La base documentaire de l'IFIP

La base documentaire de l'IFIP : des centaines de documents à télécharger ou bien à commander.

Résultats 41 à 60 de 150 résultats
Rechercher une documentation
Publicationtrier par ordre décroissant Année

Eupig récompense les meilleures pratiques européennes

Consulter le resumé

Valérie Courboulay, Réussir Porc - Tech Porc (FRA), 2018, n° 256, février-mars, p. 44-45

Un grand prix est ouvert chaque année pour les filières porcines européennes désireuses de partager leurs meilleures pratiques sur quatre thématiques : la production porcine de précision, le bien-être animal, la qualité de la viande et le management de la santé.

PDF icon Valérie Courboulay, Réussir Porc - Tech Porc (FRA), 2018, n° 256, février-mars, p. 44-45
2018

Évaluation du bien-être des porcs à l’abattoir : du déchargement à la saignée, grille d’audit IFIP et bilan d’audits réalisés dans six abattoirs

Consulter le resumé

La Directive 93/119/CE relative à la protection des porcs en cours d’abattage est en cours de révision (prévue pour fin 2008 - début 2009). Les bases scientifiques de révision de cette nouvelle Directive est le rapport de l’EFSA "Welfare aspects of animal stunning and killing method" en date du 15 juin 2004 (question N°EFSA-Q-2003-093).

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2008

Evaluation du coût de la gestion des effluents dans différents types d'exploitations porcines

Consulter le resumé

Les bonnes pratiques et, dans certaines situations, les réglementations européennes et françaises, conduisent à limiter l’épandage des déjections animales sur les terres agricoles. Dans les zones à forte densité d’élevage, les techniques de traitement, dont l’objectif est de réduire principalement la charge azotée à l’hectare, peuvent ainsi être nécessaires. Ces pratiques de gestion des déjections conduisent à différents niveaux de coûts dépendant des situations réelles des élevages.
PDF icon Evaluation du coût de la gestion des effluents dans différents types d'exploitations porcines
2006

Evolution des modèles d'exploitations porcines en France depuis 2008 sous l'effet des contraintes économiques et réglementaires

Consulter le resumé

visuel d'intervention présenté par Christine Roguet, aux 3es Journées Tech Porc, « Actualités de la recherche-développement pour l’élevage porcin »,  session : économie de la filière, Quessoy, le 22 novembre 2016, 3 pages.

PDF icon Christine Roguet, 3es Journées Tech Porc, Quessoy (France), le 22 novembre 2016, 3 pages
2017

Evolution des modèles d'exploitations porcines en France sous l'effet des contraintes économiques et réglementaires depuis 2008

Consulter le resumé

Christine Roguet, 49es Journées de la Recherche Porcine, Paris, 31 janvier et 1er février 2017, p. 277-282

En 2006 et 2007, l’IFIP a réalisé un état des lieux des élevages de porcs en France et identifié des modèles d’avenir. Dix ans plus tard, nous avons souhaité décrire les évolutions qui se sont réellement produites dans les structures d’élevage, sous l’effet des changements réglementaires (mise aux normes gestantes, régime d’enregistrement, fin des ZES et des quotas laitiers) et d’une situation économique durablement tendue. L’évaluation a été quantitative (analyse des données des enquêtes du SSP et de la GTE) et qualitative (entretiens avec les responsables projets de 15 groupements de producteurs et 6 éleveurs, dans toute la France). Entre 2007 et 2013, le nombre d’élevages de plus de 50 truies (98 % du cheptel) est passé de 6 400 à 4 870 et leur taille moyenne de 183 à 215 truies. Ces moyennes recouvrent différentes trajectoires : disparition des sites de moins de 100 truies, qui ne sont pas repris, augmentation (40 % des détenteurs), diminution (10 %) ou stabilité (50 %) de la taille... Plus en détail, les investissements en élevage ces dernières années, jugés raisonnés et structurants, bien que très insuffisants par les groupements, ont eu pour objectif d’accroître l’autonomie de l’exploitation en capacités d’engraissement et en foncier, quitte à réduire le nombre de truies. Entre cette recherche d’autonomie et les incertitudes sur la reprise des élevages des papy-boomers, entre les limites environnementales en Bretagne et le manque de candidats à l’installation ailleurs, la baisse du cheptel porcin semble vouée à perdurer, voire à s’accélérer dans certaines régions. Deux questions se posent : (1) qui investira dans la production ? (2) la différenciation de la production suffira-t-elle à compenser en valeur la perte de volume ?

