La base documentaire de l'IFIP

La base documentaire de l'IFIP : des centaines de documents à télécharger ou bien à commander.

Résultats 1 à 11 de 11 résultats
Rechercher une documentation
Publication Annéetrier par ordre croissant

Localisation des élevages et des abattoirs à partir de BDPORC

Consulter le resumé

Bérengère Lécuyer, Bilan 2018, éditions IFIP, avril 2019, p. 114

Les Bases de Données Nationales d’Identification (BDNI) recensent des données exhaustives sur les sites d’élevage et les mouvements d’animaux (d’un élevage à un autre ou d’un élevage à un abattoir). Ce sont des sources d’informations très riches valorisées dans de nombreux champs d’études (épidémiologique, structure des élevages, prévision de la production...).
Les données BDPORC sur les mouvements de porcins sont ici utilisées pour analyser la proximité / l’éloignement entre les abattoirs et les élevages auprès desquels ils s’approvisionnent sur le territoire français. Pour ce faire, les distances par la route entre les sites d’élevages et les abattoirs ont été calculées grâce au logiciel R et au calculateur d’itinéraire OSRM (Open Source Routing Machine). L’étude se concentre uniquement sur les porcs charcutiers, le champ géographique est limité à la France métropolitaine hors Corse et Outre-Mer, et la période étudiée s’étale de 2014 à 2017.

PDF icon Bérengère Lécuyer, Bilan 2018, éditions IFIP, avril 2019, p. 114
2019

Dynamique des élevages de porcs en France création d’un tableau de bord à partir de BDPORC

Consulter le resumé

Christine Roguet, Bilan 2018, éditions IFIP, avril 2019, p. 115

Sous l’effet de la concurrence, des évolutions réglementaires ou sociales (pyramide des âges), les structures d’élevage peuvent évoluer rapidement.
Jusqu’à la création de BDPORC (base de données nationale de l’identification porcine) en 2009, les principales sources de données pour suivre ces évolutions étaient le recensement agricole (RA, exhaustif, tous les 10 ans), les enquêtes sur les structures des exploitations agricoles
(sondage entre deux RA) et sur le cheptel porcin (sondage, 2 fois/an). BDPORC offre l’opportunité de suivre ces changements en temps réel. Financé par INAPORC, un observatoire de la structure des élevages porcins en France et dans ses régions a été créé par l’Ifip en 2018 à partir des données de BDPORC. Il fournira aux acteurs de la filière un suivi de l’évolution du nombre, de la taille et de l’activité des sites d’élevage.
PDF icon Christine Roguet, Bilan 2018, éditions IFIP, avril 2019, p. 115
2019

Modèle de prévision de la production porcine en France à partir de BD PORC

Consulter le resumé

Bérengère Lécuyer, Bilan 2018, éditions IFIP, avril 2019, p. 113

Le marché du porc est libéral, sans possibilité de contrôle de l’offre. Le prix et la production du porc sont confrontés à la loi de l’offre et de la demande et subissent de nombreuses fluctuations, accentuées par des offres et des demandes à la fois cycliques et saisonnières.
Les modèles de prévision utilisés jusqu’ici ne permettent pas d’appréhender ces fluctuations. Ils sont basés sur les données des enquêtes de cheptels de truies. Ils fournissent des informations sur la tendance globale de la production mais ne permettent pas d’appréhender les fluctuations en partie liées au contexte économique du marché du porc et des matières premières.
Ll’IFIP, avec le projet partenarial MODEMO, s’est attaché à élaborer des modèles opérationnels de prévision de la production porcine pour permettre aux éleveurs, aux abatteurs, et à leurs organisations d’anticiper les évolutions conjoncturelles du marché.
Ces modèles sont réalisés à partir des  informations de la base de données nationale de l’identification porcine BDPORC et des données de conjoncture sur le prix du porc et de l’aliment.
PDF icon Bérengère Lécuyer, Bilan 2018, éditions IFIP, avril 2019, p. 113
2019

Procédures d’identification des porcs de l’élevage à l’abattage

Consulter le resumé

Fiche n° 066 : des actions R&D pour répondre aux politiques publiques

L’IFIP est chargé par le Bureau de l’Identification et du Contrôle des Mouvements Animaux (BICMA) de la DGAL (Ministère de l’Agriculture) de réaliser les études et actions nécessaires à la mise en place et au fonctionnement des dispositifs d’identification des porcins. Dans ce cadre, l’IFIP a en charge la maintenance de l’annexe de l’arrêté du 24 novembre 2005 relatif à l’identification du cheptel porcin, en lien avec les évolutions de la réglementation. L’IFIP est aussi responsable de la coordination et du suivi de l’ensemble de la procédure d’agrément pour le matériel d’identification
destiné à l’espèce porcine (suivi des tests, rédaction de l’annexe 3 de l’arrêté du 26 juin 2012 relatif à l’agrément des matériels d’identification).
Depuis quelques années, l’IFIP conduit également des travaux concernant la simplification des procédures d’identification des porcins, à la demande de la DGAL et en accord avec les attentes des professionnels. Dans ce cadre s’est mis en place le dispositif TATOUPA, permettant à des éleveurs naisseurs de ne pas identifier les porcelets en cas de transfert vers un site lié, enregistré au préalable dans BDPORC.

