La base documentaire de l'IFIP

La base documentaire de l'IFIP : des centaines de documents à télécharger ou bien à commander.

Résultats 1 à 20 de 36 résultats
Rechercher une documentation
Publicationtrier par ordre décroissant Année

Amplitude de variation de la température au cours de la journée. Conséquences sur les performances du porc en croissance élevé à une température moyenne de 24°C

Consulter le resumé

L’influence de l’amplitude de variation nycthémérale de la température ambiante a été étudiée dans deux essais successifs portant chacun sur 192 porcs (mâles castrés et femelles croisés) entre 25 et 110 kg. Quatre traitements thermiques ont été mis en place: la température est maintenue constante à 24°C ou varie autour de cette valeur moyenne de ±1,5, ±3,0 ou ±4,5°C au cours de la journée. Les températures minimale et maximale sont atteintes respectivement à 7h00 et 19h00. La photopériode est fixée à 12 h de jour (entre 7h00 et 19h00).
PDF icon Amplitude de variation de la température au cours de la journée. Conséquences sur les performances du porc en croissance élevé à une température moyenne de 24°C
1999

Comparaison de quatre rations alimentaires pour porcelets sevrés à 28 jours : intérêt de l'utilisation de poudre de lactosérum et de maïs extrudé

Consulter le resumé

L’intérêt de l’utilisation de poudre de lactosérum acide et de maïs extrudé dans la ration de sevrage est testé sur une bande de 347 porcelets sevrés à 28 jours d’âge. Ces 2 matières premières sont incorporées de façon séparée puis simultanée, au taux unique de 20 % de la ration. L’aliment témoin est composé de blé en l’état, et d’huile de colza pour l’apport énergétique, de tourteau de soja et d’acides aminés de synthèse pour l’apport azoté.
PDF icon Comparaison de quatre rations alimentaires pour porcelets sevrés à 28 jours : intérêt de l'utilisation de poudre de lactosérum et de maïs extrudé
2004

Consommation résiduelle chez le porc en croissance alimenté à volonté. Méthode de calcul et variabilité génétique

Consulter le resumé

La consommation résiduelle journalière (CMJR) du porc en croissance se définit comme la différence entre la consommation observée et une consommation d’aliment « théorique », fonction des besoins estimés de l’animal pour l’entretien et la croissance. Les variations de la CMJR reflètent les différences d’efficacité pour la digestion et l’utilisation de l’énergie ingérée à niveau de performances comparable. La CMJR est supérieure de près de 70 g/jour dans les bandes d’hiver, sans doute en relation avec la dépense énergétique de thermorégulation.
PDF icon Consommation résiduelle chez le porc en croissance alimenté à volonté. Méthode de calcul et variabilité génétique
1999

Développement d’un prototype pour l’alimentation de précision du porc en croissance rationné

Consulter le resumé

Fiche n° 072 : facteurs de productivité des élevages

Dans la plupart des élevages de porcs, une alimentation par phases est mise en oeuvre.
Au cours de chaque phase, la quantité d’aliment allouée peut augmenter mais sa qualité reste stable.
Or, les besoins nutritionnels sont très variables entre porc à un jour ou un poids donné.
Le concept d’alimentation de précision implique la mise en oeuvre des connaissances disponibles sur l’estimation individuelle des besoins des porcs et d’un système (automate) capable d’alimenter individuellement le porc élevé en groupe.
Les systèmes déjà disponibles ont été développés en conditions d’alimentation à volonté.
Afin de fonctionner en mode de rationnement alimentaire, un nouveau dispositif prototype a été conçu en collaboration avec l’équipementier Asserva, testé à la station IFIP de Romillé (35).

PDF icon fiche_bilan2014_072.pdf
2015

Digestibilité vraie du phosphore de deux coproduits de bioéthanol issus de blé et d’un tourteau de colza : additivité chez le porc en croissance

Consulter le resumé

Poster.

