La base documentaire de l'IFIP

La base documentaire de l'IFIP : des centaines de documents à télécharger ou bien à commander.

Résultats 41 à 60 de 66 résultats
Rechercher une documentation
Publication Annéetrier par ordre croissant

Les producteurs européens de porcs lourds en démarche qualité, sont-ils prêts à abandonner la castration ?

Consulter le resumé

Patrick Chevillon, Tech Porc (FRA), 2017, n° 36, juillet-août, p. 38-39

L’étude Castrum, financée par l’Union européenne, a fait le point sur la définition d’un porc lourd et a consulté les producteurs et les filières qualités engagés dans la production de porcs lourds sur leur opinion quant aux alternatives possibles à l’arrêt de la castration chirurgicale : production de mâles entiers ou vaccination Improvac.

PDF icon Patrick Chevillon, Tech Porc (FRA), 2017, n° 36, juillet-août, p. 38-39
2017

Prédire la qualité des viandes : mythe ou réalité ?

Consulter le resumé

Cécile Berri et al., 16es Journées Sciences du Muscle et Technologies des Viandes, 21-22 novembre 2016, Paris, France, visuel d'intervention

Cette revue (voir Viandes & Produits carnés (FRA), novembre 2016,14 pages) a pour objectif de faire un point sur les avancées récentes obtenues dans le domaine de la prédiction de la qualité des viandes.

Elle aborde différentes démarches menées au sein des principales filières de production pour développer des équations puis des outils prédictifs basés sur différents types de marqueurs biologiques (génomiques ou phénotypiques) ou physiques (spectroscopiques). Au travers des différents exemples présentés, il apparaît que l’identification de marqueurs biologiques se confronte au déterminisme complexe des paramètres de qualité qui rend encore difficile la mise au point de tests moléculaires génériques utilisables sur le terrain. Toutefois, les avancées ont été notables ces dernières années bénéficiant des récents développements technologiques en génomique, protéomique et métabolomique. Les premières équations de prédiction de la qualité sensorielle et du potentiel technologique des viandes laissent entrevoir des possibilités d’applications dans les années à venir. Concernant la spectroscopie, les principaux résultats ont été obtenus dans le domaine de la Spectroscopie Proche Infrarouge (SPIR) avec des développements aboutis pour prédire la composition et la valeur nutritionnelle des viandes. La prédiction du potentiel technologique des viandes à l’aide de cette méthode et surtout de la qualité sensorielle est en revanche plus difficile. Enfin, l’exemple du modèle phénotypique MSA (« Meat Standards Australia ») de prévision de la qualité sensorielle de la viande bovine basée sur une combinaison de données d’amont et d’aval et dont la plus-value pour la filière a été démontrée en Australie, présente une généricité qui a déjà été éprouvée dans plusieurs pays.

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2017

Prédire la qualité des viandes : mythe ou réalité ?

Consulter le resumé

Cécile Berri et al., Viandes & Produits carnés (FRA), novembre 2016,14 pages

Etat des lieux des avancées récentes réalisées dans le domaine de la prédiction des qualités des viandes ; réflexion sur les perspectives d’application

Cette revue a pour objectif de faire un point sur les avancées récentes obtenues dans le domaine de la prédiction de la qualité des viandes.
Elle aborde différentes démarches menées au sein des principales filières de production pour développer des équations puis des outils prédictifs basés sur différents types de marqueurs biologiques (génomiques ou phénotypiques) ou physiques (spectroscopiques). Au travers des différents exemples présentés, il apparaît que l’identification de marqueurs biologiques se confronte au déterminisme complexe des paramètres de qualité qui rend encore difficile la mise au point de tests moléculaires génériques utilisables sur le terrain. Toutefois, les avancées ont été notables ces dernières années bénéficiant des récents développements technologiques en génomique, protéomique et métabolomique. Les premières équations de prédiction de la qualité sensorielle et du potentiel technologique des viandes laissent entrevoir des possibilités d’applications dans les années à venir. Concernant la spectroscopie, les principaux résultats ont été obtenus dans le domaine de la Spectroscopie Proche Infrarouge (SPIR) avec des développements aboutis pour prédire la composition et la valeur nutritionnelle des viandes. La prédiction du potentiel technologique des viandes à l’aide de cette méthode et surtout de la qualité sensorielle est en revanche plus difficile. Enfin, l’exemple du modèle phénotypique MSA (« Meat Standards Australia ») de prévision de la qualité sensorielle de la viande bovine basée sur une combinaison de données d’amont et d’aval et dont la plus-value pour la filière a été démontrée en Australie, présente une généricité qui a déjà été éprouvée dans plusieurs pays.

