La base documentaire de l'IFIP

La base documentaire de l'IFIP : des centaines de documents à télécharger ou bien à commander.

Résultats 1 à 20 de 76 résultats
Rechercher une documentation
Publication Annéetrier par ordre croissant

Simuler avec le modèle bioclimatique ThermiPig les performances des porcs en croissance en tenant compte des conditions climatiques et des caractéristiques de la salle d’engraissement

Consulter le resumé

Nathalie Quiniou et al., 53es Journées de la Recherche Porcine, 1, 2, 3 et 4 février 2021, p. 89-94

Un modèle de croissance du porc élevé dans des conditions de thermoneutralité (InraPorc) est combiné à un modèle permettant de simuler l’équilibre thermique de la salle d’engraissement selon la chaleur apportée par l’air entrant, les équipements ou les animaux, et les déperditions par la ventilation ou les parois (ThermiSim). La jonction de ces deux modèles repose sur le choix d’un pas de temps commun (1 heure), la définition de la zone de confort thermique pendant l’engraissement, la quantification des effets de l’exposition au chaud ou au froid sur la quantité d’énergie disponible pour la croissance, et enfin la répartition dynamique de la chaleur produite par les animaux au cours de la journée. Les résultats d’un essai in vivo sont utilisés pour évaluer la précision de prédiction de la température ambiante par ce modèle, appelé ThermiPig ; elle est en moyenne de 0,6°C (RMSEP, erreur de la prédiction). Des simulations sont ensuite réalisées pour évaluer l’incidence d’un changement des règles de régulation du boîtier de ventilation et de l’installation de nouveaux équipements (chauffage ou pad cooling) sur les performances de croissance du groupe de porcs, leurs rejets azotés, leur consommation d’énergie directe (électrique) et indirecte (aliment). En comparant les résultats des simulations, il est possible d’identifier la situation la plus intéressante sur la base de ces différents critères. La différence entre la valorisation des carcasses dans la grille de paiement et le coût alimentaire et en électricité pour faire fonctionner les équipements, qui dépend de la source d’énergie utilisée pour produire l’électricité, permet d’évaluer la performance économique. Toutefois, la prédiction de ce critère doit encore être affinée par une prise en compte plus précise de l’influence de la température sur la conformation des porcs et sur leur métabolisme protéique.

Simulating with the ThermiPig model the impact of fattening room characteristics under different climates on the performance of pigs

The dynamic model ThermiPig was developed to simulate thermal balance at the fattening room scale, as the result of the balance between the heat produced by the group of pigs or provided by incoming air and equipment and that lost due to air renewal or thermal conductivity of the walls and ceiling. A growth model (assuming thermoneutral conditions, InraPorc) and a bioclimatic model (ThermiSim) were combined to create ThermiPig; it considers a common time step (1 hour), definition of the pig thermoneutral zone, evaluation of impacts of cold and hot exposure on the amount of available energy for growth, and the circadian distribution of heat produced daily by each pig. Data collected in vivo were used to evaluate the accuracy of the prediction of ambient temperature, which averaged 0.6°C (RMSEP, error of prediction). ThermiPig was used to simulate impacts of alternative regulations for ventilation or the use of new equipment (heater, pad cooling) on growth performance of pigs, N excretion, and indirect energy (from feed intake) and direct energy (from electricity consumed by equipment) consumption. Comparison of multi-criteria performance in silico helps identify the most interesting option. Economic performance depends on carcass value (based on the French payment grid) minus costs of feed intake and electricity (depending on the energy source). However, more accurate prediction of carcass value is expected in the next version of the model by considering effects of ambient temperature on the distribution of body fat and protein metabolism.

2021

Combining a bioclimatic and a growth model to assess the effect of management practices and building ambiance on growing pig performances at the batch level

Consulter le resumé

Ludovic Brossard (INRA) et al.,9 Workshop on Modelling Nutrient Digestion and Utilization in Farm Animals,Ubatuba Itamambuca, Brésil, 14 – 16 septembre 2019, poster

Most pigs in the EU are reared in rooms with controlled ambient conditions. Bioclimatic models represent and predict the energy balance and the direct energy consumption at the room level, based on characteristics of the building, management of the climate control tool and average performance of pigs. Available growth models usually simulate performance of animals, including indirect energy (i.e. feed intake), under thermoneutral conditions.

