La base documentaire de l'IFIP

La base documentaire de l'IFIP : des centaines de documents à télécharger ou bien à commander.

Résultats 1 à 20 de 31 résultats
Rechercher une documentation
Publication Annéetrier par ordre croissant

​Coûts de revient et résultats des élevages de porcs : comparaisons internationales

Consulter le resumé

Lisa Le Clerc, Bilan 2018, éditions IFIP, avril 2019, p. 110

Dans l’UE comme sur le marché mondial, les éleveurs et régions de production de porcs sont en concurrence. Ils sont soumis à des facteurs communs (marchés du porc et des matières premières de l’aliment, règles), et à des différences importantes entre pays (géographie, organisation, règles, monnaies…).
Les structures et dynamiques de production diffèrent entre bassins. La production baisse en France, la croissance allemande s’est arrêtée, l’Espagne ou les Etats-Unis se développent très vite. L’analyse des performances techniques et économiques des élevages permet de situer la compétitivité des élevages français et d’anticiper les évolutions.
PDF icon Lisa Le Clerc, Bilan 2018, éditions IFIP, avril 2019, p. 110
2019

Coûts de revient internationaux en 2017. Amélioration généralisée des marges de porcs

Consulter le resumé

Lisa Le Clerc, Baromètre Porc (FRA), n° 492, synthèse du mois, décembre, p. 8

L’année 2017 a été bonne pour les éleveurs de porcs. Les coûts de revient sont restés stables voire ont diminué dans la majorité des pays étudiés, alors que les marges des élevages, portées par la hausse du prix du porc et la baisse du prix de l’aliment, ont progressé.

PDF icon Lisa Le Clerc, Baromètre Porc (FRA), n° 492, synthèse du mois, décembre, p. 8
2018

En 2016, hausse de la rentabilité en Europe, baisse en Amérique

Consulter le resumé

Boris Duflot, Tech Porc (FRA), 2017, n° 38, novembre-décembre, p. 12-14

Dossier économie : concurrence internationale et marchés

Les résultats InterPig de 2016 montrent une baisse des coûts de revient du porc dans la majorité des pays européens. Les marges des élevages se renforcent également grâce à la hausse des prix du porc. La situation est à l’opposé outre-Atlantique. Les prix du porc y baissent globalement. Les éleveurs brésiliens font de plus face à une forte hausse du coût alimentaire.

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2017

Coûts et résultats des élevages en 2016. Du mieux en Europe, dégradation outre-Atlantique

Consulter le resumé

Baromètre Porc (FRA), 2017, n° 480, novembre, p. 8, par Boris Duflot

En 2016, les coûts de revient du porc ont baissé dans la majorité des pays européens. Les marges des élevages se sont aussi renforcées grâce à la hausse du prix du porc. La situation est à l’opposé Outre- Atlantique. Les prix du porc y ont baissé globalement. Les marges des éleveurs brésiliens ont été les plus affectées, en raison d’une forte hausse du coût alimentaire.

PDF icon Baromètre Porc (FRA), 2017, n° 480, novembre, p. 8, par Boris Duflot
2017

Coûts de revient et résultats des élevages de porcs : comparaisons internationales

Consulter le resumé

Boris Duflot, Bilan 2016, éditions IFIP, mai 2017, p. 42

Dans l’Union européenne comme sur le marché mondial, les éleveurs et régions de production de porcs sont en concurrence. Ils sont soumis à des facteurs communs (marchés du porc et des matières premières de l’aliment, règles), et à des différences importantes entre pays et régions (géographie, organisation, règles, monnaies…). Les élevages et la production se développent selon des structures et des dynamiques très diverses dans les bassins de production.

La production porcine française baisse, la croissance allemande a fini par s’estomper, mais l’Espagne ou les Etats-Unis se développent très vite.

L’analyse des performances techniques et économiques des élevages permet d’apprécier les évolutions, d’anticiper sur l’avenir. Elle contribue au diagnostic de la compétitivité des élevages français.

PDF icon Boris Duflot, Bilan 2016, mai 2017, p. 42, fiche n° 14
2017

Coûts de revient et résultats des élevages de porcs en France

Consulter le resumé

Boris Duflot, Bilan 2016, éditions IFIP, mai 2017, p. 43

Maintenir et développer la production nationale de porcs et dans les différents territoires dépend dans une large mesure de la rentabilité des élevages.

Pour chacun d’entre eux, la viabilité économique impacte fortement leur capacité à survivre, à croître et à se moderniser.

Ces résultats dépendent de facteurs externes, en particulier les prix du porc et de l’aliment, sur lesquels les éleveurs disposent toutefois de moyens d’agir.

