La base documentaire de l'IFIP

La base documentaire de l'IFIP : des centaines de documents à télécharger ou bien à commander.

Résultats 1 à 20 de 23 résultats
Rechercher une documentation
Publicationtrier par ordre décroissant Année

Baisse des achats des ménages en porc frais et charcuterie

Consulter le resumé

Vincent Legendre, Réussir Porc - Tech Porc (FRA), 2018, n° 256, février-mars, p. 12-13

En France, les achats de porc frais sont particulièrement touchés. La part de ménages acheteurs diminue tout comme leur fréquence d'achat. La charcuterie subit elle aussi un recul depuis 2015.

PDF icon Vincent Legendre, Réussir Porc - Tech Porc (FRA), 2018, n° 256, février-mars, p. 12-13
2018

Caractéristiques de la consommation des produits issus du porc : une comparaison des données du panel TNS avec celles de l’enquête « Budget de famille » de l’INSEE

Consulter le resumé

Une analyse des achats de produits issus du porc par les ménages est menée en utilisant deux sources de données : le panel « produits frais » de TNS et l’enquête « Budget de famille » (Bdf) de l’INSEE, avec pour objectif de confronter les résultats obtenus.

PDF icon Caractéristiques de la consommation des produits issus du porc : une comparaison des données du panel TNS avec celles de l’enquête « Budget de famille » de l’INSEE
2010

Consommation 2007 : bonne année pour le porc

Consulter le resumé

Avec une progression des quantités achetées de 1,4% pour le porc frais et 2,3% pour la charcuterie, l’année 2007 a été favorable à la consommation des produits du porc. Les hypermarchés et surtout le hard discount ont renforcé leurs parts de marché. L’agglomération parisienne conserve un niveau de consommation nettement plus faible que les autres régions.
PDF icon Consommation 2007 : bonne année pour le porc
2008

Consommation de porc en 2018. Des achats des ménages encore en berne

Consulter le resumé

Vincent Legendre, Baromètre Porc (FRA), n° 495, synthèse du mois, mars, p. 8

En 2018, les achats des ménages de porc frais et de charcuterie baissent de nouveau. La place des produits carnés dans l’alimentation des français poursuit toutefois sa mutation, avec l’essor des produits élaborés et le dynamisme de la Consommation Hors Foyer.

PDF icon Vincent Legendre, Baromètre Porc (FRA), n° 495, synthèse du mois, mars, p. 8
2019

Consommation de porc en France

Consulter le resumé

Valérie Diot, Bilan 2019, éditions IFIP, mai 2020, p. 43

L’IFIP réalise, depuis plusieurs années, un suivi de la consommation sur les catégories porc frais et charcuterie en France. L’analyse est effectuée à partir de données issues du panel consommateurs Kantar. Il s’agit d’un suivi conjoncturel des achats des ménages sur les circuits du A Domicile (généralistes et spécialisés). Par ailleurs et dans le contexte de la mise en place du volet promotion de la loi Egalim et des nouvelles règles du jeu qui régissent les rapports entre transformateurs et distributeurs, l’étude porte également sur le suivi d’indicateurs de la pression promotionnelle sur les marchés de GMS du A Domicile. Celui-ci s’effectue à partir d’une base de données de produits retraitant les promotions en prospectus et e-commerce compilées par la société A3 Distrib du groupe Nielsen. Enfin, au regard du transfert de consommation continu des marchés du A Domicile au profit du Hors Domicile et de l’augmentation de la part des solutions produits élaborées à dimension service (plats cuisinés, sandwiches, salades, etc.), les déterminants à l’origine des comportements des consommateurs et la structuration des acteurs de la distribution et leur incidence pour la filière sont étudiés.

PDF icon Valérie Diot, Bilan 2019, éditions IFIP, mai 2020, p. 43
2020

Consommation de porc en France : encore une année difficile

Consulter le resumé

Vincent Legendre, bilan 2017, éditions IFIP, mai 2018, p. 58

Afin d’appréhender au mieux la place des produits du porc sur les marchés de consommation finale, l’IFIP réalise un suivi chiffré de la consommation de porc frais et de charcuterie à différents stades d’observation.
Les données du panel Kantar Worldpanel permettent un suivi conjoncturel des achats des ménages, dans les circuits de la grande distribution et alternatifs.
L’IFIP traite également des données permettant un suivi régulier des promotions sur les produits de porc, compilées par la société A3 Distrib. Par ailleurs, une analyse sur la consommation de viande « dans l’assiette » a été conduite à partir des résultats de l’enquête CCAF (Comportement et Consommations Alimentaires en France) du Crédoc. Ce dispositif suit la consommation réelle des individus.

