La base documentaire de l'IFIP

La base documentaire de l'IFIP : des centaines de documents à télécharger ou bien à commander.

Résultats 1 à 20 de 21 résultats
Rechercher une documentation
Publication Annéetrier par ordre croissant

Des résultats variables dans l'utilisation de semence congelée chez les races locales porcines

Consulter le resumé

Marie-José Mercat et al., La Lettre de La Cryobanque Natonale (FRA), 2018, n° 13, juillet, 2 pages

L'insémination animale (IA) est très peu utilisée en races locales porcines. En dehors de la race Basque, elle se limite aux programmes de décongélation des semences de la Cryobanque Nationale (CBN) : doses en pellets ou en paillettes congelées il y a une trentaine ou une vingtaine d’années respectivement. A la décongélation, peu de spermatozoïdes sont mobiles dans les pellets. Aussi, nos prédécesseurs ont-ils été visionnaires et volontaires de mettre en place ces stocks qui ont tout de même déjà donné naissance à quelques porcelets de races locales. La congélation en paillettes a constitué une amélioration technique significative. Bien que peu pratiquée, y compris en sélection, l’IA avec des paillettes donne désormais des performances de reproduction satisfaisantes.

2018

Relationship between sperm production and boar taint risk of purebred or crossbred entire offspring

Consulter le resumé

Marie-José Mercat et al., 66th EAAP, Varsovie, Pologne, 31 aout-4 septembre 2015, visuels d'intervention

This study focuses on 100 boars from three Pietrain varieties: 74 V1, 10 V2 and 16 V3. On average, data were recorded on 90 ejaculates collected in artificial insemination centers and boar taint measured on 15.4 entire male offspring, half purebred and half Pietrain × Large-White type. Offspring were reared at INRA UETP (Le Rheu, France) up to 110 kg. Boar taint risk was assessed by androstenone and skatole measurements in fat collected at the slaughterhouse. Sperm production data were corrected for the production site, the age and the collection frequency using a generalized linear mixed model to estimate an average sperm production count per boar and ejaculate. Boar taint odor risk was on the whole low in the tested population. Considering the three Pietrain varieties altogether, boars with the highest sperm production had a lower proportion of offspring without risk of odor compared to boars with low sperm production: the boars ranked in the top quartile of sperm production had 14% less offspring without odor (i.e. androstenone <1.0 &•6;g/g and skatole <0.2 &•6;g/g) compared to the boars in the bottom quartile (P<0.05). The sperm production of the sires of pigs with high androstenone content in fat was on average higher than that of the sires of pigs with low androstenone content: 95.3 and 86.8 billion spermatozoa per ejaculate for the sires of offspring with more than 3.0 &•6;g/g of androstenone and non-detectable androstenone level, respectively (P<0.05). Differences were more pronounced on crossbred offspring than on purebred ones. With V1 sires alone, differences were smaller but still significant. As a conclusion, selection against boar taint might negatively impact semen production if reproduction traits are not included in the breeding goal.

PDF icon Marie-José Mercat et al., 66th EAAP, Varsovie, Pologne, 31 aout-4 septembre 2015
2017

Artificial insemination without antibiotics in swine

Consulter le resumé

Proc 18th International Congress on animal reproduction (ICAR), 26-30 juin 2016, Tours, France (Abstract), par Ferchaud S. et al.

2017

Les protocoles d’insémination sont-ils toujours cohérents avec les jours de sevrage ?

Consulter le resumé

Poster.

Les modalités de conduite en bande ont un impact fort sur le travail et le pilotage de la reproduction, avec plus ou moins de tâches à réaliser le week-end selon le jour de sevrage (mise-bas ou inséminations).
Quelles sont les pratiques de sevrage actuelles?
-> Les protocoles d’insémination sont-ils cohérents avec le jour de sevrage ?
-> Impact du jour de sevrage sur les performances ?

PDF icon poster ifip de Sylviane Boulot et al., 48es JRP, 2-3 février 2016, Paris
2016

Les protocoles d’insémination sont-ils toujours cohérents avec les jours de sevrage ?

Consulter le resumé

Poster.

FR

Dans les troupeaux porcins, l’organisation du travail reste au coeur des préoccupations des éleveurs. Ainsi, la taille des élevages peut affecter le pilotage de la reproduction et les performances (Knox et al., 2013). Les modalités de conduite en bande (intervalles entre bandes, âge et jour de sevrage) ont également un impact organisationnel fort en lien avec la reproduction. A l’occasion de travaux d’agrandissement ou de mise aux normes, de nombreux élevages français ont récemment modifié leurs conduites en bandes et leurs pratiques de sevrage. Ainsi, sevrer le mercredi, plutôt que le jeudi, permet de concentrer les mise-bas et la surveillance des maternités sur la semaine (Martel et al., 2008). Par contre, les tâches liées à la détection à l’insémination doivent être avancées d’une journée et donc réalisées le dimanche. La bonne cohérence entre les protocoles d’IA et le jour du sevrage est donc à vérifier. En effet, les performances de reproduction peuvent être impactées par les pratiques de sevrage, de détection des chaleurs et d’insémination (Knox et al., 2013, de Jong et al., 2013, Kaneko et al., 2013). L’objectif de cette étude est de décrire les modalités de sevrage pratiquées par les éleveurs, d’évaluer la cohérence entre le jour de sevrage choisi et les protocoles d’insémination et enfin l’impact éventuel de ces choix sur la fertilité et les tailles de portée.