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2019

Tailored phase-feeding program for liquid-fed growing pig towards a reduced use of protein rich diet

Consulter le resumé

F. Maupertuis (Chambre d’Agriculture des Pays de la Loire, Ferme expérimentale) et al., 70th Annual Meeting of the European Federation Animal Science (EAAP), 26-30 août 2019, Gand, Belgique, visuels d'intervention

The growth profile and amino acid requirements of crossbred pigs were assessed with the InraPorc® software and used to investigate the possibility of implementing different phase-feeding strategies using a liquid feeding system.
Two batches (16 pens × 14 pigs per pen) were studied over the 44 to 120 kg body weight (BW) range. Two diets with 1.0 g (A) or 0.5 g (B) of digestible lysine per MJ of net energy (LYS/NE) were blended in proportions that depended on the strategy and the BW range. If using the 2-phase (2P) strategy, LYS/NE was 0.9 up to 65 kg BW and 0.8 afterwards. If using the 5-phase strategy (5P), LYS/NE was 0.90 (BW<50 kg), 0.85 (50-65 kg), 0.80 (65-85 kg), 0.70 (85-105 kg), and 0.60 (BW>105 kg). The daily supply of feed increased weekly by around 0.2 kg/pig, up to a plateau (gilts: 2.8 kg/d, barrows: 2.6 kg/d). The change from one phase to another was undertaken by the average BW per pen (measured every 3 weeks) and the minimum amount of feed the liquid-feeding system could deliver. Due to delivery problems, data of two pens were removed from the trial. No significant difference were observed between 2P and 5P pigs on daily feed intake (respectively: 2.38 and 2.42 kg/d, P=0.47), average daily gain (822 and 814 g/d, P=0.64), and feed conversion ratio (2.93 and 3.00, P=0.26). Diet A represented on average 65.4 and 48.1% of the total feed intake for 2P and 5P pigs (P<0.01), respectively. Based on the difference between N intake calculated from the crude protein (CP) content of diets A (15.6%) and B (10.7%) and N retention assessed from carcass leanness (P=0.37), N output was reduced by 6% with the 5P strategy (P=0.04). The decrease would have reached 19% with a two-phase strategy based on typical growing-finishing diets (16 and 15% CP) instead of the low-protein blends (14.6 and 13.6% CP) used in this study. Based on global environmental impacts of feedstuffs incorporated into diets A and B, the 5P strategy may contribute to a reduced consumption of phosphorus and climatic change. This research was part of the DY+ project, co-funded under the European Union’s Feader program.

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2019

Modelling fattening pig production systems: use of a dynamic, stochastic, mechanistic model

Consulter le resumé

Visuels de A. Cadéro et al., 67th Annual Meeting of the European Federation of Animal Science (EAAP), 29 août-02 septembre 2016, Belfast, Irlande, Royaume-Uni

Pig livestock farming systems face economic and environmental issues. To cope with these issues, models of pig production performance have been developed. However, most of them do not account for the interactions between feeding strategies, management practices and variability of performance and requirements among pigs. Our aim was to develop a model representing the pig fattening unit, taking into account the effects of the interaction between the individual variability of pigs, the farmer’s practices and the infrastructure of the farm on the performance of the unit. The farmer’s practices included in the model have been chosen from a typology developed using a farm survey that focused on penning, batch management, feeding and delivery practices. The pigs are represented using an individual-based model adapted from the InraPorc model. The model abilities have been illustrated on a typical fattening unit batch management. Feed conversion ratio is 2.73 (±0.06) kg/kg, daily feed gain is 0.856 (±0.02) kg/d. The mean slaughter weight is 119.6 (±0.83) kg with a mean slaughter age of 176.0 (±1.89) days. This predicted performance is in accordance with the mean performance in French farms, considering the same batch management. This model will allows to evaluate the technical performance of a large range of fattening units, in terms of farm size, type of infrastructure and of management. In the near future, this model will be completed with calculation of economic results and environmental impacts of the pig fattening unit. 

