La base documentaire de l'IFIP

La base documentaire de l'IFIP : des centaines de documents à télécharger ou bien à commander.

Résultats 141 à 160 de 251 résultats
Rechercher une documentation
Publication Annéetrier par ordre décroissant

Sensibiliser les éleveurs à un usage raisonné des antibiotiques

Consulter le resumé

Dossier spécial : santé des porcs

La connaissance générale des éleveurs sur les antibiotiques, bien que perfectible, repose sur des bases globalement correctes. Parmi les freins exprimés à la mise en place de solutions pour réduire les traitements, ont été cités les contraintes administratives relatives aux bâtiments d'élevage et les doutes sur l'intérêt sanitaire et économique de certaines alternatives.

PDF icon techporc_hemonicc_n16_2014.pdf
2014

Ventilateurs économes : Les résultats sur le terrain

Consulter le resumé

Quelles sont les économies d'énergie réellement permises par les ventilateurs dits "économes" présents sur le marché ? L'Ifip a mis en place un suivi en élevages de trois modèles. Résultats : de 60 à 90% d'énergie épargnée et un investissement rentabilisé en trois ans.

2014

Efficacité de bonnes pratiques sur les émissions gazeuses aux stades bâtiment-stockage-épandage

Consulter le resumé

Fiche n° 21 : Réduction des impacts environnementaux

Les  élevages porcins sont responsables de près de 13% des émissions nationales d’ammoniac (NH₃). Ces émissions font l’objet d’objectifs de réduction au même titre que les émissions de gaz à effet de serre. Des techniques de réduction se développent pour chaque étape de gestion des effluents (bâtiment /stockage /traitement /épandage) et certaines sont reconnues comme Meilleures Techniques Disponibles (MTD) au niveau européen dans le cadre de la directive IPPC (Integrated Pollution Prevention & Control). Cependant bien qu’efficaces pour réduire les émissions d’ammoniac des questions se posent quant à leur impact sur les émissions de gaz à effet de serre. De plus, certaines sont efficaces sur un poste de gestion des effluents et interrogent sur l’incidence de postes en aval. Pour ces raisons, les émissions de NH₃ d’un système porcin ne peuvent pas être abordées uniquement sur un poste et indépendamment des émissions de gaz à effet de serre (méthane CH et protoxyde d’azote NO).

Il est important in fine de proposer aux éleveurs des solutions globalement satisfaisantes pour l’environnement, efficaces sur l’ensemble des paramètres environnementaux et sur l’ensemble du cycle de production.

C’est pourquoi, il est nécessaire d’acquérir de nouvelles connaissances sur les émissions globales d’ammoniac à l’échelle d’itinéraires complets (postes bâtiment, stockage et épandage) et mettant en œuvre des techniques de réduction d’ammoniac et de gaz à effet de serre.

PDF icon fiche_bilan2013_21.pdf
2014

MEDIBatE : modélisation des flux d’energie Directe et Indirecte pour les bâtiments d’elevage

Consulter le resumé

Fiche n° 29 : réduction des impacts environnementaux

Au même titre que les autres secteurs d’activité, le monde de l’élevage doit être en mesure de faire évoluer ses pratiques pour limiter le recours aux énergies fossiles. L’analyse doit porter non seulement sur les consommations d’énergie directe (mobilisées sur l’élevage lui-même) mais aussi sur les consommations d’énergie indirecte (mobilisées en amont, par les intrants).

Actuellement, les outils et modèles existants apportent chacun une réponse partielle à cette problématique de l’énergie.

L’ambition de ce projet réside dans l’intégration, à l’échelle du système complexe que représentent les bâtiments d’élevage porcins, des connaissances disponibles en matière de bioclimatologie (échanges thermiques animal/ bâtiment/milieu) et de consommation d’énergie.

Le projet est aussi une tentative pour utiliser la modélisation au service de la réalisation d’un outil d’aide à la décision opérationnel, conçu pour les acteurs du secteur agricole.

