La base documentaire de l'IFIP

La base documentaire de l'IFIP : des centaines de documents à télécharger ou bien à commander.

Résultats 1 à 3 de 3 résultats
Rechercher une documentation
Publication Annéetrier par ordre croissant

Programmes de recherche en biologie moléculaire et en génomique

Consulter le resumé

Fiche n° 057 : progrès génétiques

La sélection des animaux s’appuie de plus en plus sur des données moléculaires et de génomique.
C’est pourquoi l’IFIP anime l’association BIOPORC dont l’objectif est de conduire des programmes de recherche en génomique répondant aux attentes des organisations de sélection porcine (OSP).
Les OSP ADN, CHOICE GENETICS FRANCE, GENE+ et NUCLEUS et l’IFIP sont membres de BIOPORC.
L’action est prioritairement conduite auprès des OSP, mais les thématiques abordées dans ces programmes répondent à des préoccupations sociétales et des éleveurs (odeur de mâle entier, sensibilité au sevrage …), et des attentes de l’aval de la filière (qualité des viandes).

PDF icon fiche_bilan2014_057.pdf
2015

Biologie moléculaire et génomique : de nouveaux outils pour la sélection

Consulter le resumé

Les programmes de sélection animale reposent de plus en plus sur des données d’analyses moléculaires.

L’IFIP gère ces informations pour les organisations de sélection partenaires.

Il coordonne et assure le suivi de projets de recherche en génomique, à l’interface entre les professionnels de la sélection regroupés au sein de BIOPORC et les organismes de recherche.

PDF icon Biologie moléculaire et génomique : de nouveaux outils pour la sélection
2011

Yersinia enterocolitica dans la filière porcine : étude de niveaux de prévalence au sein de la filière (animaux vivants, carcasses, viandes, environnement de production)

Consulter le resumé

Yersinia enterocolitica est la troisième bactérie cause de pathologies digestives et extradigestives d’origine alimentaire, derrière Campylobacter et Salmonella. Récemment, le taux d’incidence des cas de yersinioses humaines attribuables à la consommation de porc a été estimé à 2,8 cas pour 100 000 habitants par an en Europe (Fosse et al. 2008). Ce germe est donc, pour le porc, placé en deuxième position après Salmonella (3,4/100 000 habitants) et avant Campylobacter (2,2/100 000 habitants).

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2009