PDF icon Vincent Legendre, bilan 2017, éditions IFIP, mai 2018, p. 58, fiche n° 27
2018

Consommation de porc frais et transformé en France

Consulter le resumé

Vincent Legendre, bilan 2018, éditions IFIP, avril 2019, p. 36

L’IFIP réalise, depuis plusieurs années, un suivi de la consommation de produits de porc en France. L’analyse concerne les données du panel Kantar (suivi conjoncturel des achats de porc frais et de charcuterie des ménages, dans les circuits de la grande distribution et alternatifs). Au vu de l’évolution des modes d’alimentation, de plus en plus portés vers des produits élaborés et des lieux de consommation qui se diversifient, il apparaît essentiel d’évaluer, en complément du panel, la part de viande consommée hors domicile et dans des produits élaborés (plats cuisinés, sandwiches, salades...).
L’IFIP traite des données permettant un suivi régulier des promotions sur les produits de porc compilées par la société A3 Distrib.

PDF icon Vincent Legendre, bilan 2018, éditions IFIP, avril 2019, p. 36
2019

Consommation des produits de porc

Consulter le resumé

Fiche n° 1 : Economie de la filière

Le Pôle Economie de l’IFIP réalise un suivi régulier de la consommation et des consommateurs de produits de porc : situation du porc frais et de la charcuterie relativement aux autres espèces, place dans les circuits de commercialisation, profil et comportement d’achat des ménages, etc. L’analyse s’appuie notamment sur les données du panel Kantar Worldpanel.

L’évolution de la consommation des ménages est synthétisée dans un Tableau de bord mensuel, a destination de l’interprofession et des fédérations professionnelles de la filière.

Des comparaisons internationales sont aussi régulièrement réalisées, afin de situer l’évolution de la consommation en France dans un contexte plus large, a la lumière de la situation dans les bassins de consommation voisins. L’analyse de la consommation et des caractéristiques sociologiques des consommateurs a en outre été exploitée dans le cadre d’une étude sur les possibilités de valorisation de la longe de porc.

PDF icon fiche_bilan2013_01.pdf
2014

Consommation et consommateurs en 2013 : Nouveaux circuits et disparités régionales

Consulter le resumé

En 2013, la consommation de porc frais (morceaux bruts, hors élaborés) a légèrement reculé par rapport à 2012 (-0,2%), tandis que la charcuterie progressait de 1,2%, principalement grâce aux produits à la coupe.
Des évolutions marquées ont eu lieu cette année entre les circuits de distribution, alors que les disparités de consommation subsistent entre les principales régions.

PDF icon 2014bpn444.pdf
2014

Consommation et distribution de porc en France

Consulter le resumé

Valérie Diot, Bilan d'activité 2020, éditions Ifip, mai 2021, p. 37

L’IFIP réalise, depuis plusieurs années, un suivi de la consommation de porc frais et charcuteries en France. L’analyse est effectuée à partir des données d’achat des ménages du panel Kantar sur les circuits de la consommation à domicile. Dans le contexte de la crise de la Covid-19, un suivi spécifique hebdomadaire des ventes de charcuterie libre-service (LS) en grandes surfaces alimentaires (GSA) et e-commerce a été réalisé à partir du panel de distributeurs Nielsen. Par ailleurs, avec la mise en place du volet promotion de la loi Egalim et des nouvelles règles du jeu entre transformateurs et distributeurs, les promotions font l’objet d’une analyse au travers d’indicateurs d’activité et de pression promotionnelle. Celui-ci est conduit à partir de la base de données des promotions sur prospectus et e-commerce A3 Distrib qui couvre la grande distribution et la distribution spécialisée. Enfin, la structuration des acteurs de la distribution notamment au travers de l’e-commerce et leur incidence pour la filière, est observée.

PDF icon Valérie Diot, Bilan d'activité 2020, éditions Ifip, mai 2021, p. 37
2021

Differenciation du porc frais par la segmentation des produits : pistes de developpement innovantes

Consulter le resumé

Poster.

En France, la consommation de porc frais a reculé de près de 5% entre 2012 et 2013. Les produits finis proposés aux consommateurs sont encore peu différenciés. à la demande de la filière porcine, un diagnostic sur la demande (caractéristiques de la consommation, profils des consommateurs…) et sur l’offre de porc frais a été conduit par l’IFIP et le cabinet de conseil Vitamines afin de proposer des concepts de valorisation susceptibles de redynamiser le marché.

