La base documentaire de l'IFIP

La base documentaire de l'IFIP : des centaines de documents à télécharger ou bien à commander.

Résultats 1 à 14 de 14 résultats
Rechercher une documentation
Publication Annéetrier par ordre croissant

Valorisation des viandes odorantes des porcs mâles entiers

Consulter le resumé

Fiche n° 061 : réduction des coûts d'élevage

En Europe, 28 % des éleveurs ne castrent plus les mâles avec un fort développement en Hollande, Allemagne et France entre 2009 et 2014 puis une stabilisation en 2015. La déclaration de Bruxelles signée par les principaux pays producteurs début 2011 visait l’arrêt de la castration en 2018 sous conditions. 24 % des producteurs en France produisent des mâles entiers fin 2015 (12 % des carcasses sur le marché, le groupe Cooperl principalement qui a stabilisé sa production de mâles entiers à 80 % de ses éleveurs).
En Europe, la Belgique développe une autre alternative « l’immunocastration » ainsi que l’Espagne sur des marchés de niche. L’intérêt économique
cité par ces pays s’établirait à 5 à 7 € par porc mâle entier avec une tendance récente des abattoirs à diminuer le prix d’achat : de 2 à 3 €/porc fin 2014, voire plus fin 2015. En 2015, L’Espagne au travers sa recherche, a mis en évidence que même sur des porcs mâles entiers plus légers de 80 kg carcasse, il était important de détecter les carcasses odorantes à l’abattoir (Source Centre de recherche IRTA). L’Allemagne et les Pays Bas semblaient faire une pause dans leur développement en 2015 (80 et 20 % des élevages respectivement ayant arrêté de castrer). Fin 2015, une augmentation de la production de mâles entiers semble s’opérer en Allemagne sous la demande des supermarchés et discounters. L’évolution d’ici 2018 des choix pris par chaque pays et les prix payés à la production sont 2 éléments majeurs du marché auquel il faudra être attentif. En 2014, l’IFIP avait participé aux appels d’offres Européens de la DG SANCO sur les attentes consommateur et la détection des carcasses odorantes dans le monde (CAMPIG et BOARCHECK). Les résultats ont été publiés en France et en Europe en début 2015. En 2015, l’IFIP s’est inscrit dans 3 appels d’offres lancés par la DG SANCO sur la période 2015-2018. La détection rapide des carcasses odorantes à l’abattoir reste un sujet d’intérêt majeur pour l’IFIP. Ces méthodes pourront d’ailleurs être utilisées en sélection génétique ou toutes autres études faisant le lien entre les conditions d’élevage et de préparation des porcs à l’abattoir et la fréquence de risque de carcasses odorantes.

PDF icon fiche_bilan2015_061.pdf
2016

Abattage de porcs mâles entiers : situations contrastées dans l'UE

Consulter le resumé

L'abattage de mâles entiers gagne en importance dans l'Union européenne, mais les écarts entre pays sont énormes. L'arrêt total de la castration est programmé pour 2018.

PDF icon techporc_vanferneij_n22_2015.pdf
2015
arrêt de la castration des porcelets

Le point sur les travaux européens relatifs aux porcs mâles non castrés

Consulter le resumé

Des options sont prises par certains pays ou entreprises vers une production de mâles entiers sous cahier des charges ou le maintien de la castration avec mise en place d’autres alternatives pour limiter la douleur de la castration (anesthésie, vaccination...). Pas une solution unique.... 

L’arrêt généralisé de la castration en Europe en 2018 est peu réaliste....  Liste dérogatoire en cours de discussion. 

PDF icon Présentation de P Chevillon et JP Van Ferneij au Space 2014
2014

Production de mâles entiers : utilisation en viande fraîche et salaison, détection des viandes odorantes à l’abattoir

Consulter le resumé

La déclaration de Bruxelles signée par les principaux pays producteurs début 2011 vise l’arrêt de la castration en 2018.