La principale limite à l’incorporation du tourteau de colza dans les aliments porcs est la faible connaissance de la fraction indigestible de phosphore (P). Or, une seule référence (Skiba et al., 2000) est publiée sur les tourteaux d’origine française. Les coproduits de la production d’éthanol à partir du blé ont fait l’objet d’études poussées sur leurs caractéristiques nutritionnelles mais la digestibilité du P n’a pas été étudiée. Par ailleurs, ces coproduits peuvent se retrouver mélangés dans les aliments porcs avec d’autres matières premières et le principe d’additivité, retenu habituellement pour la formulation des régimes complets, mérite d'être vérifié. L’objectif de cet essai est donc double : mesurer la digestibilité du phosphore d’un lot de tourteau de colza et de deux coproduits de bioéthanol de blé, puis évaluer l’additivité de ce critère dans un mélange comprenant ces deux coproduits.

True phosphorus digestibility of two ethanol byproducts from wheat and one rapeseed meal: additivity in growing pigs

Controlling phosphorus (P) releases is an important environmental issue for swine production. Feed remains the most interesting way to limit its excretion by pigs. The use of biofuel by‐products is increasing in France, but neither their P digestibility, nor their additivity when both are mixed in a feed are well known. The P true faecal digestibility (dvP) and its retention coefficient (crP) were measured for two bioethanol by‐products (CPB1 and CPB2), for a biodiesel by‐product (TC), included at 25% and for a mixture of 12.5% CPB1 and 12.5% of TC (CPB1/TC). These raw materials were included in semisynthetic diets and P digestibility was measured in five pigs per treatment for 5 days of collection after 14 days of adaptation. The dvP of CPB1 and CPB2 were high (50.4 and 53.1%) and similar (P > 0.05), but the P urinary losses were high, probably due to low dietary calcium concentration. As a consequence, the crP were very low in both CPB (28.7 and 34.3%). The TC had dvP (33.1%) and crP (32.3%) that were very close. The association of CPB1 and TC led to an intermediary dvP (43.7%), significantly different from the ones of TC and CPB1 (P < 0.001). This result is consistent with the hypothesis of the additivity of dvP. The crP was improved (P < 0.01) in the CPB1/TC (38.4%) compared to the others, probably by balancing the calcium to digestible P ratio.

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2015

Digestibilité vraie du phosphore de deux coproduits de bioéthanol issus de blé et d’un tourteau de colza : additivité chez le porc en croissance

Consulter le resumé

Poster.

La principale limite à l’incorporation du tourteau de colza dans les aliments porcs est la faible connaissance de la fraction indigestible de phosphore (P). Or, une seule référence (Skiba et al., 2000) est publiée sur les tourteaux d’origine française. Les coproduits de la production d’éthanol à partir du blé ont fait l’objet d’études poussées sur leurs caractéristiques nutritionnelles mais la digestibilité du P n’a pas été étudiée. Par ailleurs, ces coproduits peuvent se retrouver mélangés dans les aliments porcs avec d’autres matières premières et le principe d’additivité, retenu habituellement pour la formulation des régimes complets, mérite d'être vérifié. L’objectif de cet essai est donc double : mesurer la digestibilité du phosphore d’un lot de tourteau de colza et de deux coproduits de bioéthanol de blé, puis évaluer l’additivité de ce critère dans un mélange comprenant ces deux coproduits.

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2015

Digestibilité vraie du phosphore de tourteaux de colza métropolitains et effet de l’ajout de phytase chez le porc en croissance

Consulter le resumé

Marina Vilariño et al., 48es Journées Recherches Porcines (FRA), 2-3 février 2016, Paris, p. 97-102

FR

Le tourteau de colza métropolitain (TC) est de plus en plus utilisé pour l’alimentation des porcs mais la digestibilité du phosphore (P) est peu connue, ce qui peut être un frein à son incorporation en cas de sous-estimation. Deux essais ont permis de mesurer la digestibilité fécale apparente (daP) et vraie (dvP) et le coefficient de rétention du phosphore (crP), de quatre TC d’origines différentes (essai 1), et l’effet de doses croissantes (0, 250, 500, 750 et 1000 FTU/kg) d’une phytase microbienne sur les deux lots extrêmes (essai 2). Parmi quatre lots de TC (essai 1), un seul présente une dvP de 33 % (valeur comparable à la daP des tables INRA-AFZ, 2004), alors que celle des trois autres est supérieure à 45 %. Sur deux de ces lots (essai 2), la dvP est corrélée positivement à l’ajout de phytase dans l’aliment avec toutefois un palier (500 FTU/kg) à partir duquel l’efficacité de la phytase est moindre. Néanmoins, les dvP des aliments sans phytase (26,4 % et 25,1 %) sont inférieures à celles mesurées dans l’essai 1 six mois plus tôt avec les mêmes lots (45,6 et 33,1 %). Ce dernier résultat inattendu a donné lieu à un troisième essai, dans lequel les dvP ont été de 15,3 % et 25,2 % respectivement, confirmant une dégradation importante de la digestibilité de l’un des deux lots. L’ensemble de ces résultats montre que la teneur en phosphore digestible peut être variable d’un lot à l’autre, et confirme l’efficacité de la phytase sur ce substrat. L’hypothèse de dégradation de la digestibilité du phosphore avec la durée de conservation mérite d’être étudiée de manière plus approfondie.