ENG

Predicting quality of meats: myth or reality?

This review was aimed at providing an overview of recent advancements obtained in the field of meat quality prediction. The different methods used in the production sectors for the development of equations and the tools used based on different types of biological markers (genomic or phenotypic) or physical (spectroscopy) are discussed. Through the different examples that are presented, it appears that the identification of biological markers is confronted with the complex determinism of quality parameters. This makes the development of generic molecular tests to be used on the field even more difficult. However, in recent years, progress has been made, benefitting from genomics, proteomics and metabolomics technological developments. The first equations that predict the sensorial quality and the technological potential of meat hint to possible applications in the near future. Concerning spectroscopy, the main results were obtained using Near Infrared Spectroscopy (NIR) with developments obtained for the prediction of the composition and nutritional value of meats. The prediction of the technological potential of meats using this method and mainly the sensorial quality is, however, more difficult. Finally, the example of the MSA (« Meat Standards Australia ») phenotypic model which predicts the sensorial quality of bovine meat based on a combination of upstream and downstream data and whose added-value for the sector has been identified in Australia, presents a genericness that has already been proven in several countries.

2016

Development of high throughput methods to predict pork quality at industrial scale

Consulter le resumé

Abstract.

This project aimed at providing new precocious and non-invasive predictors of pork quality usable in abattoirs, in order to orientate use of carcasses and cuts and optimize their economic value. For this purpose, the project included development, testing and validation of various methods under industrial conditions on both purebred and crossbred pigs. Usual meat quality traits (ultimate pH, colour, drip loss) were available on the Longissimus muscle (LM) from 2,679 carcasses. In addition, Magnetic Resonance Imaging (MRI) technology was used to estimate the LM intramuscular fat (IMF) content and marbling. Image analysis method was automated to improve measurement rate (70 samples scanned per hour) and ensure data traceability. This automatic image processing was validated on a large scale (2,679 samples). MRI was also used to study the representativeness of IMF content determined at the 13th rib to assess average IMF of the whole LM (38 entire loins scanned). Results showed high repeatability and good predictive ability of LM average IMF content with determination at the 13th rib level (R²=0.88). Near Infrared Spectroscopy (NIRS) was used to predict the LM cooking yield. NIRS measurements were recorded on 157 fresh loins, of which 98 were individually processed to estimate cooking and slicing yields and structural defects. NIRS technology could predict slicing losses caused by paste-like and cohesion defects on processed loin slices. Finally, the expression level of 22 genes previously identified as quality biomarkers was quantified on LM samples taken early after slaughter on the same 157 carcasses to validate these biomarkers differentiating 3 pork quality categories: low, acceptable and extra technological and sensory quality levels.

PDF icon 66th EAAP, Varsovie, Pologne, 31 août-04 septembre 2015
2015

Programmes de recherche en biologie moléculaire et en génomique

Consulter le resumé

Fiche n° 057 : progrès génétiques

La sélection des animaux s’appuie de plus en plus sur des données moléculaires et de génomique.
C’est pourquoi l’IFIP anime l’association BIOPORC dont l’objectif est de conduire des programmes de recherche en génomique répondant aux attentes des organisations de sélection porcine (OSP).
Les OSP ADN, CHOICE GENETICS FRANCE, GENE+ et NUCLEUS et l’IFIP sont membres de BIOPORC.
L’action est prioritairement conduite auprès des OSP, mais les thématiques abordées dans ces programmes répondent à des préoccupations sociétales et des éleveurs (odeur de mâle entier, sensibilité au sevrage …), et des attentes de l’aval de la filière (qualité des viandes).

PDF icon fiche_bilan2014_057.pdf
2015

Etude bibliographique du lien entre l’alimentation du porc en engraissement et qualité de viande

Consulter le resumé

Fiche n° 053 : gestion et amélioration des qualités technologiques des produits

La composition de la ration est reconnue de manière consensuelle pour ne modifier la qualité technologique musculaire de la viande que dans une proportion très marginale.
Les modifications de capacité de rétention en eau, de couleur et de structure musculaire trouvent une grande partie de leur origine au niveau de la régulation du métabolisme du glycogène dans la période qui débute entre la préparation à l’abattage (durée de mise à jeun, transport, repos à l’abattoir) et la découpe des carcasses (type d’anesthésie, cinétique de réfrigération).
Cependant, avec l‘augmentation récente et rapide de l’utilisation de génétiques porcine à croissance rapide et à fort développement musculaire, la stabilité de la structure musculaire devient un sujet préoccupant, ce qui pose la question de la stabilité oxydative des protéines, domaine potentiellement influencé par le régime alimentaire.