L’outil propose dans ce projet doit permettre d’améliorer l’efficience environnementale des élevages en prenant en compte les effets globaux relatifs aux enjeux énergétiques ; les améliorations recherchées s’inscrivent en réponse à une demande sociétale forte en matière de gestion durable des exploitations hors-sol.

Il s’agit également d’inclure un module « économique » permettant une synthèse précise des temps de retour sur investissement des actions en faveur des économies d’énergie, mais également une analyse des gains escomptables par l’amélioration de l’efficience énergétique des élevages.

En outre, le bilan économique sera conçu de façon à pouvoir faire évoluer les paramètres économiques, volatils par nature et essentiels dans ce genre d’outil, tels que le cout unitaire des énergies, de l’aliment et des matériaux.

PDF icon fiche_bilan2013_29.pdf
2014

Bâtiment d’élevage à énergie positive

Consulter le resumé

Fiche n° 30 : réduction des impacts environnementaux

Depuis le « Grenelle de l’environnement », et les premiers travaux initiés par l’ADEME, l’énergie est devenue un élément incontournable dans les réflexions autour de la rénovation ou de la construction d’un bâtiment d’élevage.

En ce sens, l’IFIP a travaillé sur un projet dont l’objectif était de formaliser des choix techniques et d’apporter les éléments technico-économiques pour concevoir un prototype de bâtiments rassemblant l’ensemble des solutions permettant de réduire les consommations d’énergie.

Cette étude s’est déclinée en 3 parties :

• Transposition du concept utilisé dans le secteur de l’habitat, de bâtiment a basse consommation, aux bâtiments d’élevage en prenant en compte les contraintes spécifiques a cet usage.

• Création d’un guide de synthèse « Bâtiment d’élevage à énergie positive » qui propose, sous la forme de fiches, un descriptif de l’ensemble des technologies économes en énergie, des techniques de production d’énergie renouvelable et de récupération de chaleur.

• Elaboration d’un concept de bâtiment d’élevage à énergie positive et analyse des incidences technico-économiques liées à sa mise en place selon des scénarios prenant en compte différentes évolutions du contexte énergétique et des gains de productivité technique.

Les résultats de ce projet ont également pour but d’anticiper les prochaines augmentations du prix de l’électricité en proposant par anticipation aux professionnels l’ensemble des éléments nécessaires pour faire les choix les plus efficaces en matière d’économie d’énergie.

PDF icon fiche_bilan2013_30.pdf
2014

RERALIM : réduction de l’energie et des rejets par l’alimentation

Consulter le resumé

Fiche n° 28 : réduction des impacts environnementaux

En élevage porcin, l’aliment consomme par les animaux représente à la fois 60 % de la consommation d’énergie et 60% des émissions de gaz à effet de serre (GES).

Les éleveurs de porcs se trouvent confrontés à un double challenge :

- économique, dans une concurrence mondiale toujours plus forte ; mais aussi

- environnemental, à travers, notamment, la nécessité de limiter l’empreinte globale de l’élevage

(énergie, GES et rejets).

Une réduction sensible de la consommation d’aliment par kg de viande produit répond à ce double enjeu.

La gestion de l’alimentation semble être la voie la plus prometteuse pour améliorer le bilan environnemental tout en préservant les résultats économiques.

En effet, la connaissance des besoins individuels en matière d’alimentation en fonction de divers critères (poids, génétique, âge,….) s’est enrichie et des recommandations existent pour gérer de façon précise l’apport alimentaire afin d’en optimiser l’efficacité et de limiter ainsi les rejets.

La production finale de ce projet est la réalisation d’un prototype d’automate de distribution alimentaire permettant une distribution individuelle « intelligente ».

Ce prototype sera équipé d’un modèle décisionnel (basé en partie sur InraPorc®) qui adaptera automatiquement la ration distribuée aux besoins en temps réel de chaque animal.

PDF icon fiche_bilan2013_28.pdf
2014

Les coûts par place en production porcine

Consulter le resumé

L’Ifip met à jour une fois par an les coûts moyens par place, ainsi que pour certains éléments annexes comme les fosses.