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2017

Evaluation des simulations avec Inraporc des performances de croissance

Consulter le resumé

Fiche n° 65 : Facteurs de productivité en élevage

La modélisation est une approche pertinente pour l’étude de conduites alimentaires permettant la maîtrise des performances de croissance moyennes.
Or, tous les porcs ne sont pas identiques et la prise en compte de cette variabilité en modélisation implique de profonds changements soit en faisant évoluer le modèle déterministe (1 seul résultat par simulation) vers un modèle stochastique (par simulation, 1 résultat moyen et son écart-type), soit en utilisant un modèle déterministe pour n simulations réalisées à partir de n descriptions de porcs. Cette seconde approche a été utilisée au cours d’un programme de recherche de 3 ans, conduit en partenariat par l’IFIP et l’INRA dans le cadre de l’UMT Porcin, et objet d’un travail de thèse.
Un générateur de populations virtuelles de porcs présentant une structure réaliste de variabilité a été développé puis des simulations ont été réalisées à l’échelle de populations de porcs pour étudier les conséquences de différentes conduites.
Lors des Journées de la Recherche Porcine 2013, les performances zootechniques, environnementales et économiques d’une population de 2 000 porcs croisés (Large White x Landrace) x (Large White x Piétrain) suivant différentes conditions de quantité et de qualité des aliments utilisés en engraissement ont été présentées par l’IFIP.
Afin d’évaluer la pertinence de ces simulations, 2 stratégies d’alimentation en conduite biphase ont été utilisées et comparées à partir des porcs d’une bande du même croisement à la station de Romillé (84 porcs/lot).

PDF icon fiche_bilan2013_65.pdf
2014

Profil nutritionnel Inraporc n° 53 : (LWxLD) x (LWxPP) Profil des femelles

Consulter le resumé

FICHE N° 53

Fiches « Profils nutritionnels » selon la population génétique.
Le logiciel InraPorc estime les besoins nutritionnels des porcs à partir de la connaissance de leur évolution du poids en fonction de l’âge et de la consommation d’aliment.
Dans le contexte français de production porcine, il existe un grand nombre de croisements génétiques utilisés en élevage.
Cette multiplicité des types de croisement est associée à des profils de croissance et de consommation eux aussi très divers. L’IFIP a mis en place dans la station de Romillé, un programme de caractérisation des profils de porcs obtenus à partir de truies LWxLD et de différents types de verrats. Ce travail inclut l’analyse des données acquises dans les stations de testage du Rheu et Mauron à partir d’animaux de race pure.
Une fois ces profils caractérisés, le logiciel InraPorc est utilisé pour déterminer les besoins moyens de ces différentes populations. Les résultats moyens obtenus pour chaque population de porcs sont diffusés sous forme de fiches.

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2013

Profil nutritionnel Inraporc n° 58 : (LWxLD) x (LWxPP) Profil des mâles castrés

Consulter le resumé

FICHE N° 58

Fiches « Profils nutritionnels » selon la population génétique.
Le logiciel InraPorc estime les besoins nutritionnels des porcs à partir de la connaissance de leur évolution du poids en fonction de l’âge et de la consommation d’aliment.
Dans le contexte français de production porcine, il existe un grand nombre de croisements génétiques utilisés en élevage.
Cette multiplicité des types de croisement est associée à des profils de croissance et de consommation eux aussi très divers. L’IFIP a mis en place dans la station de Romillé, un programme de caractérisation des profils de porcs obtenus à partir de truies LWxLD et de différents types de verrats. Ce travail inclut l’analyse des données acquises dans les stations de testage du Rheu et Mauron à partir d’animaux de race pure.
Une fois ces profils caractérisés, le logiciel InraPorc est utilisé pour déterminer les besoins moyens de ces différentes populations. Les résultats moyens obtenus pour chaque population de porcs sont diffusés sous forme de fiches.

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2013

Profil nutritionnel Inraporc n° 65 : Large White (Lignée mâle) Profil des mâles castrés

Consulter le resumé

FICHE N° 65

Fiches « Profils nutritionnels » selon la population génétique.
Le logiciel InraPorc estime les besoins nutritionnels des porcs à partir de la connaissance de leur évolution du poids en fonction de l’âge et de la consommation d’aliment.
Dans le contexte français de production porcine, il existe un grand nombre de croisements génétiques utilisés en élevage.
Cette multiplicité des types de croisement est associée à des profils de croissance et de consommation eux aussi très divers. L’IFIP a mis en place dans la station de Romillé, un programme de caractérisation des profils de porcs obtenus à partir de truies LWxLD et de différents types de verrats. Ce travail inclut l’analyse des données acquises dans les stations de testage du Rheu et Mauron à partir d’animaux de race pure.
Une fois ces profils caractérisés, le logiciel InraPorc est utilisé pour déterminer les besoins moyens de ces différentes populations. Les résultats moyens obtenus pour chaque population de porcs sont diffusés sous forme de fiches.

