La base documentaire de l'IFIP

La base documentaire de l'IFIP : des centaines de documents à télécharger ou bien à commander.

Résultats 181 à 200 de 250 résultats
Rechercher une documentation
Publication Annéetrier par ordre croissant

Les techniques de récupération d'énergie : les chaudières à biomasse et l'énergie éolienne

Consulter le resumé

L'utilisation du bois énergie dans les bâtiments d'élevage présente plusieurs intérêts. Le bois est une énergie moins chère que les énergies fossiles et son prix est plus stable dans le temps. L'investissement dans une chaufferie bois permet donc une meilleure maîtrise des coûts de chauffage. Les chaudières à biomasse permettent de produire de l'énergie sous forme de chaleur. L'éleveur peut bénéficier d'un choix parmi plusieurs combustibles.
PDF icon Les techniques de récupération d'énergie : les chaudières à biomasse et l'énergie éolienne
2008

Ventilation avec sortie d'air centralisée : 6 questions pour y voir plus clair

Consulter le resumé

Avant de se décider à installer une sortie d'air centralisée, des questions se posent. En voici quelques-unes avec des éléments de réponse.
2008

Les techniques de récupération d'énergie : les pompes à chaleur

Consulter le resumé

Systèmes composés de deux échangeurs thermiques et d'un liquide caloporteur permettant de puiser l'énergie dans une source de chaleur (sol, laveur d'air, réacteur biologique) pour la restituer ensuite dans le bâtiment. La chaleur récupérée peut, selon les cas, produire de l'eau chaude sanitaire, alimenter un circuit de chauffage ou encore assurer le chauffage des bâtiments grâce à des ventilo-convecteurs. La mise en place de pompes à chaleur sur eaux de lavage d'air n'est possible que lorsque le bâtiment permet de stocker une grande quantité d'eaux de lavage.
PDF icon Les techniques de récupération d'énergie : les pompes à chaleur
2008

Caillebotis intégral ou litière paillée : comparaison des performances zootechniques en engraissement

Consulter le resumé

Cet essai a pour objectif de comparer les performances de porcs élevés sur paille ou sur caillebotis, en conditions d'alimentation libérale, de novembre à mars et de juin à septembre. L'élevage sur litière a dégradé les performances zootechniques. Comparé au caillebotis, la litière a affecté la vitesse de croissance, l'indice de consommation des porcs ainsi que le taux de muscle des carcasses. Ces différences ont été accentuées en raison de l'optimisation des conditions d'élevage des porcs sur caillebotis et de l'absence de chauffage de la salle paillée.
PDF icon Caillebotis intégral ou litière paillée : comparaison des performances zootechniques en engraissement
2008

Quelques faits marquants au salon AGROMEK

Consulter le resumé

Agromek a attiré en moyenne sur les 5 dernières années plus de 65 000 visiteurs dont 13 à 15 % de ressortissants étrangers. En légère baisse de fréquentation l’année précédente, le salon est, pour la première fois, réparti sur deux périodes : la partie consacrée aux équipements d’élevage s’est tenue en janvier 2008 et l’exposition dévolue aux « travaux des champs » se tiendra en novembre de cette année. Par la suite le salon se déroulera chaque année en novembre, mais l’exposition « machinisme » n’aura lieu qu’une année sur deux.
PDF icon Quelques faits marquants au salon AGROMEK
2008

Le lavage d'air en élevages porcins

Consulter le resumé

Le lavage d’air peut être une solution mixte participant à résoudre la problématique odeurs et ammoniac en élevages porcins.

Sa mise en œuvre au niveau des bâtiments est conditionnée principalement par la possibilité de centraliser l’extraction.

Cet article fait un bref tour d’horizon de cette technique en ciblant sur les avantages et limites de la filière appliquée à l’élevage porcin.
PDF icon Le lavage d'air en élevages porcins
2008

Les bâtiments d'élevage de porcs en France : quel besoin d'investissement au regard de leur état ?

Consulter le resumé

En 2006, l’IFIP a réalisé un état des lieux du parc de bâtiments porcins en France au moyen d’une enquête et de diagnostics en élevages. Les données économiques et financières ont été analysées et le besoin d’investissement nécessaire à la modernisation et mise aux normes a été chiffré. Le niveau d’investissement a fortement diminué, de + de 500 €/truie en 1991/92 à 187 € sur 2003/06 dans les Côtes d’Armor. Cette diminution fournit une indication du retard d’investissement que les élevages de porcs français accumulent.
PDF icon Les bâtiments d'élevage de porcs en France : quel besoin d'investissement au regard de leur état ?
2007

A influencia das instalaçoes sobre o rendimento da engorda.<br /><br />Influence of installations on fattening yield.

Consulter le resumé

2007

Méthanisation à la ferme : leviers de rentabilité en élevage porcin

Consulter le resumé

L’étude consiste à comparer les simulations économiques de projet de méthanisation en élevage porcin afin d’étudier l’impact de 3 critères :

1. l’économie d’échelle via la taille d’élevage, 100 et 500 truies NE ;

2. la valorisation (ou non) de la chaleur par le chauffage de la maison d’habitation de l’éleveur, son eau chaude sanitaire et les salles de post-sevrage ;

3. le type d’intrant utilisé : lisier de porc seul, en association avec du maïs ensilage ou en association avec des déchets de légumes et des graisses alimentaires usagées.
PDF icon Méthanisation à la ferme : leviers de rentabilité en élevage porcin
2007

Les techniques de récupération d'énergie : les échangeurs thermiques

Consulter le resumé

L’objectif est d’identifier les actions techniques à mettre en œuvre pour économiser l’énergie ou produire de l’énergie renouvelable dans les exploitations.