PDF icon bilan_2012web_73.pdf
2013

Incidence des conditions d'élevage sur le comportement et le risque de blessures chez les porcs mâles entiers

Consulter le resumé

Poster. L’élevage de mâles entiers, outre ses impacts en termes de performances zootechniques et de qualité des carcasses, pose la question de la maîtrise des comportements agressifs et sexuels, et des blessures pouvant en résulter. Des observations de comportement et des notations de lésions ont été réalisées lors d’essais mis en place en station expérimentale (Quiniou et al., 2013), afin d’évaluer les conséquences des principaux modes d’élevage présents en France sur l’ensemble de ces paramètres.
PDF icon Incidence des conditions d'élevage sur le comportement et le risque de blessures chez les porcs mâles entiers
2013

Elever des mâles entiers : oui, mais dans quelles conditions ?

Consulter le resumé

Jusqu'à ce jour, la plupart des connaissances disponibles sur les mâles entiers étaient issues de porcs élevés dans des conditions d'alimentation libérale, le plus souvent à sec et jusqu'à un poids standard d'abattage. Ces conditions sont loin d'être représentatives de celles observées en France. Un vaste programme de recherches a été mis en place à la station de Romillé pour répondre aux questions d'éleveurs.

PDF icon techporc_quiniou_n10_2013.pdf
2013

Odeurs de verrat : effets génétiques et non génétiques

Consulter le resumé

Les filières porcines européennes se sont engagées dans une démarche volontaire d'abandon de la castration chirurgicale des porcelets mâles à l’horizon 2018. L'une des conditions de cet abandon est de résoudre les différents problèmes liés à l'élevage de mâles entiers, et plus particulièrement ceux de qualité de viande. L'une des voies privilégiées est celle de la génétique, notamment la sélection génomique. Une population ressource a donc été mise en œuvre dans des populations françaises de type Piétrain, avec un contrôle des animaux en station de testage. Environ 1000 verrats de type Piétrain ou de type croisé Piétrain x Large White ont été élevés et abattus pour déterminer les caractères de production, de développement sexuel, de composition corporelle et surtout de défaut d'odeur de viande. La concentration en testostérone plasmatique diffère d’un type génétique à l'autre, mais les différences restent globalement faibles. Cette concentration n’est pas affectée par la bande d'élevage, par le poids des animaux ou par leur âge à la mesure. La teneur en androsténone de la bardière n’est pas affectée par l’effet de la bande d’élevage mais varie quasiment du simple au double en moyenne d’un type génétique à l’autre, les teneurs les plus élevées étant observées à la fois dans un des types Piétrain pur et dans un des types croisés. Cette teneur augmente avec le poids d’abattage et la concentration plasmatique en testostérone. L’effet de l’âge à l'abattage dépend du type génétique. La teneur en scatol de la bardière est peu affectée par la concentration en testostérone mais varie d’une bande à l'autre, d’un type génétique à l'autre et diminue avec l'âge à l'abattage.

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2013

Mise au point d’un outil de suivi des usages d’antibiotiques dans la filière porcine. Etude des quantités utilisées et des modalités d’administration à partir du panel INAPORC

Consulter le resumé

L’Interprofession Nationale Porcine INAPORC a mandaté l’Ifip pour mettre en place, avec l’appui technique de l’Anses, un panel d’élevages permettant de mesurer de manière fiable les quantités d’antibiotiques utilisées dans la filière porcine française, de préciser les modalités d’utilisation de ces antibiotiques et de comparer les résultats aux autres données disponibles. Cette étude vise à expliquer la méthodologie employée pour mettre en place cet outil et à présenter les premiers résultats.

PDF icon jrp-2013-sante02.pdf
2013

Incidence des conditions d'élevage sur le comportement et le risque de blessures chez les porcs mâles entiers

Consulter le resumé

Dans l’hypothèse d’un arrêt de la castration, il est nécessaire d’évaluer les performances zootechniques des mâles entiers et la qualité des carcasses produites dans les conditions d’élevage françaises. Un autre enjeu est la maîtrise des comportements agressifs et sexuels, et des blessures pouvant en résulter.

