La base documentaire de l'IFIP

La base documentaire de l'IFIP : des centaines de documents à télécharger ou bien à commander.

Résultats 1 à 15 de 15 résultats
Rechercher une documentation
Publication Annéetrier par ordre croissant

Les producteurs européens de porcs lourds en démarche qualité, sont-ils prêts à abandonner la castration ?

Consulter le resumé

Patrick Chevillon, Tech Porc (FRA), 2017, n° 36, juillet-août, p. 38-39

L’étude Castrum, financée par l’Union européenne, a fait le point sur la définition d’un porc lourd et a consulté les producteurs et les filières qualités engagés dans la production de porcs lourds sur leur opinion quant aux alternatives possibles à l’arrêt de la castration chirurgicale : production de mâles entiers ou vaccination Improvac.

PDF icon Patrick Chevillon, Tech Porc (FRA), 2017, n° 36, juillet-août, p. 38-39
2017

Qualité sensorielle de la viande de porc : incidence de l'âge à l'abattage et de l'utilisation de Duroc pour la production Label Rouge ou porcs lourds. Intérêt d'une maturation de la longe

Consulter le resumé

Cette étude évalue l'influence combinée d'une augmentation de l'âge à l'abattage et d'une modification du type génétique, sur la qualité technologique et sensorielle, sur la composition chimique et la tendreté de la viande fraîche ainsi que sur l'aptitude à la transformation en jambons cuits Label Rouge et secs de qualité. Une approche des coûts de production selon l'âge à l'abattage complète cette étude.
PDF icon Qualité sensorielle de la viande de porc : incidence de l'âge à l'abattage et de l'utilisation de Duroc pour la production Label Rouge ou porcs lourds. Intérêt d'une maturation de la longe
2010

Qualité sensorielle de la viande de porc : incidence de l'âge à l'abattage et de l'utilisation de Duroc pour la production Label Rouge ou porcs lourds. Intérêt d'une maturation de la longe

Consulter le resumé

Cette étude évalue l'influence combinée d'une augmentation de l'âge à l'abattage et d'une modification du type génétique, sur la qualité technologique et sensorielle, sur la composition chimique et la tendreté de la viande fraîche ainsi que sur l'aptitude à la transformation en jambons cuits label rouge et secs de qualité. Une approche des coûts de production selon l'âge à l'abattage complète cette étude. D'un point de vue de l'amélioration de la qualité sensorielle de la viande fraîche, les porcs issus d'un verrat Duroc sont intéressants pour un produit démarqué et un public averti.
PDF icon Qualité sensorielle de la viande de porc : incidence de l'âge à l'abattage et de l'utilisation de Duroc pour la production Label Rouge ou porcs lourds. Intérêt d'une maturation de la longe
2009

Différenciation de la qualité sensorielle de la viande fraîche : incidence de l'âge à l'abattage et de l'utilisation de lignées Duroc pour la production sous Label Rouge ou porcs lourds. Intérêt d'une maturation post-mortem de la longe

Consulter le resumé

Les acteurs de la filière Porc Label Rouge souhaitent davantage différencier leurs produits par leur qualité organoleptique. Cette filière a suivi un fort développement pour répondre à l’obligation en avril 2007 d’élaborer les charcuteries sous Label Rouge uniquement à partir de porcs issus de la filière Label Rouge.

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2008

Filières porcs lourds et porcs légers : caractéristiques et débouchés.

Consulter le resumé

L’éleveur ne dirigera sa production vers des porcs plus lourds ou plus légers que s’il peut dégager une plus-value par rapport à une production standard.
PDF icon Filières porcs lourds et porcs légers : caractéristiques et débouchés.
2007

Filières porcs lourds et porcs légers : caractéristiques et débouchés

Consulter le resumé

La filière porcine s'interroge sur l'optimum du poids d'abattage pour la meilleure valorisation économique de la carcasse. Les éleveurs ont-ils un intérêt économique à réduire ou à augmenter la durée de la phase d'engraissement ?
PDF icon Filières porcs lourds et porcs légers : caractéristiques et débouchés
2007

Filières porcs lourds et porcs légers : caractéristiques et débouchés

Consulter le resumé

Le poids d’abattage des porcs est très variable en Europe et tend à augmenter dans la plupart des pays, la France se situant à un niveau intermédiaire. Des valorisations différentes des pièces sont ainsi trouvées selon le poids des carcasses, mais aussi selon le contexte national et les habitudes alimentaires. Des productions de porcs lourds se développent en outre depuis quelques années en France.