Les échangeurs thermiques (air-air, air-eau, air-terre) permettent de récupérer les calories issues de l’air ou du sol, pour les restituer au bâtiment, en atténuant les amplitudes thermiques quotidiennes.

Ces références permettent d’accroître l’efficacité énergétique dans les bâtiments d’élevage.
PDF icon Les techniques de récupération d'énergie : les échangeurs thermiques
2007

Bâtiments porcins en France : nécessité de réinvestir

Consulter le resumé

Le maintien de la compétitivité de la production porcine française nécessite d’améliorer les coûts de revient, notamment par le progrès des performances. Les bâtiments d’élevage permettent-ils de tirer pleinement parti des progrès génétiques et techniques ? En 2006, l'IFIP a évalué les bâtiments porcins en France. Certains ont besoin d'être rénovés, d'autres d'être reconstruits. Des mises aux normes sont nécessaires. Le coût total est évalué entre 2,5 et 2,9 milliards d'euros.
PDF icon Bâtiments porcins en France : nécessité de réinvestir
2007

Les bâtiments de porcs en France : état des lieux

Consulter le resumé

Une enquête postale portant sur le parc bâtiment a été menée auprès de 3000 éleveurs, elle a été complétée par 100 enquêtes terrain. Les résultats obtenus sur 1120 réponses donnent une représentation des élevages ayant des porcs en 2006. Le système naisseur-engraisseur est prédominant avec 90 % des truies et 86 % des places de porcs à l’engrais. La moitié du cheptel est détenue par des élevages spécialisés. Dans notre échantillon le sevrage est effectué à 28 jours avec une conduite en 7 bandes pour 70 % des truies.
PDF icon Les bâtiments de porcs en France : état des lieux
2007

Le parc des élevages de porcs en France : état des lieux, évaluation du besoin d'investissement

Consulter le resumé

La présente étude dresse un état des lieux précis de l’âge, de l’état et de la cohérence des bâtiments d’élevages de porcs en France en 2006. Le retard d’investissement est mesuré par rapport aux préconisations techniques et réglementaires et est traduit en une évaluation de l’effort financier de modernisation nécessaire.

Une enquête postale auprès de nombreux éleveurs a permis de recueillir des données sur les caractéristiques de leurs bâtiments. Des diagnostics des bâtiments ont été réalisés en élevages. Les données économiques et financières ont été analysées.

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2007

Réduire les consommations énergétiques dans les bâtiments porcins : les leviers d'actions.

Consulter le resumé

Il est avant tout indispensable pour l’éleveur de disposer de références et d’outils d’analyse de sa consommation.

Les consommations, une fois établies, doivent être comparées aux références existantes, de manière à pouvoir positionner l’éleveur sur une échelle de consommation.

Le simple fait de limiter le gaspillage énergétique va générer, dans une majorité des cas, d’importantes économies financières au sein de l’exploitation.

Plusieurs pistes d’actions prioritaires sont identifiées autour du bâtiment pour réduire les dépenses énergétiques.
PDF icon Réduire les consommations énergétiques dans les bâtiments porcins : les leviers d'actions.
2007

Les consommations d'énergie dans les bâtiments porcins

Consulter le resumé

Pour répondre à un manque avéré de références disponibles concernant ce sujet, une étude a été réalisée en 2006.

Ses principaux objectifs étaient de définir les niveaux des consommations énergétiques dans les exploitations et d’identifier les actions techniques à mettre en œuvre pour économiser l’énergie ou produire de l’énergie renouvelable.

Les données recueillies au cours de cette enquête ont permis d’obtenir de nouvelles références qui devraient permettre d’accroître l’efficacité énergétique dans les bâtiments d’élevage.
PDF icon Les consommations d'énergie dans les bâtiments porcins
2007

Le parc bâtiment breton vieillissant

Consulter le resumé

2007

Les coûts des bâtiments en 2007

Consulter le resumé

De janvier 2006 à janvier 2007, l’indice national du coût de la construction
PDF icon Les coûts des bâtiments en 2007
2007

Réduction des consommations énergétiques dans les bâtiments d'élevage

Consulter le resumé

Un état des lieux a été réalisé dans le secteur de l’élevage dans le cadre de l’étude Adème « Utilisation rationnelle de l’énergie dans les serres et dans les bâtiments d’élevage : situation technico-économique et leviers d’action actuels et futurs » confiée à l’IFIP- Institut du porc, l’ITAVI, l’Institut de l’Elevage et en collaboration avec les Chambres d’Agriculture de Bretagne et des Pays de la Loire. Dans les bâtiments porcins, les postes les plus consommateurs en énergie sont le chauffage et la ventilation avec respectivement 46 % et 39 % du total.
PDF icon Réduction des consommations énergétiques dans les bâtiments d'élevage
2007

La influencia del medio sobre los rendimientos en cebo

Consulter le resumé

2007

Les coûts des bâtiments en 2007

Consulter le resumé

De janvier 2007 à janvier 2008, l'indice national du coût de la construction tous corps d'état (BT01) a augmenté de 4,9%. Après une pause en 2005, l'indice retrouve, pour la deuxième année consécutive, une progression plus élevée que l'inflation sur la même période. Les cours des matières premières ont continué à tirer les prix à la hausse. La mauvaise conjoncture de 2007 n'a pas permis de moderniser le parc bâtiment. Il y a eu cependant quelques restructurations d'élevages. Le passage aux truies en groupe qui doit être réalisé avant 2013 a été actuellement peu anticipé.
PDF icon Les coûts des bâtiments en 2007
2007

Pages