PDF icon legendre2014jsmtv.pdf
2014

Differenciation du porc frais par la segmentation des produits : pistes de developpement innovantes

Consulter le resumé

En France, la consommation de porc frais a reculé de près de 5% entre 2012 et 2013. Les produits finis proposés aux consommateurs sont encore peu différenciés. Quatre catégories de produits de porc bruts issus de la longe - les côtés, rôtis, escalopes et filets mignons - couvrent près de deux-tiers de tonnages totaux de porc frais consommés en 2013 (d'après Kantar Worldpanel - FranceAgriMer). Par ailleurs, la majeure partie de l'offre de produits élaborés de porc frais (environ 15% des tonnages totaux) est constituée des morceaux demi-sel, assez peu adaptés aux nouveaux modes de consommation. A la demande de la filière porcine, un diagnostic sur la demande (caractéristiques de la consommation, profils des consommateurs...) et sur l'offre de porc frais a été conduit par l'IFIP et le cabinet de conseil Vitamines afin de proposer des concepts de valorisation susceptibles de redynamiser le marché.

Differenciation on the fresh pork market by segmenting the products : innovative concepts

Fresh pork consumption in France is decreasing, while products suffer from a lack of differenciation. A study was carried out to assess the current situation of fresh pork and to suggest innovative product concepts, in order to revitalize the fresh pork market. Marketing tools and data from the Kantar Worldpanel consumers panel were used to analyze pork consumption and the main characteristics of the products. Comparisons were made with rival products, such as chicken cuts and beef minced meat. The diagnosis leads to four innovative concepts.

PDF icon legendre2014jsmtv2.pdf
2014

Impact du niveau du prix de détail sur la consommation de porc frais des ménages

Consulter le resumé

Fiche n° 012 : économie de la filière et consommation

Le prix occupe une place prépondérante dans le choix des consommateurs, d’autant plus lorsque ils sont soumis à des incertitudes économiques qui pèsent sur leur pouvoir d’achat.
Par ailleurs, face à des prix des matières premières agricoles variables avec des périodes de forte hausse, quels sont les effets de la répercussion même partielle des hausses jusqu’aux prix de détail ?

Un modèle appliqué aux données du panel Kantar a été construit pour estimer l’impact d’un écart du prix de détail du porc frais sur les quantités achetées. Il mesure l’élasticité-prix (évolution des volumes achetés pour une variation de prix de 1%) et évalue les reports potentiels vers d’autres produits.

PDF icon fiche_bilan2014_012.pdf
2015

Impact d’un écart des prix de détail du porc frais sur les achats des ménages : approche économétrique

Consulter le resumé

Le prix occupe une place prépondérante dans les choix des consommateurs. Une analyse mettant en œuvre un modèle de demande de type Logit, appliqué à des données détaillées issues du panel Kantar Worldpanel, a été conduite pour mieux comprendre l’impact d’un écart du prix de détail du porc frais sur la consommation. Le modèle permet d’estimer quel aurait été l’impact d’un prix plus élevé sur les quantités achetées par les ménages, en mesurant des élasticités‐prix et en évaluant la structure des reports de consommation potentiels. Dans un premier temps, l’étude a été conduite sur plusieurs morceaux de porc frais dans différents circuits de distribution. Les élasticités‐prix s’échelonnent entre ‐3,4 et ‐5,6% selon les combinaisons « morceau x circuit » testées. Elles sont plus fortes en hard discount et dans les circuits traditionnels (boucheries artisanales, marchés). Les reports de consommation varient selon les circuits mais s’orientent en grande partie vers d’autres produits carnés que le porc frais. Dans un second temps, l’ensemble « porc frais » a été analysé parmi différentes catégories de produits carnés issues des viandes de boucherie, volaille, charcuterie, poisson, produits traiteur… L’ensemble du porc frais a une élasticité‐prix propre de ‐1,3, parmi les plus faibles des catégories définies. En cas de prix plus élevé, les reports depuis le porc frais s’orientent principalement vers les produits traiteur, les œufs et d’autres produits de porc dont le jambon cuit.

Impact of a difference in the retail price of fresh pork on household purchases: an econometric approach

Price is one the main drivers of consumer choices. In order to evaluate the impact on consumption of a difference in the retail price of fresh pork, a logit demand model was estimated using purchase data from the household panel Kantar Worldpanel. This model allowed us to estimate price elasticities of demand, which provided the impact on purchased quantities of different fresh meat products when the price of a meat product was higher. The study was first carried out considering several cuts of fresh pork in different distribution channels. Price elasticities ranged from ‐3.4 to ‐5.6% depending on the different “cut of meat x distribution channel” combinations. They were larger for products sold in hard‐discount and traditional outlets (butcher’s shops, markets). The consumption substitutions varied according to the distribution channels but were mainly directed towards other meat products than fresh pork. In a second phase, the demand for “fresh pork” was analyzed by taking explicitly into account possible substitutions with various categories of meat products (butcher’s meat, poultry, deli meats, fish, etc.). The estimate of the own price elasticity of fresh pork was ‐1.3, among the lowest in the chosen meat categories. When the price increased, the substitutions for fresh pork were mainly directed towards ready meals, eggs and other pork products including cooked ham.