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2005

Au-delà de 130 kg de poids vif, maintien des performances

Consulter le resumé

2004

La production de porcs lourds en Italie

Consulter le resumé

La production de porcs lourds traditionnelle, représente environ 7,5 millions de porcs produits par an. La valorisation des jambons représente à elle seule 50 % de la valeur totale de la carcasse, le reste étant valorisé en charcuterie. Le prix de base de la rémunération des éleveurs est fixé chaque semaine et correspond à un prix de base classe R, pour un poids vif de 160 kg. A ce prix de base, s’ajoutent des plus-values fixées pour l’année par un contrat signé entre l’éleveur et l’abattoir.
PDF icon La production de porcs lourds en Italie
2004

Y a-t-il un intérêt économique à alourdir les carcasses ?

Consulter le resumé

Alourdir davantage les porcs en production conventionnelle ne présente pas aujourd’hui d’intérêt économique majeur, d’autant plus que les cours sont bas et que le prix de l’aliment est en hausse.

Seule l'utilisation de grilles de rémunération adaptées et de primes spécifiques peut permettre de compenser

les surcoûts de l'alourdissement et de dégager une marge notable pour l'éleveur.
PDF icon Y a-t-il un intérêt économique à alourdir les carcasses ?
2004

Comparaison des performances de porcs abattus à 110 kg ou au-delà de 140 kg

Consulter le resumé

Deux essais sont conduits dans les stations expérimentales de l’ITP (essai 1) et des EDE-Chambres d’agriculture de Bretagne (essai 2) afin de quantifier les performances de croissance de mâles castrés et femelles élevés en groupe après 14 (lot S : standard) ou 20 (lot L : lourd) semaines d’engraissement. Les mâles castrés sont alimentés à volonté jusqu’a 70 kg de poids vif (PV), puis ils reçoivent 2,7 kg/j/porc d’aliment jusqu’à 110 kg et 2,9 kg/j/porc ensuite.
PDF icon Comparaison des performances de porcs abattus à 110 kg ou au-delà de 140 kg
2004

Fabrication du jambon de Parme ou de San Daniele - Cahier des charges pour la production de porcs lourds

Consulter le resumé

Afin d’obtenir des produits de qualité supérieure, la production du porc lourd italien est soumise à des règles fixées par un consortium. Ainsi, les porcs sont abattus au poids vif de 160 kg pour un âge minimum de 9 mois. Ils sont issus essentiellement des races Large White et Landrace italiens, utilisées en pures ou en croisements, sélectionnées sur la base de critères spécifiques.

PDF icon Fabrication du jambon de Parme ou de San Daniele - Cahier des charges pour la production de porcs lourds
2004

Porcs lourds, qualité de viande et aptitude à la transformation en jambon cuit

Consulter le resumé

2 essais ont été conduits dans 2 stations pour quantifier les performances de croissance de mâles castrés et de femelles élevés en groupe avec 2 durées d’engraissement : production de porcs standards, (14 semaines) ou lourds (20 semaines). Les caractéristiques des carcasses sont évaluées par les composantes de la Teneur en Viande Maigre (épaisseurs de gras et de muscle), la qualité de viande par la mesure du pH1 et du pHu.
PDF icon Porcs lourds, qualité de viande et aptitude à la transformation en jambon cuit
2004

Conduites alimentaires appliquées par les éleveurs de porcs lourds en France

Consulter le resumé

Un tiers des éleveurs enquêtés, produisant plus de 40 % de leurs porcs à un poids de carcasse supérieur à 90 kg, alimente ces animaux à volonté. Un aliment unique est utilisé dans la moitié des élevages bretons et de Rhône-Alpes et dans la totalité des élevages de Midi-Pyrénées. La plupart des éleveurs achètent tout ou partie de l’aliment, le granulé reste prépondérant. Plus de la moitié des exploitations dispose d’une alimentation en soupe, mais en Midi-Pyrénées, le recours à des nourrisseurs est le plus fréquent.
PDF icon Conduites alimentaires appliquées par les éleveurs de porcs lourds en France
2004

Les porcs alternatifs : intérêt d'un diversification vers des porcs fermiers, biologiques, labels & lourds

Consulter le resumé

Intérêt d’une diversification vers des porcs fermiers, biologiques, labels et lourds.

PDF icon rap_porc alternatifs_1995 30,00 €
1995