PDF icon fiche_bilan2014_053.pdf
2015

Enquête d’évaluation de la déstructuration des jambons de plusieurs origines géographiques au stade de la transformation

Consulter le resumé

Pierre Le Strat et Antoine Vautier, rapport d'études, juin 2015, 18 pages

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2015

Effets d’une complémentation en sélénium et en vitamine E sur les performances de croissance et la qualité de viande de porc

Consulter le resumé

Poster.

La stabilité des acides gras est un composant de la qualité de la viande pouvant générer des défauts lors de la transformation. Le risque est plus
marqué lors d’un enrichissement en acides gras polyinsaturés de type oméga 3, réalisé dans le but d’améliorer la qualité nutritionnelle des produits.
Supplémenter l’aliment en antioxydants permet de limiter l’oxydation de ces lipides sensibles. La vitamine E est l’antioxydant le plus utilisé, mais
son coût est prohibitif. D’autres pistes doivent donc être explorées tel que l’apport en sélénium (Se), sous forme minérale ou organique, celle-ci
étant réputée mieux retenue par les muscles.

PDF icon jrp2015-qualite-monziols-poster.pdf
2015

Effets d’une complémentation en sélénium et en vitamine E sur les performances de croissance et la qualité de la viande de porc

Consulter le resumé

Poster.

Un des aspects de la qualité de viande pouvant générer certains défauts lors sa transformation (cuisson ménagère, cuisson industrielle, séchage) concerne la stabilité des acides gras (AG). En effet, certains procédés de transformation favorisent la péroxydation des AG polyinsaturés. Dans une problématique d’enrichissement en AG oméga 3 (ω3), le maintien jusqu’au produit consommé du niveau de ces AG dans la viande constitue une priorité pour les opérateurs faisant appel à une allégation nutritionnelle. Ce type de communication doit en effet « se référer à la denrée alimentaire prête à être consommée selon les instructions du fabricant » (règlement CE 1924/2006), donc après stockage et cuisson. Des solutions existent toutefois pour prévenir la péroxydation, la plus étudiée consistant à supplémenter l'aliment distribué aux animaux en fin d’engraissement avec des antioxydants de synthèse, tels que la vitamine E. Cependant, cette dernière engendre un surcoût alimentaire important et le recours à d'autres antioxydants, moins onéreux, est envisagé. Le sélénium (Se) est un oligo‐élément connu pour ses vertus anti oxydantes. Il est généralement présent sous forme minérale dans l’alimentation des porcs (i.e., sélénite de sodium), mais ses formes organiques semblent être mieux absorbées, notamment au niveau musculaire, ce qui pourrait avoir des effets bénéfiques sur la qualité de la viande.

Effect of an organic selenium supplementation on growth performance and meat quality in pigs

Fatty acid stability can alter the quality of processed pig meat. Growth performance and meat quality of pigs fed with diets containing either a source of ω3 fatty acids (extruded linseed) or not (control), and supplemented with one of three different antioxidant compounds (organic selenium, mineral selenium, or mineral selenium + vitamin E) were compared in a trial including a total of 240 animals. Omega 3 supplementation increased average feed intake and growth rate, but did not influence feed conversion ratio or carcass leanness. The antioxidant compound did not affect growth performance or carcass traits. No significant effect was observed on meat quality traits (pH, color, drip loss). As expected, incorporation of extruded linseed in the diet influenced the backfat fatty acid (FA) composition by increasing the ω3 fatty acid proportion. Lipid peroxidation was limited in control groups whatever the antioxidant compound. Vitamin E had highly reduced lipid peroxidation level in the ω3 supplemented groups compared to mineral selenium supplementation alone, even though peroxidation level remained higher with vitamin E in ω3 supplemented groups, than in control groups. Finally, there was no effect of ω3 supplementation or antioxidant compound on the processing yields of cooked ham.

