La base documentaire de l'IFIP

La base documentaire de l'IFIP : des centaines de documents à télécharger ou bien à commander.

Résultats 1 à 20 de 66 résultats
Rechercher une documentation
Publicationtrier par ordre décroissant Année

Les marchés du porc français dans l’internationalisation et la montée en gamme

Consulter le resumé

Visuels d'intervention présentés par Boris Duflot, directeur du pôle Economie IFIP, à la 6ème Journée d’échanges de la filière porcine organisée par l’IFIP sur le thème : Evolutions des marchés et des attentes sociétales : quelles transitions dans les élevages et les filières ? Des attentes des marchés et de la société qui se diversifient, 3 décembre 2019, Paris

PDF icon Boris Duflot, directeur du pôle Economie IFIP, à la 6ème Journée d’échanges IFIP
2019

Achats de porc par les ménages : la baisse continue en 2017 !

Consulter le resumé

Baromètre Porc (FRA), 2018, n° 484, mars, synthèse du mois,  p. 8, par Vincent Legendre

La situation du porc frais ne s’est pas améliorée en 2017 poursuivant la tendance de 2016 : recul important des quantités achetées par les ménages, plus modestes et familles nombreuses particulièrement impactés. Parallèlement, la baisse des achats de charcuterie s’est accentuée. Si le pourcentage de ménages acheteurs reste proche de 100%, les quantités achetées par ménage reculent.

PDF icon Baromètre Porc, 2018, n° 484, mars, synthèse du mois, par Vincent Legendre
2018

Allemagne et Espagne : fortes consommations de viande de porc

Consulter le resumé

Les consommations espagnoles et allemandes de viande de porc sont parmi les plus élevées d’Europe. En comparaison, les Français en mangent 40% moins que leurs voisins. L’observation des caractéristiques de la situation en Allemagne et en Espagne suscite des interrogations pour faire évoluer la consommation dans l’hexagone. Un séminaire organisé fin octobre par l’IFIP a permis de faire le point sur le sujet.
PDF icon Allemagne et Espagne : fortes consommations de viande de porc
2007

Baisse des achats des ménages en porc frais et charcuterie

Consulter le resumé

Vincent Legendre, Réussir Porc - Tech Porc (FRA), 2018, n° 256, février-mars, p. 12-13

En France, les achats de porc frais sont particulièrement touchés. La part de ménages acheteurs diminue tout comme leur fréquence d'achat. La charcuterie subit elle aussi un recul depuis 2015.

PDF icon Vincent Legendre, Réussir Porc - Tech Porc (FRA), 2018, n° 256, février-mars, p. 12-13
2018

Caractérisation de l'indice de consommation pendant l'engraissement selon le poids des porcelets à la naissance

Consulter le resumé

L’effet du poids de naissance sur l’indice de consommation (IC) en engraissement est étudié sur trois bandes représentant tout ou partie de 41 portées issues d’un croisement (LWxPP)x(LWxLd). Dans la limite des tailles de case en postsevrage et en engraissement, les portées subissent le moins de mélange possible. En engraissement, les porcs sont alimentés à volonté et élevés en cases de 13 places, équipées chacune d’un distributeur automatique de concentré permettant l’enregistrement des consommations individuelles d’aliment. Les porcs de chaque bande partent en deux fois à l’abattoir.
PDF icon Caractérisation de l'indice de consommation pendant l'engraissement selon le poids des porcelets à la naissance
2004

Caractéristiques de la consommation des produits issus du porc : une comparaison des données du panel TNS avec celles de l’enquête « Budget de famille » de l’INSEE

Consulter le resumé

Une analyse des achats de produits issus du porc par les ménages est menée en utilisant deux sources de données : le panel « produits frais » de TNS et l’enquête « Budget de famille » (Bdf) de l’INSEE, avec pour objectif de confronter les résultats obtenus.

PDF icon Caractéristiques de la consommation des produits issus du porc : une comparaison des données du panel TNS avec celles de l’enquête « Budget de famille » de l’INSEE
2010

Caractéristiques des achats de produits de porc par les ménages selon les circuits de distribution

Consulter le resumé

La consommation alimentaire des ménages est influencée par de nombreux phénomènes, dépendant notamment des attentes, perceptions et comportements des consommateurs.

A partir des données du panel Kantar Worldpanel, des indicateurs caractérisant les achats de porc frais et de charcuterie (pourcentage de ménages acheteurs, nombre d’actes d’achat réalisés, etc.) entre 2004 et 2009 ont été analysés, afin d’apporter des pistes d’explication à l’évolution de la consommation à domicile des produits de porc.

PDF icon tp2legendre11.pdf
2011

Circuit de détail 2016 :érosion des achats en hypermarchés

Consulter le resumé

Baromètre Porc (FRA), 2017, n° 473, mars, p. 8, synthèse du mois, par Vincent Legendre

Les achats de porc des ménages en 2016 ont baissé dans les hypermarchés, principal circuit pour le frais comme pour la charcuterie. Dans l’univers de la grande distribution, les enseignes comprenant davantage de magasins de grande taille (Carrefour, Auchan) ont souffert. Dans le même temps, le commerce en ligne poursuit sa progression.

