La base documentaire de l'IFIP

La base documentaire de l'IFIP : des centaines de documents à télécharger ou bien à commander.

Résultats 81 à 100 de 212 résultats
Rechercher une documentation
Publicationtrier par ordre décroissant Année

GTTT 1er semestre 2000 : 24,9 sevrés/truie productive

Consulter le resumé

2001

GTTT 2010 en Bretagne : près d'un élevage sur cinq au-délà de 30 porcelets sevrés

Consulter le resumé

Avec 28,6 porcelets sevrés par truie productive et par an, les résultats en maternité poursuivent leur progression en Bretagne. Et ce n'est pas fini ! De nouvelles avancées sont prévisibles pour les cinq années à venir.
2011

GTTT 2011 en Bretagne : la marche en avant se poursuit

Consulter le resumé

Avec 28,7 porcelets sevrés par truie productive et par an, les résultats en maternité poursuivent leur progression en Bretagne. L'analyse des résultats GTTT porte sur 267000 truies issues de 1105 élevages, soit environ 46 % des truies présentes en Bretagne.

2012

GTTT 2013 : augmentation de la productivité, effet conduite et taille d'élevage

Consulter le resumé

L'année 2013 a été marquée par une amélioration des résultats de productivité numérique : + 0,3 porcelet sevré/truie productive/an. Celle-ci est due à une augmentation des nés et des sevrés par portée, mais elle est aussi liée à la diminution de l'âge au sevrage des porcelets.

2014

GTTT : votre élevage a-t-il le bon profil ?

Consulter le resumé

1998

GTTT-GTE : des performances toujours en progrès

Consulter le resumé

1998

GTTT-GTE : des progrès techniques mais des résultats économiques qui ne décollent pas

Consulter le resumé

En 2014, la marge chez les naisseurs-engraisseurs avoisine 1000 €/truie/an. Les performances techniques se sont améliorées et le prix de l’aliment a diminué, mais la chute du prix du porc a annulé l’effet de ces améliorations. Ces résultats n’ont pas permis aux producteurs d’améliorer leur situation financière.

PDF icon techporc_badouard_n25_2015.pdf
2015

GTTT-GTE : les résultats observés au 1er semestre 2014

Consulter le resumé

Les références du 1er semestre 2014 montrent la poursuite de l’amélioration des indices de consommation dans les élevages. La productivité progresse, mais demeure pénalisée par un léger accroissement des taux de pertes après le sevrage. Le prix d’aliment inférieur à celui de 2013 a peut-être encouragé les éleveurs à alourdir leurs carcasses. La marge chez les naisseurs-engraisseurs reste proche de 1000 €/truie/an.

PDF icon techporc_badouard_n22_2015.pdf
2015

Gvet : Gestion des traitements VETérinaires à l'élevage

Consulter le resumé

Anne Hémonic, Tech Porc (FRA), 2017, n° 35, mai-juin, p. 28-30

Dossier : l'élevage connecté : une réalité à moyen terme ?

La Gestion des traitements VETérinaires en élevage est la finalité de la démarche GVET, entreprise par l’Ifip, l’Anses et Isagri, financée par le Plan Ecoantibio2017. Cette démarche répond à deux enjeux complémentaires : la modernisation du registre des traitements en élevage et la mesure standardisée des usages d’antibiotiques en élevage.

PDF icon Anne Hémonic, Tech Porc (FRA), 2017, n° 35, mai-juin, p. 28-30
2017

Gvet enregistre et valorise les traitements vétérinaires

Consulter le resumé

Anne Hémonic, Réussir Porc-Tech Porc (FRA), 2018, n° 261, septembre, p. 67

GVET est une démarche d’enregistrement et de valorisation des traitements vétérinaires en élevage.