ENG

Changes in models of pig farms in France under the effect of economic and regulatory constraints since 2008

In 2006 and 2007, IFIP made an assessment of the situation of pig farm buildings in France and identified some models for the future. Ten years later, we wanted to describe the changes that actually occurred in pig farms as a result of regulatory changes (complying with welfare standards, registration system, end of “ZES” and of milk quotas) and of a difficult economic situation. The evaluation was quantitative (analysis of survey data from the SSP and GTE) and qualitative (interviews with managers from 15 producer groups and 6 pig farmers throughout France). Between 2007 and 2013, the number of farms with over 50 sows (98% of herds) declined from 6 400 to 4 870 and the average size increased from 183 to 215 sows. The overall situation, however, conceals different paths: the disappearance of sites with less than 100 sows that do not find a buyer, the increase (40% of the farmers), the decrease (10%) or the stability (50%) of the size... The investments in farms in recent years are considered by producer groups as reasoned and structuring, although far too low. They have aimed to increase farm autonomy regarding fattening capacities and land (manure spreading and home feed mixing), even though this may reduce the number of sows. Between this search for autonomy and the uncertainties surrounding the takeover of the baby-boomers’ farms, between environmental limits in Britain and the lack of candidates for setting up elsewhere, the decline of the pig population seems destined to continue, even faster in some areas. Two questions arise: (1) Who will invest in production? (2) Will pig production differentiation be enough to offset volume loss by value?

PDF icon Christine Roguet, 49es Journées de la Recherche Porcine, Paris, 31 janvier et 1er février 2017, p. 277-282
2017

Exploitations porcines, conditionnalité des aides

Consulter le resumé

Face à l'élargissement de l'UE et aux négociations de l'OMC, la PAC a été réformée en profondeur en juin 2003 (accord du Luxembourg). Les aides directes attribuées aux agriculteurs sont désormais découplées de l'action de production.

Elles sont de plus liées au respect de directives européennes et au maintien des terres en bon état agronomique. Cette

"conditionnalité" des aides couvrant l'ensemble de l'exploitation, la production porcine est donc concernée.
PDF icon Exploitations porcines, conditionnalité des aides
2005

Facteurs de croissance et produits alternatifs en alimentation porcine : réglementation, modes d'action et conséquences technico-économiques

Consulter le resumé

Les antibiotiques sont non seulement utilisés en élevage dans un but thérapeutique mais également incorporés à faible dose dans l'aliment avec un but strictement zootechnique d'amélioration des performances. Les mécanismes d'action de ces facteurs de croissance antibiotiques sont encore incomplètement élucidés mais il est clair qu'ils permettent, par le biais de la flore intestinale, d'amoindrir les effets négatifs dus aux déséquilibres rencontrés lors de certaines périodes critiques d'élevage.

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2002

Ganado porcino : ¿ qué práticas de bioseguridad e higiene se llevan a cabo en Francia ? (y II) Quelles sont les pratiques de biosécurité et d’hygiène en élevages de porcs ?

Consulter le resumé

En la segunda parte de este artículo se expone el resto de resultados de la rencuesta realizada por el IFIP sobre las medidas de bioseguridad que implantan los ganaderos de porcino de algunas regiones francesas.