PDF icon Baromètre Porc (FRA), 2017, n° 473, mars, p. 8, synthèse du mois, par Vincent Legendre
2017

Comportement du consommateur : de l'intention à l'achat

Consulter le resumé

Le comportement des consommateurs dépend de nombreux critères et varie selon les situations. Des études qualitatives menées fin 2008 permettent de faire un premier pas dans la connaissance des mécanismes en jeu. Elles mettent en œuvre des méthodes concrètes, qui placent le consommateur dans des situations proches de la réalité parmi les attributs du produit, l'origine de la viande est un élément déterminant du choix des consommateurs. Mais dans les points de vente, l'attractivité des rayons et les prix et promotions jouent aussi un rôle fondamental.

PDF icon Comportement du consommateur : de l'intention à l'achat
2009

Comportement du consommateur : de l'intention à l'acte d'achat

Consulter le resumé

Le choix des consommateurs face aux produits de porc est déterminé par de nombreux critères. Des études qualitatives ont été conduites à l’automne 2008, dans le but de mieux cerner les mécanismes qui régissent leur comportement d’achat.

PDF icon Comportement du consommateur : de l'intention à l'acte d'achat
2009
Danger sur l’approvisionnement national pour la consommation et la transformation en charcuteries

Conjoncture porcine : danger sur l’approvisionnement national pour la consommation et la transformation en charcuteries

Consulter le resumé

En 2014, le marché du porc européen a été lourdement pénalisé par l’interdiction d’exporter vers la Russie, cassant la hausse des cours qui pouvait être anticipée en raison d’une baisse attendue de production. A l’inverse, pour les deux premiers mois de 2015, le prix du porc en France est inférieur de 13% à celui de 2014. Il est vrai que le prix d’aliment a progressivement baissé au deuxième semestre 2014 jusqu’en fin d’année. C’est la conséquence de la baisse des prix à la récolte 2014 (fortes récoltes céréalières mondiales).

PDF icon communiqué de presse : Danger sur l’approvisionnement national pour la consommation et la transformation en charcuteries
2015

Consommation 2007 : bonne année pour le porc

Consulter le resumé

Avec une progression des quantités achetées de 1,4% pour le porc frais et 2,3% pour la charcuterie, l’année 2007 a été favorable à la consommation des produits du porc. Les hypermarchés et surtout le hard discount ont renforcé leurs parts de marché. L’agglomération parisienne conserve un niveau de consommation nettement plus faible que les autres régions.
PDF icon Consommation 2007 : bonne année pour le porc
2008

Consommation : une conquête perpétuelle

Consulter le resumé

En continuelle évolution, les besoins des consommateurs nécessitent l'attention de la filière pour apporter des réponses adaptées à toutes les situations de consommation.
2012

Consommation de porc en 2018. Des achats des ménages encore en berne

Consulter le resumé

Vincent Legendre, Baromètre Porc (FRA), n° 495, synthèse du mois, mars, p. 8

En 2018, les achats des ménages de porc frais et de charcuterie baissent de nouveau. La place des produits carnés dans l’alimentation des français poursuit toutefois sa mutation, avec l’essor des produits élaborés et le dynamisme de la Consommation Hors Foyer.

PDF icon Vincent Legendre, Baromètre Porc (FRA), n° 495, synthèse du mois, mars, p. 8
2019

Consommation de porc en France : encore une année difficile

Consulter le resumé

Vincent Legendre, bilan 2017, éditions IFIP, mai 2018, p. 58

Afin d’appréhender au mieux la place des produits du porc sur les marchés de consommation finale, l’IFIP réalise un suivi chiffré de la consommation de porc frais et de charcuterie à différents stades d’observation.
Les données du panel Kantar Worldpanel permettent un suivi conjoncturel des achats des ménages, dans les circuits de la grande distribution et alternatifs.
L’IFIP traite également des données permettant un suivi régulier des promotions sur les produits de porc, compilées par la société A3 Distrib. Par ailleurs, une analyse sur la consommation de viande « dans l’assiette » a été conduite à partir des résultats de l’enquête CCAF (Comportement et Consommations Alimentaires en France) du Crédoc. Ce dispositif suit la consommation réelle des individus.

PDF icon Vincent Legendre, bilan 2017, éditions IFIP, mai 2018, p. 58, fiche n° 27
2018

Consommation de porc frais et transformé en France

Consulter le resumé

Vincent Legendre, bilan 2018, éditions IFIP, avril 2019, p. 36

L’IFIP réalise, depuis plusieurs années, un suivi de la consommation de produits de porc en France. L’analyse concerne les données du panel Kantar (suivi conjoncturel des achats de porc frais et de charcuterie des ménages, dans les circuits de la grande distribution et alternatifs). Au vu de l’évolution des modes d’alimentation, de plus en plus portés vers des produits élaborés et des lieux de consommation qui se diversifient, il apparaît essentiel d’évaluer, en complément du panel, la part de viande consommée hors domicile et dans des produits élaborés (plats cuisinés, sandwiches, salades...).
L’IFIP traite des données permettant un suivi régulier des promotions sur les produits de porc compilées par la société A3 Distrib.