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2013

Profil nutritionnel Inraporc n° 56 : (LWxLD) x (LWxPP) Profil des mâles castrés

Consulter le resumé

FICHE N° 56

Fiches « Profils nutritionnels » selon la population génétique.
Le logiciel InraPorc estime les besoins nutritionnels des porcs à partir de la connaissance de leur évolution du poids en fonction de l’âge et de la consommation d’aliment.
Dans le contexte français de production porcine, il existe un grand nombre de croisements génétiques utilisés en élevage.
Cette multiplicité des types de croisement est associée à des profils de croissance et de consommation eux aussi très divers. L’IFIP a mis en place dans la station de Romillé, un programme de caractérisation des profils de porcs obtenus à partir de truies LWxLD et de différents types de verrats. Ce travail inclut l’analyse des données acquises dans les stations de testage du Rheu et Mauron à partir d’animaux de race pure.
Une fois ces profils caractérisés, le logiciel InraPorc est utilisé pour déterminer les besoins moyens de ces différentes populations. Les résultats moyens obtenus pour chaque population de porcs sont diffusés sous forme de fiches.

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2013

Profil nutritionnel Inraporc n° 63 : DUOCHAN (ADN) Profil des mâles castrés

Consulter le resumé

FICHE N° 63

Fiches « Profils nutritionnels » selon la population génétique.
Le logiciel InraPorc estime les besoins nutritionnels des porcs à partir de la connaissance de leur évolution du poids en fonction de l’âge et de la consommation d’aliment.
Dans le contexte français de production porcine, il existe un grand nombre de croisements génétiques utilisés en élevage.
Cette multiplicité des types de croisement est associée à des profils de croissance et de consommation eux aussi très divers. L’IFIP a mis en place dans la station de Romillé, un programme de caractérisation des profils de porcs obtenus à partir de truies LWxLD et de différents types de verrats. Ce travail inclut l’analyse des données acquises dans les stations de testage du Rheu et Mauron à partir d’animaux de race pure.
Une fois ces profils caractérisés, le logiciel InraPorc est utilisé pour déterminer les besoins moyens de ces différentes populations. Les résultats moyens obtenus pour chaque population de porcs sont diffusés sous forme de fiches.

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2013

Profil nutritionnel Inraporc n° 54 : (LWxLD) x (LWxPP) Profil des mâles castrés

Consulter le resumé

FICHE N° 54

Fiches « Profils nutritionnels » selon la population génétique.
Le logiciel InraPorc estime les besoins nutritionnels des porcs à partir de la connaissance de leur évolution du poids en fonction de l’âge et de la consommation d’aliment.
Dans le contexte français de production porcine, il existe un grand nombre de croisements génétiques utilisés en élevage.
Cette multiplicité des types de croisement est associée à des profils de croissance et de consommation eux aussi très divers. L’IFIP a mis en place dans la station de Romillé, un programme de caractérisation des profils de porcs obtenus à partir de truies LWxLD et de différents types de verrats. Ce travail inclut l’analyse des données acquises dans les stations de testage du Rheu et Mauron à partir d’animaux de race pure.
Une fois ces profils caractérisés, le logiciel InraPorc est utilisé pour déterminer les besoins moyens de ces différentes populations. Les résultats moyens obtenus pour chaque population de porcs sont diffusés sous forme de fiches.

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2013

Profil nutritionnel Inraporc n° 59 : (LWxLD) x (LWxPP) Profil des femelles

Consulter le resumé

FICHE N° 59

Fiches « Profils nutritionnels » selon la population génétique.
Le logiciel InraPorc estime les besoins nutritionnels des porcs à partir de la connaissance de leur évolution du poids en fonction de l’âge et de la consommation d’aliment.
Dans le contexte français de production porcine, il existe un grand nombre de croisements génétiques utilisés en élevage.
Cette multiplicité des types de croisement est associée à des profils de croissance et de consommation eux aussi très divers. L’IFIP a mis en place dans la station de Romillé, un programme de caractérisation des profils de porcs obtenus à partir de truies LWxLD et de différents types de verrats. Ce travail inclut l’analyse des données acquises dans les stations de testage du Rheu et Mauron à partir d’animaux de race pure.
Une fois ces profils caractérisés, le logiciel InraPorc est utilisé pour déterminer les besoins moyens de ces différentes populations. Les résultats moyens obtenus pour chaque population de porcs sont diffusés sous forme de fiches.