PDF icon techporc_massabie_n19_2014.pdf
2014
Solutions pour réduire sa consommation d’énergie et produire des énergies renouvelables dans la filière porcine

Guide du bâtiment d’élevage à énergie positive (BEBC+)

Consulter le resumé

Solutions pour réduire sa consommation d’énergie et produire des énergies renouvelables dans la filière porcine

PDF icon téléchargez le fichier attention à l'impression : 68 pages !
2014

Limiter les consommations d'énergie : mise en place d'une nurserie

Consulter le resumé

Fiche bâtiment n° 1

PDF icon Fiche bâtiment n° 1, par Kergourlay et al.
2015

Conseils pour bien laver l'air des porcheries

Consulter le resumé

Le lavage d’air permet de réduire les émissions d’ammoniac, d’odeurs et de particules des bâtiments porcins. Cependant, les taux d’abattement varient en fonction des configurations techniques. Une enquête réalisée sur 31 laveurs d’air permet de formuler des conseils d’utilisation pour optimiser l’abattement d’ammoniac. Vitesse d’air et concentration en ammoniac de l’eau de lavage doivent être ciblées.

PDF icon techporc_lagadec_n22_2015.pdf
2015

Limiter le gaspillage d'énergie : gestion du couple chauffage-ventilation

Consulter le resumé

Fiche  bâtiment n° 2

PDF icon Fiche bâtiment n° 2, par Kergourlay et al.
2015

Conseils pour bien laver l'air des porcheries

Consulter le resumé

Le lavage d’air permet de réduire les émissions d’ammoniac, d’odeurs et de particules des bâtiments porcins. Cependant, les taux d’abattement varient en fonction des configurations techniques. Une enquête réalisée sur 31 laveurs d’air permet de formuler des conseils d’utilisation pour optimiser l’abattement d’ammoniac. Vitesse d’air et concentration en ammoniac de l’eau de lavage doivent être ciblées.

PDF icon techporc_lagadec_n22_2015.pdf
2015

Premiers résultats issus d'une station d'alimentation innovante pour la mise en oeuvre de l'alimentation de précision des porcs en croissance élevés en groupe et alimentés de façon rationnée

Consulter le resumé

Poster.

Dans la plupart des élevages de porcs, une alimentation par phases est mise en œuvre. Au cours de chaque phase, la quantité d’aliment allouée peut augmenter mais sa qualité reste stable. Or, le potentiel de croissance et le poids vif (PV) au jour J sont très variables entre les porcs d’une même bande, et cela est associé à une grande variabilité des besoins nutritionnels, exprimés par le ratio lysine digestible / énergie nette (LYSd/EN), à un jour ou un PV donné. Afin de diminuer le coût alimentaire par porc et l’impact environnemental de la production porcine, le concept de l’alimentation de précision se développe depuis quelques années notamment au Canada et en Espagne. Il a pour objectif d’ajuster la quantité et la qualité de l’aliment apporté individuellement à chaque porc d’un même groupe. Ce concept implique la mise en œuvre d'un système capable d’identifier le porc, de le peser et de mélanger au moins deux aliments. Les systèmes déjà disponibles ont jusqu'alors été développés en condition d’alimentation à volonté. Afin de fonctionner dans des conditions de rationnement alimentaire, pratique la plus répandue en France, un nouveau système a été conçu en collaboration avec un équipementier, puis testé à la station IFIP de Romillé (35).

Description and preliminary results obtained with a new automatic feeder designed to allow for the precision feeding of grouphoused pigs under restricted feed allowance

