-engraisseurs, le nombre de truies par UTH est en moyenne de 92,5. Le plus souvent, l’atelier porc est inséré dans une exploitation dont la surface moyenne est de 65 ha. Les 2/3 produisent des céréales. 92 % des éleveurs sont engagés dans la démarche VPF ; 89% le sont aussi dans une autre démarche « qualité ». Près de 40 % des 180 maternités enquêtées ont été rénovées.
PDF icon Qui sont les éleveurs Cochons d'Or ?
2005

Influence of adding 0.5 or 1% of benzoic acid to the feed of growing-finishing pigs on ammonia emission and performance

Consulter le resumé

Recent evolution of French regulation obliges pig breeders to annually declare ammonia emitted by their activities. In the calculation of emission, some techniques like scrubber, covers or additives are identified leading to the application of abatement factor. In a global program of studies concerning reduction of ammonia, ITP conducted an experiment concerning benzoic acid and the effects on ammonia and pig performance.
PDF icon Influence of adding 0.5 or 1% of benzoic acid to the feed of growing-finishing pigs on ammonia emission and performance
2005

Abreuvoirs économiseurs d'eau utilisés au Québec : comparaison des performances en engraissement

Consulter le resumé

Dans cette étude, la consommation d’eau et les performances des porcs en engraissement ont été analysées en comparant les quatre types d’abreuvoirs.

Il n’y avait pas de différence significative pour le gain moyen quotidien entre les abreuvoirs. La réduction de l’utilisation d’eau avec le bol avec couvercle correspond à une réduction du gaspillage d’eau et des volumes de lisiers dans la fosse.
PDF icon Abreuvoirs économiseurs d'eau utilisés au Québec : comparaison des performances en engraissement
2005

Interaction entre acide folique, vitamine B12 et méthionine : impact sur les performances zootechniques et la qualité de la viande

Consulter le resumé

Cette étude détermine les effets de la méthionine et des vitamines B9 et B12 sur les performances, la qualité de la viande et le métabolisme du porc charcutier. 78 porcs ont été nourris avec ou sans addition de 0,2 % de méthionine et de 2 supplémentations en B9 - B12, respectivement de 10-25 et 10 ppm-150 ppb. En croissance, le GMQ est plus élevé de 4,9 % chez les porcs nourris avec méthionine. En finition, l’ingéré alimentaire et le GMQ sont 5,8 % plus élevés chez les porcs recevant 10-25 de B9-B12 par rapport au temoin.
PDF icon Interaction entre acide folique, vitamine B12 et méthionine : impact sur les performances zootechniques et la qualité de la viande
2005

Pages