La base documentaire de l'IFIP

La base documentaire de l'IFIP : des centaines de documents à télécharger ou bien à commander.

Résultats 1 à 5 de 5 résultats
Rechercher une documentation
Publication Annéetrier par ordre croissant

La pesée par visio 3D : bientôt possible ?

Consulter le resumé

Yvonnick Rousselière et Michel Marcon, bilan 2017, éditions IFIP, mai 2018, p. 43

L’une des bases du suivi technique des élevages de porcs est l’analyse des performance de croissance. Pour ce faire, il est nécessaire de peser régulièrement les animaux. Traditionnellement, cette opération est réalisée à l’aide de plateaux peseurs ou de cages de contention collective dotées de jauges de contrainte. La pénibilité de cette tâche ainsi que les ressources à y consacrer (financières, de main d’oeuvre…) sont les principaux freins à la généralisation de la pesée en élevage. Il s’agit d’une opération accidentogène et stressante, à la fois pour les employés et pour les animaux : bruit, contention, manipulation et déplacement des porcs… Depuis plusieurs années, des systèmes de pesée utilisant des technologies d’imagerie ont fait leur apparition sur le marché afin de simplifier cette tâche. Cependant leur taux de pénétration sur le marché reste modeste malgré l’affichage par les constructeurs d’un niveau de précision élevé (proche de 97 %).

PDF icon Yvonnick Rousselière et Michel Marcon, bilan 2017, éditions IFIP, mai 2018, p. 43, fiche n° 15
2018

Pesée 3D en élevage : réalité ou fiction ?

Consulter le resumé

Yvonnick Rousselière, Tech Porc (FRA), 2017, n° 37, septembre-octobre, p. 15-16

Avec l’avènement des nouvelles technologies, certaines innovations initialement destinées à d’autres secteurs d’activités (industrie, divertissement, etc.) peuvent trouver un nouvel essor en élevage : c’est le cas de la reconstruction 3D en production porcine.

PDF icon Yvonnick Rousselière, Tech Porc (FRA), 2017, n° 37, septembre-octobre, p. 15-16
2017

Exploitation des données de l’Image Meater pour la sélection génétique

Consulter le resumé

Fiche n° 026 : classification des pièces et des carcasses

Depuis juin 2013, 18 abattoirs du Grand Ouest utilisent l’Image Meater en remplacement du Capteur Gras Maigre (CGM) pour le classement des
carcasses. L’Image Meater est une caméra vidéo associée à un analyseur d’images. Il permet de réaliser une série de 16 mesures au niveau de la jonction rein-jambon (épaisseurs de gras, de muscles et des longueurs). Quatre de ces valeurs (G3, G4, M3, M4) sont actuellement utilisées dans le calcul du Taux de Muscle des Pièces (TMP).
Le TMP utilisé dans les évaluations génétiques est défini à partir des pesées des différentes pièces composant la carcasse d’animaux élevés en station de phénotypage (TMP dit « station »). La réalisation de ces pesées à l’abattoir demande du temps et de la main d’oeuvre mais aboutit à l’obtention de données précises.
L’objectif est de déterminer si le TMP estimé par Uniporc Ouest ou les mesures élémentaires de l’Image Meater sont suffisamment précis et proches du TMP « station » pour être utilisés en remplacement de la découpe des pièces à l’abattoir ou pour apporter un complément aux mesures actuelles.

PDF icon fiche_bilan2015_027.pdf
2016
le porc dans tous ses états

Journée d'échanges de l'Ifip "le porc dans tous ses états"

Consulter le resumé

L’IFIP EXPOSE LE PORC le 9 décembre 2014 de 9h30 à 16h35 à Paris (Espace du Centenaire-Maison de la RATP, Paris 12)
Venez participer à une journée d’échanges autour des activités de l’Ifip …

Entrée gratuite sur inscription
Formulaire d’inscription en ligne : http://www.ifip.asso.fr/fr/journee_echanges_ifip
Répondre avant le 28 novembre 2014 à IFIP-Institut du porc - 5 rue Lespagnol - 75020 Paris
Contact : juliette.baron@ifip.asso.fr - tél : 01 58 39 39 50 - Fax : 01 58 39 35 69
 

 

PDF icon Programme de la journée d'échanges Ifip du 9 décembre 2014
2014

La visionique désormais autorisée en France pour le classement des carcasses : avec le VCS 2000

Consulter le resumé

Le VCS 2000 est un appareil automatique de classement des porcs, qui a été développé par la firme allemande E+V, qui avait déjà mis au point la machine à classer bovine VBS 2000. Le VCS est équipé de trois caméras. A la première station, une caméra prend une image de la face externe du jambon. A la seconde station deux caméras prennent des images de la fente. A partir des images sont extraites une centaine de variables brutes, constituées essentiellement d'épaisseurs, de largeurs, de longueurs et de superficies. Le test de calibrage s'est déroulé en décembre 2006 sur 150 carcasses environ.

PDF icon La visionique désormais autorisée en France pour le classement des carcasses : avec le VCS 2000
2008