ENG

True digestibility of phosphorus in metropolitan French rapeseed meals and effect of phytase addition in growing pigs

Rapeseed meal (TC) is more and more used in pig feed but phosphorus (P) digestibility is not well known. This lack of knowledge could be an obstacle to its incorporation in case P digestibility is underestimated. Two trials were carried out to measure the apparent (daP) and true (dvP) total tract phosphorus digestibility and the coefficient of phosphorus retention (crP) of four TC from different origins (trial 1) and a dose response trial (0, 250, 500, 750 and 1000 FTU/kg) with one microbial phytase on the two extreme TC batches (trial 2). Among 4 batches of TC (trial 1), only one has a dvP of 33% (near of the reference value daP in INRA-AFZ Tables, 2004), whereas the dvP is higher than 45% for the others. On two batches (trial 2), the dvP is positively correlated with the phytase addition in feed but a limit exists (500 FTU/kg) beyond which phytase efficacy is lower. In trial 1, the dvP of feed without phytase (26.4% and 25.1%) are lower than the corresponding values measured six months before in the same TC batches (45.6% and 33.1%). This unexpected last result leads to a third trial in which the dvP are of 15.3% and 25.2%, confirming high phosphorus digestibility degradation in one batch. These results show that the digestible phosphorus content may be variable from one batch to another, and confirm the phytase efficacy on this substrate. The hypothesis of phosphorus digestibility degradation with the length of storage needs further investigation.

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2016

Diurnally variation of ambient temperature around 24 or 28°C : influence on performance and feeding behaviour of growing pigs

Consulter le resumé

The influence of variation of ambient temperature (T) on growth performance was studied in three successive experiments, involving each 192 crossbred gilts and barrows. The T was either kept constant or fluctuated over the day by ± 1.5, ± 3 or ± 4.5°C around 24 or 28°C. Artificial light was provided between 0700 and 1900. Growth performance were lower at 28 than at 24°C whichever the range of variation of T. At the mean T of 24°C, the highest average daily gain (ADG) was obtained when the diurnally variation of T was ± 1.5°C (903 vs.
2000

Effects of the trypsin inhibitor concentration in pig fattening diets on performance, health and carcass parameters

Consulter le resumé

Poster.

Protease inhibitors form complexes with trypsin and chymotrypsin, leading to a lower protein digestibility. However, pig tolerance for moderate dietary levels needs more assessment. Raw soybeans of three varieties (Baya, Isidor and Ecudor) differing in trypsin inhibitor content were substituted to extruded soybeans on a weight basis, to compare increasing concentrations of trypsin inhibitors in fattening diets averaging 0.8, 1.4, 2.1, 3.2 and 3.4 trypsin inhibitor units (TIU)/mg in Exp.1, and 0.8, 1.7, 2.1, 2.6, 4.4 and 5.3 TIU/mg in Exp.2. A total of 310 (LWxLd)xPP pigs (29.4 ±2.5 kg) were fed ad libitum up to 2.65 kg/d for females and 2.85 kg/d for barrows. No diarrhoea was observed and individual faecal scoring was similar among treatments. However, pen scoring showed a tendency for higher consistency in droppings with the 0.8 TIU diet at d 23 (P=0.08) and 30 (P=0.11) in Exp.1. During the growing period, feed intake was unaffected by treatments in Exp.1 but was decreased by 4.4 and 5.3 TIU diets in Exp.2 (P=0.03). Pigs offered 3.2 and 3.4 TIU/mg in Exp.1 had a decrease in daily gain by 11 and 13%, respectively (P=0.04), and an 8% increase in feed/gain (P<0.001). Similarly, 4.4 and 5.3 TIU diets affected daily gain (-15% and -9%, P=0.01) and feed/gain (+6% and +5%, P=0.02) in Exp.2. Nevertheless, performances were not significantly modified during the finishing period of both Exp.1 and Exp.2. Therefore, fattening pigs should not received more than 3.0 TIU/mg, although some compensatory mechanisms may occur over a length of time.