PDF icon Vincent Legendre, bilan 2018, éditions IFIP, avril 2019, p. 36
2019

Consommation de viande : apports de la sociologie à l’analyse des controverses

Consulter le resumé

Boutin et al., 16es Journées Sciences du Muscle et Technologies des Viandes, 21-22 novembre 2016, Paris, France, visuel d'intervention


La consommation de viande est l’objet de nombreuses publications dans des journaux scientifiques ou dans les médias généralistes La base de données Europresse recense plus de 2 500 articles sur le sujet sur les deux dernières années en France. Cette dynamique est notamment portée par les questions mises en débat dans l’espace public relatives à la place des produits carnés dans notre régime alimentaire : santé, environnement, bien-être animal.... Dans le cadre du RMT « Economie des filières animales », regroupant les différents instituts techniques animaux et des chercheurs, un travail d’analyse des controverses et des critiques autour de la consommation de viande a été entrepris, avec l’appui de sociologues. Cette contribution a pour objectif de montrer comment la sociologie peut contribuer à éclairer les controverses sur la consommation de viande, par l’analyse des transformations sociales induites par celles-ci, et de présenter quels sont les travaux entrepris par le RMT. Les résultats complèteront des travaux en cours sur les controverses autour de l’élevage (Delanoue et Roguet, 2015).

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2017

Consommation de viande : apports de la sociologie à l’analyse des controverses

Consulter le resumé

Boutin et al., 16es Journées Sciences du Muscle et Technologies des Viandes, 21-22 novembre 2016, Paris, France, p. 5-6

La consommation de viande est l’objet de nombreuses publications dans des journaux scientifiques ou dans les médias généralistes La base de données Europresse recense plus de 2 500 articles sur le sujet sur les deux dernières années en France. Cette dynamique est notamment portée par les questions mises en débat dans l’espace public relatives à la place des produits carnés dans notre régime alimentaire : santé, environnement, bien-être animal.... Dans le cadre du RMT « Economie des filières animales », regroupant les différents instituts techniques animaux et des chercheurs, un travail d’analyse des controverses et des critiques autour de la consommation de viande a été entrepris, avec l’appui de sociologues. Cette contribution a pour objectif de montrer comment la sociologie peut contribuer à éclairer les controverses sur la consommation de viande, par l’analyse des transformations sociales induites par celles-ci, et de présenter quels sont les travaux entrepris par le RMT. Les résultats complèteront des travaux en cours sur les controverses autour de l’élevage (Delanoue et Roguet, 2015).

ENG

Meat consumption: contribution of sociology to the analysis of controversies

Debates on meat product consumption have regularly emerged in the French society over the last decade. They involve different stakeholders (producers, meat industry, retailers, animal welfare or environmental non-governmental associations…) that exchange a set of arguments concerning the impact of livestock production and meat consumption.

In the framework of a network devoted to the economic analysis of animal product sectors, the authors carried out a general analysis of the different controversies regarding meat consumption in order to propose a mapping of the main stakeholders’ points of views. Secondly, a focus on the animal slaughtering controversy was performed. The objective of this paper was to highlight how a sociological approach can be useful for professionals to have a better understanding of the emergence and development of a controversy.

PDF icon Boutin et al., 16es Journées Sciences du Muscle et Technologies des Viandes, 21-22 novembre 2016, Paris, France
2016

Consommation de viande de porc en Chine : revirement de tendances

Consulter le resumé

Valérie Diot, Baromètre Porc (FRA), 2019, n° 501, octobre, synthèse du mois, p. 8

Le porc est au coeur des habitudes alimentaires en Chine. Sous l’influence des évolutions socio-économiques, la hausse du niveau de vie et l’urbanisation, les consommateurs privilégiaient, jusqu’à il y a peu, une offre plus élaborée et de meilleure qualité. Face à la crise de la FPA, tel un retour aux fondamentaux, la question de la satisfaction de la demande en viande porcine, se pose à la Chine.

PDF icon Valérie Diot, Baromètre Porc (FRA), 2019, n° 501, octobre, synthèse du mois, p. 8
2019

Consommation des produits de porc

Consulter le resumé

Fiche n° 1 : Economie de la filière

Le Pôle Economie de l’IFIP réalise un suivi régulier de la consommation et des consommateurs de produits de porc : situation du porc frais et de la charcuterie relativement aux autres espèces, place dans les circuits de commercialisation, profil et comportement d’achat des ménages, etc. L’analyse s’appuie notamment sur les données du panel Kantar Worldpanel.

L’évolution de la consommation des ménages est synthétisée dans un Tableau de bord mensuel, a destination de l’interprofession et des fédérations professionnelles de la filière.

Des comparaisons internationales sont aussi régulièrement réalisées, afin de situer l’évolution de la consommation en France dans un contexte plus large, a la lumière de la situation dans les bassins de consommation voisins. L’analyse de la consommation et des caractéristiques sociologiques des consommateurs a en outre été exploitée dans le cadre d’une étude sur les possibilités de valorisation de la longe de porc.

PDF icon fiche_bilan2013_01.pdf
2014

Pages