ENG

Are AI protocols always consistent with the weaning day?

Labour constraints are strong determinants of sow herd management and changing the weaning day is a frequent option to shift major week-end tasks, from farrowing (Thursday weaning) to insemination (Wednesday weaning). The aim of this study was to record recent weaning day choices in pig farms and to assess the adequacy of their insemination practices. A survey was conducted in 2013 among 214 pig herds randomly selected from the French National Pig Management database (metropolitan production indoor herds >150 sows). A questionnaire was e-mailed to farms for self-completion using Sphynxonline®. Questions (n=90), addressed five topics: weaning and breeding practices, pregnancy management, lactation and gilts. Average fertility at first service (TF1) and Total Born (TB) in 2012 were calculated for the 120 participating farms. Weaning is more frequent on Wednesday (60%) than on Thursday (37%), with only 3% on other days (4 herds excluded). 14% of farms declared several days (anticipated or partial weaning). Large herds and lactations of 21 days are significantly associated with Wednesday weaning. More oestrus detection and inseminations (AI) are declared on Sunday for Wednesday weaning. Though AI protocols are adjusted to weaning to oestrus (WEI), the position of 1st AI depends on the weaning day. When WEI=4 days, it is more frequently delayed over 18 hours for Wednesday weaning. Rate of multiple AI is similar (45% sows with 3 AI). TB (14.5 ± 0.67) and TF1 (90.0 ± 4.7) do not depend on weaning day, but Sunday AI tend to be associated with better results (p=0.07 for TF1 and p=0.13 for TB). Most of the farms have a coherent management, but our data show variable or potentially detrimental insemination practices (no week-end AI or delayed first AI).

PDF icon Boulot et al., 48es Journées de la Recherche Porcine (FRA), 2-3 février 2016, p. 255-256, poster
2016

Performances de l'insémination artificielle

Consulter le resumé

Fiche n° 66 : Facteurs de productivité en élevage

Face à l’émergence de nouvelles pratiques d’insémination, il est nécessaire de maintenir une expertise permettant d’accompagner techniciens et éleveurs.
Pour maintenir leur compétitivité, les CIA doivent intégrer des contraintes multiples: coût de la génétique, émergence de pathologies nouvelles, réglementation sur le bien-être…
La fréquence des réformes anticipées des verrats est en progression dans la plupart des CIA français et pèse sur la productivité.
Les conséquences de la limitation des odeurs sexuelles sur la fonction de reproduction doivent être évaluées chez les reproducteurs (mâles et femelles).

PDF icon fiche_bilan2013_66.pdf
2014

Contrôle d'ovulation simplifié : un appui dignostique précieux

Consulter le resumé

Guillaume Friocourt, vétérinaire chez Selvet, cabinet du groupe Chêne Vert Conseil, a testé l'intérêt d'un contrôle d'ovulation simplifié dans un élevage souhaitant améliorer ses performances de reproduction. Une expérience très positive.

PDF icon techporc_boulotb_n16_2014.pdf
2014

La semence de verrat à la loupe

Consulter le resumé

Des analyses de la qualité du sperme sont réalisées dans les centres d’insémination artificielle. Si la plupart des examens sont réalisés à l’aide d’un microscope, de nouvelles techniques automatisées se développent.

PDF icon techporc_boulot02_n12_2013.pdf
2013

Quels paramètres liés à l’insémination peuvent expliquer les variations des performances de reproduction en élevage ? Focus sur le verrat et la semence.

Consulter le resumé

Poster.

Dans les centres d’insémination animale porcins (CIA), la semence est majoritairement examinée et triée sur la base d’évaluations microscopiques subjectives (mobilité et motilité) réputées mal reliées à la fertilité (Broekhuijse et al., 2012). Par ailleurs, de nombreux facteurs de conduite sont susceptibles d’interférer avec la qualité des doses (Young et al., 2010, de Jong et al., 2012).

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2013

Twenty-year trends in AI-boar longevity and reasons for early culling

Consulter le resumé

Premature Al-boat culling received little attention, although it may negatively impacts genetic effort and semen production. This study investigated the factors associated with frequency and reasons for early culling among Al-boars over a 20-year period. Data was collected from 973 boars delivered to the INRA boar stud at Rouillé, from January 1989 to Decernber 2011. Early culling refereed to boars discarded within 180 days after arrival in quarantine.
2012

A 5 year restrospective analysis of the rate of mount refusals among AI-boars

Consulter le resumé

Refusals to mount or the ejaculate disturb the management of AI centers, and repeated events may compromise productivity or boar longevity.
2012

La croissance du verrasson et son impact sur la durée de carrière des verrats de centre d'insémination artificielle