2010

Gestion de la coupe de la queue par l’éleveur

Consulter le resumé

Fiche n° 075 : préservation du bien-être animal

La coupe de la queue des porcelets est une pratique encadrée par la réglementation (directive 2008/ 120/CE). C’est une intervention souvent nécessaire pour limiter les risques de cannibalisme en post sevrage ou en engraissement. Elle ne peut être pratiquée que si les morsures de queue persistent malgré la mise en place de mesures correctives permettant de limiter le risque. C’est une pratique douloureuse, au même titre que d’autres interventions en élevage. Des fiches techniques ont été élaborées afin de sensibiliser les éleveurs et les intervenants en élevage à la douleur des animaux et aux moyens de la prendre en charge, en se focalisant sur la problématique de la coupe de la queue et son corollaire, le risque de cannibalisme.

PDF icon fiche_bilan2015_075.pdf
2016

Gestion des cadavres de porcs en France : volumes, organisation et collecte, stockage et traitement

Consulter le resumé

Cet article fait le point sur les volumes d’animaux morts en élevage à collecter en France, l’organisation et les voies d’optimisation de la collecte, les systèmes de conservation par le froid et les alternatives de traitement en élevage. En France, le volume de cadavres représente 96 kg par truie en système naisseur-engraisseur, soit près de 300 kg à collecter par semaine dans un élevage de 160 truies.
PDF icon Gestion des cadavres de porcs en France : volumes, organisation et collecte, stockage et traitement
2005

Gestion des effluents, épandre ou traiter

Consulter le resumé

Les bonnes pratiques agricoles et les réglementations, européennes et françaises, limitent l’épandage des déjections animales. En Bretagne, des seuils d’obligation de traitement et des plafonds de surface d’épandage ont été définis pour chaque canton classé en zone d’excédents structurels (ZES). Un même élevage sera donc soumis à des contraintes différentes selon le système d’exploitation dans lequel il s’insère (SAU, cultures…) et sa région d’implantation. Les solutions qu’il mettra en œuvre le seront également (épandage, exportation, traitement, engraissement à façon…).
PDF icon Gestion des effluents, épandre ou traiter
2006

Guide de Bonnes pratiques d’Hygiène en élevage de porcs : informations sur la chaîne alimentaire, transportabilité, plan salmonelles

Consulter le resumé

Des réglementations européennes sur la sécurité des aliments et le bien-être des porcs pendant le transport impliquent la responsabilité directe des différents maillons de la filière (éleveurs, transporteurs, abattoirs, Services vétérinaires). Ainsi, le Paquet Hygiène recommande de se baser sur un Guide de Bonnes Pratiques d’Hygiène pour mettre en place dans les élevages un dispositif de prévention des dangers transmissibles par la viande.
PDF icon Guide de Bonnes pratiques d’Hygiène en élevage de porcs : informations sur la chaîne alimentaire, transportabilité, plan salmonelles
2009
Guide de Bonnes Pratiques d’Hygiène et d’application des principes HACCP dans les industries charcutières

Guide de Bonnes Pratiques d’Hygiène et d’application des principes HACCP dans les industries charcutières

Consulter le resumé

NOUVEAU ! ce guide est officiellement VALIDÉ depuis le 15 octobre 2010 dans sa version de décembre 2009.
Document d’application volontaire conçu par et pour les professionnels des industries charcutières. Aide au respect de l’application des réglementations en matière d’hygiène. Mesures pour maîtriser les contaminations biologiques, chimiques, physiques et allergènes. Mesures d’hygiène utiles lors de l’application de l’HACCP ou de la mise en place de la norme ISO 22000 et du PMS « plan de maîtrise sanitaire ».

Moyens permettant d’atteindre les objectifs de salubrité des produits mis sur le marché. Critères microbiologiques assurant la sécurité sanitaire des produits. Éléments pour la mise en place de l’HACCP.



Edition 2010 - PDF à télécharger

153,00 €
2009

Guide de bonnes pratiques européen du transport des porcins

Consulter le resumé

Patrick Chevillon, Bilan 2016, éditions IFIP, mai 2017, p. 62

Le Règlement CE 1/2005 relatif à la protection des animaux pendant le transport a redéfini la responsabilité des transporteurs face au bien-être animal.

Ce règlement est entré en vigueur le 1er Janvier 2007.

La mise en place de guides de bonnes pratiques en cours de transport par les professionnels était vivement conseillée dans le Règlement CE 1/2005.