PDF icon Anne Hémonic, Réussir Porc-Tech Porc (FRA), 2018, n° 261, septembre, p. 67
2018

Impact of farrowing induction practices on reproduction performances in pig farm

Consulter le resumé

Induction of parturition is a common practice, especially in large pig farms where it improves batch management.
Various benefits have been reported including better supervision and more day-time farrowings, less stillbirths, healthier sows, easier cross-fostering, more homogenous ages and weights at weaning. Inadequate use or timing of treatments may also have side effects such as lower birthweight and viability (Olson et al., 2009, Can. J. Anim. Sci. 89: 219–228). Early disruption of normal pre-partum hormonal cascade could interfere with lactogenesis (Foisnet et al., 2011, J. Anim. Sci. 89: 3048–3059). Therefore benefit of induction maybe questionable in prolific sows which already have high numbers of immature piglets. This study evaluates induction practices in prolific herds, and possible impacts on reproduction.
A survey was conducted in 2006 among 218 representative farms (production indoor herds >100 sows).
Reproductive events and average results for year 2005, were extracted from the National Pig Management database. Data analysis was based on a subsample of 177 herds were 1st insemination was always recorded as the beginning of pregnancy. Three groups were compared according to their induction rates; HIGH (≥60% sows, n=99), LOW ( [0–40% sows], n=36), or NULL (n=42); and age at weaning (3 vs 4 weeks). Results were analysed using two-way ANOVA or CHI2 tests.
Farrowing induction was implemented in 77% farms, on average for 46% sows. Farms from the HIGH group were larger (p<0.001), but had similar other characteristics and same prolificacies (13.9, 13.9 and 14.0 total born for HIGH, LOW and NULL, p>0.05). Some potentially detrimental practices were identified: no estimation of spontaneous gestation length (45%), imprecise calculations (17%), no sow data in farrowing room (17%), induction <113 days or without minimum gestation length (7%). Gestation was shorter (p<0.001) in HIGH (114.2) and LOW (114.3) than in NULL herds (114.8), with no significant difference in early (<113 days) farrowing rates (6.2, 8.6 and 7.2 % respectively p>0.05). Extended pregnancies (>116 days) and rate of week-end births both differed (6.4, 10.9 and 21.0% respectively p<0.001). Lack of induction was associated with more variable age at weaning (CV=11.9, 13.7 and 14% for HIGH, LOW and NULL, p<0.05), and higher risks of short lactations (<19 days) among herds with 3 weeks weaning strategies (9.8, 9.1 and 21.9% for HIGH, LOW and NULL, p<0.05). Fertility, pre-weaning mortality and weaned litter size were both improved (P<0.05) in HIGH herds.
Th is work confirms the benefits of farrowing induction but suggests that quality of procedures should be regularly monitored to optimize piglet maturity.
The study was funded by FranceAgrimer and received technical support from “Chambres d’Agriculture de Bretagne” and pig producers organizations.

PDF icon boulot-icpr2013.pdf
2013

Importance des avortements dans les troupeaux porcins français

Consulter le resumé

Des avortements ne sont rapportés que par 60 % des éleveurs alimentant la base nationale de gestion technique.

Dans ces ateliers, la prévalence annuelle était faible en 2004, environ 1% des gestations interrompues. Ce chiffre peut masquer des fréquences instantanées plus élevées pendant des périodes courtes. Plus de

10 % des élevages dépassent le seuil d’alerte annuel de 2 %.

Les avortements se produisent tardivement (85 j de gestation en moyenne) et la proportion de truies ayant avorté et remises
PDF icon Importance des avortements dans les troupeaux porcins français
2006

Incidence technico-économique des maladies pulmonaires

Consulter le resumé

Cette étude évalue l’incidence des lésions pulmonaires sur les performances techniques et économiques d’un échantillon d’élevages de porcs du Grand Ouest de la France.

Les données de Gestion Technico-économique (GTE) de 100 élevages situés dans l’ouest de la France ont été analysées, en particulier l’indice de consommation, le taux de pertes et les dépenses de santé. Les élevages ont été classés en 5 puis 3 catégories, selon la gravité des lésions pulmonaires observées à l’abattoir sur un lot de porcs .
PDF icon tp3aubry10.pdf
2010

Indicateurs de performances environnementales pour les élevages porcins

Consulter le resumé

La production porcine est fortement exposée sur la question environnementale.

