La base documentaire de l'IFIP

La base documentaire de l'IFIP : des centaines de documents à télécharger ou bien à commander.

Résultats 1 à 9 de 9 résultats
Rechercher une documentation
Publication Annéetrier par ordre croissant

Influence de la composition du groupe en engraissement (mixte ou unisexe) et du nombre de départs à l’abattoir sur le comportement et les performances des porcs et le risque d’odeurs des viandes de mâles entiers

Consulter le resumé

Dans un essai portant sur deux bandes de 120 porcs en engraissement, trois compositions de groupe (M : 10 mâles ; F : 10 femelles ; MF : 5 mâles et 5 femelles) et deux modalités de départ à l’abattoir par case (1D : 1 départ, 2D : 2 départs) ont été étudiées dans un dispositif factoriel 3x2. Dans les cases 2D, les quatre porcs les plus lourds (deux mâles et deux femelles pour les cases MF) sont abattus 2 semaines avant le reste de la case. Des notations de lésions et de boiterie sont effectuées avant le premier abattage (A1), 1 et 2 semaines plus tard. Le comportement et les postures des animaux sont relevés par scan sampling, sur une durée de 2h30, 5 semaines avant A1, puis une fois par semaine jusqu’à la fin de l’engraissement. Les animaux des cases M et MF sont identifiés et filmés à deux reprises entre 7h00 et 19h00 avant et après A1 pour quantifier les comportements agressifs et sexuels. Les teneurs en scatol et androsténone sont dosées dans le gras dorsal de l’ensemble des mâles. La mixité n’a pas d’effet sur les interactions sociales négatives mais réduit la fréquence des comportements sexuels (P < 0,01), en relation avec un effectif moindre de porcs mâles présents dans la case. Elle permet une réduction des lésions, en particulier après détassage (P < 0,05), et une moindre teneur en androsténone (P < 0,05), mais freine la croissance des animaux (P < 0,001). Le fractionnement des départs semble par contre entraîner une augmentation de la teneur en scatol dans le gras (P < 0,01).

PDF icon jrp2014-beareproconduite-courboulay.pdf
2014

Définir des stratégies alimentaires alliant performance économique et impact environnemental grâce à la modélisation du groupe de porcs en croissance

Consulter le resumé

Poster. InraPorc est un modèle et un outil destiné à l’évaluation de la réponse du porc à différentes stratégies nutritionnelles. Etant un modèle déterministe, InraPorc considère l’individu moyen et ignore la variabilité qui peut exister dans une population. En pratique, les stratégies alimentaires sont appliquées à une population et non à l’individu, et le choix d’une stratégie donnée a des conséquences économiques (prix d’aliment, paiement des carcasses) et environnementales : une partie de la population peut être nourrie au delà du besoin, accroissant les rejets.
PDF icon Définir des stratégies alimentaires alliant performance économique et impact environnemental grâce à la modélisation du groupe de porcs en croissance
2010

Logement en groupe des truies gestantes : analyse des résultats GTTT

Consulter le resumé

En 2009, un questionnaire a permis de collecter des informations techniques sur les élevages conduisant les truies en groupe. Les enquêtes ont référencé près de 600 élevages ayant au moins 80 % des gestantes confirmées en groupe sur plus de 4 000 élevages avec truies de la base IFIP (soit 14 % d’élevages conduisant les truies en groupe).

Les systèmes dominants utilisent une alimentation à l’auge, avec ou sans bat-flanc ou au réfectoire.
PDF icon Logement en groupe des truies gestantes : analyse des résultats GTTT
2009

Les coûts des bâtiments en 2007

Consulter le resumé

De janvier 2007 à janvier 2008, l'indice national du coût de la construction tous corps d'état (BT01) a augmenté de 4,9%. Après une pause en 2005, l'indice retrouve, pour la deuxième année consécutive, une progression plus élevée que l'inflation sur la même période. Les cours des matières premières ont continué à tirer les prix à la hausse. La mauvaise conjoncture de 2007 n'a pas permis de moderniser le parc bâtiment. Il y a eu cependant quelques restructurations d'élevages. Le passage aux truies en groupe qui doit être réalisé avant 2013 a été actuellement peu anticipé.
PDF icon Les coûts des bâtiments en 2007
2007
Élever les truies gestantes en groupe

Élever les truies gestantes en groupe

Consulter le resumé

Systèmes d’alimentation et de logement

Les différents systèmes pour loger les truies en groupes : caractéristiques, avantages et inconvénients, plans et conditions de bon fonctionnement.

13 fiches : Réglementation - Passer aux truies en groupes - Systèmes sur caillebotis - Systèmes sur paille - Verraterie en groupe - Travaux et peuplement - Déplacement et mélange - Interventions individuelles - Auges - Réfectoires - Dac - Variomix - Alimentation au sol.


Ifip - Chambres d’Agriculture de Bretagne et des Pays de la Loire - 21 X 29.7

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2003

Elevage des truies gestantes en groupe ; acquis et perspectives de recherches

Consulter le resumé

La révision de la directive européenne (91/630) conduit au maintien en groupe des truies et des cochettes gestantes.
PDF icon Elevage des truies gestantes en groupe ; acquis et perspectives de recherches
2002

La distribution d'aliment riche en fibre affecte l'activité alimentaire des truies gestantes logées en groupe

Consulter le resumé

Le logement des truies en groupe et l’utilisation de rations enrichies en fibres d’origine végétale sont deux alternatives possibles pour améliorer le bien-être des truies gestantes. Cette étude montre l’incidence de la distribution d’un aliment riche en fibres (F : 13,2 % CB) par rapport à un aliment conventionnel (T : 6,7% CB) sur le comportement alimentaire de truies gestantes dans trois systèmes de logement : stalle individuelle (S), groupe de six truies alimentées au réfectoire et non bloquées (G) et groupe de douze truies alimentées au DAC (D).
PDF icon La distribution d'aliment riche en fibre affecte l'activité alimentaire des truies gestantes logées en groupe
2001

Relation mère-jeune, comportement et performances en fonction du système de logement et de l’environnement social

Consulter le resumé

Soixante quatre truies et leurs portées (4 truies/traitement/bande) ont été étudiées dans 4 différents traitements : (plein air ou bâtiment) x (porcelets isolés ou en groupe). Les comportements ont été observés le matin pendant 2 h. les 15 jours suivant la mise-bas. Les résultats indiquent qu’il y a eu moins de porcelets nés par portée en plein-air mais avec des poids plus élevés. La survie néonatale a été supérieure en bâtiment à celle observée en plein air. Les truies en bâtiment ont été moins actives, avec des positions d’allaitement significativement plus fréquentes qu’en plein air.
PDF icon Relation mère-jeune, comportement et performances en fonction du système de logement et de l’environnement social
1997

Influence de l’abaissement de la température ambiante et du poids vif sur le comportement alimentaire des porcs en croissance élevés en groupe

Consulter le resumé

Le comportement alimentaire individuel de porcs en croissance croisés Piétrain x Large White élevés en groupe est étudié à partir d’informations enregistrées à l’aide d’une auge équipée d’une antenne de reconnaissance de chaque animal et placée sur un capteur de poids. Les données sont obtenues à partir de groupes de 3 ou 4 porcs étudiés à deux stades de croissance (S1 et S2) correspondant respectivement à des poids vifs moyens de 47 et de 74 kg. La photopériode est de 12 h de jour et 12 h de nuit.
PDF icon Influence de l’abaissement de la température ambiante et du poids vif sur le comportement alimentaire des porcs en croissance élevés en groupe
1997