Les performances techniques font naître une grande dispersion des coûts de revient. Leur analyse permet de mesurer et d’expliquer la compétitivité des élevages en France et dans les différentes régions, par rapport à leurs concurrents européens et internationaux. Elle donne des clés pour améliorer la situation.

PDF icon Boris Duflot, Bilan 2016, mai 2017, p. 43, fiche n° 15
2017

L’aliment d’engraissement moins cher et moins protéique en 2016

Consulter le resumé

Didier Gaudré, Tech Porc (FRA), 2017, n° 35, mai-juin, p. 4-5

Le coût de revient matières premières des aliments porcs à l’engrais se situe pour l’année 2016 à 168 €/t. En 2015, ce même coût de revient s’établissait à 188 €/t. Le taux d’incorporation moyen du tourteau de soja est de seulement 1,4 %. Le taux de protéines des aliments est bas : nos estimations établissent un taux moyen de 14,6 % en croissance et de 13,4 % en finition confirmant de nouveau l’évolution à la baisse de l’excrétion azotée des porcs constatée depuis plusieurs années.

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2017

Coûts de revient internationaux des différences de niveaux et de progressions

Consulter le resumé

Tech Porc (FRA), 2017, n° 33, janvier-février, p. 12-14, par Boris Duflot

En 2015 les coûts de revient du porc ont été compris entre 1,40 €/kg et 1,80 €/kg en Europe et entre 0,94 €/kg et 1,25 €/kg carcasse outre-Atlantique. Les prix des facteurs de production et les performances techniques expliquent les écarts entre les niveaux moyens des pays. En Europe, les coûts des élevages français sont plutôt bien situés, mais des concurrents connaissent une progression plus favorable.

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2017

Coût de revient internationaux des différences de niveaux et de progression

Consulter le resumé

Boris Duflot, Baromètre Porc (FRA), 2016, n° 470, décembre, synthèse du mois, p. 8

 En 2015 les coûts de revient du porc ont été compris entre 1,40 €/kg et 1,80 €/kg en Europe et entre 0,94 €/ kg et 1,25 €/kg carcasse outre-Atlantique. Les prix des facteurs de production et les performances techniques expliquent les écarts entre les niveaux moyens des pays. Les coûts des élevages français sont plutôt bien situés en Europe mais des concurrents importants connaissent une progression plus favorable.

PDF icon Boris Duflot, Baromètre Porc (FRA), 2016, n° 470, décembre, synthèse du mois, p. 8
2017

Rétrospective 2015 de l’aliment d’engraissement

Consulter le resumé

Didier Gaudré, Tech Porc (FRA), 2016, n° 31, septembre-octobre, p. 5-6

Le coût de revient matières premières de l’aliment apparaît stable en 2015 et est estimé à 188 €/T. Une légère diminution (7 €/T) est observée en cours d’année. Elle s’explique par la baisse de la cotation du tourteau de soja. Ce dernier est largement concurrencé par les tourteaux métropolitains, qui représentent chacun de l’ordre de 4 % des formules.

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2016

Coûts de revient de la production des porcs en France

Consulter le resumé

Fiche n° 007 : des données exploitées pour l'aide à la décision

De la rentabilité des élevages dépend leur capacité à maintenir et développer la production de porcs à l’échelle nationale et dans les différents territoires.
La viabilité économique impacte fortement l’évolution des exploitations, que ce soit leur nombre, leur structure, ou leur capacité à se moderniser.
L’analyse des coûts de revient permet d’expliciter la compétitivité des élevages de porcs français, dans les différentes régions, par rapport à leurs concurrents européens et internationaux. Cette analyse donne les leviers pour améliorer la situation.

PDF icon fiche_bilan2015_007.pdf
2016

Coûts de revient de la production des porcs en Europe

Consulter le resumé

Fiche n° 006 : des données exploitées pour l'aide à la décision

Sur le marché de l’Union européenne, les éleveurs et régions de production de porcs sont en concurrence. Ils sont soumis à des facteurs communs (marchés du porc et des matières premières de l’aliment, règles), mais aussi à des différences importantes entre pays et régions (géographie, organisation, application des règles…). Les élevages et la production se développent à l’échelle des bassins de production selon des structures et des dynamiques très diverses.
La production porcine française baisse, la croissance allemande a fini par s’estomper, mais l’Espagne depuis 2013 se développe très vite.
L’analyse des performances techniques et des résultats économiques des élevages permet de mieux apprécier les évolutions en cours, d’anticiper sur l’avenir, mais aussi de contribuer au diagnostic de la compétitivité des élevages français.

PDF icon fiche_bilan2015_006.pdf
2016

Produire et commercialiser des porcs en circuits courts.