PDF icon Poster IFIP d'Eric Royer et al.
2015

Effects of the use of Pediococcus acidilactici in dry feed on fattening pig performance

Consulter le resumé

Poster.

Through colonization and lactic acid generation in liquid feed systems, Pediococcus acidilactici MA 18/5M (PA) can regulate the microbial ecosystems and secure hygiene of liquid feeds for pigs. An experiment was undertaken to assess the effects of Pediococcus acidilactici when used as a probiotic additive in dry feeds, on fattening performance, gut health and environmental parameters of growing-fi nishing pigs.

PDF icon poster de Eric Royer et al., 66th EAAP, Varsovie, Pologne, 31 août-04 septembre 2015
2015

Effet de l'amplitude de variation de la température ambiante au cours de la journée sur les performances du porc en croissance élévé à 20°C ou 28°C en moyenne

Consulter le resumé

Trois essais portant chacun sur 192 porcs entre 25 et 111 kg ont été mis en place. Quatre traitements thermiques ont été appliqués : la température est soit maintenue constante soit varie d’une amplitude de ±1,5; ±3,0 ou ±4,5 °C autour de la valeur moyenne fixée. Une expérimentation a porté sur la température ambiante moyenne de 28°C (température élevée) et deux essais ont été réalisés à 20 °C (température fraîche). Les températures minimales et maximales sont maintenues respectivement entre 5h00 et 9h00 et entre 17h00 et 21h00. La photopériode est fixée à 12 heures de jour (de 7h00 à 19h00).
PDF icon Effet de l'amplitude de variation de la température ambiante au cours de la journée sur les performances du porc en croissance élévé à 20°C ou 28°C en moyenne
2001

Effet de la température ambiante et de la vitesse d'air sur les performances du porc en croissance

Consulter le resumé

Depuis dix ans, l'Institut Technique du Porc (ITP) a entrepris une série d'expérimentations afin de caractériser les effets de l'ambiance sur le porc en croissance finition. En 1996, Robert Granier faisait un premier bilan des essais menés à la station ITP de Villefranche de Rouergue.
PDF icon Effet de la température ambiante et de la vitesse d'air sur les performances du porc en croissance
2003

Effet du tourteau de colza enrichi en protéine, des conditions de granulation et de l’incorporation d’enzymes sur les performances zootechniques du porc en croissance

Consulter le resumé

Diego Melo (IRTA, Espagne) et al., 53es Journée de la Recherche Porcine (FRA), 2021, 1er, 2, 3 et 4 février 2021, p.193-198

L’intérêt pour le porc d’un tourteau de colza enrichi en protéines (PB), des conditions de granulation et de l’incorporation d’enzymes a été évalué dans deux essais de performances zootechniques et de digestibilité. Dans l’essai 1, six traitements alimentaires à base de tourteau de colza témoin ou enrichi en protéines par un procédé biologique (PB1) et incorporant ou non des enzymes (témoin, protéases et protéases plus NSPases) ont été utilisés. Dans l’essai 2, huit traitements correspondant à deux tourteaux de colza témoin ou enrichi en protéine par fractionnement (PB2), l’emploi de deux filières de granulation (4×40 et 4×60 mm), avec ou sans utilisation de vapeur ont été appliqués. Dans chaque essai, 144 porcs logés à deux par case ont été utilisés et des échantillons de fèces ont été récoltés afin de déterminer la digestibilité. La source de colza utilisée dans l’essai 1 n’a pas affecté la croissance, le PV ou la digestibilité (P > 0,05). Cependant, les porcs ayant reçu les régimes avec du colza PB1 ont consommé moins d’aliment (P < 0,01) et présentaient un meilleur indice de consommation (IC ; P < 0,01). L’utilisation d’enzymes n’a pas eu d’effet sur les performances ou la digestibilité (P > 0,05). Dans l’essai 2, le colza PB2, ainsi que la filière 4x60 mm ont amélioré la croissance, le poids vif (PV) final (P < 0,01) et l’IC (P < 0,05). L’utilisation de vapeur a entrainé une réduction de l’ingéré (P < 0,05) conduisant à une amélioration de l’IC (P < 0,001). En général, la digestibilité des nutriments dans cet essai dépend de la source de colza (P < 0,001). En conclusion, le tourteau de colza enrichi en protéines, que ce soit par un procédé biologique ou par fractionnement, pourrait présenter un intérêt majeur pour l’alimentation du porc.