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2015

La consommation de porc en pleine mutation Le « moins mais mieux » à l’oeuvre ?

Consulter le resumé

Vincent Legendre, Bilan 2016, éditions IFIP, mai 2017, 26-27

Parce que la consommation est, en quantité et en qualité, de plus en plus déterminante de l’avenir des filières, l’IFIP suit attentivement son évolution. Il analyse les données du panel Kantar Worldpanel qui permettent un suivi conjoncturel des achats des ménages, en volume et en prix, mais aussi de la part des circuits de commercialisation, en grande distribution (hypermarchés, supermarchés, Enseignes à Dominante Marque Propre, nouvelle dénomination du hard discount, Libre-service de proximité) et dans les autres circuits (boucheries-charcuteries, spécialistes du frais, marchés, vente directe, commerce en ligne…). L’IFIP traite désormais des données permettant un suivi régulier de « l’intensité promotionnelle » (présence de produits en promotion dans les circuits) sur les produits de porc frais. Elles sont compilées par la société A3 Distrib à partir des prospectus promotionnels édités par les distributeurs.
On y trouve les dates de l’opération, l’enseigne concernée et le pourcentage de magasins participant, le nom du produit et sa marque (le cas échéant), le type de promotion, le prix au kg, etc. Enfin, une analyse sociologique des controverses sur la consommation a été entreprise.
Réalisé dans le cadre du RMT « Economie des filières animales » en collaboration avec des sociologues, ce travail porte sur l’ensemble des viandes.
Par ailleurs, de nombreuses études, des sondages, des articles de presse rendent compte des tendances de la consommation et de la distribution.
Ce tour d’horizon est complété par le suivi de ce qui se passe dans d’autres pays.

PDF icon Vincent Legendre, Bilan 2016, mai 2017, p. 26-27, fiche n° 01
2017

La consommation française de porc encore en berne en 2018

Consulter le resumé

Vincent Legendre, Réussir Porc- Tech Porc (FRA), 2019, n° 266, février-mars, p. 8-9

Les achats des ménages de porc frais et de charcuterie ont baissé de nouveau l’an passé.
La place des produits carnés dans l’alimentation poursuit sa mutation, avec l’essor des produits élaborés.

PDF icon Vincent Legendre, Réussir Porc-Tech Porc (FRA), 2019, n° 266, février-mars, p. 8-9
2019

Les consommateurs de porc frais et de charcuterie : qui sont-ils ? Eclairage sociologique

Consulter le resumé

Les différentes catégories socioprofessionnelles de la population française ont des comportements de consommation différents pour les produits porcins. Les classes de population qui consomment le plus de viande de porc sont en particulier les ménages aux revenus les plus faibles et les ruraux. Plus un ménage est aisé, moins il consomme de porc frais et de charcuterie mais plus le prix moyen de ses achats augmente. Les jeunes ménages sont nettement moins consommateurs de porc frais et de charcuterie que les classes plus âgées.
PDF icon Les consommateurs de porc frais et de charcuterie : qui sont-ils ? Eclairage sociologique
2008

Les déterminants de la consommation de porc en France : effets économiques, attentes et perceptions des consommateurs

Consulter le resumé

L’étude des phénomènes qui influencent la consommation de viande de porc fraîche et transformée est riche et complexe. Elle nécessite de croiser des données de nature différente (quantitatives et qualitatives) issues de disciplines multiples, dont l’interprétation n’est pas toujours aisée.
PDF icon Les déterminants de la consommation de porc en France : effets économiques, attentes et perceptions des consommateurs
2008

Plus de valeur par l’innovation produits et la montée en gamme

Consulter le resumé

Etat des lieux, Vincent Legendre, économiste à l’Ifip

PDF icon intervention journée IFIP pour la filière porcine
2016

Prix et marges dans la filière porcine : premiers résultats de l’Observatoire

Consulter le resumé

Face aux interrogations sur le partage des résultats à l’aval de la filière porcine, un Observatoire a été mis en place voilà quelques mois par le gouvernement. Il a identifié les sources de prix les plus représentatives et estimé la répartition des marges brutes pour le porc frais et le jambon. Il conclut toutefois qu’il faut améliorer l’information sur les prix pour se rapprocher de la réalité. De plus, l’évolution des marges brutes ne peut s’apprécier qu’en comparaison aux charges qu’elles doivent rémunérer. Là aussi, beaucoup reste à faire.
PDF icon Prix et marges dans la filière porcine : premiers résultats de l’Observatoire
2009

Pages