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2013

Profil nutritionnel Inraporc n° 66 : Piétrain Profil des femelles

Consulter le resumé

FICHE N° 66

Fiches « Profils nutritionnels » selon la population génétique.
Le logiciel InraPorc estime les besoins nutritionnels des porcs à partir de la connaissance de leur évolution du poids en fonction de l’âge et de la consommation d’aliment.
Dans le contexte français de production porcine, il existe un grand nombre de croisements génétiques utilisés en élevage.
Cette multiplicité des types de croisement est associée à des profils de croissance et de consommation eux aussi très divers. L’IFIP a mis en place dans la station de Romillé, un programme de caractérisation des profils de porcs obtenus à partir de truies LWxLD et de différents types de verrats. Ce travail inclut l’analyse des données acquises dans les stations de testage du Rheu et Mauron à partir d’animaux de race pure.
Une fois ces profils caractérisés, le logiciel InraPorc est utilisé pour déterminer les besoins moyens de ces différentes populations. Les résultats moyens obtenus pour chaque population de porcs sont diffusés sous forme de fiches.

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2013

Profil nutritionnel Inraporc n° 57 : (LWxLD) x (LWxPP) Profil des femelles

Consulter le resumé

FICHE N° 57

Fiches « Profils nutritionnels » selon la population génétique.
Le logiciel InraPorc estime les besoins nutritionnels des porcs à partir de la connaissance de leur évolution du poids en fonction de l’âge et de la consommation d’aliment.
Dans le contexte français de production porcine, il existe un grand nombre de croisements génétiques utilisés en élevage.
Cette multiplicité des types de croisement est associée à des profils de croissance et de consommation eux aussi très divers. L’IFIP a mis en place dans la station de Romillé, un programme de caractérisation des profils de porcs obtenus à partir de truies LWxLD et de différents types de verrats. Ce travail inclut l’analyse des données acquises dans les stations de testage du Rheu et Mauron à partir d’animaux de race pure.
Une fois ces profils caractérisés, le logiciel InraPorc est utilisé pour déterminer les besoins moyens de ces différentes populations. Les résultats moyens obtenus pour chaque population de porcs sont diffusés sous forme de fiches.

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2013

Profil nutritionnel Inraporc n° 64 : DUROC (Gène+) Profil des mâles castrés

Consulter le resumé

FICHE N° 64

Fiches « Profils nutritionnels » selon la population génétique.
Le logiciel InraPorc estime les besoins nutritionnels des porcs à partir de la connaissance de leur évolution du poids en fonction de l’âge et de la consommation d’aliment.
Dans le contexte français de production porcine, il existe un grand nombre de croisements génétiques utilisés en élevage.
Cette multiplicité des types de croisement est associée à des profils de croissance et de consommation eux aussi très divers. L’IFIP a mis en place dans la station de Romillé, un programme de caractérisation des profils de porcs obtenus à partir de truies LWxLD et de différents types de verrats. Ce travail inclut l’analyse des données acquises dans les stations de testage du Rheu et Mauron à partir d’animaux de race pure.
Une fois ces profils caractérisés, le logiciel InraPorc est utilisé pour déterminer les besoins moyens de ces différentes populations. Les résultats moyens obtenus pour chaque population de porcs sont diffusés sous forme de fiches.

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2013

Profil nutritionnel Inraporc n° 55 : (LWxLD) x (LWxPP) Profil des femelles

Consulter le resumé

FICHE N° 55

Fiches « Profils nutritionnels » selon la population génétique.
Le logiciel InraPorc estime les besoins nutritionnels des porcs à partir de la connaissance de leur évolution du poids en fonction de l’âge et de la consommation d’aliment.
Dans le contexte français de production porcine, il existe un grand nombre de croisements génétiques utilisés en élevage.
Cette multiplicité des types de croisement est associée à des profils de croissance et de consommation eux aussi très divers. L’IFIP a mis en place dans la station de Romillé, un programme de caractérisation des profils de porcs obtenus à partir de truies LWxLD et de différents types de verrats. Ce travail inclut l’analyse des données acquises dans les stations de testage du Rheu et Mauron à partir d’animaux de race pure.
Une fois ces profils caractérisés, le logiciel InraPorc est utilisé pour déterminer les besoins moyens de ces différentes populations. Les résultats moyens obtenus pour chaque population de porcs sont diffusés sous forme de fiches.