Consulter le resumé

Quelques clés de réussite…

  • Etre capable d’assumer une charge de travail importante (minimum 20 à 22 h/porc) + Gestion administrative.
  • Connaître son coût de revient «complet» pour bien définir ces prix de vente -> Valorisation optimale par porc
  • Plus on vend des produits élaborées plus on augmente sa Valorisation par porc.
  • Bien choisir ses modes de commercialisation (ferme, marchés, autres) -> Rentabilité
  • Bien connaître sa clientèle potentielle: profil, CSP, Suivi/relance, moyens de communication…
PDF icon Intervention Pierre Frotin Space 2015
2015

Coûts de revient et résultats des élevages de porcs en France

Consulter le resumé

Fiche n° 064 : économie des élevages

L’observation et l’analyse des résultats économiques des élevages français répondent à de nombreux enjeux. De la rentabilité des élevages dépendent leur capacité à maintenir et développer la production de porcs à l’échelle nationale et dans les différents territoires. La viabilité économique impacte fortement l’évolution des exploitations, que ce soit leur nombre ou leur structuration.
Le calcul et l’analyse des coûts de revient permettent d’expliciter et de mesurer les facteurs de compétitivité des élevages de porcs français, et dans les différentes régions, par rapport à leurs concurrents européens et internationaux.

PDF icon fiche_bilan2014_064.pdf
2015

Focus sur les maternités collectives

Consulter le resumé

En fort développement ces dix dernières années dans l’Ouest de la France, les maternités collectives présentent de bonnes performances techniques, similaires à celles des élevages de plus de 500 truies ayant les mêmes pratiques de sevrage. Leur coût de revient est comparable à celui des autres ateliers naisseurs, avec des charges de main-d’œuvre inférieures mais davantage de frais divers.

PDF icon techporc_badouard_n23_2015.pdf
2015

Coûts de revient internationaux, les écarts entre bassins de production se réduisent

Consulter le resumé

En 2013, les élevages d'Outre-Atlantique s'avèrent toujours très compétitifs par rapport à l'Europe. Néanmoins, depuis 2007, les coûts de revient du porc se rapprochent entre les bassins de production mondiaux, en raison du resserrement des prix des aliments.

PDF icon techporc_duflot_n22_2015.pdf
2015

Coûts de revient internationaux : Les écarts s'amenuisent

Consulter le resumé

En 2013, les élevages d’outre-Atlantique s’avèrent toujours très compétitifs par rapport à l’Europe.
Néanmoins, depuis 2007, la tendance est à une augmentation des coûts aux Etats-Unis et dans le sud du Brésil. En Europe, l’Espagne tire son épingle du jeu grâce à une augmentation des performances techniques et une amélioration relative des prix d’aliments.

PDF icon 2014bpn447.pdf
2014

Calcul du coût de revient de l’atelier porc : la méthode GTE+, basée sur la GTE et la comptabilité de l’éleveur

Consulter le resumé

Poster. En raison de la forte volatilité du prix des matières premières, les éleveurs doivent pouvoir calculer rapidement et simplement leur coût de revient. La méthode GTE+ a été développée avec un objectif double :

- aller au-delà de la marge sur coût alimentaire et renouvellement, calculée en Gestion Technico-économique (GTE), et des coûts calculés au niveau global de l’exploitation, sur la période comptable seulement, en comptabilité ;

- renforcer la référence « coût de revient des porcs » à partir d’un échantillon d’élevages représentatif de l’élevage moyen.
PDF icon Calcul du coût de revient de l’atelier porc : la méthode GTE+, basée sur la GTE et la comptabilité de l’éleveur
2013

Calcul du coût de revient de l’atelier porc : la méthode GTE+, basée sur la GTE et la comptabilité de l’éleveur

Consulter le resumé

Poster.

Dans un contexte économique sensible, avec une forte volatilité du prix des matières premières, les éleveurs doivent connaître leur coût de revient avec précision, et pouvoir le situer par rapport à des références appropriées. La méthode GTE+ a alors été développée, avec un objectif double :

• Apporter un service complémentaire à l’éleveur, au‐delà de la Gestion Technico‐économique (GTE) qui s’arrête à la marge sur coût alimentaire et renouvellement, et au‐delà de la comptabilité qui analyse les coûts au niveau plus global de l’exploitation et sur la période comptable seulement.

• Renforcer la référence sur le coût de revient à partir d’un échantillon d’élevages suivis en GTE, représentatif de l’élevage moyen.

PDF icon jrp-2013-economie10.pdf
2013

Coût de revient 2011 : les producteurs européens face à de forts compétiteurs

Consulter le resumé

En 2011, les coûts de revient du porc sont relativement homogènes entre les principaux pays producteurs européens. La France se maintient parmi les leaders en Europe. Néanmoins, les pays d’Amérique du Nord et le Brésil tirent leur épingle du jeu grâce à de faibles prix des moyens de production.

PDF icon techporc_duflot_n9_2013.pdf
2013

Pages