A feeder prototype has been developed by IFIP in association with an equipment manufacturer to perform precision feeding for 96 group‐housed growing pigs, each equipped with a RFID (Radio Frequency IDentification) ear tag. It consists in five automatic feeders (AF), one weighing‐sorting station (WS), and three areas. The WS station is placed on force sensors and allows for weighing pigs individually, with a 0.1 kg accuracy, and sorting them towards (1) the AF (pigs whose daily cumulated feed intake is presently below the daily allowance), (2) a pen for specific care or departure for the slaughterhouse (after selection by the farmer), (3) the original pen for the other cases. In case 1, the pig enters an AF, both back and front doors close automatically. Its ear RFID tag is recognized by an antenna, and successive doses of feed fall into the trough. Each AF can deliver (min 30 g) and mix two diets, and is connected to a computer that calculates the daily dietary allowances per pig, based on time, body weight (BW) and feeding strategy. In this first trial, all pigs were restricted and two feeding strategies were designed (2‐ vs 9‐ phase strategy) based on the same evolution of amino acid requirements with BW for all pigs. Taking into account pigs not adapted to the system after 9 days (n = 4), accidents (n = 2), health issues (n = 5) and those which failed to consume their feed allowance on more than 4 days (n = 14), data from 71 pigs were available at the end of the fattening period.

PDF icon Poster JRP de Michel Marcon et al.
2015

Premiers résultats issus d'une station d'alimentation innovante pour la mise en œuvre de l'alimentation de précision des porcs en croissance élevés en groupe et alimentés de façon rationnée

Consulter le resumé

Poster.

Le concept d’alimentation de précision est à l’interface entre les domaines de compétence des nutritionnistes et des équipementiers. Il implique non seulement l’estimation dynamique des besoins nutritionnels de chaque animal élevé dans un groupe mais également la mise en œuvre de techniques permettant d’adapter la quantité et la qualité de l’aliment apporté à cet animal jour par jour. Les systèmes déjà disponibles fonctionnent en condition d’alimentation à volonté. Afin de fonctionner dans des conditions de rationnement alimentaire, un nouveau système a été conçu en collaboration avec un équipementier, puis testé à la station IFIP de Romillé.

PDF icon jrp2015-bea-repro-conduite-marcon-poster.pdf
2015

Mise au point d'une méthode de mesure simplifiée des émissions d'ammoniac et de gaz à effet de serre (CH4, N20) d'un bâtiment de porcs à l'engrais

Consulter le resumé

L‘objectif de l‘étude est la mise au point d‘une méthode de mesure simplifiée des émissions d‘ammoniac et de GES d‘un bâtiment fermé en ventilation dynamique abritant des porcs à l‘engrais (Guingand et al., 2010; Guingand et al., 2011). La mise au point d‘une méthode simplifiée, basée sur des mesures ponctuelles doit permettre de combiner réduction du temps et coût de réalisation sans pour autant altérer la précision des données acquises.

2015

Récupérer l'énergie des salles à l'aide d'un échangeur air-air

Consulter le resumé

Fiche bâtiment n° 3

PDF icon Fiche bâtiment n° 3, par F. Kergourlay et M. Marcon
2015

Batterie de condensateurs : est-ce vraiment efficace ?

Consulter le resumé

Les boîtiers de condensateurs réduisent l’appel à puissance d’une installation électrique.
Dans les élevages ayant souscrit un tarif jaune ou vert, ils évitent les pénalités ou dégagent une réserve de puissance sans changer d’abonnement. De quoi économiser 3 à 4 % du prix de la facture par an.

PDF icon techporc_marcon_n23_2015.pdf
2015

Efficacité de bonnes pratiques sur les émissions gazeuses à l’échelle d’itinéraires de gestion Bâtiment-stockage-épandage

Consulter le resumé

Fiche n° 030 : réduction des impacts environnementaux et des consommations d'énergie

En France, le secteur agricole est responsable de 97% des émissions d’ammoniac, dont 73% par l’élevage (CITEPA). Ces émissions doivent être maîtrisées et réduites. Pour y parvenir, des techniques de réduction se développent en élevage, dont certaines sont reconnues comme Meilleures Techniques Disponibles (MTD) au niveau européen (directive IED). Ces techniques concernent le plus souvent un poste spécifique de l’élevage (bâtiment, stockage, ou épandage) avec une efficacité généralement évaluée à cette échelle.Or, la mise en place d’une pratique dans un poste donné peut aussi avoir des incidences sur les pertes gazeuses des postes situés plus en aval. C’est pourquoi, cette étude s’est attachée à appréhender les émissions cumulées d’ammoniac à l’échelle d’itinéraires plus intégrés (incluant les postes bâtiment, stockage et épandage) mettant en oeuvre des Bonnes Pratiques Environnementales (BPE). 