PDF icon fiche_bilan2015_066.pdf
2016

Identification porcine : vers une simplification des procédures

Consulter le resumé

Fiche n° 018 : contribution aux politiques publiques

A la demande de la DGAL, l’IFIP conduit des travaux concernant la faisabilité de la dématérialisation des documents d’accompagnement
des mouvements des porcins.
Au-delà de cette dématérialisation, c’est plus généralement la simplification des procédures d’identification des porcins qui a fait l’objet des discussions avec les professionnels, et le sujet prioritaire identifié en 2014 a concerné le transfert de porcelets entre sites liés.
Jusqu’à présent, tous les porcins quittant un site d’élevage pour être engraissés dans un autre site devaient être identifiés avant leur départ, par boucle ou tatouage à l’oreille.
Pour les éleveurs qui transfèrent toujours leurs porcelets vers le ou les mêmes sites d’engraissement (élevages en multi-sites, maternités collectives, contrats de long terme entre naisseur et engraisseur), cette pratique était jugée fastidieuse, en termes de temps de travail et de manipulation des animaux notamment.
L’objectif était donc de définir un dispositif permettant à ces éleveurs de ne pas identifier physiquement leurs porcelets, tout en apportant des garanties de traçabilité à l’Administration, condition nécessaire pour faire évoluer la règlementation.

PDF icon fiche_bilan2014_018.pdf
2015

Caractérisation des structures d'élevage à partir de la base de données BDPORC. Comparaison aux calculs obtenus en GTE

Consulter le resumé

Poster. La concurrence, la recherche de compétitivité et les obligations réglementaires poussent à une évolution rapide des structures d’élevage de porcs en France, qu’il est important de suivre en temps réel. Des algorithmes de calcul ont pour cela été développés à partir des flux de porcins enregistrés dans BDPORC, la base de données nationale de l’identification porcine.
PDF icon Caractérisation des structures d'élevage à partir de la base de données BDPORC. Comparaison aux calculs obtenus en GTE
2013

Caractérisation des structures d’élevage à partir de la base de données BDPORC. Comparaison aux calculs obtenus en GTE

Consulter le resumé

Poster. La concurrence, la recherche de compétitivité et les obligations réglementaires poussent à une évolution rapide des structures d’élevage de porcs en France, qu’il est important de suivre en temps réel. Des algorithmes de calcul ont pour cela été développés à partir des flux de porcins enregistrés dans BDPORC, la base de données nationale de l’identification porcine.

PDF icon jrp-2013-economie12.pdf
2013

Guide de Bonnes pratiques d’Hygiène en élevage de porcs : informations sur la chaîne alimentaire, transportabilité, plan salmonelles

Consulter le resumé

Des réglementations européennes sur la sécurité des aliments et le bien-être des porcs pendant le transport impliquent la responsabilité directe des différents maillons de la filière (éleveurs, transporteurs, abattoirs, Services vétérinaires). Ainsi, le Paquet Hygiène recommande de se baser sur un Guide de Bonnes Pratiques d’Hygiène pour mettre en place dans les élevages un dispositif de prévention des dangers transmissibles par la viande.
PDF icon Guide de Bonnes pratiques d’Hygiène en élevage de porcs : informations sur la chaîne alimentaire, transportabilité, plan salmonelles
2009

Mouvements des porcs : la notification entre sites devient obligatoire

Consulter le resumé

Sept jours pour déclarer les mouvements d'animaux, c'est le délai donné aux éleveurs pour transmettre les informations à BDPORC.
2009

La notification des mouvements de porcins devient obligatoire

Consulter le resumé

l’association BDPORC est agréée par le Ministère en charge de l’Agriculture, en tant que gestionnaire de la base de données nationale d’identification des porcins.

La notification des mouvements, désormais obligatoire, consiste à transmettre à BDPORC, dans un délai maximum de 7 jours, les informations décrivant un mouvement d’animaux.

Les deux plaquettes « Guide de l’éleveur » et « Guide du délégataire » sont reproduites dans cet article.

PDF icon La notification des mouvements de porcins devient obligatoire
2009

Guides pour la notification des mouvements de porcins

Consulter le resumé

Guides pour la notification des mouvements de porcins dans BDPORC : 
• Guide de l'éleveur
• Guide du délégataire
• Guide de l'abattoir 
• Guide du centre de rassemblement

PDF icon Guide de l'éleveur pour la notification des mouvements de porcins, PDF icon Guide du délégataire pour la notification des mouvements de porcins, PDF icon Guide de l'abattoir pour la notification des mouvements de porcins, PDF icon Guide du centre de rassemblement pour la notification des mouvements de porcins
2009