Influence of high-protein rapeseed meal, feed pelleting conditions and exogenous enzymes on growth performance and nutrient digestibility of pigs

A process was developed to increase the protein content of rapeseed meal (RSM), which is more attractive for animal feeding in the European Union (EU), and the aim of the present study was to investigate the influence of RSM in combination with enzyme supplementation or pelleting conditions (die size and steam) of the growing pig´s diet on productive parameters and nutrient digestibility. In trial 1, a 2×3 factorial design with 6 diets that contained conventional (35% CP) or high-protein (40% CP) RSM combined with supplementation with proteases or proteases plus NSPases enzymes was used. In trial 2, a 2×2×2 factorial design that resulted from combining two RSM, two pelleting dies (4×40 or 4×60 mm), with or without steam, was used. In both trials, 144 growing pigs, allocated at two/pen, were used. Trials lasted 6 weeks, and faeces were collected to determine digestibility. Body weight gain was not influenced by the diet (NS) in trial 1. However, feed conversion ratio (FCR) improved (P < 0.01), as did fat and phosphorus digestibility, which increased (P<0.01) in pigs fed high-protein RSM diets. Enzyme inclusion did not influence productive or digestibility (P˃0.05) parameters. In trial 2, pig weight gain and FCR improved with both high-protein RSM and the long die (4x60 mm). The use of steam also improved FCR but did not influence weight gain. Digestibility of the main nutrient components was improved by high protein RSM, while die size did not influence it. In conclusion, high-protein RSM improves the feed efficiency of growing pigs, and using it can help reduce EU protein imports for animal feeding.

2021

Impact de la distribution de luzerne enrubannée sur les performances des porcs en croissance

Consulter le resumé

51es Journées de la Recherche Porcine, 5 et 6 février 2019, Paris, p. 115-116, par Stéphane Ferchaud (INRA) et al., poster

Poster. 

En élevage biologique, l’amélioration de l’autonomie protéique des exploitations constitue un enjeu important (Frürh, 2014). La recherche de nouvelles ressources protéiques est encore plus exacerbée qu’en production conventionnelle. De plus, la réglementation (Art 19 RCE 889/2008) pour la production de porcs biologiques impose l’apport de fourrages grossiers aux animaux. Dans ce contexte, cet essai a été conçu de manière à évaluer si un apport de légumineuses fourragères sous forme de fourrage grossier pourrait permettre de diminuer la quantité d’aliment distribuée à des porcs en engraissement. La luzerne présente l’intérêt d’être riche en protéines et d’être utilisée en tête de rotation dans les exploitations biologiques.
Les objectifs de cette étude sont d’évaluer la capacité des porcs en engraissement à consommer la luzerne enrubannée (LE), et de mesurer si cette consommation permettrait de réduire les impacts d’un rationnement alimentaire sur les performances zootechniques et les caractéristiques des carcasses obtenues.

Effect of feeding alfalfa hay on growing pig performance

Improving protein autonomy is a major challenge in organic pig production. According to organic specifications, pigs should have access to fodder (roughage, fresh, dried) or silage. The objective of this study was to evaluate consequences of feeding alfalfa hay on growth and carcass performances. A total of 120 pigs were used in two consecutive trials of 60 pigs. Pigs were group-housed (six pigs/pen). Five treatments were compared. The control group (T) and the R0 LE group were fed ad libitum with a commercial grower feed. The R10 LE, R15 LE and R22 LE groups were restrictively fed at 10%, 15% and 22% of ad libitum, respectively, compared to the T and R0 LE groups. Alfalfa hay was provided ad libitum to the R0 LE, R10 LE, R15 LE and R22 LE groups. Pig growth in the T and R10 LE groups did not differ significantly (949 and 937 g/d, respectively), but the average daily gain of those in the R15 LE and R22 LE groups was significantly lower (855 and 804 g/d, respectively, P < 0.01). Pigs in the R0 LE group had significantly higher growth than those in the T group (1014 vs. 949 g/d; P < 0.01). The lean meat content of pigs in the R15 LE and R22 LE groups was improved compared to those in the T group (61.3% vs. 60.1%, respectively, P < 0.001). This observation is useful for the production of leaner carcasses without increasing competition among pigs when they are rationed. The use of alfalfa hay as feedstuff for pigs seems possible, in compensation for a small restriction (10%) in concentrated feed.