Pour mieux intégrer la prise en compte de cette question dans les pratiques de gestion, un outil (une « GT Environnementale ») est proposé aux acteurs de la filière et expérimenté avec eux, déclinant un ensemble d’indicateurs de suivi des performances environnementales. Ces derniers sont utiles à l’échelle des éleveurs et de la filière maillée par des organisations collectives tels les groupements de producteurs.

PDF icon Indicateurs de performances environnementales<br /><br />pour les élevages porcins
2011

Indicateurs précoces des coûts de production et des marges en élevage

Consulter le resumé

Les références de Gestion Technico-économique (GTE) et de GTE-Tableau de bord fournissent des indicateurs annuels et semestriels des résultats des élevages de porcs français.

Toutefois, la variation conjoncturelle des prix du porc ou de l’aliment conduit, et risque de conduire de plus en plus, à des évolutions fortes et brutales des coûts et de la rentabilité qu’il est difficile d’estimer sans instruments de suivi.

PDF icon Indicateurs précoces des coûts de production et des marges en élevage
2010

La Gestion Environnementale des Elevages Porcins proactive pour réduire ses impacts : GEEP

Consulter le resumé

Sandrine Espagnol, Bilan 2018, éditions IFIP, avril 2019, p. 69

Geep (Gestion Environnementale des Elevages Porcins) est un outil Ifip accessible gratuitement sur le web (https://geep.ifip.asso.fr). Il est connecté à la base de données nationale de la Gestion Technico Economique (GTE) et est destiné à tout éleveur porcin souhaitant suivre, à côté de ses indicateurs technico-économiques,les indicateurs environnementaux de son élevage : consommations d’eau et d’énergie, émissions d’ammoniac et de gaz à effet de serre, rejets d’azote et de phosphore, production de déchets.
L’outil permet aux éleveurs se comparer entre eux et d’accéder à une liste de bonnes pratiques pour progresser.
PDF icon Sandrine Espagnol, Bilan 2018, édition IFIP, avril 2019, p. 69
2019

La GTE, un outil de progrès

Consulter le resumé

2003

La longévité des truies dans les troupeaux français analysée à partir des bases de données nationales

Consulter le resumé

Brigitte Badouard, Bilan 2018, éditions IFIP, avril 2019, p. 116

La longévité des truies en élevage dépend à la fois de leurs performances, principalement en début de carrière, des risques d’accidents et des choix de conduite.
Les réformes prématurées ont un impact économique important, mais les enjeux sanitaires et sociétaux (bien-être animal) sont à prendre en compte. La longévité moyenne des truies a été appréhendée à partir de la population des truies réformées en 2015 dans la base de données de Gestion Technique.
En y associant les caractéristiques d’élevage connues dans la base de données, des facteurs explicatifs ont été identifiés pour expliquer la forte variabilité observée.
PDF icon Brigitte Badouard, Bilan 2018, éditions IFIP, avril 2019, p. 116
2019

La production de porcs Label Rouge, une perspective dans le contexte 2015 ?

Consulter le resumé

Brigitte Badouard, Tech Porc (FRA), 2016, n° 29, mai-juin, p. 9-11

Les performances techniques des élevages Label Rouge en bâtiment sont proches en moyenne des références nationales. En porc fermier Label Rouge, les contraintes techniques supplémentaires entraînent des résultats inférieurs.

PDF icon Brigitte Badouard, Tech Porc (FRA), 2016, n° 29, mai-juin, p. 9-11
2016

La prolificité des truies françaises en 1995-1996 : un spectaculaire bon en avant

Consulter le resumé

La productivité des truies, mesure en nombre de porcelets sevrés par truie productive et par an, est un des facteurs déterminants de la rentabilité d’un élevage. Cette productivité dépend elle-même de la taille des portées à la naissance, laquelle explique à elle seule la moitié des écarts de productivité observés entre les tiers supérieur et inférieur des élevages suivis en Gestion Technique des Troupeaux de Truies.
1998

Pages