PDF icon Poster JRP de Mathieu Monziols et al.
2015

Meat quality mapping of the loin : pH vs NIR spectroscopy to predict the cooking yield

Consulter le resumé

Cooked loins for self service shelves is a recent use for pork loins that are traditionally intended to the fresh meat market. Therefore, the prediction of the meat quality for a processing purpose is still poorly documented. A previous study revealed a close relationship between the cooking yield of the loin and its ultimate pH and described strong problems of slicing. The aim of this work is to explore other meat quality predictors such as visible+NIR spectroscopy and conductance, and to study the texture problems occurring during the slicing of cooked loins. The ultimate pH of the Longissimus shows good correlation level with the cooking yield whatever the measurement site (from r=0.60 to r=0.69), but conductance can’t be considered as a meat quality predictor in this study. External validation results for visible+NIR spectroscopy prediction of the cooking yield (r=0.65) let us consider this technique as a reliable alternative to ultimate pH for cooking yield prediction, but only if applied at the caudal end of the Longissimus. The “paste-like” defect location is specific of both cranial and caudal end of the loin, and is not linked with the halothane genotype.

PDF icon vautier2014icomst.pdf
2014

Amélioration génétique de la qualité de la viande

Consulter le resumé

Fiche n° 44 : Progrès génétiques

La qualité de la viande est variable et difficilement prédictible, bien que plusieurs facteurs de variation de la qualité soient bien connus (gènes à effets majeurs, conditions d’ajeûnement, de transport et d’abattage des animaux…).

Plusieurs projets sont en cours a l’IFIP pour mettre à disposition des organismes de sélection porcine (OSP) et des industriels (abatteurs et transformateurs) de nouveaux outils d’évaluation de la qualité de la viande.

PDF icon fiche_bilan2013_44.pdf
2014

Qualité technologique des viandes : objectivation des besoins des transformateurs

Consulter le resumé

Fiche n° 39 : Amélioration des qualités technologiques des viandes

L’objectivisation de la qualité technologique de la viande est un enjeu important pour la définition des besoins des transformateurs vers l’amont de la filière mais aussi pour l’orientation des viandes vers les transformations les mieux adaptées.

La qualification technologique de la viande de porc est aujourd’hui très orientée vers le marché du jambon cuit supérieur et de la viande fraîche (pH, couleur et caractère exsudatif).

Cette étude a pour objectif de préciser les besoins technologiques des professionnels sur le maigre et sur le gras pour 3 types de transformations (saucisson sec, jambon sec, rôti cuit), de faire état des méthodes de contrôles utilisées sur site et des outils disponibles pour mieux qualifier la qualité des viandes.

L’étude s’est déroulée en 2 étapes :

Une enquête sur le terrain auprès de 12 entreprises

• Une campagne d’analyses et de mesures afin d’évaluer la possibilité d’objectiver certains critères d’évaluation des viandes à réception.

PDF icon fiche_bilan2013_39.pdf
2014

Polymorphismes du gène RN : effets sur la qualité de la viande

Consulter le resumé

Poster. Estimer l’effet d’haplotypes du gène RN sur la qualité de la viande dans des populations françaises.

PDF icon jrp2014-genetique-mercat-poster.pdf
2014

Influence de la composition du groupe en engraissement (mixte ou unisexe) et du nombre de départs à l’abattoir sur le comportement et les performances des porcs et le risque d’odeurs des viandes de mâles entiers

Consulter le resumé

Dans un essai portant sur deux bandes de 120 porcs en engraissement, trois compositions de groupe (M : 10 mâles ; F : 10 femelles ; MF : 5 mâles et 5 femelles) et deux modalités de départ à l’abattoir par case (1D : 1 départ, 2D : 2 départs) ont été étudiées dans un dispositif factoriel 3x2. Dans les cases 2D, les quatre porcs les plus lourds (deux mâles et deux femelles pour les cases MF) sont abattus 2 semaines avant le reste de la case. Des notations de lésions et de boiterie sont effectuées avant le premier abattage (A1), 1 et 2 semaines plus tard. Le comportement et les postures des animaux sont relevés par scan sampling, sur une durée de 2h30, 5 semaines avant A1, puis une fois par semaine jusqu’à la fin de l’engraissement. Les animaux des cases M et MF sont identifiés et filmés à deux reprises entre 7h00 et 19h00 avant et après A1 pour quantifier les comportements agressifs et sexuels. Les teneurs en scatol et androsténone sont dosées dans le gras dorsal de l’ensemble des mâles. La mixité n’a pas d’effet sur les interactions sociales négatives mais réduit la fréquence des comportements sexuels (P < 0,01), en relation avec un effectif moindre de porcs mâles présents dans la case. Elle permet une réduction des lésions, en particulier après détassage (P < 0,05), et une moindre teneur en androsténone (P < 0,05), mais freine la croissance des animaux (P < 0,001). Le fractionnement des départs semble par contre entraîner une augmentation de la teneur en scatol dans le gras (P < 0,01).