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2013

Profil nutritionnel Inraporc n° 60 : (LWxLD) x (LWxPP) Profil des mâles castrés

Consulter le resumé

FICHE N° 60

Fiches « Profils nutritionnels » selon la population génétique.
Le logiciel InraPorc estime les besoins nutritionnels des porcs à partir de la connaissance de leur évolution du poids en fonction de l’âge et de la consommation d’aliment.
Dans le contexte français de production porcine, il existe un grand nombre de croisements génétiques utilisés en élevage.
Cette multiplicité des types de croisement est associée à des profils de croissance et de consommation eux aussi très divers. L’IFIP a mis en place dans la station de Romillé, un programme de caractérisation des profils de porcs obtenus à partir de truies LWxLD et de différents types de verrats. Ce travail inclut l’analyse des données acquises dans les stations de testage du Rheu et Mauron à partir d’animaux de race pure.
Une fois ces profils caractérisés, le logiciel InraPorc est utilisé pour déterminer les besoins moyens de ces différentes populations. Les résultats moyens obtenus pour chaque population de porcs sont diffusés sous forme de fiches.

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2013

Profil nutritionnel Inraporc n° 67 : Duroc (ADN) Profil des mâles castrés

Consulter le resumé

FICHE N° 67

Fiches « Profils nutritionnels » selon la population génétique.
Le logiciel InraPorc estime les besoins nutritionnels des porcs à partir de la connaissance de leur évolution du poids en fonction de l’âge et de la consommation d’aliment.
Dans le contexte français de production porcine, il existe un grand nombre de croisements génétiques utilisés en élevage.
Cette multiplicité des types de croisement est associée à des profils de croissance et de consommation eux aussi très divers. L’IFIP a mis en place dans la station de Romillé, un programme de caractérisation des profils de porcs obtenus à partir de truies LWxLD et de différents types de verrats. Ce travail inclut l’analyse des données acquises dans les stations de testage du Rheu et Mauron à partir d’animaux de race pure.
Une fois ces profils caractérisés, le logiciel InraPorc est utilisé pour déterminer les besoins moyens de ces différentes populations. Les résultats moyens obtenus pour chaque population de porcs sont diffusés sous forme de fiches.

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2013

Profil nutritionnel Inraporc n° 10 : P76 profil des mâles castrés

Consulter le resumé

FICHE N° 10

Fiches « Profils nutritionnels » selon la population génétique.

Le logiciel InraPorc estime les besoins nutritionnels des porcs à partir de la connaissance de leur évolution du poids en fonction de l’âge et de la consommation d’aliment.

Dans le contexte français de production porcine, il existe un grand nombre de croisements génétiques utilisés en élevage.

Cette multiplicité des types de croisement est associée à des profils de croissance et de consommation eux aussi très divers. L’IFIP a mis en place dans la station de Romillé, un programme de caractérisation des profils de porcs obtenus à partir de truies LWxLD et de différents types de verrats. Ce travail inclut l’analyse des données acquises dans les stations de testage du Rheu et Mauron à partir d’animaux de race pure.

Une fois ces profils caractérisés, le logiciel InraPorc est utilisé pour déterminer les besoins moyens de ces différentes populations. Les résultats moyens obtenus pour chaque population de porcs sont diffusés sous forme de fiches.

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2013

Profil nutritionnel Inraporc n° 19 : Duroc (Nucléus) profil des mâles castrés

Consulter le resumé

FICHE N° 19

Fiches « Profils nutritionnels » selon la population génétique.
Le logiciel InraPorc estime les besoins nutritionnels des porcs à partir de la connaissance de leur évolution du poids en fonction de l’âge et de la consommation d’aliment.
Dans le contexte français de production porcine, il existe un grand nombre de croisements génétiques utilisés en élevage.
Cette multiplicité des types de croisement est associée à des profils de croissance et de consommation eux aussi très divers. L’IFIP a mis en place dans la station de Romillé, un programme de caractérisation des profils de porcs obtenus à partir de truies LWxLD et de différents types de verrats. Ce travail inclut l’analyse des données acquises dans les stations de testage du Rheu et Mauron à partir d’animaux de race pure.
Une fois ces profils caractérisés, le logiciel InraPorc est utilisé pour déterminer les besoins moyens de ces différentes populations. Les résultats moyens obtenus pour chaque population de porcs sont diffusés sous forme de fiches.

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2013

Pages