Consulter le resumé

Poster. Dans son étude concernant la réforme précoce des verrats en centres d'insémination artificielle (CIA), Pinier (2007) met en évidence une corrélation (R²=0,72) entre l’âge à 100 kg (c'est-à-dire le niveau de croissance chez le sélectionneur) et le taux de réforme précoce pour défaut d’aplombs chez les verrats de races pures (Large White (LW) et Landrace(LD)).
PDF icon La croissance du verrasson et son impact sur la durée de carrière des verrats de centre d'insémination artificielle
2011

Evaluation comportementale des capacités d’adaptation du verrat en CIA : relation avec la réponse au débourrage

Consulter le resumé

Poster. En Centres d’Insémination Artificielle (CIA), le taux d’échec des 1èrs collectes de sperme peut dépasser 15% (Flowers, 2008) et 20 à 30% des verrats français sont réformés précocement. Les causes de ces problèmes ne sont pas clairement identifiées.

La capacité d’adaptation des verrats aux pratiques en CIA est méconnue (EFSA, 2007). Un lien entre longévité et succès du débourrage (Ferchaud et al., 2009), suggère que la quarantaine pourrait être une phase sensible (nouvel environnement, 1ère collecte de sperme).
PDF icon Evaluation comportementale des capacités d’adaptation du verrat en CIA : relation avec la réponse au débourrage
2010

Les méthodes de maîtrise de la reproduction disponibles chez les mammifères d'élevage et leur intérêt en agriculture biologique

Consulter le resumé

La maîtrise de la reproduction contribue à optimiser la productivité de l’exploitation. La réglementation de la production biologique n’impose pas de conduite de reproduction spécifique, mais limite les pratiques autorisées parmi l’ensemble des stratégies disponibles pour les éleveurs. Les conséquences de ces limitations sont plus ou moins pénalisantes selon l’espèce animale considérée. Ainsi, l’interdiction des traitements hormonaux représente le principal obstacle pour la maîtrise de la reproduction en agriculture biologique (AB) chez les petits ruminants et les porcins.
2009

Facteurs associés à la réussite de la première tentative de collecte de semence du verrat

Consulter le resumé

Poster.La quarantaine et en particulier l’entraînement à la collecte de semence sont des étapes clefs dans la carrière des futurs verrats destinés aux centres d’insémination artificielle (CIA). Or, les refus de collecte peuvent atteindre 15 % (Flowers, 2008) et plus de 20 % des verrats français sont réformés précocement, dont environ 8 % en quarantaine. Les facteurs affectant la libido et les aptitudes à la collecte des verrats sont cependant peu étudiés (Hacker et al., 1994 ; Knox et al., 2008).
PDF icon Facteurs associés à la réussite de la première tentative de collecte de semence du verrat
2009

Gestion pharmacologique de la reproduction : le point sur les pratiques des éleveurs

Consulter le resumé

Une enquête a été conduite en 2004 auprès de 200 troupeaux français, afin de préciser les pratiques en matière de gestion pharmacologique de la reproduction. Ces élevages avaient un niveau d’efficacité technico-économique global élevé.
PDF icon Gestion pharmacologique de la reproduction : le point sur les pratiques des éleveurs
2005

Qui sont les éleveurs Cochons d'Or ?

Consulter le resumé

Les naisseurs-engraisseurs représentent 62 % des dossiers. 46% des élevages nominés se situent en Bretagne, 13% en Pays de la Loire. En moyenne, 1,8 personne travaille sur l’atelier porc. Chez les naisseurs-engraisseurs, le nombre de truies par UTH est en moyenne de 92,5. Le plus souvent, l’atelier porc est inséré dans une exploitation dont la surface moyenne est de 65 ha. Les 2/3 produisent des céréales. 92 % des éleveurs sont engagés dans la démarche VPF ; 89% le sont aussi dans une autre démarche « qualité ». Près de 40 % des 180 maternités enquêtées ont été rénovées.
PDF icon Qui sont les éleveurs Cochons d'Or ?
2005

Gestion pharmacologique de la reproduction : le point sur les pratiques des éleveurs

Consulter le resumé

Une enquête a été conduite en 2004 auprès de 200 troupeaux français, afin de préciser les pratiques en matière de gestion pharmacologique de la reproduction.

Ces élevages avaient un niveau d’efficacité technico-économique global élevé.

82 % des éleveurs pratiquent la synchronisation hormonale des cochettes lors de leur introduction, mais sans contrôle préalable de la puberté pour 40 % d’entre eux. Plus de 45 % des éleveurs utilisent occasionnellement des traitements hormonaux en cas de non venue en chaleur des cochettes ou truies sevrées.
2004

15 ans d'IA en sélection, quels résultats ?

Consulter le resumé

Le contrôle des produits terminaux a pour but de fournir des références officielles sur

les performances de croissance, de carcasse et de qualité de la viande des produits terminaux issus de différentes combinaisons

de types génétiques de truies et de verrats parentaux, produits par les Organisations de Sélection Porcine agréées.
PDF icon 15 ans d'IA en sélection, quels résultats ?
2001

Bilan d'activité 1999 des CIA porcins

Consulter le resumé

PDF icon Bilan d'activité 1999 des CIA porcins
2000

Pages