La base documentaire de l'IFIP

La base documentaire de l'IFIP : des centaines de documents à télécharger ou bien à commander.

Résultats 1 à 9 de 9 résultats
Rechercher une documentation
Publication Annéetrier par ordre croissant

Evaluation des différentes méthodes de prise en charge de la douleur lors de la castration

Consulter le resumé

50es Journées de la Recherche Porcine, le 6 et 7 février 2018, Paris, p. 305-310, par Valérie Courboulay, Anne Hémonic et Armelle Prunier

La castration est une intervention douloureuse pour le porcelet. Nous avons exploré différentes voies de réduction de la douleur lors de plusieurs essais. Elles sont présentées dans cet article : analgésie sous kétoprofène ou méloxicam, anesthésie locale sous lidocaïne, couplée ou non à de l’adrénaline ou injectée à concentrations variables, ou anesthésie locale sous procaïne. La douleur est évaluée lors de la castration par l’observation du comportement des animaux et l’intensité des cris. Des prélèvements sanguins sont effectués 30 minutes après castration pour doser le cortisol plasmatique. Le comportement des animaux est observé dans l’heure suivant la castration, voire plusieurs heures après. Tout ou partie de ces indicateurs directs ou indirects de la douleur ont été utilisés dans les différentes études. En complément, la méthode d’anesthésie générale sous isoflurane utilisée dans les élevages suisses a été investiguée via une enquête et une approche bibliographique.
L’utilisation d’un analgésique permet de soulager essentiellement la douleur post-opératoire alors que les anesthésiques locaux et généraux agissent surtout au moment de la castration, nécessitant une injection complémentaire d’analgésique pour la douleur post-opératoire. Par rapport à une castration à vif, l’analgésie réduit la concentration en cortisol plasmatique 30 minutes après l’opération. L’anesthésie locale nécessite une injection dans les deux testicules. Elle réduit la douleur lors de la castration d’autant plus fortement que la concentration est élevée ; cependant nos résultats sur les molécules testées et l’observation de convulsions chez certains porcelets nécessite de recommander une quantité maximale de 0,5 ml / testicule pour un produit concentré à 2 %. Les différents anesthésiques locaux testés ne montrent pas de différences sur les indicateurs de douleur utilisés. L’anesthésie générale sous isoflurane est efficace pour réduire la douleur perçue par l’animal ; elle nécessite cependant un équipement coûteux et des précautions d’emploi. A ce jour, les méthodes d’anesthésie ne sont pas utilisables en France par les éleveurs.

Assessing the different methods of pain management during castration

Castration is a painful intervention for piglets. This article uses similar experimental protocols to explore the different ways to alleviate pain including: ketoprofen or meloxicam analgesics, local anaesthesia using lidocaine, either alone or along with adrenaline and injected in variable concentrations, and local anaesthesia using procaine. Observations of the behaviour of the animals and the intensity of the screams were used to assess pain during castration. Blood samples were drawn 30 minutes after castration to assess plasma cortisol. The behaviour of the animals was observed within one hour after castration, up to several hours later. Multiple studies have used all or some of these indicators to evaluate pain. In addition, a survey and a bibliographic approach were used to investigate the method of general anaesthesia under isoflurane used on Swiss farms. Analgesics are mainly used to relieve post-operative pain, while local and general anaesthetics are mainly effective used at the time of castration, which requires additional analgesic injections for post-operative pain. Local anaesthesia requires an injection in both testicles. Compared to castration without anaesthesia, local anaesthesia with lidocaine reduces pain during castration. High concentration of lidocaine reduces pain more strongly; however, a maximum dose of 0.5 ml / testis (concentration of 2%) is recommended to avoid convulsions in piglets. No differences were observed among the local anaesthetics. General anaesthesia under isoflurane is an effective way to reduce pain perceived by the animal; however, it nevertheless requires expensive equipment and precautions for use. Currently, farmers in France are not able to use these methods of anaesthesia.

PDF icon Valérie Courboulay et al., 50es JRP, 6 et 7 février 2018, p. 305-310
2018

Les possibilités de réduction de la douleur lors de la castration

Consulter le resumé

Valérie Courboulay, Tech Porc (FRA), 2017, n° 36, juillet-août, p. 40-42

Même si l’arrêt effectif de la castration semble peu probable en 2018, on constate une montée en puissance de pays promouvant la mise en place d’alternatives : parmi elles, la prise en charge de la douleur lors de la castration.

PDF icon Valérie Courboulay, Tech Porc (FRA), 2017, n° 36, juillet-août, p. 40-42
2017

Pain related to piglet tail docking and/or castration

Consulter le resumé

In French commercial piggeries, surgical castration is performed during the fi rst week of life under analgesia, while tail are often docked in the early
days without pain alleviation. Both operations could be performed at the same time, taking advantage of the effects of analgesia. In this study we
compared tail docking alone, castration alone and tail docking + castration under analgesia.