PDF icon jrp2014-beareproconduite-courboulay.pdf
2014

Estimation de l'effet de polymorphismes dans le gène RN sur la qualité de la viande

Consulter le resumé

Poster.

La mutation RN‐ (R200Q) du gène RN (PRKAG3) est connue pour ses effets majeurs sur la qualité de la viande : augmentation du potentiel glycolytique, abaissement du pH ultime de la viande, associés à une baisse de rendement technologique (Milan et al., 2000). D’autres polymorphismes du gène RN sont connus, parmi lesquels ceux décrits par Ciobanu et al. (2001), dont les effets sont plus faibles que RN‐.

L’objectif de cette étude est d’estimer, dans des populations françaises, l’effet d’haplotypes du gène RN, définis avec ces autres polymorphismes, sur la qualité de la viande.

PDF icon Poster de Marie José Mercat et al.
2014

A genome-wide association study of production traits in a commercial population of Large White pigs: evidence of haplotypes affecting meat quality

Consulter le resumé

Background
Numerous quantitative trait loci (QTL) have been detected in pigs over the past 20?years using microsatellite markers. However, due to the low density of these markers, the accuracy of QTL location has generally been poor. Since 2009, the dense genome coverage provided by the Illumina PorcineSNP60 BeadChip has made it possible to more accurately map QTL using genome-wide association studies (GWAS). Our objective was to perform high-density GWAS in order to identify genomic regions and corresponding haplotypes associated with production traits in a French Large White population of pigs.

Methods
Animals (385 Large White pigs from 106 sires) were genotyped using the PorcineSNP60 BeadChip and evaluated for 19 traits related to feed intake, growth, carcass composition and meat quality. Of the 64 432 SNPs on the chip, 44 412 were used for GWAS with an animal mixed model that included a regression coefficient for the tested SNPs and a genomic kinship matrix. SNP haplotype effects in QTL regions were then tested for association with phenotypes following phase reconstruction based on the Sscrofa10.2 pig genome assembly.

Results
Twenty-three QTL regions were identified on autosomes and their effects ranged from 0.25 to 0.75 phenotypic standard deviation units for feed intake and feed efficiency (four QTL), carcass (12 QTL) and meat quality traits (seven QTL). The 10 most significant QTL regions had effects on carcass (chromosomes 7, 10, 16, 17 and 18) and meat quality traits (two regions on chromosome 1 and one region on chromosomes 8, 9 and 13). Thirteen of the 23 QTL regions had not been previously described. A haplotype block of 183?kb on chromosome 1 (six SNPs) was identified and displayed three distinct haplotypes with significant (0.0001?<?P?<?0.03) associations with all evaluated meat quality traits.

Conclusions
GWAS analyses with the PorcineSNP60 BeadChip enabled the detection of 23 QTL regions that affect feed consumption, carcass and meat quality traits in a LW population, of which 13 were novel QTL. The proportionally larger number of QTL found for meat quality traits suggests a specific opportunity for improving these traits in the pig by genomic selection.

2014

Le métabolome, un moyen pour trouver de nouveaux biomarqueurs ? Des profils métabolomiques pour faire de la prédiction de phénotypes chez le porc en croissance

Consulter le resumé

Cette étude visait à quantifier le pouvoir prédictif du métabolome sur des phénotypes de production dans la filière porcine. Des données métabolomiques ont été obtenues par Résonance Magnétique Nucléaire à partir d’une prise de sang réalisée pendant la période de croissance de l’animal. Selon le type de phénotype considéré, un spectre métabolomique peut être envisagé comme une source de biomarqueurs intéressants.
Ainsi, le taux de muscle des pièces de la carcasse a pu être correctement prédit à partir des mesures prises sur des prélèvements réalisés à environ 60 kg.

ENG

Metabolomics, a way to find new biomarkers?

This study was aimed at quantifying the predictive power of metabolomic data on production phenotypes in the pig. Metabolomic data
were obtained by Nuclear Magnetic Resonance from one blood sample during the growing period of the animals. Depending on the phenotype, a metabolomic spectrum can be envisioned as a source of suitable biomarkers. In particular, the lean meat percentage was correctly predicted from samples taken at around 60 kg.