A ce stade la France n’en dispose pas.

Il n’en existe pas de reconnu à l’échelle européenne.

En Juin 2014, la DG SANCO poussée par le parlement Européen a lancé un appel d’offre visant à développer des guides de bonnes pratiques concertés pour la majorité des espèces transportées (bovins, moutons, porcins, volailles, équins).

L’IFIP s’est associé dans un consortium à 14 partenaires européens pour élaborer le guide porc.

Ce Guide reprend les principaux points de la réglementation ainsi que les meilleures pratiques à destination des transporteurs, abatteurs et donneurs d’ordre.

L’UECBV, Le COPA COGECA et l’association EYES On ANIMALS seront parties prenantes du programme (Comité de suivi et représentation professionnel).

PDF icon Patrick Chevillon, Bilan 2016, mai 2017, p. 62, fiche n° 27
2017

Guide de bonnes pratiques pour le transport des porcs

Consulter le resumé

Fiche n° 035 : référentiels pour l'amélioration des pratiques des différents métiers de la filière

Le Règlement CE 1/2005 relatif à la protection des animaux pendant le transport a redéfini la responsabilité des transporteurs face au bien-être animal.
Ce règlement est entré en vigueur le 1er Janvier 2007.
La mise en place de guides de bonnes pratiques en cours de transport par les professionnels était vivement conseillée dans le Règlement CE 1/2005.
A ce stade la France n’en dispose pas. Il n’en existe pas de reconnu à l’échelle européenne.
En Juin 2014, la DG SANCO poussée par le parlement Européen a lancé un appel d’offre de 1000 K€ visant à développer des guides de bonnes
pratiques concertés pour la majorité des espèces transportées (bovins, moutons, porcins, volailles, équins).
L’IFIP s’est associé dans un consortium à 14 partenaires européens pour élaborer le guide porc. Ce Guide reprend les principaux points de la réglementation ainsi que les meilleures pratiques à destination des transporteurs, abatteurs et donneurs d’ordre.
L’UECBV (Union Européenne du Commerce du Bétail et de la Viande), le Copa Cogeca (Comité des organisations professionnelles agricoles) et
l’association Eyes On Aanimals seront parties prenantes du programme (Comité de suivi et représentation professionnelle).

PDF icon fiche_bilan2015_035.pdf
2016
Guide de l’éleveur pour l’identification des porcins - Rôle de l’éleveur

Guide de l’éleveur pour l’identification des porcins - Rôle de l’éleveur

Consulter le resumé

• Guide de l’éleveur pour l’identification des porcins - Rôle de l’éleveur
Les modalités de l’identification des porcins évoluent...
Qu’est-ce qui évolue ?
Qui est concerné ?
Pourquoi ces évolutions ?

• Fiche synthétique - rôle de l'éleveur

• Recommandations sur le numéro individuel des reproducteurs

 

Document réservé Espace Pro, veuillez vous identifier
2005

Guide RSE (responsabilité sociale et environnementale) pour les entreprises de charcuterie

Consulter le resumé

Fiche n° 034 : référentiels pour l'amélioration des pratiques des différents métiers de la filière

Sollicitées par les parties prenantes, les entreprises de charcuteries ont exprimé le besoin de se doter d’un kit RSE (Responsabilité Sociale et Environnementale) permettant à la fois de valoriser leurs actions et d’identifier leurs axes d’amélioration.
Construit à partir du kit RSE de l’ANIA, l’IFIP a constitué un kit RSE adapté aux entreprises de charcuterie :
La démarche : L’expérience de l'IFIP en matière de pratiques durables.

PDF icon fiche_bilan2015_034.pdf
2016

Identification porcine : du nouveau dans la continuité

Consulter le resumé

Présentation des mesures d'identification des porcs contenues dans le décret n° 2005-482 du 10 mai 2005 relatif à l'identification du cheptel porcin.