PDF icon jrp-2013-bienetre03_0.pdf
2013

Lésions corporelles chez les mâles entiers au cours de la croissance et sur la carcasse

Consulter le resumé

Les filières porcines européennes se sont engagées dans une démarche volontaire d’abandon de la castration chirurgicale des porcelets d’ici 2018. Les mâles entiers étant plus agressifs que les mâles castrés, il est particulièrement important de prendre en compte leur comportement dans la sélection génétique. L’agressivité des porcs peut être estimée à partir du nombre de lésions corporelles. Ce travail rapporte le dénombrement des lésions de porcs mâles entiers, élevés en station de testage, à deux stades au cours de la croissance (2 jours après transfert dans le bâtiment d’engraissement puis avant les premiers départs à l’abattoir) et sur les carcasses. Trois populations de verrats à composante principale Piétrain (PP) ont été utilisées pour produire ces porcs par croisement avec des truies PP ou des truies à composante principale Large White. Environ 900 mâles, répartis sur cinq bandes, ont été suivis. Le nombre total de lésions, très élevé après le transfert des animaux, diminue en fin d’engraissement (P < 0,001). Les nombres de lésions situées de chaque côté sont liés (r varie de 0,64 à 0,81, P < 0,001) quel que soit le stade mais chez certains animaux les nombres peuvent aller du simple au double si bien que la mesure de chaque côté est nécessaire pour une évaluation individuelle précise. Les corrélations entre stades sont relativement faibles bien que significatives (r varie de 0,07 à 0,30, P < 0,05).

Des différences très importantes existent entre les types génétiques de porcs qui sont retrouvées quel que soit le stade de mesure (P < 0,001). Globalement, les lésions sont moins nombreuses chez les porcs de type Piétrain que chez ceux de type génétique croisé.

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2013

Incidence des conditions d’élevage sur les performances de croissance, les caractéristiques de carcasse et le risque d'odeur des porcs mâles entiers

Consulter le resumé

La plupart des résultats disponibles dans la littérature sur les mâles entiers ont été obtenus dans des conditions d’alimentation libérale, le plus souvent à sec, et jusqu'à un poids d’abattage qui reste le plus souvent en deçà de 120 kg. Dans un contexte d’arrêt possible de la castration dans l'Union Européenne en 2018, les performances des mâles entiers ont été étudiées dans un éventail de conditions d’élevage, représentatives de celles pratiquées en France.

PDF icon jrp-2013-bienetre03.pdf
2013

Génétique et non castration : performances et dosages des odeurs de verrat

Consulter le resumé

Si les mâles entiers présentent systématiquement une amélioration de l'efficacité alimentaire et globablement un GMQ plus élevé que celui des mâles castrés et des femelles, il existe une certaine variabilité entre les types génétiques testés; De même, la proportion de carcasses à odeur est très variable.

PDF icon techporc_hassenfratz_n5_2012.pdf
2012

Impact of the non castration of male pigs on growth performance and behaviour comparison with barrows and gilts

Consulter le resumé

Growth performance, carcass quality, behaviour and general condition of crossbred (Pietrain x Large White) x (Large White x Landrace) boars, barrows and gilts fed ad libitum and group-housed were compared from weaning until slaughter. During the postweaning and the fattening periods, pigs were group-housed (8-9 or 6 pigs/pen, respectively). Pigs were all slaughtered on the same day. Between 28 and 63 d of age (post-weaning period), growth performance was not significantly influenced by the gender.
PDF icon Impact of the non castration of male pigs on growth performance and behaviour comparison with barrows and gilts
2010

Conséquences de la non castration des porcs mâles sur les performances de croissance et le comportement : comparaison avec les mâles castrés et les femelles

Consulter le resumé

Les performances de croissance, de carcasse, l’évolution du comportement et de l‘état général de porcs croisés (Piétrain x Large White) x (Large White x Landrace), mâles castrés ou non et femelles, ont été comparés à partir d'une bande de porcs alimentés à volonté et logés par groupes de huit-neuf individus en post-sevrage et six en engraissement. Les porcs ont tous été abattus le même jour. Entre 28 et 63 jours d'âge (post-sevrage), le type sexuel n'a aucun effet significatif sur les performances.
PDF icon Conséquences de la non castration des porcs mâles sur les performances de croissance et le comportement : comparaison avec les mâles castrés et les femelles
2010