8 itinéraires Bâtiment (B) – Stockage (S) – Epandage (E), mobilisant chacun 60 porcs charcutiers, ont ainsi été suivis dans la station expérimentale de Romillé au cours de 2 saisons.
Chaque itinéraire combinait une ou plusieurs BPE (au plus, une/poste) :
- BPE bâtiment : laveur d’air, évacuation fréquente des déjections par flushing avec la fraction liquide d’un lisier décanté, évacuation fréquente des déjections par gravité tous les 15 jours
- BPE stockage : couverture souple, méthanisation.

Un itinéraire témoin ne disposait d’aucune BPE. Pour chacun de ces itinéraires, les émissions d’ammoniac et de gaz à effet de serre par les postes bâtiment et stockage ont été suivies. Le potentiel de volatilisation d’ammoniac à l’épandage a été mesuré en cellule de ventilation en laboratoire.

PDF icon fiche_bilan2014_030.pdf
2015

Evaluation d’équipements économes en énergie : l’éco-ventilation

Consulter le resumé

Fiche n° 036 : réduction des impacts environnementaux et des consommations d'énergie

Dans un contexte économique déprimé, il est néanmoins demandé aux éleveurs de porcs d’adapter leurs pratiques et outils de production pour mieux prendre en compte les contraintes environnementales. A cet égard, les économies d’énergie constituent un levier intéressant pour les élevages, en permettant à la fois d’améliorer le bilan environnemental et de conforter la compétitivité (en réduisant le coût de production).
Par ailleurs, la loi NOME (Nouvelle Organisation du Marché de l’Electricité) va conduire à l’arrêt des « tarifs jaunes », majoritaires chez les éleveurs de porcs (70 % des exploitations). Cette nouvelle loi envisage une augmentation de 20 % des prix de l’électricité d’ici 2020 et de plus de 40 % d’ici 2025.
C’est pourquoi, l’énergie reste une priorité de la R&D et l’IFIP poursuit diverses actions, dont l’évaluation d’équipements économes en énergie disponibles sur le marché.
Ainsi, un banc d’essai spécifique « éco-ventilation » a été conçu pour tester, valider les matériels et mesurer les économies d’énergie permises par ces nouveaux équipements.

PDF icon fiche_bilan2014_036.pdf
2015

Le calculateur MEDIBATE : bilan thermique et énergétique d’un bâtiment d’élevage

Consulter le resumé

Fiche n° 037 : réduction des impacts environnementaux et des consommations d'énergie

L’énergie répond à un double challenge : les économies d’énergie améliorent les bilans environnementaux des élevages tout en permettant des économies substantielles pour les éleveurs.
Le besoin peut être de
- (i) diagnostiquer les consommations dans des bâtiments existants,
- (ii) simuler les niveaux d’utilisation d’énergie dans un projet de bâtiment,
- (iii) évaluer la rentabilité d’une technique et/ou technologie économe en énergie.
Or, la seule observation des factures énergétiques ne permet généralement pas une analyse fine des consommations par un stade physiologique ou même par une fonction donnée (ex : ventilation).
C’est pourquoi, depuis 2012, l’IFIP a entrepris l’élaboration d’un simulateur énergétique capable de définir les consommations d’énergie de la ventilation et du chauffage (85 % des usages énergétiques d’un élevage) pour chaque salle d’un bâtiment.
Cet outil prend en compte les éventuelles incidences de choix techniques ou technologiques de l’éleveur sur les performances techniques : par exemple, un éleveur peut souhaiter économiser de l’énergie en réduisant le niveau de chauffage, mais ce choix risque alors d’engendrer un déficit chronique de température dans les salles et une augmentation de l’indice de consommation.
De même, MEDIBATE permet de simuler la rentabilité d’un investissement ou d’un changement de pratique pour appréhender, en regard du coût ainsi consenti, les économies d’énergie prévisibles et partant, le retour sur investissement.

PDF icon fiche_bilan2014_037.pdf
2015

Pages