2005

Impact de la cuisson et de la température à cœur sur les valeurs nutritionnelles du rôti filet de porc

Consulter le resumé

Qu’il s’agisse d’allégation nutritionnelle (CE 1924/2006) ou d’étiquetage nutritionnel volontaire (directive 90/496/EEC), la réglementation européenne associe la communication nutritionnelle à des analyses réalisées sur des produits prêts à consommer préparés selon les recommandations du fabricant.

La technique de cuisson (Yang et al., 1993; Ortigues‐Marty et al., 2004) et la température à coeur (Chen et al., 2007) modifient significativement la teneur de certains nutriments.
PDF icon Impact de la cuisson et de la température à cœur sur les valeurs nutritionnelles du rôti filet de porc
2010

Impacts de la nouvelle réglementation sur le classement des carcasses de porc

Consulter le resumé

50es Journées de la Recherche Porcine, 6 et 7 février 2018, Paris, p. 75-80, par Gérard Daumas et Mathieu Monziols

L'objectif de cet article est d'anticiper les principales conséquences du changement de la réglementation de l'UE sur la classification des carcasses de porcs, intervenu en 2017. En particulier, le changement de définition du pourcentage de viande maigre de référence prendra effet nationalement à l’occasion de la prochaine actualisation des méthodes de classement. Pour quantifier cet impact, un échantillon de comparaison entre tomographie RX et dissection a été utilisé. En 2008, 29 porcs avaient été sélectionnés dans deux abattoirs selon le sexe (50% de mâles castrés et 50% de femelles). Les demi-carcasses gauches ainsi que les quatre pièces principales de découpe avaient été analysées par tomographie à rayons X. Toutes les pièces avaient ensuite été disséquées. Les images tomographiques ont été segmentées, afin de déterminer les deux teneurs en viande maigre, l’actuelle et la future. La future référence, le pourcentage de muscle dans la carcasse, s’est avérée inférieure de 2,8% par rapport à la référence actuelle (TMP, taux de muscle dans les pièces principales), soit environ 1,7 point de pourcentage. Pour prendre en compte cet écart, la procédure tomographique française pourrait être ajustée via un facteur multiplicatif de 0,965. Cette procédure s’est révélée robuste pour les principaux facteurs influençant la classification : sexe, génotype halothane et état d’engraissement. Cela permettrait d'utiliser ce facteur d'échelle, sans nouvelles dissections, pour les essais futurs pour l'autorisation des méthodes de classement en France. Cela pourrait également être utilisé dans d'autres pays intéressés par cette procédure tomographique. Enfin, les Etats membres pouvant autoriser des critères complémentaires de détermination de la valeur commerciale, l’introduction en France d’un critère tel qu’un taux de muscle pondéré par l’importance économique des pièces pourrait renforcer la compétitivité de la filière.

Impact of the new European Union regulations on pig carcass classification

The objective of this article is to predict the main consequences of the change in European Union (EU) regulations in 2017 on the classification of pig carcasses. In particular, the definition of reference lean meat percentage will change in France the next time that classification methods are updated. To quantify this impact, computed tomography (CT) and dissection were compared. In 2008, 29 pigs were selected from two slaughterhouses according to sex (50% castrated males and 50% females). The left half-carcasses and the four main cuts were CT scanned. All the cuts were then dissected. The CT images were segmented to determine current and future lean meat percentages. The future reference (i.e., the muscle percentage of carcass) was found to be 2.8% lower than the current reference (i.e., the lean meat content in the main cuts). This change represents about 1.7 points of muscle percentage. To take this gap into account, the French CT procedure could be adjusted by a multiplicative factor of 0.965. This procedure has been found robust for the main factors influencing the classification: sex, genotype and fatness. This would make it possible to use this scaling factor, without new dissections, for future trials for the authorization of classification methods in France. The factor could also be used in other EU countries interested in this CT procedure. In addition, since EU Member States may authorize additional criteria for determining commercial value, introducing a criterion in France such as muscle content weighted by the economic value of cuts could enhance competitiveness of the French pig-production sector.

PDF icon Gérard Dumas et Mathieu Monziols, 50es JRP, 6 et 7 février 2018, Paris, p. 75-80
2018

Pages