2014

Nouvelle méthode de classement, nouveaux repères pour la conduite d’élevage

Consulter le resumé

Disparus les célèbres G2 et M2 du CGM. Place aux G3 et M3 de l'Image-Meater ! Oui mais quels repères alors ? Voici quelques clés de correspondance pour adapter la gestion de son élevage.

PDF icon techporc_daumas_n14_2013.pdf
2013

RN gene polymorphism effects in a family-based scheme in French purebred pig populations

Consulter le resumé

The study was based on performance recording (with 23 meat quality traits) in progeny testing station of half-sib families composed of 50 offspring (castrates and females) from purbred sires. The aim of this scheme was to estimate, in French purebred pig populations, the effect  of polymorphisms. Data will be presented for 1,740 genotyped anmals belonging to 4 groups of breeds : LW (3 Large-White type populations), LF (French Landrace), D (3 Duroc populations) and CH (4 Chinese-European lines). Eight polymorphisms in RN (PRKG3) gene were analyzed : R200Q, V1991, G52S, K131R, P134L, T30N, V41I, L53P. No polymorphism was found for R200Q and L53P. Six haplotypes were defined with the remaining mutations. Effect of haplotypes was estimated with MIXED procedure (SAS software) with sex and slaughter date as fixed effects, mother and father as random effects and carcass weight as covariate. Most significant results were observed for pHSM (semi-membraneous pH 24 h post mortem) and MQI (Meat Quality Index combining pHSM, Minolta L* and water holding capacity both on gluteus superficialis) in LW, LF, and D, for drip loss in LW and LF and for color traits (Minolta L*, a*, b*) in LW, LF and CH. Results will be illustrated focusing on 2 meat quality traits (MQI, and drip loss) and 2 haplotypes. Haplotypic frequencies estimated on parents are 26% and 10% in LW, 64% and 20% in LF, 40% and 47% in D and 12% and 21% in CH for haplotype 1 and 2 respectively. haplotype 1 is favorable for the 2 considered traits. Regarding combinations of haplotypes, 11 is significantly better than 16 in LW, LF and D and even more than 66 in D. Estimated effects between 11 and 16 are between 0.2 and 0.8 phenotpic standard deviation; the highest being observed in LW. In D, differences between 11 and 66 animals are estimated to be 0.9 phenotypic standard deviation for MQI.

PDF icon eaap_mercat.pdf
2013

RN gene polymorphism effects in a family-based scheme in French purebred pig populations

Consulter le resumé

The study was based on performance recording (with 23 meat quality traits) in progeny testing station of half-sib families composed of 50 offspring (castrates and females) from purbred sires. The aim of this scheme was to estimate, in French purebred pig populations, the effect  of polymorphisms. Data will be presented for 1,740 genotyped anmals belonging to 4 groups of breeds : LW (3 Large-White type populations), LF (French Landrace), D (3 Duroc populations) and CH (4 Chinese-European lines). Eight polymorphisms in RN (PRKG3) gene were analyzed : R200Q, V1991, G52S, K131R, P134L, T30N, V41I, L53P. No polymorphism was found for R200Q and L53P. Six haplotypes were defined with the remaining mutations. Effect of haplotypes was estimated with MIXED procedure (SAS software) with sex and slaughter date as fixed effects, mother and father as random effects and carcass weight as covariate. Most significant results were observed for pHSM (semi-membraneous pH 24 h post mortem) and MQI (Meat Quality Index combining pHSM, Minolta L* and water holding capacity both on gluteus superficialis) in LW, LF, and D, for drip loss in LW and LF and for color traits (Minolta L*, a*, b*) in LW, LF and CH. Results will be illustrated focusing on 2 meat quality traits (MQI, and drip loss) and 2 haplotypes. Haplotypic frequencies estimated on parents are 26% and 10% in LW, 64% and 20% in LF, 40% and 47% in D and 12% and 21% in CH for haplotype 1 and 2 respectively. haplotype 1 is favorable for the 2 considered traits. Regarding combinations of haplotypes, 11 is significantly better than 16 in LW, LF and D and even more than 66 in D. Estimated effects between 11 and 16 are between 0.2 and 0.8 phenotpic standard deviation; the highest being observed in LW. In D, differences between 11 and 66 animals are estimated to be 0.9 phenotypic standard deviation for MQI.

PDF icon eaap_mercat.pdf
2013

Pages