PDF icon Poster IFIP de Valérie Courboulay et al., ISAE, 12-16 juillet 2016, Edimbourg (Ecosse)
2016

La prise en charge de la douleur lors de la caudectomie et de la castration des porcelets

Consulter le resumé

L’analgésie sous méloxicam est pratiquée en France lors de la castration des porcelets. Deux essais ont été mis en place pour 1.) évaluer l’intérêt d’une pratique similaire lors de la caudectomie (Q) pratiquée à 2 ou 5 jours d’âge, 2.)  mesurer les effets de la réalisation simultanée de la caudectomie (Q) et de la castration (C), et envisager dans ce cas la possibilité de réduire la douleur via l’utilisation de méloxicam (M), associé ou non à du butorphanol (B). Dans l’essai 1, les porcelets de 2 ou 5 jours ont la queue coupée et cautérisée après l’administration de méloxicam ou d’un placebo (P) ou sont simplement manipulés (T). Dans l’essai 2, cinq traitements sont comparés chez des porcelets de 2 jours : C/M, Q/M , QC/M, QC/MB, QC/P. Le comportement postopératoire est suivi pour 24 porcelets par traitement et par âge et un prélèvement sanguin effectué sur 21 à 23 autres animaux. La caudectomie entraîne des tremblements de la queue (P < 0,001) mais les autres comportements post‐opératoires ne diffèrent pas entre les trois traitements. La concentration en cortisol plasmatique est plus faible chez les porcelets T que P (P < 0,05) et intermédiaire chez les M (respectivement 77,2 ± 22,4, 86,7 ± 18,1 et 97,8 ± 25,5 ng/ml pour T, M et P), suggérant une analgésie imparfaite. Les indicateurs de la douleur diffèrent en fonction de l’âge mais il n’est pas possible de conclure si l’intervention est plus ou moins douloureuse à l’un ou l’autre âge. La réalisation simultanée des interventions à 2 jours induit une douleur peu différente de celle due à la castration seule. Le temps passé debout et en exploration est plus élevé pour les porcelets QC/MB que QC/M (P < 0,05) et la teneur en cortisol plasmatique plus faible (P < 0,1). La douleur est mieux prise en charge par MB que par M, mais cette prise en charge reste incomplète.

Pain relief at piglet tail docking and castration

Meloxicam treatment of piglets is routinely performed in France to alleviate pain due to surgical castration. Two trials were carried out using a similar experimental protocol in order to 1.) evaluate the efficacy of meloxicam (M) to relieve pain due to tail docking (Q) performed at 2 or 5 days of age, 2.) evaluate the influence of tail docking (Q) and surgical castration (C) performed at the same time, and evaluate, in this situation, the efficacy of meloxicam associated or not with butorphanol (B) to relieve pain. In trial 1, piglets were tail docked with hot cautery iron at 2 or 5 days of age after i.m. injection of meloxicam (M) or saline (P) or were only handled (T). In trial 2, 2‐day old piglets allocated to five experimental groups were compared: C/M, Q/M, QC/M, QC/MB, QC/P. Post‐operative behaviour was recorded in 24 piglets per treatment and age and blood sampling was performed on 21 to 23 other piglets. Tail docking induced more tail trembling (P < 0.001) but other post‐surgical behaviours did not differ significantly between treatments. Plasma cortisol was lower in T than in P piglets (P < 0.05) and intermediate in M piglets (77.2 ± 22.4, 86.7 ± 18.1 and 97.8 ± 25.5 ng/ml in T, M and P piglets, respectively), suggesting a partial pain relief. Pain‐related indicators varied with age but it was not possible to conclude whether tail docking is more or less painful at one or the other age. Performing both interventions at 2 days of age induced an acute pain similar to that observed after castration alone. Standing and exploring were more frequent (P < 0.05) while plasma cortisol level was lower (P < 0.1) in QC/MB than in QC/M piglets. The responses of piglets suggested better pain alleviation by MB than by M treatment but this alleviation was still incomplete.

PDF icon jrp2015-bea-repro-conduite-courboulay.pdf
2015

Effects of piglet age on various indicators assessing pain at tail docking, with or without analgesia

Consulter le resumé

Pig tails are often docked in order to prevent tail biting later on. According to farms, it is carried out in the fi rst two days but may occur later, in combination with other management procedures. An experiment was conducted in order to evaluate the effects of age and analgesia on pain related to tail docking.
Since pain is complex to evaluate, physiological, behavioural and zootechnical indicators were used.

PDF icon courboulay2014wafl.pdf
2014

Comment limiter la douleur liée à la castration ?

Consulter le resumé

Deux techniques simples permettent de limiter la douleur liée à la castration : l'utilisation d'un anesthétique local ou celle d'un analgésique de type AINS (anti inflammatoire non stéroïdien). La réglementation interdisant l'utilisation d'un anesthésique par les éleveurs, le choix s'est porté en France sur l'analgésie. Cet article illustre les avantages et inconvénients de ces deux techniques au regard de la problématique.

PDF icon techporc_courboulay_n5_2012.pdf
2012

Prendre en compte la douleur lors de la castration

Consulter le resumé

La révision 9 du cahier des charges VPF diffusée dès janvier 2011 avait introduit l'utiisation d'un analgésique lors de la castration afin de réduire la douleur chez le porcelet. Cette mesure est entrée en vigueur depuis le 1er janvier 2012. Une décision assumée par la profession. Henri de Thoré, éleveur chargé du bien-être animal pour les organisations professionnelles porcines (UGPVB, FNP, Inaporc, Coop de France), s'en explique.

PDF icon techporc_courboulay01_n5_2012.pdf
2012

Castration sans traitement de la douleur : quelles alternatives ?

Consulter le resumé

La castration chirugicale des porcs mâles sans anesthésie/analgésie est aujourd'hui remise en cause car douloureuse pour l'animal. Petit tour d'horizon des alternatives possibles.
2011

Traitement de la douleur lors de la castration : des effets différents selon les traitements

Consulter le resumé

L'anesthésie locale de l'animal, plus simple à réaliser qu'une anesthésie générale, réduit fortement la douleur lors de la castration. Cependant, le coût, la chaarge de travail supplémentaire et les problèmes règlementaires restent des freins à la mise en place de cette solution technique.
2011