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2019

Impact de la vaccination des porcelets vis-à-vis du PCV2 sur les performances des porcs en croissance

Consulter le resumé

Fiche n° 069 : facteurs de productivité des élevages

Le PCV2 a été responsable de la Maladie d’Amaigrissement du Porcelet dans les années 1995 à 2005, pour évoluer ensuite vers des formes subcliniques.
La vaccination, largement utilisée pour lutter contre les maladies associées au PCV2, a montré son efficacité sur la mortalité, les lésions, la virémie et la croissance, en particulier dans des élevages présentant une expression clinique de la maladie.
Concernant son effet sur l’indice de consommation, très peu d’essais sont disponibles.
De même, dans le cas de formes subcliniques, l’impact de la vaccination sur les performances de croissance est peu investigué.

PDF icon fiche_bilan2014_069.pdf
2015

Impact de la vaccination des porcelets vis‐à‐vis du PCV‐2 sur les performances des porcs en croissance dans un contexte d’infection subclinique

Consulter le resumé

Le PCV‐2 a été responsable de la Maladie d’Amaigrissement du Porcelet dans les années 1995 à 2005, pour évoluer ensuite vers des formes subcliniques. La vaccination, largement utilisée pour lutter contre les maladies associées au PCV‐2, a montré son efficacité sur la mortalité, les lésions, la virémie et la croissance. Concernant son effet sur l’indice de consommation, très peu d’essais contrôlés randomisés sont disponibles. L’impact de la vaccination des porcelets sur les performances des porcs en engraissement en lien avec la circulation du virus est étudié. L’essai est réalisé en contemporain sur une bande de porcs d’une station expérimentale, avec une circulation démontrée du PCV‐2 en engraissement et une vaccination des truies vis‐à-vis du PCV‐2. A 6 semaines d’âge, 168 porcelets, soit 84 paires de porcelets, un porcelet vacciné PCV‐2 et l’autre recevant un placebo (sérum physiologique) sont constitués selon le sexe, le poids avant vaccination, le rang de portée et la taille de portée de la mère. Les performances individuelles de croissance, de consommation en engraissement (GMQ, IC) et de carcasse ont été étudiées ainsi que les signes cliniques, les mortalités et les lésions respiratoires. La circulation du PCV‐2 est suivie par cinétique des anticorps. La circulation du PCV‐2 dans les deux groupes (vacciné et placebo) est confirmée. L’indice de consommation en engraissement des animaux vaccinés est significativement amélioré. Les autres paramètres étudiés ne diffèrent pas entre les deux groupes.

Impact of piglet PCV2 vaccination on pig fattening performances in a farm subclinically infected

From 1995 to 2005, PCV2 was involved in PMWS (Post Weaning Multisystemic Syndrome). After 2005, the clinical expression changed with the emergence of subclinical forms. PCV2 vaccination was largely used as an efficient tool against mortality, lesions, viremia and for the improvement of growth. Nevertheless, limited data are available on Feed Conversion Ratio (FCR). In this study we tested the efficacy of PCV2 piglet vaccination in addition to sow vaccination on growth performance and feed conversion ratio in the fattening period in a farm with a PCV2 circulation. All piglets included in the study belong to the same batch; they were born from PCV2  vaccinated sows. At 6 weeks of age, 168 piglets, meaning 84 pairs of piglets, one vaccinated and one placebo (with physiological serum) were allocated according to sex, weight before vaccination, parity and the size of the litter. Individual growth performance: FCR, Average Daily Weight Gain (ADWG) and slaughterhouse data were registered. Furthermore, clinical score, mortality and lung lesions were also registered individually. Both groups (vaccinated and placebo) were challenged by a natural circulation of PCV2 (evidenced by PCV2 antibody seroconversion). Piglet vaccination significantly improved the FCR during the fattening period. The other results were not significantly different.

PDF icon jrp2015-sante_animale-correge-1.pdf
2015

Influence d'une alimentation avec une teneur accrue en fibres sur le microbiote intestinal du porc en croissance

Consulter le resumé

Vanille Déru (Inrae/France Génétique Porc) et al., 53es Journée de la Recherche Porcine (FRA), 2021, 1er, 2, 3 et 4 février 2021, poster

Poster.

Pour réduire le coût  : alimentaire  : nourrir les porcs avec des coproduits des industries agroalimentaires (teneur (teneur accrue en fibres)
La composition du microbiote intestinal est est-elle différente selon que les porcs sont nourris avec un régime conventionnel ou fibreux ?

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2021

Influence de l'élévation de la température ambiante et du poids vif sur le comportement alimentaire des porcs en croissance élévés en groupe

Consulter le resumé

Le comportement alimentaire individuel de porcs en croissance issus d'un croisement Piétrain x Large White est étudié à partir de groupes de 3 ou 4 porcs à deux stades de croissance (S1 et S2) correspondant respectivement à des poids moyens de 49 et 75 kg. Pendant chaque stade, les porcs sont soumis à des températures variant par paliers de 19 à 29°C et de 29 à 19°C; la température est maintenue constante pendant 3 ou 4 jours consécutifs aux paliers suivants: 19, 22, 25, 27 ou 29°C.
PDF icon Influence de l'élévation de la température ambiante et du poids vif sur le comportement alimentaire des porcs en croissance élévés en groupe
1998

Influence de l’intensité des lésions de pneumonie sur les performances des porcs en croissance

Consulter le resumé

Poster

FR

Les affections respiratoires, en particulier la pneumonie, restent très présentes chez les porcs en croissance malgré le développement de programmes vaccinaux (Leneveu et al., 2005). Elles affectent les performances techniques (réduction de la vitesse de croissance et hausse de la mortalité ; Aubry et al., 2010) et elles contribuent à une part importante de l’utilisation des antibiotiques en engraissement (Hémonic et al., 2014). La notation selon la surface des lésions de pneumonie observées est une méthode reconnue et fréquemment utilisée pour estimer l’importance des problèmes respiratoires affectant un animal. L’objectif de cette étude est d’évaluer la relation entre la sévérité de la pneumonie notée à l’abattoir et les performances individuelles des porcs en croissance, notamment l’indice de consommation.

ENG

Impact of intensity of pneumonia lesions on performances of growing pigs

Respiratory diseases, including pneumonia, affect the pig’s technical performances with a decrease in growth performance and an increase in mortality and contribute to a large proportion of antibiotic use during fattening.
The objective of this study was to assess the relationship between severity of pneumonia scored at the slaughterhouse and the individual growth performances of pigs.
A total of 168 pigs from Ifip’s experimental farrow-to-finish farm were used. The diagnosis of Mycoplasma hyopneumoniae was made by serological testing. Piglets were vaccinated against Mycoplasma hyopneumoniae at 10 days of age. The animals of this farm have a mean level of pneumonia lesions in the low to medium range (prevalence and surface of lesions). Individual feed conversion ratio (FCR), Average Daily Weight Gain (ADWG) and slaughterhouse data were registered. The pneumonia lesions were scored with the French standard method (score 0 to 28). Pig with extensive pneumonia lesions (score ≥ 6) had, during fattening, no significant decrease in ADG (-18 g / day) but significant deterioration in FCR (-0.17) which costs more than 3 euros per pig.

PDF icon Isabelle Corrégé et Anne Hémonic, 48es Journées de la Recherche Porcine (FRA), 2-3 février 2016, p. 359-360, poster
2016

Influence des lésions de pneumonie sur les performances des porcs en croissance

Consulter le resumé

Poster.

La pneumonie, encore très présente, affecte les performances techniques et contribue à une part importante de l’utilisation des antibiotiques en
engraissement. Cette étude évalue la relation entre la sévérité de la pneumonie notée à l’abattoir et les performances individuelles des porcs en
croissance, notamment l’indice de consommation.

PDF icon poster ifip d'Isabelle Corrégé et Anne Hémonic, 48es JRP, 2-3 février 2016, Paris
2016

Pages